AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Asadora ! tome 1 sur 7

Thibaud Desbief (Traducteur)
EAN : 9782505085249
202 pages
Kana (31/01/2020)
4.16/5   186 notes
Résumé :
Naoki Urasawa est de retour chez Kana avec sa toute nouvelle série phare : Asadora !
Urasawa parvient à rendre palpitant le mélange a priori improbable du récit de la vie tumultueuse d'une jeune fille, démarrant en 1959, avec une histoire de monstre godzillesque attaquant le Japon de nos jours. C'est addictif dès les premières pages !
Avec ce récit, on entre à nouveau avec bonheur dans le cinéma d'Urasawa, comme on le ferait dans celui d'un Tarantino... >Voir plus
Que lire après Asadora !, tome 1Voir plus
Billy Bat, Tome 1 par Nagasaki

Billy Bat

Takashi Nagasaki

4.02★ (1950)

20 tomes

Dans le sens du vent, tome 1 par Irie

Dans le sens du vent

Aki Irie

4.22★ (305)

5 tomes

Don't call it mystery, tome 1 par Tamura

Don't call it mystery

Yumi Tamura

4.00★ (165)

6 tomes

The Commonbread, tome 1 par Mujiha

The Commonbread

Mujiha

3.28★ (36)

4 tomes

Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 186 notes
5
21 avis
4
19 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis
Les premières pages nous présentent Tokyo en proie aux flammes. Nous sommes en 2020, mais nous sommes prévenus que cette histoire s'étale de l'après-guerre jusqu'à nos jours. Et nous voilà donc peu après en 1959, près du port de Nagoya avec une fillette prénommée Asa, qui malgré la pluie court dans les rues à la recherche d'un médecin. Sa mère est sur le point d'accoucher.
Son copain Shota, lui, court pour s'entraîner, car dans 5 ans, c'est Tokyo qui organise les Jeux Olympiques et il est prêt à tout pour y participer.
Mais voilà que le typhon annoncé s'abat sur le port.
Quant à Asa, on la retrouve bâillonnée, les membres attachés. Il va se révéler que son kidnappeur qui l'a prise pour la fille du médecin n'est autre qu'un ancien pilote de guerre qui volait sur des bombardiers, d'ailleurs, n'est-il pas surnommé "chevalier du ciel" !
Tous les deux vont s'unir pour tenter de porter secours aux rescapés du typhon, dans un port dévasté. Et l'on découvre une fille aventureuse qui n'a pas froid aux yeux et qui est prête à tout pour aider les autres. Un bel exemple d'altruisme et de solidarité. de plus, elle prouvera qu'elle a d'autres talents.
C'est un récit très addictif avec déjà un monstre qui se profile dès le tome 2. Cette histoire est un bon moyen de se plonger dans la vie japonaise et d'apprendre à connaître certaines de leurs spécialités culinaires comme les onigiri qu'Asa se fera un plaisir de distribuer !
Après les tomes 1 et 2 dont je viens de parler, je n'ai qu'un souhait : Vivement la suite...
Si ma petite-fille ne m'avait pas proposé et encouragée en me prêtant ce manga, cette bande dessinée japonaise, je n'aurais sans doute pas encore découvert ce type de littérature et c'eut été fort dommage !

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          842
J'avais déjà essayé de lire un manga mais sans grand succès. Cette fois, grâce à Emma et à Vincent, j'ai lu Asadora (tome 1), oeuvre de Naoki Urusawa, je me suis appliqué, aidé par le petit schéma donné par l'éditeur au début, pardon, à la fin du livre… Eh oui, tout est inversé !

Si j'ai eu un peu de mal au début avec, de temps à autre un retour sur la page de droite, déjà lue, alors que je finissais celle de gauche, je m'y suis fait, enchaînant l'histoire de cette jeune fille intrépide et courageuse : Asa.
Avant tout, c'est l'expressivité des dessins qui me marque. Les têtes des personnages sont d'un grand réalisme et m'impressionnent encore alors que j'ai terminé ma lecture. Il faut dire que le drame qui se joue dans ces pages est symptomatique de l'histoire du Japon : un typhon d'une ampleur exceptionnelle dévaste toute une zone côtière qui disparaît sous les eaux. Les réserves de bois ont été emportées et les rondins, entraînés par le courant, ont percuté les frêles habitations, les disloquant et mettant en péril la vie de leurs occupants, nombreux et pauvres pour la plupart. D'ailleurs, très vite, pour les survivants, se pose le problème du ravitaillement : ils ont faim et soif mais Asa…
Alors que le typhon arrive, Asa court chercher le médecin pour sa mère qui va accoucher de son onzième enfant !
Puisque Tokyo va organiser les prochains Jeux Olympiques, ceux de 1964 car l'histoire débute en 1959, le jeune Shôta s'entraîne dur mais, problème, Asa le dépasse facilement dès qu'elle se met à courir.
Voyant un voleur sauter par une fenêtre, la jeune héroïne tente de l'arrêter mais celui-ci la kidnappe et c'est le début d'une aventure commune, avec ce monsieur Kasugo, qui m'a ému, étonné, fait sourire et donc emmené au bout du livre où il est noté « à suivre… »
Si la plus grande partie du livre est en noir et blanc, j'ai été surpris par ces premières pages magnifique, en couleurs, avec des scènes de panique, l'ombre menaçante d'un monstre et 2020 noté en haut de page pour m'indiquer que « cette histoire s'étale de l'après-guerre jusqu'à nos jours… le récit d'une jeune femme mignonne et courageuse… une vie, une génération… » avant de basculer subitement en 1959 et découvrir Asa, la jeune fille qui passe en courant. Elle se présente avec beaucoup d'aplomb et ne me décevra pas par la suite.
Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          7812
Premières pages en couleur : 2020, Tokyo en plein chaos, à la merci d'une menace gigantesque. Puis...
Asadora est le prénom d'une charmante petite-fille qui vit à Nagoya en 1949. Issue d'une famille pauvre et nombreuse, elle est à la recherche d'un médecin pour sa mère sur le point d'accoucher. Alors qu'elle vient d'en trouver un, Asadora est enlevée par un mystérieux individu alors qu'un typhon s'abat sur le port de Nagoya.

Comme nous l'informe l'auteur au début du manga, "Asadora" est le surnom d'un feuilleton-fleuve très populaire et très ancien au Japon mettant en avant "une héroïne forte qui doit faire face à l'adversité pour accomplir ses rêves". Et Asadora est effectivement de cette trempe. Son enlèvement, puis le typhon - je n'en dévoilerai pas plus afin de ne pas spoiler - nous font découvrir une gamine têtue, courageuse et altruiste. le fait qu'elle répète que sa famille l'oublie un peu parmi tous ses frères et soeurs nous la rend encore plus attachante car elle n'hésite pas, elle, à penser aux autres. L'homme qui l'enlève est également un personnage très intéressant, hanté par son passé.
J'ai beaucoup aimé le graphisme et la vision du port de Nagoya après la tempête, terrible. Je crois qu'il s'agit ici d'un fait véridique que nous relate l'auteur. Enfin, coup de coeur absolu pour le joli minois d'Isadora dont j'aime beaucoup les expressions.
Aventure, tension, émotion... un très, très bon seinen dont je lirai assurément la suite. Et qui nous réserve bien des surprises au vu de la fin...
Commenter  J’apprécie          260
Ayant lu 20th century boys et Monster, j'ai eu envie de découvrir cette série du mangaka, Naoki Urasawa, qui semble très différente dans le ton, avec l'image de la couverture que celui des séries mangas précédentes. Fin des années 50, au Japon, on fait connaissance avec la petite Asa, une fille qui parait très courageuse. Pas d'ennui ici, les évenements s'enchainent les uns à la suite des autres. Un accouchement imminent, un kidnapping... Comme tous les titres de Urasawa, il semblerait qu'un ombre de fantastique se dessine. Asadora, série prometteuse... à suivre !
Commenter  J’apprécie          220
Naoki Urasawa fait partie de ces mangakas qui ont conquis en quelques années le coeur des Français. Chaque nouvelle sortie française est attendue de pied ferme par une communauté de fans de plus en plus nombreuse.

Je n'ai pas lu l'ensemble de ses séries, mais j'ai dévoré "Monster", "Pluto" et une partie de "20th century boys". Aussi, quand j'ai vu que Babelio et Kana proposaient de découvrir "Asadora" lors de la dernière opération Masse Critique, j'ai sauté sur l'occasion. Je les remercie d'ailleurs au passage.

À travers la présentation qui a été faite par Kana, je savais d'avance que la série allait se mâtiner de science-fiction et je regrette presque de m'être renseigné. En effet, dans ce premier tome, Naoki Urasawa prend son temps. Il faut attendre à vrai dire les toutes dernières pages pour que ce qui va constituer le fil conducteur du récit soit révélé au lecteur. Et c'est tant mieux ! Cela nous laisse plus de temps pour découvrir les personnages d"Asadora", pour s'attacher à la jeune Asa, pour laisser une chance à ce kidnappeur/cambrioleur de justifier ses actes, pour s'imprégner de l'ambiance singulière, tout en laissant monter l'envie, page après page, de s'enfourner un ou deux onigiris.

Si l'histoire séduit instantanément, c'est aussi parce que l'on retrouve ce crayonné caractéristique, ces "gueules" qui nous en rappellent d'autres, ce sens du rythme, Urasawa se montrant aussi à l'aise dans le huis-clos que dans l'action, aussi à l'aise dans le mouvement que dans le dialogue. Mais le véritable faire-valoir de ce premier tome, c'est Asa elle-même. Courage, détermination, altruisme, abnégation, autant de valeurs qui animent la jeune fille et qui nous donnent envie de suivre cette héroïne jusqu'au bout du monde.

Tout cela pour dire que je vais poursuivre l'aventure, enfin quand je dis "je", je devrais dire "nous ", car "Asadora" a également trouvé grâce aux yeux de mon fils, une preuve supplémentaire de la qualité de ce récit, capable de toucher à tout âge.
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (5)
LeParisienPresse
15 février 2022
Quel rythme ! En quelques pages, ce premier tome d'« Asadora » réussit à nous conquérir. Dans ce tome à couper le souffle, Naoki Urasawa installe son intrigue brillamment, sans pour autant répondre à aucune des questions qu'il ne pose.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
ActuaBD
28 février 2020
Reste donc des personnages émouvants, déterminés, aux caractères travaillés et profondément humains, un univers d’ores et déjà foisonnant, regorgeant de mystères et s’étalant sur plusieurs dizaines d’années ponctuée d’une première montée du suspens comme peu en ont le secret, aucun doute n’est possible, Urasawa senpai est de retour !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
17 février 2020
Ce premier volume d'Asadora ! marque le retour sur un genre que Naoki Urasawa affectionne. Des phénomènes mystérieux, une tension qui monte crescendo et des personnages forts qui donnent envie de les suivre.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario
11 février 2020
Un premier tome qui lance malgré tout très habilement la série, avec un cliffhanger très efficace ! On n'est pas encore réellement dans le fantastique, si ce n'est deux ou trois éléments qui sèment le doute, mais l'héroïne est parfaitement campée, prête pour la suite !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi
03 février 2020
On se laisse emporter par le rythme, la narration impeccable et le tracé plus maîtrisé que jamais du mangaka [...] L’ouverture et la fermeture de ce premier tome laisse entrevoir le rôle clé d’Asa, une fresque historique et humaine.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Moi j’ai dix frères et sœurs… et même onze à l’heure qu’il est…
Du coup, quand les parents nous appellent, c’est toujours…
… « Les enfants » !
« Les enfants à table ! »
« Les enfants au lit ! »
« Vous n’avez rien oublié, les enfants ? »
Commenter  J’apprécie          283
À aucun moment, vous m’avez raconté d’histoire sur vos exploits pendant la guerre…
Vous m’avez juste parlé du mal que vous vous étiez donné pour que vos compagnons ne meurent pas…
Et moi, j’ai trouvé ça très bien !
Commenter  J’apprécie          310
… À croire que personne ne m’a jamais remarquée…
C’est vrai que j’ai beaucoup de frères et sœurs mais c’est pas une raison…
Mes grandes sœurs Yayoi, Satouki et Mutsuki ont toutes de jolis prénoms…
Alors que moi, « Asa »…
Commenter  J’apprécie          280
- Ne te focalise pas sur les cadrans...
La position de l'appareil, sa vitesse, son altitude, son inclinaison, tu dois tout ressentir avec ton corps...
Commenter  J’apprécie          340
- Cet entraînement par intervalles a été pensé par Emil Zatopek triple champion olympique à Helsinki !
- Toi aussi tu dois avoir assez de motivation pour viser les 5000, 10 000 et le marathon, comme lui !
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Naoki Urasawa (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naoki Urasawa
Asadora ! 7
autres livres classés : typhonsVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus


Lecteurs (363) Voir plus



Quiz Voir plus

Pluto de Naoki Urasawa

De quelle mythologie est inspiré le nom de Pluto ?

La mythologie grecque
La mythologie persane
La mythologie romaine
La mythologie japonaise
La mythologie celtique

14 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Pluto, tome 1 de Naoki UrasawaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..