AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
EAN : 9782264016546
288 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (03/04/2003)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Au sud de l'Australie s'étend une immense plaine désertique, inhospitalière baptisée Nullarbor ("pas d'arbre"). C'est dans ce décor hostile que Napoléon Bonaparte, inspecteur de la Police de Brisbane, part à la recherche de Myra Thomas, une jeune femme portée disparue depuis plusieurs semaines. Selon une légende aborigène, Ganda, un esprit malin, enlève les jeunes femmes pour les dévorer. Et nombreux sont ceux qui pensent que le vieux Ganda vient de commettre un nou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ibon
  02 janvier 2013
Dépaysement en Australie, dans le grand espace du désert du Nullarbor, où le héros, Bony, accompagné d'un chien et de deux chameaux, recherche une personne disparue.
Upfield joue sur les contrastes, Blancs-Aborigènes, huis clos-désert, policiers-assassins pour finalement tout mélanger. Et cela donne une étonnante enquête,parfois drôle ou oppressante, vraiment originale.
Un excellent policier ethnologique.
Commenter  J’apprécie          160
bdelhausse
  13 mars 2017
Un polar écrit en 1956 et qui n'a pris (quasi) aucune ride...
Evidemment, si on devait écrire un récit avec les mêmes rouages en 2017, la technologie finirait fatalement par s'immiscer mais au milieu du désert australien, je ne suis quand même pas sûr qu'il y ait beaucoup de réseau, 3G, 4G ou 5G...
Le pitch est clair comme de l'eau de source. Une femme a disparu, elle vient d'être acquitté pour le meurtre de son mari, mais ce n'est pas pour cela qu'on la recherche... mais parce qu'on la soupçonne de collusion avec l'ennemi, de traîtrise aux intérêts de la Nation. On est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on ne rigole pas avec ces choses-là.
L'enquête est menée par un détective improbable, qui doit également élucider le meurtre d'un prospecteur, chasseur de dingos. Napoléon Bonaparte, dit Bony, vient de la police de Brisbane, mais il est aussi aborigène et a subi les rites d'initiation dans certaines tribus. Il est au fait du bush et des pratiques magiques. Il craint les esprits plus que les hommes, finalement, mais sait lire le vent et écouter la poussière... Ce sera très utile dans cette enquête.
Bony découvre une prison naturelle, un trou dont on ne peut s'échapper (sauf quand Bony s'en mêle). Et dans ce trou, il découvre plusieurs criminels qui ont été relâchés.
Ils s'évadent, et parcourent le bush pour rejoindre la civilisation. Cette partie pourrait être fastidieuse, mais elle est rendue avec une maestria incroyable par Arthur Upfield, un sacré auteur que je découvre et que j'inscris derechef dans la (trop) longue liste d'auteurs que j'apprécie et qu'il me faudra approfondir.
Quand je dis que cela n'a pas pris un ride, c'est aussi du point de vue du ton, de l'humour, de l'écriture. C'est direct, cash, sans fioritures, mais avec une certaine poésie qui s'installe dans les descriptions de la nature. Upfield décrit bien les hommes et leurs penchants. Et quand il pose en deux traits la question éthique de la relaxe des condamnés et la justice immanente, c'est fait sans état d'âme, comme la sécheresse du bush et l'âpreté du Nullarbor, ce désert où nul arbre ne survit.
Brillant et tout à fait convaincant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DOMS
  28 septembre 2014
Une fois de plus, Arthur Upfield nous entraine dans les pas de l'inspecteur Bonaparte. Celui dont il dit d'ailleurs dans ce livre : « quand il est sur les traces d'un type, il fait comme le tigre de Tasmanie, il ne le lâche plus ».
Bony a été appelé pour retrouver une jeune femme qui s'est volatilisée d'un train. C'est une ancienne criminelle, qui a purgé sa peine. Personne ne comprend où elle peut être, et seul notre inspecteur pourrait certainement la retrouver. Sa quête va le mener à travers le désert d'Australie, dans les familles de fermiers, sur les traces d'un chercheur d'or solitaire, et surtout dans une aventure dont lui seul va savoir se sortir. Sa double culture, et avant tout sa part aborigène, fait de lui un héros hors pair, le seul capable de décrypter les mystères et les pièges des paysages du bush.
Commenter  J’apprécie          80
JML38
  20 mai 2019
Arthur Upfield est considéré comme le pionnier du polar ethnologique avec ses romans ancrés dans l'Australie des années trente à soixante, et son personnage préféré, Napoléon Bonaparte, plus souvent appelé Bony, policier de père européen et mère aborigène.

Dans cette aventure, le point de départ est la disparition de Myra Thomas, accusée du meurtre de son mari et acquittée après un procès retentissant.

Les recherches effectuées par les gendarmes n'ayant donné aucun résultat, Bony se rend sur place avec des éléments nouveaux, afin de se faire passer pour le neveu d'un trappeur récemment décédé, venu récupérer toutes les affaires de son parent.

Pour retrouver Myra, il se lance sur la dernière piste suivi par le vieil homme, accompagné de Millie et Curley, un couple de chameaux au caractère quelque peu soupe au lait, et Lucy une chienne astucieuse et attachante qui sait comment cadrer les deux camélidés
Le début de la randonnée de cet équipage donne lieu à quelques scènes cocasses, à l'image de celle où Lucy vient quémander des croûtes de pain pour les apporter à ses compagnons à bosses.

La caravane improvisée s'enfonce dans la plaine du Nullarbor, région désertique, d'une uniformité cauchemardesque, quasiment sans arbres d'où son nom issu du latin «nullus arbor».

Son périple va amener le policier à croiser la route d'aborigènes peu amicaux et devoir mener une enquête sur un meurtre perpétré en un endroit improbable, dans une communauté des plus insolites.

L'intérêt du roman réside dans les capacités De Bony à se sortir d'une situation mal engagée, puisant dans ce qu'il appelle la part primitive de sa double culture pour affronter une nature hostile.

En revanche, j'ai trouvé l'intrigue, pourtant multiple, pas spécialement transcendante.
De même, pour l'aspect ethnologique, la légende de Ganda et les sorciers aborigènes sont peu développés.

Un roman agréable, surtout en raison de la personnalité de Bony et des paysages sauvages et dépaysants de l'Australie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PtitVincent
  01 novembre 2019
Bizarrement, ce titre n'est chronologiquement que le 21e roman de la série des Bony (l'enquêteur Napoléon Bonaparte, australien métis) et pourtant le premier traduit dans la collection Grands détectives chez 10/18. Bizarrement car il est loin d'être le meilleur, particulièrement inégal tout au long de l'histoire. Si le début de l'enquête se lit avec grand intérêt, une femme disparue dans le Nullarbor, une femme graciée depuis peu du meurtre de son mari, et la piste découverte par Bony à travers cette région hostile, avec pour compères un chien un peu sauvage et deux dromadaires aimant leurs petites habitudes, la deuxième partie, celle du huis-clos (dont je ne dirai rien de plus, pour préserver les lecteurs à venir) est peu crédible. On retrouve néanmoins un personnage sympathique, attachant et complexe, un homme tiraillé entre deux cultures et qui sait toujours tirer le meilleur de chacune d'elles. Sans oublier la découverte d'une région particulièrement hostile et surprenante d'Australie, dont on découvre à chaque roman un nouvel aspect. L'auteur mérite sans doute d'être découvert à travers d'autres de ses romans. Celui-ci reste cependant indispensable pour les fans du personnage (dont je suis).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ibonibon   27 décembre 2012
Vous croyez tout savoir sur les Aborigènes, parce que vous les avez vus conduire des camions ou des tracteurs, que leurs enfants vont à l'école et que leurs femmes suivent des cours de couture. Vous les avez peut-être vus boire des milk-shakes dans les cafés, en ville, ou même lire des journaux et des livres, ou aller au cinéma.
Vous les avez sans doute considérés comme des crétins qui manquent de force de caractère et étaient infiniment en dessous de votre superbe intelligence de Blancs.
Ça ne vous fera pas plaisir si je vous dis que l'Aborigène sauvage, dans son propre pays sans clôtures et sans fermes, vous considère comme de petits canetons naïfs et bavards qui ne demandent qu'à se faire tordre le cou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
iti1801iti1801   05 décembre 2010
Nous sommes dans la Nullarbor. Ce n'est pas une partie de l'Australie, c'est l'Australie elle-même, la véritable Australie que connaissent les Aborigènes (...). Pour ceux qui arrivent en voiture sur les routes, pour les hommes politiques qui ne s'enfoncent à l'intérieur des terres qu'à la fraîcheur hivernale, l'Australie se déguise.
Commenter  J’apprécie          90
bdelhaussebdelhausse   18 mars 2017
Notre but est d'obtenir justice au nom de ceux qui ont été assassinés. Nous devons bien accepter le verdict prononcé par le juge, mais la justice est traînée dans la boue quand une bande d'hommes politiques se moquent de la peine prononcée par le juge et relâchent le meurtrier des années avant qu'il n'ait purgé sa peine. Ils bafouent la justice pour se rendre populaires. (p.279)
Commenter  J’apprécie          20
iti1801iti1801   05 décembre 2010
Et si l'esprit est écrasé par les menaces de Ganba, alors, l'antidote, c'est l'alcool, de façon à rétablir l'équilibre du grand livre de la vie, car l'alcool est le sésame de la convivialité, et il est essentiel pour empêcher les victimes de la solitude de sombrer dans la folie.
Commenter  J’apprécie          30
DOMSDOMS   28 septembre 2014
L'inspecteur Bonaparte ! Ce n'est pas un mauvais bougre. Une fois qu'il est sur les traces d'un type, il fait comme le tigre de Tasmanie, il ne le lâche plus
Commenter  J’apprécie          50

Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1945 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre