AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de bdelhausse


bdelhausse
  26 novembre 2019
1889. A Niagara Falls, côté canadien, Maud Grady, patronne des pompes funèbres locales, est une jeune veuve élevant son fils autiste. À Venise, le poète Robert Browning se meurt dans le palazzo de son fils.

A deux pas, les McDougal vivent la dissolution de leur couple. Lui, historien militaire obnubilé par une femme ayant joué un rôle dans la guerre américano-canadienne. Elle, Fleda, passe une grande partie de son temps dans la forêt. Elle y est épiée par un jeune poète, Patrick.

Pendant que Maud avance pas à pas dans sa reconstruction, les McDougal crée une sorte de ménage à trois où Fleda, en mal de passion amoureuse, fantasme l'amant idéal. Patrick se rend compte que Fleda est loin d'être la femme qu'il voudrait. Alors, elle se noie au sens figuré dans la poésie de Robert Browning, qui se meurt à Venise.

D'autres se noient au sens propre, car les Chutes du Niagara exercent leur pouvoir d'attraction. Maud collectionne les objets perdus par les noyés et organisent les funérailles de ceux qu'aucune famille ne vient rechercher.

Jane Urquhart va loin dans l'analyse des sentiments, de la passion, et des désirs non dits. de manière sobre et pudique, elle dresse le portrait de la société canadienne et de la place des sentiments et de la femme dans cette société. Deux hommes, deux femmes...

Vivre sa vie ou la fantasmer? Quelle part de rêve pouvons-nous mettre dans notre vie? Comme le dit la 4è de couverture: "Trois histoires qui se rejoignent en une vision noire, poétique, saisissante".

L'écriture est fort classique, poétique et lente. J'ai mis du temps avant de m'immerger dans le style de l'auteure et sa façon de nous livrer le récit. Mais une fois que j'ai plongé... si je puis dire, j'ai regretté que le roman se termine aussi vite.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus