AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234046917
178 pages
Stock (30/11/-1)
4.14/5   61 notes
Résumé :
C'est en 1909 que Sigrid Undset écrivit Vigdis la farouche, roman inspiré des sagas islandaises qu'elle avait traduites en norvégien. Son père, célèbre archéologue, lui avait communiqué sa passion pour l'histoire et pour ce haut Moyen Age scandinave qui sera le cadre, dix ans plus tard, de l'immortelle Christine Lavransdatter.
Vigdis, belle et sauvage, préfigure d'ailleurs Christine. Elle a quinze ans à peine quand Viga Ljot, un marin islandais, s'éprend d'el... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 61 notes
5
17 avis
4
12 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

mesrives
  10 janvier 2019
Quand Viga Ljot rencontre Vigdis la farouche cela ne peut faire que boum !
Ils sont beaux, jeunes et ont chacun des tempéraments de feu.
De jeux de séduction en actes démonstratifs, la passion entre ces deux jeunes Vikings se dessine, prometteuse de joie, de bonheur mais... MAIS ce serait oublier les nornes, ces puissances magiques, divinités de la mythologie nordique, gardiennes de la destinée de chaque être.
Ouh la la quel souffle ! Une magnifique envolée ! J' en frissonne encore ….
Dans une Scandinavie printanière où l'eau, source de vie, ruisselle, les ténèbres vont bientôt obscurcir les passions des vivants. de solstices en équinoxes la vie change de cours pour suivre des eaux tumultueuses, dangereuses gorgées de boue.
Le bonheur n'est bientôt plus qu' un songe, un songe d'été, et de longs hivers amènent leur lot de malheurs et de douleurs à chacun de nos deux héros.

Sigrid Undset nous offre une histoire merveilleuse et extraordinaire qui prend la forme au fil des pages d'une sombre tragédie. Sous les apparences d'une captivante saga, elle transforme les aventures de Viga Ljot et de Vigdis la farouche en combat des héros . Un défilé de personnages entiers, courageux, obstinés anime le tableau de cette société médiévale Viking, qui prend une allure de spectacle, lorsque guerriers redoutables et violents, femmes déterminées et indépendantes traversent non sans encombre obstacles et épreuves.
Happée, J'ai été littéralement happée par ce récit, où la tension s' immisce par de longues ondulations jusqu'à la terrible vague du dénouement.
Admiratrice de la Saga de Njall le Brûlé, Sigrid Undset nous délivre un magnifique roman dans un décor sombre et majestueux , l'Islande et la vallée d'Oslo aux alentours de l'an Mil. A travers le prisme de l'amour que se voue Viga Ljot (Ljot le meurtrier) et Vigdis la farouche, elle nous conte les tourments de cette passion terrible et démesurée.
Un voyage au coeur d'une passion ravageuse.
C'est beau, terrifiant et émouvant.
Une lecture que je ne peux que vous conseiller.
Gros coup de coeur.

Précisions sur l'oeuvre : Vigdis la farouche a été écrit en 1909 par Sigrid Undset sous le titre original L'histoire de Viga-Ljot et Vigdis. Publié en France en 1953 , j'ai eu la chance de découvrir ce récit dans les éditions de la robe noire, traduction de Marta Metzger, dont les magnifiques illustrations de Julien Brunet renforcent le côté inextricable des enjeux qui s'y jouent et amplifie la part de mystère de ces destinées.
Ayant découvert par hasard cette auteure avec L'âge heureux, je n'ai qu'une hâte me procurer Kristin Lavrandsdatter qui semble être une de ces oeuvres majeures et pour lequel Sigrid Undset reçu le prix Nobel de Littérature en 1928.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9013
Gwen21
  24 mai 2016
Dans son roman, Sigrid Undset - récipiendaire du Nobel de littérature 1928, soit dit en passant - ne vous parlera pas de drakkars mais de bateaux, et elle ne vous dira pas que son récit se situe au Moyen Age mais vous le laissera deviner tous seuls comme des grands. Toutefois, le doute n'est pas permis, elle vous parlera bel et bien des Vikings, ces légendaires et redoutables guerriers des mers, pilleurs de rivages, forts comme des demi-dieux, beaux comme Thorgal et violents comme seuls pouvaient l'être des hommes heurtés à toutes les hostilités de la nature. Elle vous dira aussi que ces mêmes navigateurs étaient également des laboureurs et des scieurs de bois, que leur sens de l'honneur était intransigeant et, qu'en résumé et à la réflexion, ils n'étaient guère différents des autres hommes lorsqu'ils se livrent à la convoitise, à leurs passions, à leurs vices et à leur ambition.
L'auteur, précocement et résolument moderne, affectionne particulièrement les figures de femmes, son oeuvre en témoigne. Avec Vigdis, le belle et farouche Norvégienne, elle offre au lecteur une héroïne à la personnalité bien trempée et narre de quelle façon la brebis peut devenir louve si elle est trompée par le berger.
"Vigdis la farouche" est un roman qui ne perd pas de temps, qui va droit au but, et dont le rythme s'apparente presque à celui de la chanson de geste ou encore à celui du récit de veillée, que seule la tradition orale peut retranscrire fidèlement tant il importe que les inflexions d'une voix vibrante leur donnent vie.
Je ne me suis pas ennuyée une seconde à la lecture des aventures de Vigdis qui réunissent avec bonheur amour, passion, violence et vengeance. Une auteur classique à découvrir.

Challenge MULTI-DÉFIS 2016
Challenge ATOUT PRIX 2016 - 2017
Challenge PETITS PLAISIRS 2016
Challenge ABC 2015 - 2016
Challenge 19ème siècle 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
Sachenka
  31 mai 2021
Ce court roman, Vigdis la farouche, est ma première incursion dans l'univers de Sigrid Undset. le nom de cette auteure revenait régulièrement dans des listes de lectures que je consultais (j'aime beaucoup la littérature nordique) mais, je ne sais trop pourquoi, je le repoussais toujours. Récemment, j'ai lu quelques bouquins de Knut Hamsun et ils m'ont tous déçu. En m'informant plus sur cet auteur, j'ai appris qu'il avait reçu le prix Nobel. le deuxième Norvégien à recevoir cet honneur après… Sigrid Undset. Je me suis dit : « C'est le moment de m'attaquer à elle. » Peut-être serais-je plus chanceux.
J'ai réservé plusieurs bouquins de cette auteure et le premier à arriver fut celui-ci, Vigdis la farouche. Il s'agit d'une incursion dans le haut Moyen Âge, dans l'univers des Vikings. Une vie rude, violente. Viga Ljot, jeune mais surtout impétueux, arrive d'Islande et est accueilli dans la maison du Norvégien Gunnar. le jeune homme tombe aussitôt sous le charme de la fille de son hôte, Vigdis. Peut-être est-ce réciproque…. Hélas, ce qui aurait pu devenir une belle histoire d'amour d'un autre âge se transforme en un abus, un viol. Heureusement, un lecteur sensible se verra épargner les détails. C'est résumé en deux ou trois phrases, un lecteur impatient ou inattentif pourrait passer par-dessus sans s'en rendre compte. Comme dans les tragédies grecques, tout se met en branle à partir de ce moment, le destin implacable suit sa course jusqu'à… à vous de découvrir.
Cette histoire riche en rebondissements a réussi à me surprendre et à me tenir intéressé tout au long de ma lecture. D'abord, il y a ce personnage féminin fort. Vigdis, malgré la pléthore de prétendants, n'entend pas se laisser marier à qui que ce soit qui ne lui plairait pas. Même son père n'oserait promettre la main de sa fille sans son consentement. Ensuite, après le viol dont elle est victime, elle décide de rester célibataire, d'élever son enfant et de le pousser à la venger. Si ce n'est pas prendre son destin en main… C'était tout de même audacieux pour un bouquin paru en 1909. Puis, les émotions sont au rendez-vous : l'amour, la passion, la colère, l'impétuosité!
Malgré cela, il y a bien un ou deux éléments qui auraient gagné à être améliorés. Par exemple, qui est le protagoniste? le titre du roman laissait entendre que ce serait Vigdis. Or, l'histoire commence avec Viga Ljot, son enfance, ses expériences en mer, etc. Et, quand Vigdis apparaît quelques chapitres plus tard – enfin! –, elle semble si effacée, comme un songe issu des rêves du jeune homme. Heureusement, elle fait connaitre sa vraie nature très rapidement. Fière et indépendante! Par la suite, la narration alterne entre les deux, allant de Vigdis à Viga Ljot puis vice-versa. Puis elle s'attarde longuement sur ce dernier, pendant une ou deux décennies.
Pareillement pour les descriptions plutôt minimalistes. le roman en compte bien un certain nombre mais j'aurais aimé en voir davantage. Après tout, je plongeais dans un univers médiéval et nordique, rempli de paysages magnifiques et sauvages comme devaient l'être l'Islande et la Norvège de jadis. Il en va de même pour les protagonistes. À plus d'un moment, pendant ma lecture, je me suis surpris à me demander à quoi ils ressemblaient. Il y a bien quelques indices donnés au début mais si peu par la suite pour les rappeler à la mémoire du lecteur. C'est un peu dommage.
Toutefois, il convient de préciser que Vigdis la farouche est une des premières oeuvres de Sigrid Undset. Incidemment, il ne faut pas être trop critique. Je vois beaucoup de potentiel dans ce roman (déjà bon) et je ne doute pas que les suivants seront meilleurs.
Je termine cette critique sur une petite parenthèse : à un moment, Vigdis se compare à un oiseau. « Je suis comme un oiseau couché par terre qui agite ses ailes brisées. Il ne peut s'éloigner de l'endroit où il est tombé et il ne voit pas au-delà des traces laissées par le sang qu'il perd. Si j'essaie de penser à ce qui a été autrefois, je me souviens seulement du présent. Si je me rappelle le temps où je vivais joyeuse et sans soucis, je me figure seulement que ce temps n'a été que pour préparer mon malheur d'aujourd'hui. » (p. 44). Ce passage est triste et puissant à la fois. Il témoigne de la puissance évocatrice de la plume de Sigrid Undset. Surtout, il fait écho à une autre lecture que j'ai faite il y a quelques jours à peine, Les ailes brisées, de Khalil Gibran, dans lequel la protagoniste se comparait elle aussi à un oiseau aux ailes brisées. C'est drôle comment, parfois, certaines lectures se répondent les unes aux autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
TheWind
  16 janvier 2019
Je profite de ma période "Vikings" pour lire ce roman qui figurait dans mon pense-bête depuis longtemps.
Vigdis la farouche est une histoire d'amour tragique sur fond de décor norvégien et islandais.
C'est le temps des Vikings, le temps des sagas islandaises qui racontaient ces fameuses expéditions où les personnages se distinguaient par leur bravoure, le sens de l'amitié ou même par leur talent poétique.
Mais, c'est aussi un temps qui ne pardonnait pas, où chaque trahison était affaire de revanche, où chaque mauvais pas était la cause d'une honte insurmontable.
Dans ce court roman, Sigrid Undset nous offre un très beau portrait de femme, celui de Vigdis, belle, fière, indomptable, passionnée mais surtout meurtrie par Ljot, un marin islandais qui est tombé éperdument amoureux d'elle.
Comment Vigdis pourra-t-elle se reconstruire après ce déshonneur qu'elle a subie ? Et surtout comment Lojt pourra-t-il continuer à vivre après ce qu'il a fait subir à celle qu'il ne cessera jamais d'aimer ?
J'ai beaucoup apprécié l'écriture sobre et délicate de Sigrid Undset. C'est un beau roman qui suggère avec simplicité, à la manière d'un conte, toute la brutalité qui pouvait régner au temps des Vikings mais également toute cette pudeur qu'il pouvait y avoir entre les hommes et les femmes. Chez les Vikings, on n'étale pas ses sentiments mais cela ne veut pas dire qu'ils n'existaient pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
Foxfire
  22 novembre 2017
Quel beau roman ! Et quel superbe personnage !
Je ferai court, certains babéliotes ont déjà tressé de jolies couronnes de lauriers (méritées) à ce merveilleux roman et il n'y a pas grand chose à rajouter.
Avec "Vigdis la farouche", Sigrid Undset raconte une histoire simple. Mais simplicité ne veut pas dire simplisme, au contraire ce récit est d'une grande subtilité, d'une grande finesse. Sa simplicité c'est sa beauté, l'humilité de l'auteure qui transparait dans le texte. Undstet ne joue pas l'emphase, ne fait pas de manières. Elle raconte, simplement, le destin magnifique d'une femme ordinaire. Il y a une belle ampleur dans ce récit à la fois épique et intime.
L'auteure créé des personnages superbes. En premier lieu, bien sûr, Vigdis. Forte, fière, volontaire mais pas infaillible. Elle est très humaine et Undset n'est jamais simpliste dans sa caractérisation. Son héroïne est admirable mais elle se trompe aussi. Ne sacrifie-t-elle pas l'amour de son fils sur l'autel d'une vengeance (aussi légitime soit elle) ?
Quant à Ljot, je l'ai trouvé très intéressant. Ce personnage est admirablement construit. C'est un tour de force que réussit Undset en suscitant, peu à peu, de l'empathie pour ce personnage. Bien sûr, on est choqué de ce qu'il commet à l'encontre de Vigdis, on le déteste pour ça, mais au fur et à mesure on finit par s'attacher malgré tout à lui et on finit bouleversé par sa rédemption.
J'ai vraiment adoré ce roman qui m'a fait voyager, qui m'a fait ressentir de belles émotions, en un mot qui m'a fait vibrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4214

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   03 mai 2017
Je suis comme un oiseau couché par terre qui agite ses ailes brisées. Il ne peut plus s'éloigner de l'endroit où il est tombé et il ne voit pas au-delà des traces laissées par le sang qu'il perd. Si j'essaie de penser à ce qui a été autrefois, je me souviens seulement du présent. Si je me rappelle le temps où je vivais joyeuse et sans soucis, je me figure seulement que ce temps n'a été que pour préparer mon malheur d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
TatooaTatooa   13 octobre 2016
- Je ne crois pas que nous ayons rien à gagner, ni toi ni moi, en allant chacun de notre côté et en portant seuls notre chagrin. Tu ferais mieux de rentrer dans ta maison et en faisant ta besogne de maîtresse. Peut-être ta peine serait-elle moins lourde. (Ljot)
- Je ne supporterai plus de veiller au bien de la maison, dit-elle (Leykni). Je crois sans cesse avoir perdu quelque chose et quand j'y réfléchis, je m'aperçois que ce sont mes enfants que j'ai perdus, et qu'ils n'auront plus jamais besoin de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21Gwen21   24 mai 2016
- Jusqu'à présent je trouvais bien pénible le destin qui ne m'avait donné qu'un seul enfant et pas de fils. Mais je croyais t'avoir toujours témoigné de la tendresse et ne m'être jamais montré dur à ton égard. Je pensais te voir heureuse et honorée avant ma mort. Il eût été préférable que je fusse sans enfant plutôt que de t'entendre qualifiée de putain et de voir ton bâtard grandir au domaine dans ma vieillesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
AllilyAllily   19 septembre 2021
Elles se levèrent, l'aînée appela les servantes et se mit elle-même à vaquer aux préparatifs du repas, ne cessant d'entrer et de sortir, mais la plus jeune, debout près du feu, se contentait de regarder les étrangers. En la voyant mieux éclairée, ils s'aperçurent qu'elle était fort belle, svelte et bien bâtie ; elle avait la poitrine haute, de grands yeux gris et des cheveux qui lui tombaient jusqu'aux genoux. Ces cheveux étaient brillants et épais, mais d'un blond foncé. Des bagues ornaient ses longues mains blanches. Elle était vêtue d'une robe de laine couleur rouille , richement brodée. Un ruban d'or nouait ses cheveux et elle portait plus de bijoux et d'anneaux qu'il n'est d'usage pour une femme un jour de semaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CrazynathCrazynath   27 février 2017
Les sentiments qui avaient grandi en elle avec le temps furent emportés comme sont entrainés la foret et la végétation des montagnes par l'avalanche. Le rocher reste nu.
Commenter  J’apprécie          122

autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le Moyen Age : quiz inutile

La première d'entre elles eut lieu au Moyen-Âge : il s'agit de pèlerinages armés en Terre sainte.

Les croisières
Les croisades

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , humourCréer un quiz sur ce livre