AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
ISBN : 2742713409
Éditeur : Actes Sud (04/06/1999)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 35 notes)
Résumé :

Il y a dans le monde ordinaire de Göran Tunström une naturelle disposition à l'extraordinaire, et nul ne saurait s'étonner que Pétur, narrateur de ce livre, ait été mis au monde par une "maman sismique", morte avalée par la montagne. Ou que, grandissant à l'adresse prédestinée du 12, traverse des Poètes, il ait reconnu en son père un buveur de lait de lune. Une tendre folie parcourt ce roma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
RITAB
  20 décembre 2017
Voici un livre que j'ai récupéré dans les étagères de mon futur appartement et comme j'ai une croyance infinie dans les livres, je me dis qu'il va nécessairement m'apporter beaucoup.
L'auteur Goran Tunström, après avoir avalé toutes les lunes poétiques de la terre, déverse dans ce livre à nos pieds des idées scintillantes, des notes de musique, des grondements, de grands débats philosophiques menés avec légèreté et humour, des rayons de soleil sur une terre rapée comme une lune, des parfums enivrants et des repas proustiens : soupes de mûres et poulet piri piri, chèvres frits à la sauce au basilic (à tester sans plus attendre à cette saison avec une vinaigrette au basilic).
Ce livre retrace l'histoire d'une relation entre un père fantasque et son fils. L'univers créé par Goran Tunström est émaillé de débats philosophiques très drôles sur la musique échangés à bâtons rompus, de situations diplomatiques rocambolesques (une histoire sur la présence du raifort au Nigeria m'a beaucoup fait rire), de pensées philosophiques sur le sens de la vie si vraies et si amusantes. Il faut bien vivre dans une contrée où l'hiver est rude pour accoucher d'un livre pareil ! A n'en pas douter, la littérature nordique est un excellent antidote à l'hiver !
Dans une deuxième partie du livre, l'humeur de l'auteur se déploie sur un autre registre quand c'est le père qui prend la parole. L'histoire de cette relation père-fils est menée avec moins de drôlerie. le narrateur, le fils, est confronté à la personnalité exubérante de ce père. Il n'y a personne pour contrebalancer le poids de ce père certes très attachant au début du livre, mais dont l'égocentrisme croissant finit par porter ombrage à son fils. le flux de paroles que déverse ce père cache bien des secrets, bien des non-dits. Il n'y a pas de mère, juste une mère fantasmée, mais en fin de compte comme « tout ce que nous vivons n'est que divagation de l'esprit », c'est une flamme qui porte le fils, faible et vacillante. Ce père si exubérant mis au placard dans son travail et par son fils perd le goût de la vie et on le voit sombrer dans une mort lente. Après avoir été décrit comme étant un grand jouisseur, un grand dévoreur, on ne comprend pas très bien cette évolution mais petit à petit, on comprend pourquoi ce père déploie tant de mouvements, pourquoi le dialogue entre lui et son fils tourne à un impossible dialogue.
Le thème qui sous-tend ce livre et hante l'auteur est certainement résumé dans la phrase « On peut vivre ensemble pendant des années, pour s'apercevoir un jour qu'il ne s'agit pas de nous, mais de quelques qualités rassemblées au hasard et fourrées dans le même sac, simplement parce que la route sur laquelle on s'est rencontrés était étroite et bordée de profonds précipices. On croit qu'on aime, quand on aime… »
Ce livre est une vraie source d'énergie vitale pleine de poésie et pleine d'humour. L'auteur a une imagination décomplexée et explosive qui sait transcender tous les excès dont la nature nous a dotés. Comme chez Gabriel Garcia Marquez, le désir et la nostalgie sont joyeusement servis par un récit teinté de notes magiques.
Il y a un passage qui se déroule à Paris dans la librairie anglophone d'Odile, rue Princesse qui a fermé depuis.

Lien : http://lapagederita.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Runa
  24 février 2015
Dans le grand village de glace et de feu qu'est l'Islande, Pétur, devenu adulte, revient sur les traces de sa jeunesse avec des yeux d'enfant.
Pétur est le fils d'Halldor, père fabuleux, buveur de lait de lune, et ersatz de mère. Il a grandi au 12, traverse des Poètes, où se rencontrent le gouvernement islandais pour jouer au Scrabble, ainsi que l'imaginaire et la réalité quotidienne.
Comment un évènement majeur pour un adolescent va orienter sa vie : son ballon de foot de l'indépendance atterrit chez l'ambassadeur de France qui ne voudra jamais le rendre.
Ce roman drôle et nostalgique par moment, montre la relation père-fils quasi fusionnelle qui se construit pendant l'enfance et l'adolescence, s'étiole à l'âge adulte et se renoue avec émancipation et tendresse à l'approche de la mort d'Halldor.
Il s'agit d'un hymne à la liberté et au droit au surnaturel dans un monde très rationnel !

Lien : https://boulimielitteraire.w..
Commenter  J’apprécie          52
LeCombatOculaire
  11 mai 2016
Voilà encore un bel exemple de lecture choisie au hasard, de celle qui démange les doigts au passage et qui donne toujours plus envie de se perdre. Pour les gens qui ne se sont jamais trop lancés dans la littérature nordique, c'est l'entrée en la matière qu'il vous faut, dans un mélange parfait entre leur écriture si poétique, leurs rêves si froids et une légère présence fantastique à peine suggérée mais qui fait perdre tout sens des réalités.
Ah, pour les quelques-uns d'entre vous qui auraient eu le délice de découvrir le Mystère de la Patience de Jostein Gaarder, voilà une histoire moins délurée et cent fois moins fantastique, mais vous saurez retrouver l'étrangeté des relations familiales, le goût prononcé pour les petites illusions, et le calme, la tranquillité d'un pays presque merveilleux.
Si on peut parfois s'y perdre, c'est pour le meilleur, et pour ceux qui apprécient la poésie et l'incongruité, ce sera un parfait moment sous la couette.
(voir la critique intégrale sur le blog)
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alya-Dyn
  18 juillet 2014
Beaucoup de poésie, mais l'histoire est parfois confuse. On s'y perd un peu... Dommage.
Commenter  J’apprécie          10
1ded6
  12 avril 2011
Un livre d'une grande poésie.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   15 août 2018
Le petit Jon devait avoir dans sa tête un appareil qui transformait tous les aspects de la vie en projets financiers, et ce depuis qu'à l'école il avait acheté un stock de Yo-Yo et les avait revenus en doublant le prix, jusqu'au jour où il négociait les plans de vols d'Icelandair à travers le monde. Dans son monde à lui, les humains restaient très périphériques, son regard noir demeurait braqué sur le paradis des chiffres, et il y avait dans sa tête plus de chiffres qu'arbres sur le sol d'Islande. Dans les cercles d'étudiants, il était insupportable. Une femme lui montrait-elle les étoiles qu'il entamait une conférence sur la démence financière de la NASA. Oui, Jésus-Christ serait-il entré chez lui, disant qu'il était la Vérité et la Vie, que Jon lui aurait demandé à combien il estimait le coût de fabrication d'une boîte de sardines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alice_Alice_   15 août 2018
Chaque être contient en lui une parcelle de notre propre vie, un moment, un événement, peut-être seulement un regard, quelque chose qui, si on se donne la peine de réfléchir, nous fournit la connaissance fondamentale entre toutes : celle que, dans notre solitude, nous ne sommes pas seuls. Nous portons nos qualités, nos ridicules, afin que d’autres à travers nous puissent apprendre à se connaître eux-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Alice_Alice_   12 août 2018
Un jour arrive donc dans sa vie où l'on a douze ans.
Pour beaucoup, c'est une année fatidique : la vie a maintenant besoin de prendre une direction précise, mais le corps n'est pas toujours du même avis.
C'est une de ces journées où le Snaefellsjökull se dresse telle une église sur le fond bleu. Le rideau se gonfle devant la fenêtre, à peine réveillé je sens que la montagne me procure de la force et que cette journée va apporter un Etonnement. Et j'essaie d'interpréter cette potentialité dans l'odeur de chocolat qui emplit la cuisine, dans la bruit de la porte du garde-manger qu'on ouvre, dans la boîte aux lettres qui résonne quand papa va chercher le journal. Des perceptions nettes qui m'irritent toutes et m'emplissent d'expectative.
Quelle merveille de ridicule, cette ritualisation ! Les pas feutrés qui montent l'escalier, le raclement de gorge avant que la voie célèbre dans tout le pays entonne Joyeux Anniversaire. Aujourd'hui, il y aura des miettes dans le lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SachenkaSachenka   16 août 2016
Je finissais par ramasser [le livre] et le ranger selon selon le système qu'il m'avait auparavant enseigné : sur la première étagère étaient classés les livres traitant de l'état du monde (géographie), sur la deuxième ce qui s'était passé dans le monde (histoire), sur la troisième ce que les gens pensent de tout (philosophie et religion), sur la quatrième ce qu'ils ont fait de toute cette connaissance (littérature, art, musique), et sur les trois dernières étagères ce que l'homme pouvait faire pour améliorer sa misère (psychologie, jardinage, dressage des chiens, vie en société et origami).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SachenkaSachenka   13 août 2016
- Je suis tombé amoureux d'une fille juive et j'avais l'intention de l'épouser, mais pour ça j'ai dû me convertir. Deux mois après, elle a voulu divorcer, et me voilà : pas de femme, pas de prépuce, et j'ai la nostalgie du pays.
Commenter  J’apprécie          240
Video de Göran Tunström (2) Voir plusAjouter une vidéo
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : islandeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
98 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre