AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265116085
320 pages
Fleuve Editions (08/09/2016)
3.84/5   16 notes
Résumé :
Par un coup de fil anonyme, le journaliste d’investigation Janne Vuori découvre qu’une mine de nickel du nord de la Finlande dissimulerait des activités illégales.

Malgré les protestations de sa femme, qui lui reproche ses fréquentes absences, et le retour inattendu de son père, disparu des radars depuis vingt ans, il décide de se rendre sur place.

Mais toutes ses tentatives pour entrer en contact avec les propriétaires de la mine éch... >Voir plus
Que lire après Aussi noir que ton mensongeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 16 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Thriller aussi noir qu'un lac qui recueille des rejets polluants…

La quête d'informations d'un journaliste le mène à une entreprise minière dans le nord du pays, un coin isolé où il semble bien que la mine ne se soucie pas de respecter les normes environnementales. Si les dégâts écologiques sont le fait de compagnies minières partout dans le monde, celle-ci va plus loin, en collectionnant les meurtres de ceux qui détiennent trop d'informations.

Passionné par son travail, le jeune journaliste, père d'une petite fille de trois ans, doit faire face à la réflexion sur place du travail dans la vie. Peut-on sacrifier sa famille pour poursuivre son idéal ? le sujet est d'autant plus douloureux pour lui que son propre père l'a abandonné lorsqu'il était tout petit.

Un roman qui parle de la société, de gouvernements qui parfois subventionnent des emplois qui vont coûter très cher lorsqu'il faudra réparer les dommages faits à la nature, de capitaux qui ignorent les vraies richesses de la vie.

Un livre qui rappelle aussi l'importance du travail la presse et des lanceurs d'alertes qui ne restent pas muets devant l'intolérable.

Un polar qui mêle habilement l'investigation et les dilemmes humains.
Commenter  J’apprécie          210
Une première pour moi, un roman d'Antti Tuomainen, auteur finlandais, Aussi noir que ton mensonge.
La narration est assez classique et se situe dans la droite ligne de la production littéraire des polars nordiques.
Janne Vuori, journaliste au quotidien d'Helsinki a une réputation de redresseur de torts, il s'est illustré comme tel par le passé, notamment par son article sur le travail au noir dans le bâtiment.
Cette position est difficilement compatible avec une vie de famille, sa femme Pauliina a choisi, elle, de travailler pour une agence de communication, choix qui est à l'origine de fréquents différents dans le couple. Leur fille Ella, trois ans, en subit les conséquences.
Par ailleurs, Janne a été marquée par le divorce de ses parents, alors qu'il n'avait que 1 an. Il n'a jamais revu son père depuis…
Lorsque Janne reçoit un e-mail anonyme lui demandant de s'intéresser à la société Finn Mining S.A, à Suomalahti, il fonce tête baissée. Une phrase retient son attention :
« Ce ne sont que des mensonges. La vérité est que nous creusons notre tombe. »
Ses recherches l'amène à constater que les droits d'exploitations des terrains ont été acquis pour 2 €. Bien que le service de sécurité lui refuse l'entrée sur le site, il décide de mener son enquête sur place pour se faire sa propre idée sur les conditions dans lesquelles le nickel est extrait. Officiellement en respectant les normes environnementales.
De ses investigations sur place, il retient l'intérêt manifesté par la population, et surtout les commerçants, pour la manne financière que représente l'installation de la mine, mais aussi cette phrase entendue au bar de son hôtel :
« Ce n'est pas comme ça qu'on va éradiquer toute cette merde là-bas ! »
Le père de Janne réapparait de façon soudaine et semble jouer un rôle obscur - mais lequel ? - dans la gestion des ressources humaines de Finn Mining SA. Une gestion pour le moins radicale.
Janne parvient à rencontrer Marjo Harjukangas, directrice en charge de l'environnement qui a été promue pour devenir, dit-elle, « consultant chef interne et expert senior des processus environnementaux ». « Non seulement ça parait vague, mais en plus, ça l'est. »
Cerise sur le gâteau, lors de la conférence de rédaction, Hutrilas, le rédac chef semble réticent à donner suite à la proposition d'enquête de Janne sur Finn Mining SA. Ce dernier découvre qu'un de ses collègues, Kari Lehtinen, mort dans des circonstances mystérieuses a déjà enquêté sur le sujet…
Voilà l'essentiel du contexte de ce roman.
Thriller et roman engagé, Aussi noir que ton mensonge, dénonce l'arrivisme et l'activisme d'une partie de la société finlandaise qui, au mépris des règles éthiques, entend redonner au pays une position économique prépondérante dans l'extraction du nickel.
Choix incompréhensible pour Janne qui écrit dans son blog « Quant au bénéfice sur l'emploi, il n'a rien d'exceptionnel. La cinquantaine de mines emploie environ deux mille personnes dans tout le pays, soit autant que le grand magasin Stockmann à lui seul à Helsinki. Si les politiciens étaient vraiment intéressés par la création d'emplois, ils regarderaient évidemment où cela est concrètement possible. »

Tout est en place pour que Janne se lance dans une nouvelle croisade et entraîne des réactions en chaîne contre lui-même et sa famille. Comme à son habitude, il n'aura de cesse, en dépit des menaces, de faire éclater au grand jour, les errements de managers et de politiques soucieux avant tout de conforter leurs propres positions et leurs propres fortunes.
Il découvre la véritable personnalité de son père Emil. S'enfonce dans sa non relation avec sa femme Pauliina, se laisse séduire par Maarit Lehtinen, la fille de son collègue décédé, hésite sur la conduite à tenir, renoncer à son enquête ou poursuivre…
Au bout du voyage, Janne perdra-t-il définitivement l'amour de Pauliina et sa fille Ella ?, retrouvera-t-il son père Emil ?
Plus qu'un simple thriller, Aussi noir que ton mensonge est aussi le récit d'une relation père-fils brisée avant de naître qu'Emil et Janne essaient de reconstruire.
Une lecture agréable.

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
Commenter  J’apprécie          70
Janne est un journaliste, un peu idéaliste et qui a du mal à lâcher son travail, au détriment de sa vie de famille.
Il va se retrouver plongé dans une enquête qui traite de sujets très actuels: l'écologie, la pollution, les malversations financières...
Mais à coté de ce sujet, l'auteur parvient à toucher des thèmes plus familiaux, tels que l'absence de père, la difficulté de satisfaire une vie de famille.
Un roman intéressant, mais j'aurais aimé un peu plus de rythme, une histoire un peu plus soutenue...
Mais ce livre reste dans le style Norvégien, un roman calme mais dont la narration est pointue.
Une lecture qui reste bien agréable et fluide, malgré les quelques regrets dont je vous ai fait part.
Commenter  J’apprécie          120

Il y a cinquante mines en Finlande. Elles ne sont pas rentables pour la plupart, elles polluent toutes. L'une, la mine de nickel de Suomalahti a fait l'objet d'un début d'enquête par Lehtinen, journaliste d'investigation au Quotidien de Helsinki. Mais Lehtinen est écrasé par une voiture lors d'un reportage à Berlin. Janne Vuori, également journaliste au Quotidien de Helsinki, reçoit un jour un mail anonyme qui l'incite à enquêter sur cette mine de Suomalahti. le mail indique : « nous sommes persuadés qu'il s'agit là d'une catastrophe environnementale ». Janne qui aime les défis, part pour Suomalalhti pour en savoir plus. Mais les portes se ferment. La vérité est bien cachée. Et on comprend que c'est risqué d'essayer de savoir ce qui se passe vraiment dans cette mine. Janne hésite, va-t-il continuer son reportage? Surtout que ses relations avec son épouse sont tendues, à cause de ses absences répétées et de ses heures de travail à rallonge. Dans le même temps on suit les pérégrinations d'un tueur à gages finlandais. Et puis le père de Janne, après 30 ans d'absence, décide de renouer avec son fils et sa femme.


C'est un roman policier classique par sa forme et intéressant par le sujet traité: le choix que les politiques et les industriels doivent faire entre économie, emploi et écologie. Intéressant aussi par le dilemme auquel un journaliste d'investigation est amené à faire face: enquêter à fond sur un sujet sensible ou laisser tomber pour se protéger, lui et sa famille. L'intrigue est intelligente, bien que fondée sur un heureux hasard, peu vraisemblable. Mais en tout cas, la tension monte progressivement au fur et à mesure que Janne s'approche de la vérité. de l'émotion aussi : peut-on reconstituer une famille (le père, la mère et le fils) quand le père s'est absenté sans explication pendant trente ans, laissant sa femme seule avec un enfant d'un an? Mais il y avait peut-être une raison à cet éloignement? À la fois thriller, roman d'amour et livre engagé, ce roman fait parti des bons Tuomainen, avec La dernière pluie et Sombre est mon coeur. Par contre, j'avais peu apprécié Derniers mètres jusqu'au cimetière (polar atypique invraisemblable) et Au fin fond de la petite Sibérie (polar totalement déjanté).
Commenter  J’apprécie          30
Aussi noir que ton mensonge est un bon polar finalandais de la rentrée littéraire 2016. Dans ce roman, le lecteur part avec Janne , un jeune journaliste, accro au boulot, sur la piste d'une pollution mystérieuse. Peu à peu les fils se démêlent et l'intrigue s'épaissit. Mais le tableau se complique pour notre héros : entre sa femme et sa fille totalement délaissée et son père soudainement réapparu, Janne est perdu.

Ce roman entre dans le schéma classique du polar nordique. Un héros redresseur de torts, mais qui est en souffrance sur plan personnel . Une enquête qui pourrait provoquer un scandale international. Un nettoyeur, là pour tout régler. L'intrigue est bonne et le sujet très intéressant.

Mais au-delà de l'affaire , ce sont les relations entre les personnages qui interpellent. L'auteur, avec un écriture réaliste, et précise décrit ici des phénomènes de société récurrents: l'absence du père, la vie de couple, l'héritage familial, et l'addiction au travail, quitte à tout perdre.

Chacun d'entre nous peut se reconnaître dans un de ces personnages.

En conclusion, "Aussi noir que ton mensonge" est un bon polar nordique qui m'a fait passer un bon moment et que je vous conseille en cette rentrée littéraire.
Commenter  J’apprécie          63

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
On reconnaissait sans peine le quartier de Töölö, à Helsinki, derrière le Parlement. La caméra tournoyait lorsque les activistes – ils devaient être au moins deux – grimpaient sur le toit de l’édifice. Puis l’image se stabilisait, avec pour arrière-plan le soleil hivernal dans un ciel sans nuages surplombant la capitale. Leikola sortait de son sac à dos une perceuse à percussion et fixait sa lance sur un conduit d’aération avec de longues vis en acier. La fixation était solide, et, jusque-là, la poigne de Leikola laissait penser qu’il était non seulement fort et rapide, mais aussi habile de ses mains. Le drapeau était hissé, frappé par le vent fort du sud-est, et Leikola préparait les fusées de détresse pour le tir. Une fois de plus, l’image était soudain coupée, et lorsque nous retrouvions Leikola et le drapeau, l’angle de vue était complètement différent. Nous étions dans le parc de la Maison de la musique, du côté des escaliers, face au Parlement. Le drapeau jaune vif flottait, les fusées de détresse crachaient leur fumée rouge sang haut dans le ciel.
« DÉCHET NUCLÉAIRE – À ENFOUIR POUR UN MILLION D’ANNÉES »,
disait le drapeau, tandis que l’hémicycle se prononçait sur une cinquième centrale nucléaire. L’opération avait récolté de la publicité, et Leikola des amendes. Le vrai coup restait cependant la vidéo elle-même : percutante par sa rudesse et crédible par sa mise en œuvre. Sans parler des menaces qu’elle proférait. Le commentaire lancé au passage par Leikola, « Mieux vaut deux cents députés morts qu’un million d’innocents », était devenu un slogan macabre, décliné sous différentes formes. Cette action remontait à environ un an.
Commenter  J’apprécie          10
— Un choix mène à un autre, affirma-t-il. Et les alternatives sont éliminées les unes après les autres. Au final, on fait ce qu’on a à faire, comme on dit. Et on le fait aussi bien et aussi longtemps qu’on peut.

(Fleuve noir, p.188)
Commenter  J’apprécie          80
BLOG. Janne Vuori. Le quotidien de Helsinki. […] A l’heure actuelle environ cinquante mines sont en exploitation en Finlande. […] Les mines exploitées à l’heure actuelle sont donc pour la plupart déficitaires. […] Chaque mine est un fléau pour la nature. Sans exception. Ce fléau environnemental doit être examiné au cas par cas. De par son fonctionnement toute mine est polluante. […] Quant au bénéfice sur l’emploi, il n’a rien d’exceptionnel. La cinquantaine de mines emploient environ deux mille personnes dans tout le pays, soit autant que le grand magasin Stockmann à lui seul à Helsinki. Si les politiciens étaient vraiment intéressés par la création d’emplois, ils regarderaient évidemment où cela est concrètement possible. Or, il est question de politique, de ce qui semble bon et raisonnable, même si ce n’est ni l’un ni l’autre. Le moindre poste créé dans une région isolée est toujours une victoire, mais si son prix doit se compter en millions et les pots cassés en centaines de milliers, cela n’a plus rien d’un investissement sensé.
Commenter  J’apprécie          10
Quant au bénéfice sur l’emploi, il n’a rien d’exceptionnel. La cinquantaine de mines emploie environ deux mille personnes dans tout le pays, soit autant que le grand magasin Stockmann à lui seul à Helsinki. Si les politiciens étaient vraiment intéressés par la création d’emplois, ils regarderaient évidemment où cela est concrètement possible.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne cernais tout simplement pas la situation lorsque la mine de Suomalahti a été mise sur les rails. Elle attirait beaucoup trop de sympathie, signe que les affaires ne dureraient pas. Si tout le monde s’accorde à dire qu’une idée est bonne, c’est qu’elle ne l’est sûrement pas. Les difficultés ont commencé presque aussitôt. Je n’avais toujours pas les yeux ouverts quand les premiers consultants ont débarqué. Deuxième signe de destruction latente: l’apparition des consultants et l’augmentation constante de leur nombre.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Antti Tuomainen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antti Tuomainen
Interview Antti Tuomainen sur RVLpolar à la plage 2019
autres livres classés : littérature finlandaiseVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (55) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2788 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..