AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211070416
38 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (14/02/2003)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Il était une fois, un nuage bleu. Tellement heureux et tellement bleu qui bleuissait tout sur son passage et ne faisait jamais pleuvoir. Voici donc l'histoire d'un nuage pas comme les autres, qui ne veut que le bien des habitants de la Terre et qui ferait tout pour les sauver. Tout, même de la pluie s'il le fallait...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  04 juillet 2017
Un nuage bleu vit sa vie dans le ciel sans se laisser troubler.
Tout bleuit sur son passage.
Il arrive au-dessus d'une ville en guerre et décide d'arroser cet endroit maudit. Il se vide et disparaît pour laisser la place à une nouvelle ville en paix toute de bleu parée.
Une histoire très poétique avec de magnifiques illustrations pour les petits artistes entre 4 et 6 ans un peu poètes dans l'âme et amateurs de jolies illustrations.
Commenter  J’apprécie          410
IrishStew
  01 septembre 2014
L'album raconte l'histoire d'un petit nuage totalement indépendant, libre de faire ce qu'il veut, quand il veut et où il veut. Sa joie de vivre fait qu'il se refuse à pleuvoir sur nous, là où les autres nuages gris se défoulent totalement. A propos de pluie, vous remarquerez que la pluie dominicale est pratiquement systématique: à croire que non seulement le dimanche est un jour pourri en soi parce que le lendemain on retourne au bureau ou à l'école ou à la fac, mais en plus il fait un temps pourri. Bonjour la dépression! Je ferme la parenthèse.
Le nuage bleu se plaît dans la liberté. Un jour, il découvre de lourds nuages noirs se profilant à l'horizon. Il va voir et constate avec horreur que ce sont les fumées, vapeurs d'une ville enflammée, ville dans laquelle on s'entretue pour des différences de couleur de peau. le nuage bleu se laisse donc pleuvoir, éteignant l'incendie et mettant un terme au conflit: tout le monde est bleu, et tout est revenu comme avant. Tout va de nouveau pour le mieux dans le meilleure au monde.
Comment expliquer de façon simple et efficace l'absurdité de la haine raciale et de la guerre?
Encore une fois, Tomi Ungerer montre sa capacité à aborder un sujet grave dont la logique échappe à tout le monde, et ce avec beaucoup de poésie et de légèreté. La notion de la différence est au centre de cet album. Cela commence évidemment par le personnage éponyme, qui de part sa couleur et sa joie de vivre se différence de la masse. D'ailleurs, la couverture de l'album est assez explicite: le nuage bleu flotte au-dessus des autres nuages dessinés sous la forme de moutons... ça veut tout dire! La différence est un concept assez difficile à manier, à comprendre, et le faire comprendre aux enfants n'est pas chose aisée: on leur explique que la différence n'est pas une tare et qu'il faut savoir se démarquer du reste de la société, rechercher sa personnalité (le nuage bleu), et en même temps, quand ils se demandent pourquoi les hommes s'entretuent, on leur explique que c'est parce qu'ils sont différents (les nuages noirs, la ville en feu). C'est assez paradoxal! Lorsque le nuage bleu pleut sur les gens et les rend de la même couleur que lui, il figure une idée utopiste: que nous soyons tous égaux, qu'on ne puisse pas se discerner l'un de l'autre et ainsi éviter la guerre. Ca part d'un bon sentiment, mais ce genre d'utopie est sujet à des dérives plus ou moins extrémistes: "soit tu nous ressembles, soit tu dégages!" Dans toute utopie qui se respecte, on fait porter la responsabilité d'un régime instable par ceux qui sont différents, qui veulent se différencier. Ce qui explique qu'aujourd'hui, les arabes, les homosexuels par exemple sont considérés comme responsables de la décadence dans laquelle le monde s'est jeté, parce que la morale chrétienne, qui est encore trop profondément ancré dans nos sociétés occidentales, nous interdit de considérer l'individu non pas comme un semblable, c'est-à-dire purement biologique (on a tous deux yeux, deux bras, deux oreilles, des cheveux, des poils sous les aisselles, des champignons entre les orteils...), mais comme appartenant à une communauté spécifique. Et c'est l'étiquette que nos osons coller sur les individus qui est responsable des maux dont souffre nos sociétés. Ce sont ceux qui voudraient que l'on soit tous pareils (les nuages qui ressemblent à des moutons, les nuages noirs symbolisant la guerre et les haines engendrées par les différences) qui sont réellement responsables du mal-être social. La conclusion du Nuage bleu laisse présager une société utopique, en paix perpétuelle. Dans ce contexte, oui, ça marcherait. Mais il suffit que la société "bleue" entre en contact avec une société différente pour qu'on puisse imaginer le pire. Heureusement, Tomi Ungerer ne va pas jusque là. La peur de la différence est un mal intarissable, mais en prendre conscience est, selon moi, une façon de combattre ce mal. Comprendre que ce qui fait la richesse d'une société, ce n'est pas l'homogénéité, mais au contraire l'hétérogénéité.
Lien : http://lesjeuneslettres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LivresdAvril
  05 juin 2020
Sous des dehors tendres et doux, cette fable est, comme d'habitude chez Tomi Ungerer, bien plus profonde qu'on pourrait le penser au premier abord.
Le petit nuage bleu est d'un optimisme inébranlable. Il fait son bonhomme de chemin, loin de la pluie, des orages et du troupeau des autres nuages. Plutôt que de se laisser influencer par ce qui l'environne, c'est lui qui déteint sur ce(ux) qui le traversent. Mais on ne peut rester indifférent très longtemps face à la folie des hommes...
Un album faussement simple qui m'a beaucoup plu.
Commenter  J’apprécie          80
Diabolo44
  29 décembre 2018
Beaucoup de poésie, d'onirisme et de fantaisie dans l'histoire de ce nuage bleu. Tomi Ungerer nous balade ainsi dans le ciel pendant les trois quarts de son ouvrage en nous faisant habilement croire qu'il s'agit juste d'une ode à l'anticonformisme, quand soudain, patatras : sous notre nuage, c'est la haine, le racisme, la guerre et le meurtre.
Évidemment, la manière de laquelle le nuage bleu s'y prend pour éteindre l'incendie prête à sourire, mais l'auteur s'en tient à son parti pris onirique et fantasque, et il a finalement tout à fait raison.
La chute laisse un petit goût de bile âcre et misanthropique, de toute évidence voulu : faut-il vraiment que les hommes soient tous de la même couleur, fût-ce le bleu, pour qu'ils arrêtent de se taper dessus ?
À mon avis, ce n'est pas le meilleur album du grand Ungerer, mais cela reste une oeuvre remarquable, et plus puissante qu'elle n'y paraît au premier abord.
Commenter  J’apprécie          10
dedanso
  13 mars 2014
Ne vous fiez pas à la couverture! de prime abord, on peut avoir l'impression de tomber sur un album racontant les jolies petits histoires d'un nuage bleu très heureux.
Oui mais voilà, c'est sans compter sur la nature humaine....
Un album pour parler de la guerre, du racisme, de la mort aussi.... Il donne à réfléchir aux enfants qui finissent la lecture un peu "contrariés".
Commenter  J’apprécie          25

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   04 juillet 2017
Par mauvais temps, il refusait de se laisser pleuvoir.
Et pendant les orages, il se moquait des autres nuages, qui essayaient de le foudroyer de leurs éclairs.
Les cerfs-volants qui le traversaient ressortaient tout bleus.
Commenter  J’apprécie          151
dedansodedanso   13 mars 2014
Horrifié par tant de violence, le nuage bleu prit une grande décision. Pour éteindre le brasier, il se laissa pleuvoir, à verse. Ce fut un déluge bleu. Il se vida jusqu'à la dernière goutte. Et disparut.
Commenter  J’apprécie          20
LatvianeLatviane   26 avril 2013
Il était une fois un petit nuage bleu. Il vivait heureux, la lune était son amie.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Tomi Ungerer (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tomi Ungerer
Goscinny, Roald Dahl, Tomi Ungerer, Sempé... Catherine Meurisse parle des auteurs et dessinateurs qui l'ont marquée dès l'enfance.
Entretien réalisé par Anne-Claire Norot et Jean-Pierre Mercier.
Plus d'articles sur Catherine Meurisse dans Balises, le magazine de la Bpi : https://balises.bpi.fr/dossier/catherine-meurisse-les-mains-dans-le-dessin/
Plus d'infos sur l'exposition « Catherine Meurisse, la vie en dessin », du 30 septembre 2020 au 25 janvier 2021 à la Bpi du Centre Pompidou : https://agenda.bpi.fr/evenement/catherine-meurisse-la-vie-en-dessin/
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou INSTAGRAM @bpi_pompidou
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : bleuVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Trois Brigands

Quelle est le prénom de la jeune héroïne ?

Alice
Marie
Tiffany
Lise

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Les Trois Brigands de Tomi UngererCréer un quiz sur ce livre

.. ..