AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
ISBN : 2264027975
Éditeur : 10-18 (04/02/1999)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 28 notes)
Résumé :
L'inspecteur Napoléon Bonaparte ne résiste jamais à une affaire déconcertante.
C'est là une de ses faiblesses. William Lush a disparu. Alcoolique, violent, il aurait fort bien pu être tué tant il était détesté. Sur la liste des suspects, sa belle-fille... et beaucoup d'autres, éleveurs ou trimardeurs. Mais, pour une fois, Bony ne pourra pas compter sur son fidèle allié, le temps. Car le Darling va lui barrer la route. De mince filet paresseux, le fleuve va go... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  16 février 2014
N°634– Mars 2013.
LE MEANDRE DU FOUArthur Upfield - 10/18.
Traduit de l'anglais par Michèle Valencia.
Une maison isolée, au centre d'une grande propriété dédiée à l'élevage des ovins, celle de Madden, est construite sur le méandre d'un fleuve maintenant à sec à cette saison. Nous sommes dans la région de Quennsland (Australie). Cette maison est habitée par Bill Lush, le second mari de Mme Madden, ancien ouvrier devenu éleveur par son mariage, par sa femme et par Jill, 19 ans, sa belle-fille.
Un soir où Bill rentre soûl comme à son habitude, un drame se joue dans cette maison et Mme Madden meurt le lendemain des mauvais traitements qui lui ont été infligés par son mari pour une sordide question d'argent. le lendemain, Bill est introuvable, ce qui inquiète les autorités. L'inspecteur Napoléon Bonaparte, Bonny pour ses amis qui sont nombreux, et qui se préparait à partir en vacances se charge lui-même de cette enquête. John Lucas, le gendarme local sera son adjoint. Il y a peu d'indices, la porte d'entrée, neuve, a été remplacée en catastrophe par une plus ancienne puis brûlée, à la demande de sa mère pour éviter le scandale. Jill avait tiré dans sa direction avec sa carabine pour éloigner Bill qui commençait à la défoncer avec une hache et menaçait ses occupantes. de plus, il y a un trou dans le plafond qui correspond au calibre de l'arme de Jill et c'est à peu près tout. Bony envisage toutes les hypothèses depuis le fuite de Lush ou un banal accident jusqu'à son assassinat par Jill qui a d'ailleurs pas mal de raisons pour cela. Au cours de son enquête il apprend à mieux la connaître ce qui tranche avec son impression première.
D'autre part, ses investigations lui apprennent que Lush était un sale type que beaucoup aimeraient voir mort, ce qui multiplie les suspects. Il n'en manque pas parmi tous ceux, trimardeurs ou gens du coin, tous avec un casier judiciaire plus ou moins chargé, qui, le soir de la disparition de Bill, étaient dans le coin. Malheureusement pour lui, le mobile lui échappe et semble même inexistant. Bony s'installe donc dans cette maison dans l'attente éventuelle venue de Bill qu'il veut arrêter pour le meurtre de sa femme puis dans celle des voisins, les Cosgrove. Dehors la crue du fleuve menace et la pluie s'est mise à tomber. Tout cela va faire disparaître les rares traces qui subsistent encore. le temps presse donc d'autant que le lit du fleuve, maintenant plein d'eau, entrave son enquête. Elle prend un tour nouveau par la découverte du corps de Bill atteint d'un balle mortelle mais qui cependant pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses.
Décidément, je le trouve bien ce Bony ! C'est une sorte d'Hercule Poirot qui prend son temps pour démêler le noeud gordien d'une enquête compliquée, fait bon marché de la procédure et des règlements, méprise la hiérarchie. Bref, c'est un enquêter un peu atypique, qui agit à son rythme et selon ses méthodes, accepte de se remettre en question et combat autant les évidences que ses inclinations naturelles. Il est têtu, tenace et même, à l'occasion un peu joueur. Ici le lecteur sent qu'il aime bien Jill et qu'il la soupçonne fortement d'être la meurtrière de son beau-père. L'important est que tout cela débouche sur une réponse satisfaisante. Malheureusement ici, son allié traditionnel qu'est le temps lui fait faux bon et il n'aura pas trop de son talent, de sa capacité de déduction et surtout de son indéfectible chance pour conclure.
©Hervé GAUTIER – Mars 2013.http://hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
edwige31
  07 août 2014
J'aime beaucoup les enquêtes de l'inspecteur Napoléon Bonaparte qui ont quelque chose de très britannique dans l'intrigue et dans le style.
Cette fois ci l'inspecteur Bonaparte est appelé par la police locale pour les aider à retrouver un éleveur peu sympathique, buveur et qui a frappé sa femme à mort. Difficile de faire une enquête quand le fleuve Darling menace de déborder et d'emporter toutes les preuves. Pour une fois, le temps n'est pas l'allié de l'inspecteur métis, mais plutôt une contrainte. de plus, les suspects potentiels sont plutôt sympathiques, alors que la victime est détestée par tous : la fille de la victime a tiré sur les suspect la veille et le voisinage est charmant, respectueux et généreux.
L'inspecteur devra encore faire preuve de beaucoup de psychologie et mettre à contribution toutes ses qualités d'observation et de déduction. de plus, sa personnalité si spéciale sera un atout pour pouvoir dénouer les petits secrets du monde très feutré des colons britanniques et celui plus rude, des ouvriers payés à la tâche
C'est encore une histoire passionante, qui permet de mieux comprendre l'histoire de l'Australie et de ses habitants colons ou arborigène. L'inclusion de la culture arborigene, en complète harmonie avec son environnement, donne une veritable âme à ce personnage. le racisme et le cloisonnement social sont aussi parfaitement restitué sans parti pris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Floccus
  13 novembre 2012
Un petit opus des aventures de l'inspecteur Napoléon Bonaparte que je rangerai parmi les plus réussis.
Sur fond de crue du Darling, la solution de l'intrigue est lovée dans les dialogues et le recueil des preuves. Quelqu'un d'attentif peut avoir le plaisir de déterminer qui est l'assassin avant qu'il ne soit révélé clairement (ce qui n'a pas été mon cas !)
Une mise en images très vivante de ce coin de l'Australie et de ses habitants, j'en garderai le souvenir…
Lien : http://versautrechose.fr/blo..
Commenter  J’apprécie          10
Nikoz
  04 juin 2016
Évidemment qu'il lute contre l'évidence... Notre ami Bony
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2013
La dignité du travail a peut-être quelque chose à voir avec leur comportement, dit tranquillement Bony. Tous ces hommes ne sont pas ici uniquement pour l’argent, sinon, ils vivraient dans une jolie ville côtière. Ils ont choisi de rester dans l’intérieur des terres pour la même raison que vous avez fini par le faire. Ils ont été modelés par cet environnement. Ils prennent leur balluchon et se déplacent sans cesse parce que le mouvement leur permet de retrouver des lieux connus et leur donne en outre l’assurance d’être libres et de ne pas être obligés d’obéir au sifflet d’une usine, d’attraper un train ou un bus à une minute près, de travailler ou de dormir dans un parc et d’être harcelés par la police.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2013
La loi défend de commettre certains actes. Si quelqu’un les commet quand même, il sait très bien qu’il viole la loi. Alors ? Eh bien, il fait le pari qu’il ne se fera pas prendre. Quand on les attrape, quatre-vingt-dix-neuf pour cent des assassins gémissent, grognent et crachent leur venin sur la police. Mais ils ne gémissent pas quand ils perdent une livre sur un cheval, ou manquent le gros lot à un chiffre près. La plupart des gens sont assez beaux joueurs, alors pourquoi ne le seraient-ils pas s’ils parient contre la police et perdent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2013
La patience était le bâton avec lequel il le reconnaîtrait et verrait en lui un bout de fer inoffensif, la patience était la rapière avec laquelle il tuerait l’échec. Il s’accrocherait à cette affaire pendant des années, si nécessaire. Il pourrait s’y accrocher comme un tigre et rester sourd aux cris et aux hurlements de ses supérieurs, qui voudraient l’en arracher, car ils estimaient qu’il se devait d’être un nouveau Sherlock Holmes et de boucler une affaire en cinq minutes avec un rapport de cinq mille mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2013
Les aborigènes quittaient alors une rivière comparable à celle-ci, gagnaient la plaine aride, brûlante, mouraient de faim et de soif, puis revenaient étiques mais heureux de retrouver les gommiers rouges de la rive.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2013
Tous les broussards expérimentés savent déceler l’humeur d’un corbeau, connaissent ses habitudes, et toute personne observatrice aurait remarqué le contre-courant près de la rive. Tapi là, les talons bien enfoncés dans la pente – car glisser ne voudrait pas seulement dire tomber à l’eau, mais avoir beaucoup de difficulté à en sortir une fois trempé .
Commenter  J’apprécie          00
Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre