AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743647671
Éditeur : Payot et Rivages (01/05/2019)

Note moyenne : 2.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Londres, en février 1942. La ville est sous le régime du couvre-feu. Au milieu des ruines et des bombardements, une vie nocturne continue dans les pubs, clubs et autres music-halls.

Des lieux où se presse une population avide d’échapper à la guerre mais où rôdent toutes sortes d’individus louches, escrocs, journalistes à l’affût du scandale, cartomanciennes, joueurs professionnels et trafiquants du marché noir.

L’inspecteur Greenaway... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
belette2911
  18 juin 2019
Londres, le black-out, les bombes du père Hitler qui pleuvent sur la capitale British et un Éventreur qui coure les rues.
Yes, j'adore !
En littérature, je précise, en vrai, je n'aime ni les bombes sur la gueule, ni les éventreurs.
Mais il faut dire que L'Éventreur du couvre feu, c'est un nom qui en jette !
La première partie est prenante, on suit un étrangleur de blondes (il ne devait pas les aimer) qui exercent le plus vieux métier du monde, le tout durant le couvre-feu et planqué derrières les rideaux occultant.
On enquête avec un inspecteur Greenaway qui doit avoir la carrure d'un Lino Ventura, on a de multiples intervenants, on se glisse dans l'intimité des belles de nuit ou des diseuses de bonnes aventures.
Le Londres de la pègre est bien retranscrit, on a des décors grandeurs natures, des descriptions des ruelles un peu glauques bien retranscrites et l'atmosphère a une vraie gueule d'atmosphère. le pied.
Les personnages multiples nous offrent un panel d'émotions et de pensées en tout genre, c'est diversifié, même si nous resterons dans l'Angleterre d'en bas, celle qui se lève tôt ou va se coucher tard.
Là, je vous connais et vous me connaissez, vous vous dites que c'est trop de fleurs pour être honnête et que le pot va suivre.
Le pot arrive à toute volée !
Le problème des personnages, c'est qu'ils auraient tous mérité un traitement plus en profondeur car ils avaient du potentiel, étaient haut en couleur, en verbe, en richesse (pas celle du fric) et que chacun aurait mérité d'être un peu plus explicité, afin de donner un peu de mâche au récit. du croquant.
L'enquête ne restera pas inscrite dans les annales de la police, elle n'est pas exceptionnelle, elle est aussi banale que celles de nos flics réels où le hasard fait bien les choses, même si la ténacité aide aussi.
Malheureusement, c'est plus que réaliste, cette manière d'enquêter, tandis que celle des Poirot, Holmes, Columbo et Marleau sont bien plus rares. Ceci était pour le petit pot lancé à la première partie…
Dans la seconde moitié, l'auteur a changé de ton et là, c'est un gros pot qui arrive à toute volée : Greenaway a attrapé l'étrangleur (trop vite ?), sans que l'on ait eu le temps de faire vraiment monter la mayonnaise, on l'inculpe et puis directement, boum, on met la main sur l'éventreur sans que le lecteur ait vraiment eu le temps de se retourner.
Pour ceux et celles qui aiment les ambiances de prétoire et de tribunaux, la seconde partie va leur en donner pour leurs sous car on va assister aux procès de ces deux tueurs.
Ce sont des moments de lecture qui m'ont plus, parce que j'aime ça, mais bon, niveau action, hormis le pétage de plomb de Grenaway, on est à un train de sénateur !
Manquait tout de même de liant, dans cette histoire et d'épaisseur dans les personnages. L'auteur donne l'impression de jongler avec le coq et l'âne (je change les expressions, oui !), sans trop savoir comment finir son tour.
Le Londres sous le couvre-feu est détaillé, les crimes aussi, l'auteur a potassé le sujet, ça se sent à la lecture et si on avait des doutes, les Notes de l'auteur nous en donneront un grand aperçu.
Anybref, je suis le cul entre deux chaises avec ce roman. Il lui manquait quelques petits détails ou une autre mise en scène pour le rendre super attractif et addictif. Là, je l'ai lu sans avoir la tension qui jouait du yo-yo et mon rythme cardiaque est resté sur la bonne fréquence, celle qui ne donnera pas lieu à une tachycardie.
Pas évident de trouver la bonne cotation pour ce roman policier noir. D'un côté, j'ai aimé les descriptions du Londres de 1942, le rendu était parfait, les personnages étaient nombreux, intéressants, mais auraient pu bénéficier d'un traitement plus profond et niveau suspense, j'en déjà ressenti plus avec d'autres romans.
Malgré tout, il y a du bon dans ce roman, mais il aurait fallu les travailler un peu plus, ou différemment afin de scotcher le lecteur – qui en a lu d'autres – au fond de son divan.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Lalitote
  05 juin 2019
Pendant le Blitz en février 1942, la vie nocturne de Londres s'organise entre les bombardements, les abris antiaériens, les clubs, les pubs et tout autre lieu qui pourrait divertir et faire penser à autre chose qu'à la guerre. Dans toute cette foule, il y a bien entendu des profiteurs, escrocs, journalistes, médiums etc Une faune bien connue de l'Inspecteur Greenaway qui va enquêter sur un tueur en série qui a pour proie de belles blondes.
J'ai été surprise par la structure de ce thriller noir qui nous offre deux enquêtes pour le prix d'une sur une période de deux semaines. La première intrigue trouve rapidement sa résolution à la moitié du livre et on poursuit avec un autre meurtrier pour la seconde partie. le tout est accompagné de personnages plus ou moins insignifiants dont je sais déjà qu'aucun ne me restera en mémoire. Nous suivons ainsi une procédure policière pas très compliquée menée par l'inspecteur Greenaway dont on ne connaît pas grand-chose. le récit reste linéaire jusqu'aux deux dénouements, pas de rebondissements ou de twists simplement une fiction tirée à partir de faits réelles. Celui de « l'Eventreur du couvre feu » reste très léger même si l'auteur tente d'insérer d'autres personnages secondaires pour étoffer l'intrigue avec des histoires de gangsters et de prostituées. Ce qui m'a le plus manqué c'est de ne pas trouver de suspense. Il faut souligner un travail de recherche important donnant une crédibilité à cette période spéciale du Blitz. Il semblerait qu'il y est eu une augmentation considérable des crimes dans la capitale à ce moment là. Superbes descriptions de la vie nocturne de la capitale britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. J'ai retrouvé l'ambiance des ruelles sombres telles que je me les imaginais dans un Londres sous les bombardements. L'auteur nous dit qu'elle a repris des mots d'argot mais avec la traduction, je n'ai rien trouvé de notable allant dans ce sens et comme je ne m'y connais pas en accent londonien, cockney etc. Je n'ai pas apprécié cette finesse. Les titres des chapitres sont tous tirés de chansons des années trente ce qui donne une note légèrement surannée et délicieuse. Bonne lecture.

Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissAlfie
  09 juin 2019
Je vous l'avoue, le pitch de ce bouquin m'a beaucoup plu, et la première moitié du roman m'a totalement captivée. En tant que lecteur, nous voilà plongé dans un univers qui mêle la seconde guerre mondiale avec l'un des plus mythiques meurtriers de l'histoire du crime. Pour qui aime ces deux univers, ce roman peut vous plaire... Mais...
Oui, parce qu'il y a un mais...
Mais vous risquez de vous ennuyer dans la seconde moitié du roman... Ou au moins vous demandez quel est son intérêt... Car une fois le suspect principal arrêté, Cathi Unsworth, elle, ne s'arrête pas là et poursuit son roman avec un nouveau meurtre, crée des liens avec un gang de petits voleurs, et déroule une histoire qui n'a plus grand intérêt.
A l'arrivée, on a de multiples pièces de puzzles les unes à côté des autres, mais le tout manque de lien. On a l'impression d'avoir survolé les différents aspects, les relations entre les personnages... Multipliées quand elles auraient mérité d'être moins nombreuses et plus développées...
Au final, Cathi Unsworth livre un roman intéressant, mais qui s'éparpille dans un Londres en ruine...
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JoyeuxDrille
  04 août 2019
Inspiré d'un fait divers réel, les crimes du Blackout Ripper, ce roman ménage son lot de surprises, à commencer par une deuxième partie dont on se demande bien ce qu'elle peut raconter... Cathi Unsworth aurait pu écrire un "true crime", elle a préféré une fiction, qui lui permet de susciter doutes et questions et d'offrir une chronique du Londres de 1942, où les femmes occupent une place centrale.
Lien : https://appuyezsurlatouchele..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   11 juin 2019
Par contraste, celui de Greenway évoquait plutôt celui d’un boxeur somnolent, dont les paupières mi-closes dissimulaient la lueur d’intelligence qui faisait pétiller ses yeux bruns.
Commenter  J’apprécie          70
belette2911belette2911   11 juin 2019
Accoudé au comptoir, l’inspecteur-chef Edward Greenaway, troublé, fronçait les sourcils. Dans le miroir biseauté derrière les bouteilles, il voyait une mosaïque de visages familiers rassemblés à l’autre bout de la salle : hommes en costume sur mesure et femmes enveloppées de vison, comme s’ils s’étaient tous préparés à assister aux courses à Ascot et non à passer la soirée du vendredi dans un club de Soho.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
belette2911belette2911   11 juin 2019
Les événements décrits dans ce roman s’inspirent de deux vraies affaires qui se sont déroulées sur cette même période de quinze jours en février 1942 – les crimes de Gordon Frederick Cummins, surnommé l’"Éventreur du couvre-feu", et le meurtre non élucidé de Margaret McArthur sur le pont de Waterloo – et ont été jugées cette année-là au mois d’avril, à quelques jours d’intervalle.
Commenter  J’apprécie          10
LalitoteLalitote   05 juin 2019
Bobby haussa les épaules et se frotta les yeux, incapable de trouver une bonne explication à sa présence.
– Soapy, c’est quoi une « belle de nuit » ?
– C’est pas le genre de chose qui devrait t’empêcher de dormir à ton âge, répondit le barbier. Maintenant, file à l’école. Et donne-toi un coup de peigne avant.
Commenter  J’apprécie          10
LalitoteLalitote   05 juin 2019
– Ben, répondit-elle d’un ton plus virulent, quand ils sont passés devant ma porte, je l’ai bien regardé. Il avait le visage tout anguleux, avec de drôles d’yeux clairs qui semblaient vous transpercer. Il était pas beau, en fait, mais il le croyait ! À mon avis, il se prenait pas pour de la crotte.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Cathi Unsworth (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cathi Unsworth
Cathi Unsworth in Vox 'n' Roll. On a weekend in July 2006, more than 20 established writers read their work to an audience of rock 'n' roll fans as part of the Latitude Rock Festival in Suffolk, England. (VO)
autres livres classés : inspiré d'un fait diversVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre