AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757828021
352 pages
Éditeur : Points (19/04/2012)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Dans cet ultime recueil de nouvelles écrites entre 2000 et 2009, année de sa mort, John Updike s'attache à dépeindre le commencement et la fin. Ses personnages de retraités, attachants par leurs ridicules avoués, leurs petites manies assumées, leur coquetterie, revoient d'anciennes maîtresses, voyagent, rendent visite à leur famille. Et s'ils ne retrouvent pas la couleur de leurs désirs passés, ils en retrouvent le souvenir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
bilodoh
  20 juillet 2016
Série de nouvelles, des récits d'hommes qui ont vieilli et qui racontent des histoires de leur présent et de leur passé.
Des histoires d'enfance dans les années 30, avec la pauvreté, les tensions dans les familles et les copains du quartier.

Des moments importants comme les premières amours qui reviennent en mémoire avec des retrouvailles d'anciens, comme aussi la naissance d'un enfant ou d'un petit-enfant.

Des événements tragiques comme celui du 11 septembre, avec une chute des tours qui ébranle la foi de l'homme qui se demande comment Dieu peut-il laisser faire tout cela.

Des moments tendres comme dans la nouvelle « Les larmes de mon père », avec ces larmes qu'on voit couler pour la première fois.
Des plaisirs du quotidien comme de savourer de la bonne eau très froide par une chaude journée d'été et des réflexions sur la vie qu'on essaie de vivre le mieux possible.

Peut-être pas le chef d'oeuvre de cet auteur qui a beaucoup écrit, mais un quand même un plaisir d'avoir de bonnes nouvelles de l'Amérique…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
liratouva2
  09 septembre 2013
Dernier livre de l'auteur avant sa mort en 2009, à 77 ans, ce recueil de nouvelles est aussi le livre du commencement et de la fin. Pas étonnant puisque l'auteur l'a écrit en sachant que ce serait aussi son dernier. C'est pourquoi il s'est penché sur ce qui l'intéressait le plus à ce moment-là: jeter un coup d'oeil en arrière.
Ses personnages sont tous des retraités qui recherchent leurs anciennes amours. Ils tentent de retrouver la flamme amoureuse, ne serait-ce qu'un court instant et ils y parviennent le plus souvent - le temps d'un vol de papillon - comme en une cérémonie des adieux, nostalgique, ironique et légèrement amère quoique pudique.
Ainsi de "La panne", le premier récit du recueil
Ce jour de grosse tempête, tout s'éteint dans la maison: plus de lumière et plus d'ordinateur, plus rien de toutes les choses pratiques ... Evan Morris prend alors son mal en patience et monte dans sa voiture pour poster des lettres mais rien ne fonctionne ni à la poste ni à la banque. Il achète alors un paquet de cajous et déambule tranquillement dans les rues où l'ambiance est très joyeuse, presque festive.
Près de chez lui, ayant rencontré une voisine, ils se mettent à parler de tout et de rien. Il l'invite à monter dans sa voiture pour la raccompagner chez elle, puisqu'elle vient de lui avouer, les larmes aux yeux, qu'elle se sent seule, son mari étant au travail et sa fille en pension.
Son intérieur est plus chic que le sien, plus moderne, d'un goût plus sûr note-t-il. Très vite, ils échangent des baisers et montent dans la chambre où elle parle encore de son mari parti à Chicago et qu'elle soupçonne de la tromper. Elle a peur toute seule avoue-t-elle en l'aidant à se déshabiller. Il est aux anges ... lorsque, brutalement, la lumière revient, avec mille bruits (lave-vaisselle, télévision, bip bip de l'alarme antivol) ... les appareils se remettent en marche. Gênés, ils se rhabillent.
Dehors, le vent souffle toujours très fort. Les alarmes se sont tues. Tout est normal. Il rentre chez lui: "Je ne sers plus. C'est ainsi. C'est la vie" Adieu fougue de la jeunesse!
J'ai aimé cette lecture des 18 récits, tous très agréables, bien que les thèmes en soient très variés jusqu'à l'évocation du 11 septembre vu à la fois par les kamikazes, les victimes et les spectateurs et curieusement intitulé: "Variété des expériences religieuses." du grand Updike!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bdelhausse
  28 septembre 2016
Je m'attendais à mieux compte tenu de la réputation très caustique et cynique de l'auteur.
Dernier recueil de nouvelles écrites avant sa mort (mais publiées à titre posthume), on ne peut s'empêcher de penser que certaines nouvelles sont inachevées ou étaient en cours de relecture. De même, on constate (amèrement?) qu'un auteur consacré peut se permettre des largesses avec le genre de la nouvelle. Finalement, c'est davantage l'éditeur que l'auteur qui est responsable d'un tel mélange.
L'ensemble est donc inégal. Il y a des perles, sur le 11/09 par exemple, mais il y a de franches gamelles. Updike est fatalement obnubilé par la mort, la vieillesse et les déchéances sous toutes les formes. Beaucoup d'amertume, de tendresse, de nostalgie... mais pas toujours beaucoup de contenu. Le style est très emprunté, à la limite du maniéré, mais fait parfois mouche, tant la recherche du mot parfait est poussée (parfois) à l'extrême.
Commenter  J’apprécie          20
Stemilou
  29 juillet 2012
Recueil de nouvelle dont le thème parait être le temps qui passe ou bien encore la vieillesse quoique je pencherais plutôt pour une vision sur le passé. On explore la fin de vie de nombreux personnage, la vieillesse et la solitude, l'exil, une course après le temps perdu.
Les souvenirs hantent ce recueil où il est question entre autre d'une enfance heureuse, d'un divorce ou de retrouvailles d'anciens amis ; tous les personnages fouillent leur mémoire à la recherche d'instants marquants, de changement dans leur vie…
Dans Archéologie personnelle, un homme part à la « découverte » du bois entourant sa propriété où il découvre les débris du temps passé. Alors que dans Variété des expériences religieuses l'auteur aborde le thème délicat des attentats du 11 septembre du point de vue de différents personnages et de différentes situations.
On retrouve dans Libre l'histoire d'un homme devenu « libre » de retrouver son ancienne maitresse après la mort de sa femme

On a donc une vision d'ensemble de cette Amérique tant par rapport aux personnages mais aussi d'un point de vue géographique (New York, Maroc…), d'un point de vue religieux ou générationnel, sociologique.
Lien : http://stemilou.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
bilodohbilodoh   20 juillet 2016
Il est facile d’aimer les gens dans le souvenir ; la difficulté est de les aimer quand ils sont en face de vous.

(Seuil, p. 214)
Commenter  J’apprécie          310
bilodohbilodoh   20 juillet 2016
J’étais conditionné à penser qu’il ne peut y avoir de joie dans la vie sans foi religieuse et, si cette foi exigeait un sacrifice intellectuel, qu’il en fût ainsi.

(Seuil, p. 212)
Commenter  J’apprécie          160
liratouva2liratouva2   09 septembre 2013
Le joyeux présentateurs de la météo à la télévision, toujours à l'affût de catastrophes pour gonfler l'audience, avaient annoncé une violente tempête automnale en Nouvelle-Angleterre, avec fortes pluies et gros vents.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de John Updike (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Updike
Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Césinaldo Poignand, le propriétaire de la librairie « Ouvrir l'?il » à Lyon.  Avec lui, partagez ses coups de c?ur et ses auteurs favoris comme Agota Kristof, John Updike ou encore Lionel Trouillot.
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1992 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre