AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vincent Zouzoulkovsky (Traducteur)
EAN : 9782845381315
208 pages
Éditeur : Panini France (01/01/2002)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 115 notes)
Résumé :
Enfant, Kenji avait imaginé un scénario catastrophe. Aujourd'hui, ces improbables attaques bactériologiques contre San Francisco et Londres sont devenues réalité. Quelle sera la prochaine opération ? Seul Kenji le sait et peut encore éviter le pire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ElGatoMalo
  25 décembre 2014
Mon père noël personnel ayant eu la bonne grâce de passer avec douze heures d'avance, j'ai pu lire plus tôt que je ne l'avais prévu ce quatrième volet paru dans la collection de Luxe qui regroupe deux volumes de la collection standard dans un format un peu plus grand que les originaux nippons. Je reste toujours aussi surpris du niveau de détails que l'on trouve dans certaines images à cette dimension. Détails qui, pourtant, doivent mécaniquement disparaître si on les réduit encore. Même avec une bonne loupe, on ne les verra pas. C'est un problème qui me travaille parce que je ne comprends pas bien ce qui motive le dessinateur puisque son effort dans la précision et la ressemblance est contrarié par une édition qui le trahit. C'est un peu comme si on éditait les romans de XIXeme siècle en choisissant de passer toutes les descriptions dans des caractères de corps 3 ou 2 sur un papier recyclé à forte granularité pour les rendre illisibles. N'importe quoi ! En même temps, pourquoi, sachant bien que ces images seront saccagées, pourquoi dis-je, ne pas leur accorder une surface plus importante dans la page ? Voire une pleine page ? Ces stratégies de découpage m'échappent complètement. Pire : les gris tramés doivent donner, réduits, par mélange optique, des gris beaucoup plus sombres encore, presque noirs et là, on n'est plus dans la perte de détails, on passe dans une image totalement faussée.
Ceci dit, ce quatrième tome renoue avec la structure narrative qui avait fait l'intérêt des deux premiers. On est heureux de retrouver ce style qui avait largement disparu dans le troisième. Les actions présentées sont donc de nouveau qualifiées par des flashbacks nostalgiques sur les années 1960/70. La plus grande partie est même basée sur la mémoire puisque deux personnages, en 2014, vont chercher à savoir ce qui s'est réellement passé pendant la nuit du 31 décembre 2000 : Kakuta, le mangaka emprisonné à la Luciole des Mers, qui a bien l'intention d'écrire un manga sur ce thème (en fait, il a été emprisonné, justement parce qu'il en avait eu une première l'intuition) ; Koizumi, la lycéenne qui a eu la mauvaise idée de choisir Kenji et sa bande comme devoir d'histoire. On découvre ainsi les détails de la nuit du siècle qui sont enfin révélés (dans le tome trois, l'auteur avait préféré nous faire faire un bond de quatorze ans dans le futur plutôt que de les dévoiler). Chacun a sa source d'information et toutes deux sont fiables. Tellement fiables que Koizumi va découvrir (et nous aussi) ce qui arrive à ceux qui s'approchent de trop près de ce qui n'est pas la "vérité historique" officielle. Tant est si bien que le bouquin se termine sur un angoissant cliffhanger dont elle est l'enjeu, laissant le lecteur (donc moi) devant trois pages blanches particulièrement crispantes !
(Attention : l'édition de Luxe regroupe plusieurs volumes originaux ; ici, les tomes 7 et 8)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Louis_LUCAS
  31 octobre 2016
Lorsque démarre ce quatrième tome, on se dit légitimement que l'on commence à bien connaître les ficelles narratives de Naoki Urasawa, sa propension à nous envoyer régulièrement vers de nouvelles pistes pour mieux nous ramener vers le centre névralgique de l'histoire ou encore ce besoin de rendre chaque personnage secondaire décisif pour la suite des événements.
Ceux qui pensaient avoir décrypté la narration made in Urasawa et qui commençait à n'y voir qu'une mécanique bien huilée vont en prendre pour leur grade. Avec ce quatrième tome, le mangaka enfonce le clou non en exacerbant la complexité de l'intrigue mais en optant pour une approche radicalement différente.
Si les voyages dans le temps continuent de rythmer l'intrigue et d'enrichir les personnages, à de rares exceptions l'essentiel de l'action se déroule entre 1997 et 2000. Autre nouveauté, Urasawa se focalise sur un seul personnage, à savoir Shogun que l'on avait découvert à la fin du tome précédent.
Pas de mystère puisque les indices entourant son identité ne laissait que peu de place au doute, Shogun est en réalité Otcho, l'ami d'enfance disparu peu de temps après la mort de son fils.
La grande majorité de ce quatrième tome se concentre donc sur Otcho et reconstitue les grandes étapes de sa vie de manière fractionnée et sans véritable chronologie. Une fois les grandes lignes retracées et le lien avec AMI révélé, Otcho alias Shogun décide de quitter la Thaïlande pour retrouver son pays natal.
Le retour au bercail se passe en l'an 2000. Plusieurs années ont passé depuis l'incendie du convini et le Japon que découvre Otcho a été façonné par AMI et le parti de l'amitié. Ce court bond dans le temps est l'occasion pour l'auteur de dresser le bilan d'une situation plus qu'alarmante. Kenji est devenu l'homme à abattre depuis qu'il a tenté d'affaiblir par des attaques mal préparées l'organisation dirigée par AMI. Il vit désormais caché, en compagnie d'autres "résistants" et de son entourage familial composé de sa mère et de sa nièce Kanna qui a désormais trois ans.
Désormais réunis, Kenji et Otcho poursuivent leurs investigations et dans leur précipitation vont tomber dans le piège tendu par AMI qui va leur proposer un défi inédit.
Ce quatrième tome de "20th Century Boys" est à lui seul un sommet du genre. Le dessin fourmille de détails, multiplie les angles, magnifie les doutes des uns, les certitudes des autres et donne corps à ce qui est probablement l'un des plus grands mangas jamais dessinés.
Je n'en suis qu'au quatrième tome et je m'emballe peut-être mais "Monster" et ses 18 tomes en sont la preuve : Naoki Urasawa sait comment tenir le lecteur sur la distance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lagagne
  20 avril 2020
Un tome un peu à part ici car il se consacre à l'histoire de Shogun, le mystérieux japonais de Thaïlande. Et il ne nous est pas si inconnu...
On progresse dans l'intrigue tout de même, et toujours avec la même qualité de dessin et de composition de la page et des chapitres.
Commenter  J’apprécie          80
Ashallayne
  30 novembre 2018
Un tome un peu plan-plan.
On commence le manga aux côtés d'Otcho, qui survit au Vietnam en sauvant des touristes shootés et qui porte secours aux prostituées.
Quand la secte d'ami commence à menacer son existence et qu'il reçoit un appel de Kenji, il se décide à agir et rentre enfin au Japon.
Là-bas, on découvre que Kenji, sa mère et Kanna vivent désormais dans les égouts, partageant leur vie avec les SDF rencontrés dans les tops précédents.
On apprend que Kenji a essayé d'agir seul pour faire couler la secte d'ami, sans succès.
À la fin du volume, Kenji et Otcho tombent à pieds joints dans un piège plus gros qu'une baleine à bosse. C'est décevant.
Tout est prévisible et plat, ou à l'avenir rigueur complètement tiré par les cheveux. Je me suis ennuyée pendant ma lecture, et j'ai pas mal levé les yeux au ciel.
L'homme qui se fait appeler « ami » (ridicule comme surnom) joue avec Kenji au lieu de le supprimer directement. Il en a les moyens, et pourtant il laisse cet imbécile se débattre dans la nature. Pour un psychopathe qui veut tuer tout le monde, je le trouve mou du genou, et c'est sans parler de son « rêve d'enfant » stupide.
Je suis de plus en plus déçue par la tournure que prennent les événements. Et je ne crois pas que ça ira en s'ameliorant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
orbe
  11 février 2015
Kenji est à la recherche d'Otcho. Nous découvrons avec lui ce qui lui est arrivé.
Ami se dévoile comme étant une organisation complexe liée à la drogue et aux trafics divers.
Kenji tente de reconstruire sa cabane pour faire face au danger qui se rapproche... à suivre !
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Lucile-Lucile-   29 janvier 2013
- Comment t'as fait pour être aussi fort !?
- Je ne suis pas fort... C'est juste que... Quand on m'a poussé dans une cascade pour affronter ma peur, j'ai atterri dans un monde noir et sans air. Je me suis laissé couler dans cet enfer mais quand j'ai regardé en haut, il y avait de la lumière, j'ai nagé vers elle de toute mes forces. C'était ni le paradis, ni l'enfer. C'était ici et il y avait de l'air... C'était juste la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
WalktapusWalktapus   31 juillet 2014
" Tu veux être fort ?
La force, c'est connaître la faiblesse...
La faiblesse c'est la lâcheté...
La lâcheté, c'est tenir à quelque chose...
Tenir à quelque chose, c'est être fort. "

Je tenais à rien à l'époque, alors je pouvais pas être fort.
Commenter  J’apprécie          120
BigDreamBigDream   11 novembre 2014
Ouvre les yeux. C'est la seule façon de regarder ta peur en face.
Si tu fermes les yeux...ta peur prend le visage qu'elle veut derrière tes paupieres.
Commenter  J’apprécie          50
okkaokka   04 février 2017
Ils m’ont beaucoup appris…où on trouvait les poubelles les mieux garnies en nourriture, ce genre de truc. J’avais pas idée de ce qu’on gâchait comme nourriture.
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   04 février 2017
- Je peux pas m’enfuir.

- Pourquoi ?

- J’ai nulle part… où aller.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Naoki Urasawa (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naoki Urasawa
Calendrier de l'Avent booktube féministe : #unlivrefeministeparjour Découvrez ma sélection du 7 au 12 décembre !
Allez ! On file chez notre libraire préféré.e pour faire de jolis cadeaux livresques ♥
autres livres classés : fin du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pluto de Naoki Urasawa

De quelle mythologie est inspiré le nom de Pluto ?

La mythologie grecque
La mythologie persane
La mythologie romaine
La mythologie japonaise
La mythologie celtique

14 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Pluto, tome 1 de Naoki UrasawaCréer un quiz sur ce livre