AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Jannès-Kalinowski (Traducteur)
ISBN : 2246730414
Éditeur : Grasset (12/01/2011)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Wiera Gran était la chanteuse étoile du ghetto de Varsovie. cette "Marlène Dietrich née Grynberg", d'une beauté stupéfiante, à la voix chaude, se produit au cœur du Broadway juif d'avril 1941 au printemps 1942, où elle parvient à fuir, laissant derrière elle les siens. Son accompagnateur, Wladislas Szpilman, le "pianiste" du célèbre film de Roman Polanski, passera à la postérit&#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
emeralda
  03 décembre 2014
L'entrée en matière du chapitre 1 peut paraître déroutante au premier abord, mais pas tant que cela au final. On commence avec des mites, de la vermine qui ronge, qui détruit et c'est une image parfaite pour illustrer ce qui a miné la vie de Wiera Gran durant ces 60 dernières années. On le comprend d'autant mieux que l'auteur nous retranscrit combien ses premiers contacts furent laborieux avec l'ancienne vedette. C'est une femme brisée. On pourrait la croire folle, mais ce serait la juger sans la connaître, sans vouloir écouter sa version de l'Histoire. Elle a des problèmes, elle a tous les symptômes des maniaques paranoïaque, mais on peut quand même se plier à certaines contraintes, à des dialogues un brin sur-réalistes, à la pénombre, à la poussière, à la reproduction du ghetto dans son appartement parisien…
Elle se terre, se cache encore, fuit les hommes et leur folie. Elle est primaire :
"Je n'ai pas peur de la solitude. La seule chose qui me terrifie, c'est l'autre. J'ai des réflexes d'animal. Une façon de penser animal, aussi."
Le décors est posé. On va pouvoir découvrir Wiera Gran maintenant et comprendre son parcours, sa vie qu'elle juge si longue et qu'est-ce qui a fait que cette artiste en soit réduite à cela tant d'années après la guerre.
Enfant déjà, Wiera Gran ne s'en laissait pas compter apparament. elle avait un fort caractère. L'auteur note tout de même que certains éléments sont difficiles à confirmer. Wiera joue avec sa mémoire ou l'inverse.
C'est presque impossible à savoir car le temps n'est jamais un allié. Il conforte ou transforme les souvenirs. C'est ainsi, nous ne sommes pas des machines et la vie nous modèle. J'ai déjà eu l'occasion de travailler lors de mes études d'Histoire sur des approches similaires : les témoignages oraux sur des évènements passés. L'analyse n'est pas si simple et pour rester objectif, il faut partir du fait que chaque témoignage est juste, mais retravaillé de manière consciente ou non par l'esprit du témoin. Il y a toujours une part de subjectivité. Wiera Gran à la sienne comme les autres.
Le ghetto, on ne peut que l'imaginer. On a presque tous vu des images d'archive un jour, mais la vie là-bas, au quotidien, il faut l'avoir vécu pour la relater vraiment. Cependant, ce ne fut pas seulement un lieu de mort. avant, ce fut un lieu de vie…
"Dès sa fermeture, le ghetto s'est mis à puiser en lui des forces pour sa survie, il voulait vivre. C'était une ville fermée, mais une ville tout de même, un organisme vivant qui retirait, achetait, mangeait, s'habillait, urinait."
"J'achète. Je vends. j'achète. j'investis, je dépense. Perspectives d'avenir."
C'est au fil du temps que tout se dégrade et on suit assez bien cette évolution avec le récit un peu décousu qu'Agata Tuszynska nous a retranscrit. Certains passages sont très douloureux pour moi. L'évocation des orphelins, de leur sort, de leur disparition m'est pénible.
Wiera dira qu'elle a tenté d'en sauvé le plus possible en créant un orphelinat, mais là encore les faits ne sont pas très clairs. On doute de la véracité de ces propos même si elle n'en démord pas.
On accuse Wiera Gran d'avoir été une agent, une complice de la Gestapo, mais les témoignages sont contradictoires, confus, parfois fondés juste sur des rumeurs, des "on dit que"…
J'aime assez ce passage qui finalement résume bien la position que pouvait avoir l'artiste dans le ghetto de Varsovie :
"Les relations dans le milieu artistique du ghetto ne permettaient pas de faire une sélection méticuleuse des fréquentations… Quand on était une diva célèbre, il était impossible de s'isoler des gens de pouvoir."
Tout est dit ou presque.
Et Wiera réfute tout ou presque pour à son tour attaquer et salir le passé de son accompagnateur, le pianisteSzpilman. Vengeance ? Quand on sait que c'est lui qui a refusé qu'elle revienne à la radio après la guerre…
"Il était en face, juste devant moi, je le voyais distinctement. Szpilman, avec sa casquette de policier. Szpilman en personne, le pianiste. Je ne peux pas oublier cela.Il traînait les femmes par les cheveux. Il se protégeait les mains. Ses mains de pianiste exigeaient un soin particulier. Je n'en ai jamais parlé, je ne voulais pas lui faire du tort."
Je ne sais pas pour les autres lecteurs, mais pour ma part, je pense qu'elle se venge effectivement d'une partie du mal qu'on lui a fait subir. Sa sortie du ghetto ne fut semble-t-il pas une partie de plaisir, elle a dû rester caché durant des semaines, des mois, des années. Elle a complètement changé d'apparence, de physique, de destin puisqu'elle ne pouvait en aucun cas chanter. On lui avait tout pris et le pire vint quand le ghetto fut alors complètement vidé. Toute sa famille disparue., les reproches, les demandes de justification pour sa survie, son arrestation, les jours, les semaines passées en prison dans des geôles sombres et trop petites, la torture mentale, cela fait peut-être beaucoup, non ? Après tout, nous ne sommes que des êtres humains.
Wiera fut marquée, dans son esprit, dans sa chaire, au point même que son propre enfant s'est effacé de son souvenir. Sans doute n'était-elle pas prête à devenir mère, ou alors, elle n'en avait aucune envie. Nous ne le serons jamais. Et puis donner la vie pendant une période aussi noire, y a de quoi perdre ses repères, non ? Je ne cherche pas à l'excuser, mais comme l'auteur j'ai cherché à la comprendre sans la juger.
Ce livre la remet en lumière et s'il ne la fait pas totalement sur son passé, son histoire, il démontre combien traverser des évènements aussi sombres n'est pas sans laisser des traces au plus profond des êtres qui y ont survécu.
L'accusée se fera accusatrice également. On tourne en rond et la vérité, elle est là quelque part… Est-ce si important aujourd'hui ? Oui et non. C'est un livre témoignage, c'est un ouvrage du souvenir et il est imparfait comme la nature des hommes.

Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SebastienCreo
  17 mars 2012
Personnage méconnue de l'histoire avec un grand H, j'ai découvert le destin de la chanteuse de cabaret Wiera Gran une idole à son époque. Dans cette biographie l'auteure nous montre une idole passé qui a été calomniée pendant cinquante ans par des personnes jalouse de sa notoriété ainsi que son talent. On lit le fil de sa vie qui ne fut pas toujours rose autant avant que pendant la guerre et même après. C'est un destin tragique pour cette chanteuse qui fut souvent copié ou qui lui ressemblait. Les vedettes montantes devraient la lire pour voir comment les bassesses humaines peuvent détruire des vies et que les mots on une portés beaucoup plus longue.
Commenter  J’apprécie          20
feanora
  18 janvier 2012
Un visage méconnu du Ghetto de Varsovie.
Ce roman nous fait découvrir la vie habituelle des gens avec leurs problèmes et leurs plaisirs, leurs amitiés, les compromissions avec l'ennemi croyant échapper ainsi échapper à la déportation.
Commenter  J’apprécie          20
Nikoz
  27 juillet 2016
Terrible vie que celle où les épreuves se succèdent et où, le plus souvent, le coeur des hommes reste froid. Un livre magnifiquement incomplet.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 avril 2016
Parmi les cris déchirants, les miliciens traînaient de force tout ce qui avait une tête sur les épaules. A la vue de cette femme rouée de coups de matraque, j'eus envie de crier. Cette besogne ignoble était l'oeuvre des mains...du pianiste ! Je l'ai vu, de mes propres yeux. Il a survécu à la guerre. Je veux qu'il sache que je l'ai vu.
Commenter  J’apprécie          60
NikozNikoz   27 juillet 2016
- Je ne suis pas encore devenue folle, [ ...] ce n'est plus bien loin.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Agata Tuszynska (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agata Tuszynska
Agata Tuszynska, le 3 novembre 2009, parle de son livre «Exercices de la perte» (Grasset), à propos du combat mené contre la tumeur au cerveau — glioblastome multiforme — découverte en mars 2005 chez son mari, Henryk Dasko; combat qui devait se solder par la mort de l'être aimé, le 16 septembre 2006, à la suite de souffrances insondables et de rémissions miraculeuses.
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre