AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
ISBN : 2264029021
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 20 notes)
Résumé :
La maison maléfique porte vraiment bien son nom ! Dans les eaux qui entourent cette demeure bâtie sur une île, on a déjà repêché deux cadavres. D'abord Ed Carlow, le jeune et prospère boucher d'Edison, la ville toute proche. Puis Mme Answerth, propriétaire de la maison. Rien ne semble relier ces deux morts... Mais aucun mystère ne résiste au célèbre inspecteur australien Napoléon Bonaparte, dit Bony ! Il commence par affronter les soeurs Answerth : ces harpies ennem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Chrystaalle
  30 mars 2012
Un très bon roman policier de facture classique dont l'action se situe dans le bush australien.
Une magnifique demeure est cernée par les eaux, pourrie par l'humidité y vivent les trois rejetons d'une lignée violente. Pour batir leur empire leurs ancêtres ont tué, massacré des aborigènes, ont détruit la nature et spolié des tas de gens.
Il se murmure qu'ils sont victimes d'une malédiction, que les ancêtres ont tourné vers eux leurs os.
Le père des 3 héritiers, Jacob Answerth, s'est suicidé d'une balle dans la tête, sa première épouse une "ancienne catin à tondeurs de moutons " lui a donné deux filles et sa seconde épouse, fille d'un fermier respectable du coin, lui a donné un fils.Elle a subi ses violences pendant des années.
Deux personnes sont retrouvées noyées en peu de temps , le premier est un boucher, Ed Carlow dont la fortune subite est suspecte, volait il du bétail ? Puis la seconde épouse de Jacob Answerth, âgée de 69 ans, est retrouvée noyée.
Sur l'ïle vivent trois héritiers et leurs employés tous aussi suspects les uns que les autres :
- Mary, 44 ans, grossière, s'habille en homme, se bat mieux ,ignorante, choquante mais ses ennemis reconnaissent sa perspicacité
- Janet 41 ans , une "artiste que toute la ville apprécie car elle est philanthrope
- Moris, 26 ans, leur demi frère attardé, un colosse avec une âme d'enfant qui rêve de fuguer pour retourner jouer avec des agneaux.
- Albert Blaze un homme d'âge indéterminé est le cuisinier qui connait la famille depuis des années et qui respecte les croyances du bush.
- Mrs Leeps la cuisinière est une ancienne infirmière psy qui rêve de gagner suffisemment d'argent pour ouvrir son propre hôpital.
Pour mener l'enquête le très brillant Napoléon Bonaparte, Bony pour ses amis. Il doit résoudre l'énigme de l'origine de la fortune de ED Carlow et découvrir comment elle pourrait avoir un rapport avec son meurtre et celui de Mrs Answerth
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Herve-Lionel
  16 février 2014

N°633– Mars 2013.
LA MAISON MALEFIQUE - Arthur Upfield - 10/18.
Traduit de l'anglais par Michèle Valencia.
Étrange affaire dont le titre rappelle un peu un "Agatha Christie" pour le non-moins étrange inspecteur Napoléon Bonaparte, Bony pour les amis, qui s'est volontairement chargé de cette enquête. de quoi s'agit-il donc ? On a retrouvé, flottant sur l'étendue d'eau qui entoure la magnifique maison des Answerth, le cadavre étranglé de la mère, 69 ans, seconde épouse de Jacob Answerth qui s'est lui-même suicidé d'une balle dans la tête, il y a quelques années alors que sa situation financière était prospère et qu'il n'avait aucune raison particulière pour cela. Ce n'est pas la première mort suspecte constatée dans le coin puisque un boucher du nom de Ed Carlow a subi le même sort quelques mois auparavant et il y aura même, durant l'enquête, une tentative avortée suivie d'un autre meurtre.
Dans la maison-île vivent les trois héritiers de cette famille : Mary, 44 ans, la terreur de la maison, aussi hommasse et violente que Janet, sa soeur de 41 ans est douce et artiste, et Morice, 27 ans, leur demi-frère, attardé mental mais athlétique et demeuré en enfance. Avec eux vivent deux employés, le cuisinier et ancien chef des gardiens de troupeaux, Albert Blaze et Mrs Leeper, également cuisinière et dédiée à la bonne tenue de cette grande maison. Elle a cependant a été infirmière en chef dans un hôpital psychiatrique et rêve d'ouvrir son propre établissement.
Il reste donc à notre fin limier, venu tout exprès de Brisbane (Australie), à enquêter et découvrir l'origine de la fortune, semble-t-il douteuse de Ed Carlow qui aurait peut-être un rapport avec le meurtre de Mrs Answerth d'autant que cette famille s'est enrichie pendant des générations en massacrant les aborigènes, spoliant les gens et détruisant la nature. Il y sera aidé par ses origines puisqu'il est un métis australien, élevé dans une tribu du bush qu'il connaît bien et qu'il partage avec ces peuplades l'amour de la nature. Il témoigne d'une bonne dose de pragmatisme, use de psychologie, de patience, de méthode, met en oeuvre des idées originales qui, à ses yeux, justifient un meurtre et recherche inlassablement dans le passé, dans les secrets de famille, ce qui peut l'expliquer. Il a décidément beaucoup de flair et cela ne s'applique pas uniquement à sa capacité de déduction et à son sens des réalités.
Il se moque de la hiérarchie, de la bureaucratie et de la "politique du résultat", assemble patiemment tous les morceaux du puzzle, remettant sans cesse en question les évidences et les apparences. Il obtient souvent des renseignements là où d'autres échouent. Il en conçoit même une certaine suffisance, ce qui ne le rend pas antipathique pour autant.
Reste cette "Maison Maléfique" où règne une atmosphère étrange. Elle tire son surnom du malheur qui s'accroche à elle et à ses habitants ou peut-être à cause de "l'os pointé" par les aborigènes sur ceux qui les ont exterminés, une sorte de malédiction dont l'eau qui entoure ce manoir n'est que la marque visible...
J'ai trouvé ce roman passionnant du début à la fin, le suspense y étant lentement distillé au rythme des investigations de cet inspecteur décidément attachant.
J'avoue que je ne connaissais pas Arthur Upfield [1888-1964], reconnu comme le père du polar ethnologique et qui est un auteur prolifique puisqu'il a publié 33 romans. J'ai apprécié l'ambiance de ce roman, la manière tout en nuances de procéder de Bony autant que le dépaysement né des évocations poétiques de ces paysages. Cet ouvrage est pour moi l'invitation à explorer davantage l'univers de cet auteur.
©Hervé GAUTIER – Mars 2013.http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
julienraynaud
  18 août 2017
Je décide d'abandonner la lecture en cours. Il ne se passe rien, les descriptions n'apportent rien. L'idée du manoir reculé et inaccessible était bonne, le frère autiste aussi, mais ça ne me suffit pas pour vouloir savoir la fin.
Commenter  J’apprécie          91
lokipg
  14 juin 2018
Napoléon Bonaparte, « Bony » pour les amis, enquête sur la mort de Mme Answerth, retrouvée noyée dans un lac, près d'Edison, petite ville côtière au sud de Brisbane, en Australie. Son enquête l'amènera à découvrir la Maison Maléfique, appelée ainsi en raison du passé trouble de ses habitants.
La maison maléfique est le 16ème tome d'une série que je découvre et prend en marche sans aucun soucis de compréhension. Il s'agit d'une enquête à l'ancienne, dont le déroulement ne serait pas renié par Agatha Christie.
L'histoire prend pour cadre un petit village australien et un inquiétant manoir bâti sur une île au milieu d'un lac, habité par deux soeurs et leur frère attardé. Il s'en dégage une ambiance angoissante à souhait.
Arthur Upfield décrit merveilleusement l'Australie et ses habitants. La lecture est agréable et les chapitres, courts, ont le chic pour se terminer par la petite phrase qui donne envie d'en lire un de plus.
J'ai beaucoup aimé cette enquête, qui m'a donné envie de lire les autres tomes de la série.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Floccus
  04 décembre 2012

"Il consacra l’heure suivante à essayer de se rappeler la formule exacte de Disraeli sur la méditation. Voilà plus ou moins ce que ça donnait : On peut s’exercer à l’art de la méditation à toute heure; elle permet de se retirer au milieu d’une foule, d’être calme au milieu de l’agitation, sage au milieu de la folie." (241)
Cette seizième enquête de l’inspecteur Napoléon Bonaparte se démarque par sa densité. Le marasme de la famille Answerth est digne des malédictions généalogiques qu'affectionnait H.P. Lovecraft. La symbolique entre cette maison cernée par les eaux et la violence prédatrice des ancêtres qui ont fondé leur exploitation sur l’élimination des aborigènes est sombre et indéfinissable.
Arthur Upfield a l’art de démarrer ses polars sur des situations marquantes. Le placard du phare de "Chausse-trappe" ou la voiture électrifiée d’"Un vent du diable" tâchent l’imagination comme une mûre écrasée. Même quand on ne relie plus exactement l’image à l’histoire, rouvrir le livre des années plus tard la fait ressurgir dans toute sa force et sa clarté, telle qu'elle est apparue la première fois.

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
julienraynaudjulienraynaud   05 juillet 2017
je n'aurais peur de m'attaquer à personne s'il le fallait. Sauf à cette bonne femme hommasse.
Commenter  J’apprécie          40
NikozNikoz   22 août 2014
Bony ouvrit la porte, le referma derrière lui et s'y adossa une minute.
Commenter  J’apprécie          41
Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre