AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782013226301
219 pages
Hachette Jeunesse (14/03/2008)
3.85/5   94 notes
Résumé :
Fils d'Henry VIII d'Angleterre, le prince de Galles rêve de courir en liberté et de se battre dans les rues de Londres avec les gamins de son âge. En même temps, dans un quartier sordide de la capitale anglaise, un petit pauvre rêve de devenir prince. Et si l'occasion était offerte aux deux enfants de réaliser leur rêve, chacun prenant la place de l'autre ?
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 94 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

gouelan
  29 septembre 2015
Édouard, prince de Galles, rêve de partager la vie des gamins des rues, d’échapper à l’ennui qui pèse sur lui, à sa vie monotone. Il décide alors de revêtir les guenilles d’un gamin des rues, échangeant son rôle avec Tom pour quelques instants de liberté. Tom réalisera lui aussi son rêve; devenir prince.
Édouard ne connait rien à la vie de son peuple. Quoi de mieux pour un futur roi que d’être plongé dans la rude existence de ses sujets, vagabonds, voleurs et mendiants, soumis à des lois épouvantables, opprimés et maintenus dans la faim, le froid, la saleté et l’ignorance. Quand on devient un « roi du royaume des ombres », baptisé tout à tour , par une bande de vagabonds, « Fou-Fou 1er », puis « roi des coqs de combat », on descend bien vite de son piédestal. Seul l’habit compte en ce monde, et ici il n’est vêtu que de guenilles ! Belle leçon de vie pour ce jeune prince juste et courageux.
De son côté Tom apprend la vie de prince et commence à aimer son pouvoir. Il en use généreusement envers les pauvres et les opprimés. Il aurait toute les qualités pour faire un bon roi, sauf qu’il n’est pas né du bon côté. Il ne peut être que" Prince pour rire". Chacun des deux garçons apprend de cette expérience.
Belle aventure, pleine de rebondissements, qui nous dresse un portrait de l’Angleterre du 16è siècle peu reluisant. Prisons sordides, tribunaux impitoyables, croyances surnaturelles, abus de pouvoir…
Et si tous les grands de ce monde faisaient cette expérience, ils changeraient sans doute aussi leur façon d’agir et de penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Junie
  16 avril 2018
La condition des enfants en Angleterre au XIXè siècle était rude, celle des enfants pauvres était épouvantable. On sait que Mark Twain, écrivain américain, s'est toujours montré sensible au sort des enfants orphelins, humiliés, maltraités. Il le prouve encore dans ce conte "social" dont l'action se déroule à la fin du règne d'Henry VIII. Dans un conte, tout peut arriver, surtout l'impossible. Ici, un petit mendiant martyrisé à l'âme noble va se retrouver juché sur le trône d'un Prince tandis que le jeune héritier de la Couronne est expédié dans les bas-fonds de Londres à sa place. Renversement des rôles qui permet de décrire l'absurdité d'un système de classes profondément cruel et injuste.
Cette histoire est plus noire que celle de Tom Sawyer, même si tout finit bien, que les Méchants sont punis et les Justes récompensés.
Twain souligne la bonté naturelle des enfants, leur sens de la justice, leur générosité, leur naïveté aussi. Si certains enfants sont violents et cruels, c'est leur mauvaise éducation qui est en cause. Comme Hugo, il montre un peuple de Misérables, criminels et brutaux, vicieux et pervertis par les mauvais traitements et l'injustice. Il suggère que c'est par l'éducation qu'on peut améliorer le sort des enfants. Ouvrir des écoles, c'est fermer des prisons.
J'ai retrouvé ce livre au fond d'un grenier, une belle édition illustrée qui fut un livre de Prix offert à une jeune fille en 1941 pour récompenser son travail. Il mérite d'être redécouvert, pas seulement pour l'édification des jeunes enfants, mais aussi pour les émotions qu'il nous fait vivre à travers les péripéties de l'histoire.
Que ferais-je si j'étais Princesse couverte d'or? ou Pauvresse en haillons?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
Selindej
  19 novembre 2010
Un roman hilarant, car les deux garçons vont échanger leur rôle pendant plus de temps qu'ils ne le pensent et vont être prient pour des fous. Un petit garçon pauvre qui devient prince, puis roi, à la mort du roi Henry VIII, un jeune prince devient pauvre, et tout deux d'un instant à l'autre, ils vont avoir du mal à se faire à leur nouveau rang. Marc, le jeune garçon, se voit devenir roi, à la mort d'Henry VIII, et il a du mal à digérer cette nouvelle. Edouard VI, le jeune roi, se voit obliger de survivre dans Londres, il doit se débrouiller seul en étant prit pour un fou. le jeune roi, ce fait des amis et ce rend compte de la dur vie des sujets, il va même en prison à deux reprises pour des raisons banals, et c'est très intéressant, car après il décide de changer des lois durent pour ceux qui doivent les subir, donc les sujets du roi.
L'auteur raconte très bien le récit de ces jeunes garçons, les mots employer sont très instructifs, car il y a un peu d'histoire dans ce roman. Ce n'est pas un coup de coeur, mais ce roman est sympathique à lire, je le conseille aux enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
StCyr
  02 septembre 2013
Le Prince et le Pauvre est un conte, une manière de chronique du temps d'Henri VIII d'Angleterre, roi de sinistre mémoire, à l'origine de la fondation de l'anglicanisme, que les visiteurs de la Tour de Londres et de ses geôles ont certainement entendu parler.
L'histoire narre comment deux enfants au physique semblable, mais au destin fort éloigné - l'un est le futur héritier du trône, Edouard VI, et l'autre n'est qu'un manant d'un quartier sordide de Londres, vont follement échanger leurs habits est ainsi tromper tout leur monde. Cet échange iconoclaste est à l'origine de mésaventures et de malentendus drolatiques et réjouissants sur le mode “l'habit fait le moine”. Au final le futur roi en tirera une meilleur connaissance de son bon peuple et le pauvre Tom Canty, après avoir goûté à la pompe et aux fastes de la cour, jouira tout de même du titre honorifique de pupille du roi; les méchantes gens seront châtiés à la hauteur de leurs forfaits et les fidèles sujets du roi ainsi que les miséreux victimes d'injustices recevront le juste prix de leur loyauté et de leur constance.
En toute honnêteté le titre de cette oeuvre me faisait craindre le pire, une sorte de roman sans réelle valeur littéraire, transpirant les bons sentiments et le puritanisme yankee. Et cependant je dois avouer que j'ai apprécié cette histoire, avec son évocation suggestive de l'Angleterre du XVIème siècle, ses lois d'une sévérité inexorable pour les moindres délits, la figure imposante d'Henri VIII, et l'image d'un Pont de Londres médiéval grouillant d'humanité dont les grilles sont couronnées d'horribles dépouilles, les têtes des favoris tombés en disgrâce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
MaggyM
  22 novembre 2022

Ce roman a tellement été adapté que tout le monde connait le fond de l'histoire: le fils d'Henri VIII, âgé de 9 ans, échange sa place avec un pauvre garçon qui lui ressemble. Edouard (qui deviendra Edouard VI quelques semaines plus tard) se retrouve donc face aux vicissitudes de la vie de pauvre dans le Londres du 16e siècle. de son côté, Tom, expérimente la vie de prince qui le faisait tant rêver quand il crevait de froid et de faim dans son logis crasseux et qu'il tremblait sous les coups du paternel.
Mark Twain nous livre ici une uchronie à l'allure de conte. Même si on connait le récit dans les grandes lignes et qu'on sait comment tout cela va se terminer, la lecture de ce classique de la littérature jeunesse fut une vraie découverte. L'auteur n'a pas lésiné sur le contexte historique, qu'il soit politique ou architectural; sans pour autant être ennuyeux. le récit est aussi parsemé d'humour grâce à la cocasserie de certaines scènes qui n'ont pas manqué d'émailler le roman vu le propos.
Les grands marqueurs du conte sont bien entendu présents mais Mark Twain n'a pas vraiment édulcoré la réalité historique: femmes brûlées vives, piloris, prison fangeuse, extrême pauvreté... C'est ce qui rend la lecture de l'ouvrage intéressante même pour les adultes (et le texte intégral doit être accompagné ou proposé à partir d'un certain âge).
Pour la morale de l'histoire, bien entendu, les gentils ont gagné sur les méchants mais celle que je retiendrai, et qui reste valable aujourd'hui, c'est qu'il serait bon que les dirigeants se confrontent à la "vraie vie" et aux conséquences directes des lois qu'ils édictent dans leurs salons surprotégés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   29 septembre 2015
- Pauvre petit ! Se dit-il, plus je descends, plus il me fait monter ! Hier je n'étais qu'une ombre de chevalier dans le royaume des ombres et des rêves, me voilà maintenant l'ombre d'un comte ! J'avance vite ! Je n'ai que des ombres d'ailes, mais elles me portent loin ! Si cela continue, je serai bientôt, comme un arbre de mai, couvert de clinquant, de simulacres d'honneur ! c'est égal, je les apprécie plus que des dignités ces titres fantastiques, car je les dois à l'amitié et à la reconnaissance. Mieux vaut une couronne de comte pour rire qu'on n'a point quémandée, et qu'on reçoit d'un pauvre enfant en démence, mais pur de tout vice, qu'un vrai blason acheté au prix de la servilité et de la honte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
gouelangouelan   28 septembre 2015
- Si le roi est fou, dit quelqu'un, comme on en fait courir le bruit, sa folie est de de celles qu'il faudrait souhaiter à bien des gens que je connais et dont toute la sagesse ne vaut pas un grain de raison.
Commenter  J’apprécie          280
KorriganKorrigan   11 avril 2015
- Quand je serai roi, ils n'auront pas seulement le gîte et le pain; ils apprendront aussi à lire dans les livres; à quoi sert d'avoir le ventre plein quand il n'y a rien dans la tête ni dans le cœur ? [...] car l’instruction calme les passions et engendre la bonté et la charité.
Commenter  J’apprécie          170
gouelangouelan   28 septembre 2015
- Avec plus d'argent, se dit-il en parlant tout haut, j'aurais évidemment trouvé mieux; mais on ne peut semer que suivant son sac, et quand le sac est petit...
Commenter  J’apprécie          210
SelindejSelindej   19 novembre 2010
"[...]-Mon pauvre enfant ! Ce sont tes lectures, tes maudites lectures, qui t'ont fait perdre la tête ! Je t'ai pourtant supplié maintes fois de les abandonner ! [...]"
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Mark Twain (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Twain
[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […]
On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […] (Roland Jaccard.)
0:00 - Joseph Joubert 0:09 - Mark Twain 0:29 - Jonathan Swift 0:43 - Giovanni Papini 0:57 - François George 1:20 - Honoré de Balzac 1:33 - Marcel Proust 1:46 - Paul Valéry 1:59 - Nicolas de Chamfort 2:09 - Sigmund Freud 2:23 - Oscar Wilde 2:38 - Pierre Loti 2:54 - Jerry Lewis 3:06 - Milan Kundera 3:40 - Pie XII 3:53 - Remy de Gourmont 4:07 - Jacques Bainville 4:19 - François Bott 4:36 - Johann Nestroy 4:46 - Générique
Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982.
Images d'illustration : Joseph Joubert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Joubert_(moraliste)#/media/Fichier:Joseph_Joubert.jpg Mark Twain : https://theysaidso.com/quotes/author/mark-twain/ Jonathan Swift : https://www.sciencephoto.com/media/228587/view/jonathan-swift-english-author Giovanni Papini : https://catalogo.beniculturali.it/detail/HistoricOrArtisticProperty/0900118123#lg=1&slide=0 François George : https://www.cultura.com/p-alceste-vous-salue-bien-3179668.html Honoré de Balzac : https://www.librairielaliberte.com/balzac-le-journalisme-comme-sciences-des-moyens Marcel Proust : https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/litterature/il-avait-tout-pour-finir-dans-l-oubli-et-marcel-proust-devint-un-ecrivain-national-759176 Paul Valéry : https://www.telerama.fr/radio/et-paul-valery-reprend-chair-sur-france-inter,n5713218.php Nicolas de Chamfort : https://www.citations.com/auteurs/nicolas-chamfort-168 Sigmund Freud : https://en.wikipedia.org/wiki/Sigmund_Freud#/media/File:Sigmund_Freud,_by_Max_Halberstadt_(cropped).jpg Oscar Wilde : https://www.wsj.com/articles/oscar-wilde-biography-matthew-sturgis-book-review-portrait-of-the-artist-in-full-11634919065 Pierre Loti
+ Lire la suite
autres livres classés : richessesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Les aventure de Tom Sawyer

Quel est le prénom de Tom ?

Tom
thomas
willi
victor

3 questions
146 lecteurs ont répondu
Thème : Les aventures de Tom Sawyer de Mark TwainCréer un quiz sur ce livre