AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221218556
400 pages
Éditeur : Robert Laffont (21/02/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.37/5 (sur 100 notes)
Résumé :
Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher.

Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
stokely
  22 mai 2019
Un roman psychologique qui met beaucoup de temps à se mettre en place de plus je n'ai pas trop vu l'intérêt de rapprocher le quotidien d'Alison à celui de Madeleine cela n'apporte au final pas grand chose de plus au récit.
Alison est une avocate dont la vie de famille se délite, elle vit avec Carl son mari et leur fille Tillie. Peu à peu celle-ci reste de plus en plus présente au travail, a un amant Patrick et sort très souvent en soirée pour boire après le travail, il n'est d'ailleurs pas rare qu'elle dorme directement au cabinet d'avocat.
Son mari Carl vit de plus en plus mal la situation et les reproches sont incessants pour tout, le fait qu'Alison s'occupe mal de sa fille, qu'elle ne sache pas faire la cuisine, tenir une maison etc...
Pour ne rien arranger dans leur situation maritale, Alison va devoir gère sa première affaire de meurtre, Madeleine l'accusé a en effet poignardé à mort son mari. Alison va petit à petit se rendre compte que Madeleine et elle on vécu la même chose durant le temps qu'elle était en couple comme par exemple les reproches incessants.
Le récit n'a malheureusement rien d'haletant et la fin ne m'a convaincue non plus, dommage la quatrième de couverture avait pourtant l'air très prometteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
clairesalander
  29 mars 2019
Une quatrième de couverture alléchante, allez hop, je l'achète chez mon libraire favori.
Si je suis bien happée au début, les personnages et l'histoire étant bien relatés, au fur et à mesure de ma lecture, je me lasse. Les galipettes de l'héroïne avec son collègue, trompant son mari moralisateur, sont répétitives et rendent le roman redondant.
Je me demande vraiment où ça va, cela dit, impossible de lâcher le bouquin. Si le début était lent, la fin est précipitée et plutôt réussie.
Bilan mitigé pour ce polar psychologique.
Commenter  J’apprécie          260
sonfiljuliesuit
  15 septembre 2019
D'une manière générale, on a toujours l'enquête, les flics, les tueurs… Mais là, on se retrouve avec une avocate qui se voit confier sa première affaire de meurtre.
Sans pour autant découvrir les rouages juridiques, l'auteure s'attache à mettre en parallèle deux vies, deux femmes que tout semble opposer. Les personnages sont loin d'être ce qu'ils paraissent être et c'est assez intéressant.
Même si la vie de cette avocate, Alison, semble idyllique, on a l'impression que rien ne la rend heureuse… Elle noie ses soirées dans l'alcool, alors qu'elle a un mari, psychologue, adorable et une petite fille très mignonne… Oui, mais voilà, c'est comme dans la vie réelle… C'est ce que l'on veut bien nous faire croire. Une vie lisse et sans histoire.
Madeleine, la meurtrière a assassiné son mari d'une quinzaine de coups de couteau, après avoir vécu l'enfer…
Une lecture en demi-teinte, car le personnage d'Alison m'a exaspéré et j'ai eu du mal à entrer dans cette intrigue, même si le début met du mal à se mettre en place et semble partir dans tous les sens, peu à peu le récit se densifie, surtout lorsque l'aspect psychologique prend le pas en s'installant de manière latente, quasi sournoise.
Les derniers chapitres sont très bien construits et c'est ce qui permet de redresser la barre et à l'intrigue de prendre de l'ampleur.
L'ambiguïté des personnages est le point central du récit et certains vont se révéler sous leur vrai jour et c'est de cette manière que l'auteure aborde le sujet des violences faites aux femmes, en mettant en avant l'aspect psychologique, les manipulations…
Une lecture en dents de scie, mais l'auteure a réussi à maintenir l'intérêt avec l'évolution qu'elle donne à ses personnages en révélant leur nature profonde.
Lien : https://julitlesmots.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Thinkabout
  03 avril 2019
C'est un bouquin où, à chaque pages qu'on tourne, on se dit "m'enfin, quelque chose va bien se passer, non ?!"
C'est un bouquin où on se dit que c'est tellement gros tout ça, qu'on souhaite très très fort que ça se termine autrement.
(Mais, dommage) c'est un bouquin où on devine la fin...dès le début.
C'est un bouquin qui raconte des beuveries et des scènes olé olé à tire larigot, sans véritable intérêt (comme quand l'héroïne (enfin, je dis l'héroïne...) a de la crotte de chien sur la main et que l'auteur s'attarde là dessus pendant à peu près 4 pages, ce qui vous met dans un état d'incompréhension totale : Pourquoi ? à quoi ça sert ? quelle importance ? preuve à conviction ? faut il garder cet élément pour plus tard ?)
C'est un bouquin où au bout de 200 pages il ne se passe toujours pas grand chose. que dalle. Nothing.
C'est un bouquin, ça oui. Pour sûr. Mais c'est un bouquin qui sert à rien.
A part la fin, peut-être, si risible qu'elle mérite la petite étoile, là, en haut, pour le folklore.
Manquerait plus qu'un collectionneur d'allumettes fasse partie de la fête et je pense qu'on serait pas mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
moijelisetvous
  21 avril 2020
Confinement oblige... Les lectures s'amplifient et encore une belle découverte avec ce premier roman d'Harriet Tyce, ancienne avocate pénaliste à Londres, hop elle s'est lancée et je dois dire que j'aime ça... J'aime lire de temps à autres, ces auteures anglaises comme Clare Mackintosh, Paula Hawkins parce que le verbe est cru mais pas seulement.
Régulièrement on se retrouve en plein coeur d'un procès, les soirées aux pubs, les couples se font et se défont et Blood Orange ne déroge pas à la règle, loin de là
Le titre vous saute à la figure dans les dernières pages et c'est inattendu, il faut dire que les derniers chapitres sont d'une teneur inouïe. On vous promet d'ailleurs, en quatrième de couverture, " un twist final explosif" et bien c'est rien de le dire...
L'héroïne, Alison Wood, est avocate pénaliste ( tiens, tiens...) est sa vie est, comment dire... Disparate... Autant sa carrière s'apprête à prendre une belle envolée, autant sa vie de famille avec son mari Carl, thérapeute et leur charmante petite "Tilly" n'est qu'une illusion...
Alors Alison enchaîne les procès et les soirées au bar entre collègues donc guère de temps pour sa petite famille.
La chance d'Alison est qu'un de ses confrères Patrick, avec qui l'alcool et le sexe sont à l'excès, va lui proposer un dossier en or : sa première affaire de meurtre. L'accusée s'appelle Madeleine, elle a poignardé son mari d'une quinzaine de coups de couteaux. Au fur et à mesure de l'enquête, Madeleine se livre sur ce mari contrôlant tout, même la pilule contraceptive et Alison prend conscience que sa vie n'est pas si éloignée de celle de Madeleine...
Franchement une intrigue redoutable avec une fin en apothéose, excellent premier roman que je vous recommande
Un grand merci aux éditions La bête noire chez Robert Laffont et une longue vie en tant qu'auteure à Harriet Tyce.
#bloodorange
#harriettyce
#labetenoire
#robertlaffont
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
sonfiljuliesuitsonfiljuliesuit   20 février 2019
Mon attention se reporte sur le téléphone. La femme à l'écran – cette autre moi à l'écran – est manifestement partie pour la nuit. Elle titube vers le canapé, s'y laisse retomber lourdement pour chanter Prince. Ensuite, c'est le grand final, la chanson des Smith que j'étais certaine d'avoir magnifiquement réussie. Le spectacle n'a rien de divin, au contraire. Je serre le portable dans mes mains glacées, tremblantes. Le sang me monte au visage, des convulsions de honte me vrillent le ventre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
sonfiljuliesuitsonfiljuliesuit   20 février 2019
Devrais-je prendre ça comme le signe qu'il est temps de rentrer ? Sans doute. Mais pas question de laisser Patrick seul, avec toutes ces jeunes femmes en manque désireuses de se faire remarquer par l'un des conseils juridiques les plus éminents de la ville. Je racle le plus gros de la merde sur une portion de mur propre et me dirige d'un pas sûr vers le Swish, en adressant un sourire au videur. Si je me lave les mains suffisamment longtemps, je réussirai à effacer la puanteur. Personne n'en saura jamais rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sonfiljuliesuitsonfiljuliesuit   20 février 2019
Il me repousse et tourne au coin de la rue. Je titube sur mes hauts talons, je m'appuie contre le mur pour me maintenir debout. Au lieu de la texture rugueuse du ciment et de la brique, je sens une substance poisseuse sous la paume de ma main. Je la renifle et j'en ai un haut-le-cœur. De la merde. Un petit malin a étalé de la merde sur le mur. L'odeur me dessoûle plus encore que tout ce que Patrick vient de me balancer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Piuma_bookworldPiuma_bookworld   02 avril 2019
𝙈𝙖𝙙𝙚𝙡𝙚𝙞𝙣𝙚 𝙎𝙢𝙞𝙩𝙝 𝙣’𝙖 𝙥𝙖𝙨 𝙨𝙚𝙪𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙩𝙧𝙖𝙣𝙘𝙝é 𝙡’𝙖𝙢𝙤𝙪𝙧 , 𝙚𝙡𝙡𝙚 𝙡’𝙖 𝙩𝙖𝙞𝙡𝙡𝙖𝙙é, 𝙥𝙤𝙞𝙜𝙣𝙖𝙧𝙙é 𝙙𝙚 𝙥𝙡𝙪𝙨𝙞𝙚𝙪𝙧𝙨 𝙘𝙤𝙪𝙥𝙨 𝙙𝙚 𝙘𝙤𝙪𝙩𝙚𝙖𝙪.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 mars 2019
Hier soir, j'étais exceptionnelle, j'ai chanté à fond en oubliant tous mes soucis. J'étais une star, portée par une vague musicale qui m'a transportée loin des querelles mesquines qui avaient dominé la fin de l'après-midi. Et aujourd'hui, je vois ce qu'ils ont vu : une femme bourrée, la bretelle de son soutien-gorge dépassant de sa robe et son maquillage lui coulant sur la figure. Je la contemple, atterrée. Sa voix me déchire les tympans ; les notes que j'avais si bien négociées, cette chanteuse-là les rate d'un kilomètre. Le rythme est faux, la danse, ridicule. Et le pire de tout, c'est l'expression sur le visage des filles quand elle essaie de les entraîner dans sa chanson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Harriet Tyce (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harriet Tyce
Blood Orange - Harriet Tyce [FR] - ROBERT LAFFONT Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher. Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions… Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ? Un thriller addictif. Un style ultra-efficace. Un twist final explosif. « L’élégance de ce thriller n’a d’égale que sa puissance narrative. » Clare Mackintosh, auteure de Te laisser partir.
+ Lire la suite
autres livres classés : AvocatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1862 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..