AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laure Manceau (Traducteur)
ISBN : 2266185314
Éditeur : Pocket (12/02/2009)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Imaginez… Vos parents ne sont pas ceux que vous croyiez et votre oncle se révèle être votre père biologique. Bien entendu vous apprenez cela après le tragique accident qui lui a coûté la vie. Sous vos yeux. Alors que vous essayez de reprendre une vie normale, le FBI vous annonce que, finalement, cet homme est vivant – et activement recherché par leurs services – et qu'il vous suit comme votre ombre. Que feriez-vous ? Ridley Jones, elle, a choisi : sans identité, ne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  25 juillet 2018
Le temps a passé depuis que Ridley Jones, jeune journaliste new-yorkaise, a découvert qu'elle avait été adoptée illégalement par ses parents, que son petit ami et sa future belle-mère étaient impliqués dans un trafic de bébés et que le meilleur ami de son père, l'oncle Max, était en fait son père biologique. Après toutes ces révélations, Ridley tente de se reconstruire mais trop de questions demeurent sans réponses. Accusé de l'assassinat de sa mère, de trafics en tout genre, de meurtres de femmes à travers tout le pays, Max n'est plus là pour se défendre, mort dans un accident de voiture devant les yeux de Ridley. Pourtant, certains pensent que ce n'était qu'une mise en scène et que l'homme est toujours vivant. Bandits, tueurs, FBI et CIA sont toujours à ses trousses. Ridley n'y croit pas mais, harcelée par un agent particulièrement coriace, elle décide de mener sa propre enquête.
Revoilà la bavarde Ridley Jones, toujours en quête de ses origines, elle est cette fois sur les traces de son père biologique, toujours vivant d'après les autorités. Ses aventures vont la mener jusqu'à Londres, dans une traque où elle est à la fois le chasseur et la proie et où démêler amis et ennemis s'avère très compliqué. Comme dans Sans issue, l'héroïne parle sans fin, digresse, se répète à l'infini, lasse le lecteur à force de ressasser. Et comme dans Sans issue, le danger titille sa libido et elle entame une liaison avecun agent du FBI.
Mensonges, trahisons, silences coupables, péril en tout genre et, pour finir, intérêt limité de cette suite qui n'était vraiment pas indispensable. Heureusement, Lisa Unger a le sens du rythme et construit son intrigue sans temps mort. Pourtant on s'ennuie un peu...Il vaut mieux rester sur la bonne impression du premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
ladesiderienne
  25 mars 2015
CHALLENGE ABC 2014/2015 (21/26)
Les auteurs en "U" ne courant pas les rayons de la médiathèque communale, pas plus d'ailleurs que ceux de ma bibliothèque personnelle, je me suis rabattue pour le challenge ABC sur Lisa Unger, dont j'avais apprécié "Mémoire trouble" lors du même challenge de l'année dernière. Cruelle déception !
Je me suis retrouvée catapultée au milieu d'une sombre histoire comme si je débarquais en plein dans un film déjà commencé. J'ai bien senti dès le départ que des évènements m'échappaient et pour cause, après recherches, je me suis aperçu qu'en fait "Sans issue" était la suite de "Cours ma jolie". le minimum de respect vis à vis du lecteur aurait été de le signaler en quatrième de couverture mais aucune trace de cette précision. Si dans certains cas, cela ne gêne en rien à la compréhension de l'intrigue, je peux vous assurer que dans cette histoire plutôt compliquée, il m'a fallu plus d'une centaine de pages pour savoir qui était qui....
Ridley Jones, jeune journaliste new-yorkaise, a découvert que le charismatique Max Smiley qu'elle prenait pour son oncle était en fait son père biologique et qu'il est soupçonné, alors adolescent, d'avoir tué sa propre mère. Adulte, en plus d'avoir été l'organisateur d'un trafic d'enfants abandonnés, par le biais d'une association, il est également accusé du meurtres de nombreuses femmes, notamment parmi les prostituées qu'il fréquentait. Bref, quand la vie de cet homme s'est arrêtée par le biais d'un accident de la route, il y a un peu plus d'un an, le désir de vengeance de nombreuses personnes est resté inassouvi et en particulier, celui de la justice. Ridley a du mal à croire à toutes ces accusations et quant un agent du FBI lui révèle, photos à l'appui que Max n'est peut-être pas mort, la jeune femme veut découvrir la vérité sur le passé de cet homme aux deux visages qu'elle vénérait enfant, ignorant que son passage va être jonché de cadavres.
Comme je l'ai déjà dit, étant arrivée comme un cheveu dans la soupe, je n'ai pu apprécier ce roman a sa juste valeur. En plus de cet handicap, l'auteure narrant l'histoire à la première personne, à travers le personnage de Ridley, l'action est mise au second plan par rapport au ressenti de l'héroïne et à ses déboires sentimentaux. de multiples flashbacks finissent de compliquer la tâche. Pourtant, la quête de la vérité sur un passé trouble et les relations filiales me paraissaient être des sujets intéressants mais il m'a manqué trop d'éléments pour adhérer à l'histoire. 6/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Mladoria
  17 mars 2016
Ridley Jones est une jeune femme au parler franc du collier, assez familier pour ne pas dire qu'elle jure comme un charretier mais c'est presque ça. Après avoir découvert la véritable identité de son père, elle va être entraînée bien malgré elle, même si elle a le don de se fourrer dans les ennuis jusqu'au cou, dans un jeu de vérité à propos de son père biologique et dans une chasse au fantôme.
Le caractère bien trempé pour ne pas dire casse-bonbon de la demoiselle ne semble pas démonter la gente masculine bien au contraire. A qui mieux mieux Jack, Dylan, Ben et Max (pour ne citer qu'eux), ont pour ainsi dire la jeune femme dans la peau.
Thriller intéressant car à la fin ouverte et loin des poncifs du genre. Les incursions du personnage principal qui semble parler au lecteur comme à un spectateur sont assez originaux et immersifs. le rythme est bon malgré quelques petites longueurs. Les personnages présentent quelques traits un peu trop forcés mais dans l'ensemble sont agréables à suivre. En somme un bon thriller pour les amateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
tousleslivres
  07 août 2013
Ridley Jones, journaliste pour un grand journal new-yorkais n'a pas eu une enfance normale. Elle va alors enquêter sur son vrai père qui n'est autre que Max... le père Max, alcoolique et violent avait battu sa mère jusqu'à la plonger dans un coma profond. Il fut accusé de meurtre et jugé coupable en grande partie grâce au témoignage de Max. Il écopa d'une peine de prison à perpétuité et mourut dans sa cellule quelque années plus tard. C'est alors que les grands parents de Ridley le prirent chez eux. Il devint comme leur propre fils...
Elle n'a su que Max était son père biologique qu'un an après sa mort. Avec cette découverte elle avait découvert qu'elle avait été enlevée enfant et sa mère biologique était morte le jour même. Elle va chercher chez se parents adoptifs des réponses à ses questions.
Je n'ai pas trop accroché à ce thriller qui m'a, dans un premier temps paru compliqué à suivre, j'ai trouvé que l'auteur, Lisa Unger, entrait trop rapidement dans tout ce bric à brac qu'est cette famille. Ridley ne m'a pas emporté dans sa quette à la découverte de la vérité sur Max.
La 4ème de couv était plus alléchante de que l'ensemble de ce texte... Mon premier Lisa Unger, et très certainement mon dernier...
Un thriller psychologique qui dépeint l'histoire d'une femme qui fuit pour retrouver sa vie, son passé et des réponses.
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Bene31
  28 décembre 2013
Dès le début, ça me paraissait mal engagé, je me retrouvais difficilement parmi les personnages et leurs fonctions. L'héroïne Ridley Jones n'apparait pas immédiatement, la scène d'ouverture concerne des personnages plus que secondaires (une journaliste a des problèmes de logement) par la suite cette scène sera importante, puisqu'on apprendra plus tard que cette journaliste enquête sur le père de Ridley. Avec cette exposition longuette, on ne voit donc pas vraiment le rapport avec l'histoire annoncée en quatrième de couverture. Justement, celui qu'elle a toujours connu comme son oncle Max, était en fait son père. Or, le FBI vient apprendre à Ridley que celui-ci serait encore en vie et activement recherché. Ridley est l'appât idéal. Dans cette affaire qui mêle secret de famille, malversations financières, trafic d'enfants, vrais/faux agents du FBI, Ridley ne sait plus à qui se fier, ni qui elle est, elle se lance pourtant dans une quête insensée et dangereuse.
A partir du moment où les fils de l'intrigue commencent à se dénouer, les enjeux, le rôle des différents personnages deviennent plus clairs, on prend ses marques et on se laisse embarquer, même si certains passages sont du coup prévisibles, les errements du début sont oubliés. Il est peut-être préférable de lire Cours, ma jolie, le premier roman de Lisa Unger, c'est aussi les premières aventures de Ridley, où celle-ci découvre que Max est son véritable père, on serait moins perdu dès le début. Ce n'est pas une lecture dont il faut attendre grand-chose à part juste passer un bon moment.
Lien : http://bene31.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   11 novembre 2012
La dépression, ça n'a rien de dramatique, mais c'est absolu. ça a un côté sournois - au début, vous ne remarquez presque rien. Tel un monte-en-l'air, elle s'introduit chez vous par une fenêtre ouverte pendant votre sommeil. Elle vous dérobe d'abord des babioles : votre appétit, votre envie de rappeler les gens. Puis elle revient récupérer le pactole, par exemple, votre envie de vivre. Un beau matin, sans comprendre comment, vous vous réveillez avec deux boulets attachés aux chevilles. Soudain votre vie n'a plus de couleur, plus rien qui brille, rien de joli. Ce qui vous faisait rire vous semble factice et ennuyeux comme la pluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   23 mars 2015
Les sirènes de New York et celles de Londres sont radicalement différentes. Celles de Londres, avec leurs modulations croissantes et décroissantes, sont bien plus courtoises. "Attention, on arrive", semblent-elles avertir, "prière de nous laisser passer". Les sirènes de New York, elles, insistent, avec un culot pas possible. "Mais qu'est-ce que vous foutez, encore là ?" hurlent-elles. "Barrez-vous du passage, vous voyez pas que c'est une urgence ?" Quand vous vivez à New York, le son de ces sirènes résonne constamment à la périphérique de votre conscience. Ambulances, camions de pompiers, voitures de police - c'est à croire qu'il y a toujours quelqu'un en danger dans cette ville, et toujours quelqu'un prêt à porter secours. On ne l'entend plus, à la longue, ça fait partie de la musique de la ville.
Les sirènes de Londres sont lugubres. "Quelque chose de terrible vient de se produire et nous allons tenter de réagir au mieux, mais il est probablement trop tard". Alors que celles de New York clament effrontément qu'elles peuvent sauver le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   19 mars 2015
Si on vous laisse seul avec vos pensées dans une pièce inhospitalière, sans rien pour distraire l'attention, c'est pour vous forcer à réfléchir. A vous demander pourquoi vous vous retrouvez là, ce que vous savez ou ce que vous avez fait. Et aussi ce que eux peuvent bien savoir. Le but est de vous mettre dans un tel état d'inquiétude ou d'angoisse que, au moment où ils reviendront vous voir, vous ressentiez le besoin de vous confesser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
pyrouettepyrouette   09 novembre 2012
Je suis douée d'une extraordinaire capacité à cloisonner mes émotions. D'aucuns appellent ça du déni ; je crois quant à moi qu'il faut un certain talent pour pouvoir mettre de côté ce qui nous déplaît afin de passer à autre chose.
Commenter  J’apprécie          180
ladesiderienneladesiderienne   26 mars 2015
Un enfant offensé par l'un de ses parents attend toute sa vie qu'on reconnaisse le mal qu'on lui a fait, la véracité de sa douleur, qu'on lui présente des excuses et qu'on essaie de se racheter auprès de lui. Si personne ne reconnaît le passé, l'enfant attend toute sa vie, incapable d'avancer, incapable de pardonner. De cette impuissance naît une rage destructrice.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Lisa Unger (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Unger
LISA UNGER_Memoire Trouble .
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1646 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre