AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752910561
400 pages
Éditeur : Phébus (03/01/2017)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 116 notes)
Résumé :
Portrait d'une vieille maison de Baltimore et de ses habitants à travers plusieurs générations, le vingtième roman d'Anne Tyler est comme souvent celui d'une famille trop heureuse pour être vraie.
Épicentre du texte, Abby, la pièce rapportée, la femme de Red Whitshank, mère de cinq enfants devenus adultes. Elle excelle à les rassembler tous (et parfois quelques autres invités de passage) autour d'un repas ou d'une conversation. Pourtant, quand commence le ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
1967fleurs
  26 août 2019
C'est ma première rencontre avec cet auteur américaine Anne Tyler.
Chez les Whitshank, tout va pour le mieux, Abby assistante sociale est mère de cinq enfants ne manque pas d'énergie. L'entreprise de construction dirigée par Red son mari est prospère de père en fils.
Toute la famille vit dans une grande demeure en héritage sur Bouton Road à Baltimore et il y fait bon vivre, peut-être plus qu'ailleurs.
Sous cette apparente tranquillité, quand Abby commence à faire montre au quotidien de fragilités,
d'oublis, les enfants regagnent le nid pour faire corps contre les intempéries de la vie.
Anne Tyler aborde le sujet de la famille, de l'épreuve de la vieillesse quand les enfants viennent combler les manques, que ça roule sur des roues carrées. Alors il faut composer avec le déclin, trouver des solutions de repli et se réserver aussi des poches de bonheur au quotidien.

L'auteur dans sa logique a tout bien ficelé…mais il manque un élan vital dans les personnages de cette histoire même si à elles seules les filles Whistshank sont courageuses, ambitieuses, travailleuses, cela n'a pas été suffisant pour moi, je ne suis pas parvenue à m'attacher aux personnages.
J'ai persévéré, même si j'ai vu la bobine de fil bleu apparaître au dernier chapitre et je n'ai pas compris ce qu'elle faisait là…mais je ne me suis pas emmêlée…l'histoire était finie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
Annette55
  10 janvier 2020
Je ne connais pas AnneTyler , son écriture m'a fait penser aux livres de Angela Huth.....
Cette histoire se passe de 1959, et même avant, au temps de la grande dépression jusqu'en 2012...
L'auteure , méticuleuse et drôle, tisse les portraits : sur plusieurs générations de la famille Whitshank, une famille comme les autres ?
Elle conte le récit minutieux du quotidien de Red et Abby , née Dalton, les parents , elle, assistante sociale au grand coeur, lui menuisier et entrepreneur, leurs quatre enfants : Amanda , l'ainée qui deviendra avocate, jeannie, Denny, l'instable , Stem , de son vrai prénom Douglas , leur jolie maison de Baltimore ...
Rythme, humour, tendresse, méticulosité , rythment cette chronique aux nombreux dialogues, où fourmillent les détails des relations parents- enfants - amis , amies : les scrutant et les imposant tel l’art d’une dentellière au petit point , une vraie chirurgienne du cœur, dans le contexte et les modes de vie dédiés à chaque époque., jusque dans l’art de se vêtir ...
Anne Tyler analyse avec justesse les histoires d’amour parfois rocambolesques , les fragilités , les impatiences, les audaces, les jalousies , les secrets , les fous rires et les coups de poing , les petits dérangements cérébraux de la vieillesse ——une réflexion attentive à propos des parents qui déclinent à touches menues,—— les non - dits, le deuil, l’accident , l’héritage des biens, débusque les politesses , chasse les faux - semblants ....
Chacun peut y reconnaître sa propre histoire ...
La plume acérée, fraîche, juste, pétrie d’humour, adroite , comme feutrée dans sa sourcilleuse méticulosité ne laisse rien au hasard ....
Un récit familial romanesque de près de 400 pages inspiré et original dans sa simplicité qui touche au cœur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
sylvaine
  22 février 2018
2012, Baltimore, Bouton Road, la maison de la famille Whitshank. Ils sont tous réunis Abby et Red, les parents, et leurs enfants . les filles Amanda et Jeannie, leur fils Stem , chacun est venu avec conjoints et enfants . le seul absent est Dennis l'autre fils toujours aussi imprévisible .. mais bon c'est Dennis !. ils sont bien inquiets depuis quelque temps Abby l'infatigable, la pétillante,l'incontournable a des pertes de mémoire . Red est fatigué alors se pose pour leurs enfants l'éternelle question. Que faire ? Comment? ..
Anne Tyler avec beaucoup d'élégance nous relate par le menu la vie de cette famille si unie , si heureuse. le ton de ce roman ,plein de la nostalgie d'une jeunesse enfuie, est le plus souvent doux-amer. Les non-dits de la famille Whitshank , les petits arrangements avec la stricte vérité ne sont ils pas nécessaires pour que toute vie familiale, sociale, affective se déroule le plus harmonieusement possible ?Et honnêtement ces non-dits sont ils propres à cette seule famille Whitshank? ne sont ils pas présents dans chacune de nos familles, de nos vies ? Un roman que j'ai lu avec beaucoup de plaisir en toute intelligence de coeur , un roman écrit par une femme qui n'est plus toute jeune , qui a pris du recul par rapport à son vécu ou du moins au vécu de ses personnages. Un bien joli texte , à noter que c'est la toute dernière partie qui s'appelle une bobine de fil bleu , tout un symbole en soi.
Un grand merci aux éditions 10/18 et à Babelio pour cette fort jolie découverte romanesque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
cecilestmartin
  20 janvier 2019
Une formidable chronique familiale dont la construction habile réserve au lecteur de nombreuses surprises.
On s'attache dès les premières pages à la famille Whitshank, composée de Red et Abby,les parents, et leurs 4 enfants notamment parce qu'on retrouve dans ses membres toutes les déclinaisons des postures familiales : le fils prodigue mais rebelle, celui qui inconditionnellement répond à toutes les attentes de ses parents, la fille restée très complice de sa mère, etc. Et puis, il y a les pièces rapportées, brus et gendres, qui appartiennent à la tribu mais pas complètement non plus. de ces romans qui évoquent forcément des sentiments ou situations vécus, qu'ils soient tendres ou douloureux. La tribu, c'est chaleureux, soutenant, essentiel et à la fois terriblement étouffant ; il n'est pas aisé d'y trouver sa place. Il est ici question de la famille comme espace de construction individuelle, avec toute la complexité que cela suppose.
La maison familiale constitue de fait un personnage à part entière ; au centre des désirs de Junior le grand-père qui l'a construite avec amour, elle incarne le foyer, l'âme de la famille, le refuge où tous se retrouvent pour partager le meilleur mais aussi le pire.
Une bobine de fil bleu, c'est aussi l'histoire de la vieillesse, celle des parents qui déclinent et pour lesquels il faut envisager de l'aide et des solutions au quotidien. le talent d'Anne Tyler est immense de réussir à créer ainsi par touches menues, le contexte et les conséquences de cette décrépitude, de cette inéluctabilité que l'on tente de tenir loin, tant elle nous effraie pour nous et nos parents (en écho au blues de la cinquantaine :)).
Enfin, ce sont des personnages de femmes inoubliables, courageuses, vindicatives, humaines car leurs choix ont parfois des conséquences, dont la ténacité est surprenante : l'épisode de la balancelle m'a soufflée, pour ne pas dire époustouflée !
Bref, vous l'aurez compris, gros coup de coeur pour ce roman et pour la créativité de l'auteur dont on sent la tendresse teintée d'ironie pour ses personnages. Tout y est : la qualité de l'écriture, la construction qui, en ne respectant pas une chronologie, donne du rythme, l'humour et la finesse de la réflexion.
Challenge Plumes Féminines
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cecilit
  24 février 2018
Ann Tyler, reine du détail, dentellière du quotidien familial, horlogère hors pair pour décrire le temps qui passe, génération après génération, chirurgienne du coeur et de ses failles, dialoguiste hors pair, m'a, une nouvelle fois conquise. Cela sonne si juste, si subtilement juste. Même si ces romans sont américains et invariablement situés à Baltimore, chacun de nous, que l'on soit natif de Lille ou de Marseille, de Roscoff ou de Strasbourg, que l'on soit enfant unique ou de famille nombreuse, que l'on soit jeune ou moins jeune, que l'on soit femme ou homme, chacun peut se reconnaître ou reconnaître l'histoire de sa famille, dans ses romans.
Commenter  J’apprécie          163

critiques presse (3)
Lexpress   13 février 2017
La grande force de la romancière américaine réside comme à son habitude dans son art du détail, sa justesse d'analyse psychologique.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   27 janvier 2017
Portrait d'une famille américaine : des fous rires, des coups de poings, des secrets, un parfum de cookies et de bonheur.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama   25 janvier 2017
L'humour et la tendresse des premières pages se vinaigrent peu à peu, évitant ainsi le sirop de la nostalgie qui n'intéresse pas Anne Tyler, méticuleuse, feutrée et un rien perverse.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   09 janvier 2020
« —-Le problème quand on meurt , avait- elle dit un jour à Jeannie, c’est qu’on n’a pas l’occasion de voir comment tout se termine .On ne connaîtra jamais la fin de l’histoire .
——Mais , maman, il n’y a pas de fin .
——Oui , je le sais bien.
En théorie .
Il n’était pas exclu que, tout au fond d’elle même , elle ait le sentiment que le monde ne pouvait pas continuer sans elle .Les êtres humains excellaient tellement dans l’art de se voiler la face !
Parce que la triste vérité était que personne n’avait plus besoin d’elle ... »....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cecilitcecilit   22 février 2018
- Tu te demandes pourquoi il est devenu gay ? Je ne dis pas que c'est vraiment le cas, mais si ça l'était, si ça lui avait traversé l'esprit rien que pour nous embêter, tu veux savoir pourquoi ? Je vais te dire pourquoi : c'est la mère. C'est toujours la mère qui surprotège .
- Oh, c'est un discours tellement dépassé et réducteur et tellement. ..faux que je ne vais même pas m'abaisser à répondre.
- Ta non-réponse t'a pourtant demandé pas mal de mots.
- Et qu'est-ce que tu fais du père, puisque tu veux remonter à des théories moyenâgeuses ? Qu'est-ce que tu fais du macho du bâtiment qui dit à son fils de se secouer, d'avoir plus de cran, d'arrêter de pleurnicher pour des broutilles, de grimper sur ce foutu toit et de clouer les ardoises ?
- Nous, on fixe les ardoises avec des crochets, Abby.
-Qu'est-ce que tu fais de ce père ?
- D'accord, très bien ! J'étais comme ça. J'ai été le pire des pères. Ce qui est fait est fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Annette55Annette55   10 janvier 2020
«  ——Tout de même , c’était ma mère .
Une femme, une seule femme au monde qui vous trouve unique: tous les enfants méritent au moins ça , non ?
Tu avais ça , tu avais Abby ».
«  L’un des membres de notre famille passa trente années de sa vie à chercher désespérément la voix de sa mère , mais une fois qu’il la trouva , il s’aperçut qu’il l’appréciait beaucoup moins que celle de sa fausse mère . »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cecilitcecilit   23 février 2018
Elle avait toujours cru, que dans ses vieux jours, elle serait enfin totalement sûre d'elle. Mais regardez-la : toujours assaillie par le doute. A bien des égards, elle avait aujourd'hui moins de certitudes que lorsqu'elle était jeune. Et souvent, quand elle s'entendait parler, elle était consternée par le ton niais qu'elle prenait - elle paraissait écervelée et superficielle, comme si, d'une certaine manière, elle avait endossé le rôle de la mère dans une sitcom stupide.
Qu'avait-il bien pu lui arriver ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PenelopePenelope   06 novembre 2018
- Ça force à se demander pourquoi on se donne la peine d'accumuler des choses, quand on sait depuis notre plus tendre enfance que tout a une fin.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Anne Tyler (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Tyler
Romain Gary le disait : "S'il y a une chose impardonnable, c'est de ne pas pardonner". Plus simple à dire qu'à faire. Pourtant, en lisant "Vinegar girl" d'Anne Tyler, cela semble déjà bien plus simple à mettre en application. Cela l'est encore plus lorsque ce sont Héloïse Goy et Tatiana Lenté, auteures du livre "Bibliothérapie" paru aux éditions Hachette Pratique, qui nous le présentent.
En savoir plus sur "Bibliothérapie : 500 livres qui réenchantent la vie" ? http://bit.ly/Bibliotherapie-500-livres
autres livres classés : baltimoreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1115 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..