AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Johan-Frédérik Hel Guedj (Traducteur)
EAN : 9782266311946
656 pages
Éditeur : Pocket (01/04/2021)
4.07/5   56 notes
Résumé :
"Le temps cache toujours un secret. Il camoufle même les crimes."

Derrière la beauté bouleversante de la Nymphe endormie se cache l’horreur : au lieu de peinture, l’artiste a peint le tableau avec du sang. Voilà ce qui lance le commissaire Teresa Battaglia sur la piste d’un meurtre commis soixante-dix ans plus tôt, dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Une enquête où il n’y a ni corps ni scène de crime, ni suspect ni témoin. Rien qu’u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 56 notes
5
12 avis
4
3 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

EmilieAFDL
  05 juin 2020
Teresa Battaglia et son équipe reviennent pour une seconde enquête, et le moins que l'on puisse dire est que ça envoie du lourd. Bon, en gros, on découvre qu'un tableau a été peint à partir de sang humain et l'enquête va mener l'équipe jusqu'en 1945, dans le Val Resia et ses montagnes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Objectifs ; découvrir à qui appartient le sang, qui a peint le tableau et qui est la jeune fille sur la peinture. Tout un programme.
Première constatation, le changement de décor et d'ambiance, toujours aussi présents et palpables, mais qui ne se contentent pas d'être empruntés au précédent bouquin (Sur le toit de l'enfer). C'est un nouvel univers que l'autrice nous propose, avec des personnages aux comportements, valeurs et croyances bien différents, et à l'histoire aussi passionnante que celle des personnages. Car la réalisation du tableau de la nymphe endormie va embarquer Teresa, Massimo et les nouvelles et anciennes têtes, dans le sombre passé de la Seconde Guerre mondiale et des gens qui l'ont peuplé. du déjà vu pourrait-on penser, et un sens, oui d'accord, c'est facile. La Seconde Guerre mondiale, et très souvent le nazisme, est l'explication à de nombreux maux en littérature et c'est chez elle que bien souvent, on trouve la source d'un mal présent. du roman policier au fantastique en passant par la romance, l'époque est traitée dans tous les sens et souvent, elle retire une belle épine du pieds des auteurs qui trouvent en elle une explication toute faite, mais utilisée n'importe comment.
Oui, mais pas ici. Peut-être la période sert-elle, mais en tout cas elle ne dessert pas. Elle n'a rien de facile, elle n'est pas choisi par dépit. L'Histoire qui entoure le tableau fait partie intégrante de l'intrigue et c'est franchement passionnant. Et puis surtout on ne parle pas de nazisme et très peu de guerre, c'est la période qui est utilisée, la situation, les circonstances. Les explications trouvent leurs sources ailleurs : chez les personnages, leur histoire et les secrets gardés durant des décennies. Alors, que dire de cette enquête ? Qu'elle est magnifiquement orchestrée ? Que je me suis complètement intégrée à l'équipe et qu'avec mes yeux de lectrice, j'ai participé aux investigations ? Il y a beaucoup de ça effectivement. Une enquête parfaitement menée autant dans le présent que dans le passé, doux mélange de suspense et de cadenas débloqués aux bons moments, mais surtout une enquête qui permet, encore une fois, de déborder bien comme il faut.
Sans que cela soit négatif ou dérangeant, la profondeur des personnages écrase parfois l'enquête. En réalité, il y a un admirable travail de jonglage entre l'intrigue déjà emplie de noirceur, et le développement des personnages creusés jusqu'au fin fond de leur âme. Et en première ligne : Teresa Battaglia.
Dans Sur le toit de l'enfer, j'avais déjà bien compris que ce personnage fêlé avait des choses à me dire et me raconter. J'avais entrevu ses blessures grâce à la porte laissée entrebâillée par l'autrice qui a su méthodiquement titiller l'intérêt du lecteur vis-à-vis de ses personnages, en leur laissant entendre que, mais en ne balançant que des miettes. Une astuce qui m'a poussée à me procurer la suite, pour savoir, connaître, découvrir. Les révélations au sujet de ce personnage sont à la hauteur du suspense entretenu jusqu'alors, et si certains détails ont été amorcés dans le premier roman, tout n'avait pas encore été dit. Là est tout l'intérêt de cette suite.
Car les séries, disons-le, je n'en suis pas friande. Je trouve facile, surtout dans le policier, de reprendre les mêmes personnages déjà travaillés dans un premier tome (et parfois même, juste effleurés) et de ne les reprendre que parce que ça permet d'éviter de les présenter et de les gratter (ou parce que les lecteurs les aiment bien : promesse de vendre en les réutilisant) ; tout a été fait en amont, il ne reste plus qu'à trouver une nouvelle enquête un tant soit peu originale, et parfois même pas. Quand une suite n'apporte rien aux personnages déjà existants et ne se contente que de recycler, j'ai tendance à laisser tomber rapidement car il ne m'apporte rien à moi non plus. J'ai adoré la trilogie Sandra et Marcus de Donato Carrisi pour le travail fait sur les personnages, leur utilisation et l'exploitation de leur potentiel dans les trois tomes et pas seulement dans le premier : a contrario, j'ai détesté beaucoup d'autres « séries » pour l'inverse.
Ilaria Tuti, elle, nous fait redécouvrir ses personnages ambivalents en les décortiquant un petit peu plus. Car trop décortiquer les personnalités dans le premier livre aurait été gâché l'enquête, le choix de distiller les informations sur deux livres (et peut-être plus ?) au sujet des personnages est à mon sens le choix le plus judicieux que l'autrice pouvait faire. Car des choses, il y en a à dire, que cela soit sur l'incroyable Teresa Battaglia, son passé, ses faiblesses, le mal qui la ronge, que sur les autres personnages et notamment Massimo, le collègue de Teresa. C'est la grande surprise de voir ce personnage obtenir un rôle (et quel rôle !) un peu plus important du point de vue personnel que dans le premier roman, un rôle qui permet à l'autrice de révéler et à moi d'en apprendre davantage sur ce personnage lui aussi tiraillé. Et là encore, la tension est maintenue et les informations sont données au compte-gouttes. Chez Ilaria Tuti, il y a un réel talent pour la construction des personnages et un immense plaisir pour le lecteur de faire la connaissance de chacun, comme on apprendrait à connaître de vraies personnes sur le long terme. Parce qu'il faut du temps avant qu'une personne s'ouvre à une autre, les personnages, eux, prennent le temps pour dévoiler ce qu'ils sont.
Ilaria Tuti est une autrice qui risque de devenir incontournable tant elle manie le policier et la noirceur qui se lit facilement avec brio. Loin des facilités scénaristiques que l'on trouve dans beaucoup trop de romans policiers et les suites notamment, La nymphe endormie est un condensé d'originalité et de travail minutieux, tant sur le fond que sur la forme. Les mots sont choisis, pesés ; les personnages et l'intrigue sont décortiqués et construits de sorte que le lecteur est toujours sur le qui-vive, et la résolution de l'enquête est passionnante. Non, vraiment, il était très difficile de faire mieux.

Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gaoulette
  19 mars 2020
Une grosse déception du grand retour de Teresa Battaglia sous la plume d'Ilaria Tuti. Un gros pavé pour beaucoup de broderie. Heureusement que le duo d'enquêteur et leur équipe sont passionnants car j'aurais passé mon chemin.
Nous avons des personnages emblématiques, ce qui fait la force de l'auteure italienne.
Une enquête qui s'annonçait addictive au départ. Un tableau retrouvé, peint avec du sang humain mais surtout on peut prouver que la victime était encore vivante…. Une affaire sordide, un cold case qui rentre dans les cordes de la grande commissaire, plus mama que justicière de prime abord. Une commissaire comme on le sait depuis le premier opus, a de gros soucis de santé. Maladie qui est un obstacle pour une enquête policière.
Pour moi cet opus est plus centré sur le passé des personnages. D'ailleurs c'est le point positif de la nymphe endormie. le duo d'enquêteur est atypique et on a l'impression d'avoir son enfant et sa mère. Ils sont touchants dans leur parcours.
Mais l'auteure a failli me perdre à plusieurs reprises avec son déroulé de l'enquête. Cela prend beaucoup de longueurs et elle passe par beaucoup de chemins de traverses. Et le résultat ne répond pas à mes nombreuses attentes.
L'auteure comme dans son précédent opus, veut traiter de l'origine du mal mais son clap de fin ne donne pas le même effet que Sur le toit de l'enfer. Je m'attendais à une lecture plus vivante, plus palpitante et surtout plus intense. Mais Ilaria Tuti tâtonne trop et il faut plus de la moitié du roman pour que celui prend le bon rythme pour moi.
Donc j'ai un nouvel opus en demi-teinte. J'en attendais beaucoup du nouveau roman d'Ilaria Tuti. A savoir si elle rentrerait dans ma wish list chaque année. J'abandonne cette idée pour le moment.
Par contre, l'auteure a l'art et la manière de nous embarquer dans des belles contrées d'Italie. A chaque roman, elle nous apprend un pan du passé. Chapeau pour ce travail de titan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lucrese1
  28 juillet 2020
J'ai de nouveau été submergée par la beauté de ce deuxième opus de Ilaria Tuti, on en redemande! A quand la troisième (et dernière) partie de la trilogie Teresa Battaglia? Elle me manque déjà! J'ai lu beaucoup de critiques de lecteurs qui avaient préféré la première partie, le premier livre, "Sur le toit de l'enfer". Je peux comprendre que les adeptes de polars auront été déçu...En effet, et bien encre plus que dans "Sur le toit de l'enfer", l'auteure prend le temps de partager avec nous l'histoire d'une région, de la "Val Resia", de décrire des paysages, les coutumes de ses habitants, leur langue slave, la psychologie des personnages, celle des habitants du Val, de ce petit village Reschen/Resia (l'ancien village qui se nommait Graun, englouti dans le lac de Resia avec le clocher de l'église que l'on peut observer, dont on entendrait encore les cloches sonner certaines nuits...). Ce côté historique, forlkorique ( les violons qui ont un son de cornemuse, des anciennes coutumes) m'a fasciné!...Il n'y a pas d'autres termes, j'ai été fascinée par ces histoires, ce côté historique au point de me rendre à mainte reprises sur internet pour en savoir davantage ou pour admirer des photos de cette région que je ne connaissais pas! Dans ce livre, nous apprenons aussi à mieux connaîtreTeresa Battaglia, ses peurs, ce mal qui la ronge, ainsi que Massimo, son collègue et son protégé, qui lui aussi, a un lourd passé! On ne peut qu'être attendri(e) par ce duo! Mais il y a l'enquête, ne l'oublions pas, il s'agit d'un polar, après tout!
Teresa Battaglia et son équipe reviennent pour une seconde enquête: on découvre qu'un tableau a été peint à partir de sang humain et l'enquête va mener l'équipe jusqu'en 1945, dans le Val Resia et ses montagnes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale afin de découvrir à qui appartient le sang, qui a peint le tableau et qui est la jeune fille sur la peinture. Car la réalisation du tableau de la nymphe endormie va embarquer Teresa, Massimo et les nouvelles et anciennes têtes, dans le sombre passé de la Seconde Guerre mondiale et des gens qui l'ont peuplé. du roman policier au fantastique en passant par la romance, l'époque est traitée dans tous les sens. L'Histoire qui entoure le tableau fait partie intégrante de l'intrigue et c'est franchement passionnant. Et puis surtout on ne parle que très peu de la guerre, c'est la période qui est utilisée, la situation, les circonstances. Les explications trouvent leurs sources ailleurs : chez les personnages, leur histoire et les secrets gardés durant des décennies. Alors, que dire de cette enquête ? Une enquête qui est une fois de plus orchestrée avec brio par Ilaria Tuti, j'ai passé quelques soirées ( quelques nuits!) à m'y intégrer. C'est une enquête parfaitement menée autant dans le présent que dans le passé, un doux mélange de suspense, de psychologie, de découvertes faites au bon moment, une enquête, une histoire qui déborde dans tous les sens avec des personnages pour qui j'ai ressenti tant de sympathie, d'empathie, qui déborde mais bien, un livre rempli d'humanité!
Je connais peu d'auteurs qui ont réussi à se lancer dans des polars qui "débordent" autant et aussi bien! Je pense à la "trilogie du Minnesota" de Vidar Sundstol...Mais il s'agit d'un polar historique, je ne pense pas que la comparaison soit très bonne. Non, c'est une première, en tout cas pour moi! J'avais tellement aimé la première partie de cette trilogie, j'ai adoré la seconde et j'attends avec impatience la sortie de la troisième!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Chris39
  01 mars 2020
J'ai découvert Ilaria Tuti à travers son premier roman que j'avais beaucoup aimé.
La nymphe endormie, son deuxième opus, est un roman quasi inclassable car il serait extrêmement réducteur de l'appeler polar. Il y a certes une enquête qui en est le fil conducteur, mais ce sont les rapports entre les différents protagonistes qui constituent le point d'orgue du roman. Le décor quant à lui ajoute une singularité à l'histoire.
Dire que le sujet traité est original est un euphémisme... Tout dans ce roman nous est étranger et on en apprend long sur la population du Val Resia qui a gardé sa langue d'origine slave et des traditions fortement ancrées.
Le tandem Teresa et Marini prend une nouvelle dimension et on les découvre plus en profondeur. On s'y attache encore plus au point de se dire que le prénom Teresa n'a pas été choisi au hasard mais par référence à Mère Teresa.
Le seul bémol qui justifie que je n'ai pas mis 5 étoiles, c'est la longueur de certains passages et le rythme parfois trop lent.
On avale tout de même les 600 pages sans mal car l'écriture est ciselée et la traduction excellente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
YvonS
  16 mai 2021
Fans d'Ilaria Tuti, foncez !!!
Dans ce tome 2 (qu'on peut lire indépendamment du premier), il se confirme qu'Ilaria Tuti est une voix à part dans le monde du polar et qu'elle a bâti deux personnages formidables. La commissaire Térésa Battaglia et son adjoint Massimo Marini. Térésa est l'anti-héroïne par excellence : petite grosse diabétique de 60 ans qui se bourre de bonbons et atteinte d'un début d'Alzheimer, mais flic redoutable de courage, d'intelligence et d'efficacité. Et Massimo, jeune flic torturé par un passé inavouable. 
Elle les précipite au milieu des flammes dans un prologue effrayant. Sacrifier un des deux personnages principaux ? Peut-être... Parce que ce prologue est intitulé "La fin". La fin de qui ? de quoi ? D'un cold case insoluble ? Parce qu'on vient de redécouvrir un tableau La Nymphe Endormie, portrait d'une sublime jeune femme daté de 1945 peint avec du sang. Est-elle la victime ? Quel est son nom ? Quand a-t-elle été tuée, par qui, où et pourquoi ? Térésa va devoir plonger dans le passé 70 ans en arrière pour le savoir, lutter contre ses crises de panique quand sa mémoire ne fonctionne plus, découvrir le Val Résia à la population isolée qui garde des traditions millénaires  dans une nature magnifique et inquiétante et sauver de lui-même Massimo...
Non, non, ne poussez pas de "oh, on a déjà vu ça"... le talent d'Ilaria Tuti est avéré,  quelle écriture !  Quel talent pour décrire les paysages et l'ambiance qui s'en dégage, pour explorer les méandres de la mémoire, le combat de Marini contre son passé et un terrible traumatisme alors que la vie lui offre le plus beau des cadeaux. Vraiment une voix à part ! 
Qui est le Tikô Wariö ? Une hallucination ou un être humain de chair et de sang ? Vous ne le comprendrez que dans les dernières pages car c'est bien plus complexe qu'on ne le pense au départ. Qui a tué en 1945 ? Qui tue aujourd'hui ? La réponse est sidérante...
La multitude de personnages dont l'ennemi mortel de Térésa qui n'a qu'un but la détruire, la foule de causes possibles venues du passé, la forêt, tout concourt à vous perdre dans le labyrinthe des mensonges, des vrais et des faux souvenirs. L'auteure explore les mythes anciens, les hallucinations et les crimes bien réels. La trame est complexe et....diablement.... bien fichue ! 
La fin est très émouvante parce qu'on s'est encore plus attaché aux deux héros et (tant pis je divulgâche 😉) qu'on est impatient de lire le 3e tome. Car si l'énigme est ici résolue, il s'en ouvre une autre à la fin. 
Ne vous laissez pas effrayer par ce pavé de 653 pages, la prose d'Ilaria Tuti en vaut la peine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
JulitlesmotsJulitlesmots   30 novembre 2019
Il l'aimait, pourtant ; mais entre eux, le vide avait pris la place de la complicité.
Commenter  J’apprécie          130
collectifpolarcollectifpolar   02 décembre 2019
LA BAGUETTE D'HÉMATITE court sur la feuille. Elle dessine des arabesques qui prennent la forme de courbes connues et de vallons qui éclosent comme des lèvres. Elle trace des arrondis tendres et des lignes estompées. Un profil tout en finesse. De longs cheveux sombres. La blancheur de la peau est celle, lumineuse, du papier.
L'écarlate s'écoule, pénètre dans les replis des fibres, jusqu'à ne faire plus qu'un avec elles. Les doigts l'étalent d'une pression puissante, un élan de désespoir. Ils teintent et ils colorent. Ils veulent emprisonner l'image avant que la beauté ne s'évanouisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   02 décembre 2019
TERESA PENSE SOUVENT À LA MORT. Pourtant, jamais elle n'aurait imaginé que la sienne surviendrait ainsi ; le seul fait de ne pas réussir à se souvenir de ce qui pourrait la sauver ne manque pas d'ironie.

Un incendie sur le point d'éclater, des victimes qui attendent d'être secourues et elle, figée sur place. Son mental l'a abandonnée.
La confusion plonge le dernier acte de la tragédie dans le grotesque, et des yeux implorants, comme deux calices emplis de terreur, la regardent faire la seule et unique chose dont elle est capable en cet instant : rien. Elle qui a vécu toute sa vie en guerrière périra en moins-que-rien, après avoir lâchement baissé les bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Agape92Agape92   01 mai 2021
Elle avait été son nord et son sud, l'étoile qui illuminait l'est chaque matin et qui accueillait le mystère de la nuit à l'ouest. À présent, elle était morte et c'était à la mort qu'il s'en remettait.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   02 décembre 2019
Elle doute même de son propre nom, alors comment pourrait-elle se souvenir de celui de l'assassin ? Pourtant, il est là, avec elle ou dans une autre pièce ; en tout cas, il est à l'intérieur de cette maison sur le point d'enflammer l'obscurité de la vallée. Tout ça parce que Teresa a osé défier le mystère engendré en son cœur, alors que les montagnes l'avaient protégé, enseveli au fond de ses précipices, parmi les ossements sacrés et les énergies ancestrales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ilaria Tuti (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ilaria Tuti
Comme chaque année, les équipes de La Griffe Noire vous proposent leurs coffrets de Noël. Une sélection de livres accompagnée de goodies. Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent les contenus...
COFFRET JEUNESSE 7-10 ANS (45,80 €) : - Mortelle Adèle au pays des contes défaits, Mr Tran et Diane Le Feyer, Tourbillon - Le journal de Gurty, mes bébés dinosaures, Bertrand Santini, Sarbacane - Charlie se change en poulet, Sam Copeland, R. Laffont https://www.lagriffenoire.com/100771-...
COFFRETS JEUNESSE ALBUM (45,70€) : - Jules et le renard, Joe Todd-Stanton, Ecole des loisirs - Maman noel, Ryan T. Higgins, Albin-Michel jeunesse - Il était une fois la corne des licornes, Béatrice Blue, Little Urban https://www.lagriffenoire.com/100772-...
COFFRET ADO (50,70€): - Cogito, Victor Dixen, R. Laffont - Les pluies, Vincent Villeminot, Le Livre de Poche jeunesse - La maison des oiseaux, Allan Stratton, Milan https://www.lagriffenoire.com/100773-...
COFFRET SCIENCE FICTION (55,90€): - Métaquine indications, François Rouiller, Atalante - Chiens de guerre, Adrian Tchaikovsky, Denoel - Chevauche-brumes, Thibaud Latil-Nicolas, Mnémos https://www.lagriffenoire.com/100776-...
COFFRET MANGAS (37,80€) : - L'atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama, Pika - Bip-Bip Boy 1, Rensuke Oshikiri, Omaké - Dr Stone 1, Riichiro Inagaki et Boichi, Glénat - Heart Gear 1, Tsuyochi Takaki, Kioon https://www.lagriffenoire.com/100777-...
COFFRET BD SCIENCE FICTION (57,85€) : - Le château des animaux : Miss Bengalore, Delep & Dorison, Castermann - Nathanaelle, Charles Berberian & Fred Beltran, Glénat - The kong crew : Manhattan jungle, Eric Hérenguel, Ankama
COFFRET BD ADULTE (53,85€) : - Monsieur Jules, Aurélien Ducoudray & Arno Monin, Bamboo - Bruno Brazil : Black Program, Aymond & Bollée, Lombard - Lecio Patria Nostra : Le tambour, Yerles & Boidin, Glénat
COFFRET BD JEUNESSE (54,95€) : - Le royaume de Blanche fleur, Benoit Feroumont, Dupuis - Les quatre de BakerStreet : Les maitres de Limehouse, Dijian & Etien & Legrand, Vents d'Ouest - Raowl : La belle et l'Affreux, Tebo, Dupuis
COFFRET LITTERATURE FRANÇAISE (71,30€) : - Murène, Valentine Goby, Actes Sud - Les simples, Yannick Grennec, Anne Carrière - Rien n'est noir, Claire Berest, Stock https://www.lagriffenoire.com/100783-...
COFFRET LITTERATURE ETRANGERE (73,40€) : - Dévorer le ciel, Paolo Giordano, Seuil - Les patriotes, Sana Krasikov, Albin Michel - La péninsule aux 24 saisons, Inaba Mauyni, Piquier
COFFRET LITTERATURE DETENTE (72,90€) : - Un petit coup de jeune, Thierry Bizot, Seuil - Loin, Alexis Michalik, Albin-Michel - La mémoire des vignes, Ann Mah, Cherche-midi
COFFRET POLAR (71,90€) : - L'attaque du Calcutta-Darjeeling, Air Mukherjee, Liana Levi - L'Héritage Davenall, Robert Goddard, Sonatine - Ristretto, Bertrand Puard, Fleuve Noir
COFFRET HISTORIQUE (68,90€) : - La débâcle, Romain Slocombe, Robert Laffont - Marx dans le jardin de Darwin, Ilona Jerger, Editions de Fallois - Le bal des folles, Victoria Mas, Albin Michel
COFFRET LITTERATURE FRANÇAISE POCHE (30,70€) : - La petite danseuse de quatorze ans , Camille Laurens, Folio - Vie de David Hockney, Catherine Cusser, Folio - Chien-loup, Serge Joncour, J'ai lu
COFFRET LITTERATURE ETRANGERE POCHE (35€) : - Je m'appelle Lucy Barton, Elizabeth Strout, Livre de Poche - L'enfant du Danube, Janos Szekely, Folio - Le grand Elysium hôtel, Timothy Findley, 10/18
COFFRET LITTERATURE DETENTE POCHE (34,80€) : - La mandoline du capitaine Corelli, Louis de Bernières, Folio - La chorale des dames de Chilbury, Jennifer Ryan, Le Livre de poche - Un élément perturbateur, Olivier Chantraine, Folio
COFFRET HISTORIQUE POCHE (42,30€) : - L'impératrice Cixi, Jung Chang, Texto - Le soldat oublié, Guy Sajer, Tempus - Les heures indociles, Eric Marchal, Rocket
COFFRET POLAR POCHE (35,35€) : - Sur le toit de l'enfer, Ilaria Tutti, Pocket - Trop de morts au pays des merveilles, Morgan Audic, Rouergue noir - La nuit des cafards, Dean Koontz, Archipoche
+ Lire la suite
autres livres classés : maternitéVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..