AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225317551X
Éditeur : Le Livre de Poche (08/05/2013)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 164 notes)
Résumé :
" Un soir, tu entres dans ma chambre alors que je me suis endormi. Le livre m'a échappé des mains et gît sur ma descente de lit. Tu t'en saisis, comme s'il s'agissait d'un miracle. - Mais tu lis, mon chéri ! souffles-tu en remerciement au ciel. Incrédule face à ce prodige, craignant quelque mirage, tu palpes l'objet. Non, tu ne rêves pas: ton fils lit. Intimidée. tu ouvres le livre, fascinée à ton tour... ".

Quand la découverte de Marcel Proust boule... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
caro64
06 mai 2009
"Chez nous" est un café du nord de la France où tinte la petite cloche au son grêle chaque fois qu'un client ouvre la porte. Dans ce café, véritable enclave de bonheur tranquille, vivent Aldo, Paola et leur fils unique Paolo, le narrateur qui du haut de ses treize ans, est encore ignorant des choses de l'amour et de la littérature. le hasard parfois fait bien les choses et Marcel Proust va entrer dans sa vie lorsqu'il récupère le livre abandonné par l'inaccessible actrice Sandra Maréchal, dont il est secrètement amoureux. Dès lors du côté de chez Swann sera son livre culte et son admiration pour l'écrivain ne connaîtra plus de borne. Sa mère, lectrice assidue, partage sa passion tandis que son père préfèrerait que son fils fasse du foot plutôt que de s'intéresser à un auteur qu'il découvre appartenir à " la jaquette flottante ". Mais un jour, Paolo découvre que ses parents lui cachent que sa mère est atteinte d'une grave maladie. Avec son père, il décide alors de faire vivre le plus intensément possible le peu de temps qu'il lui reste.
Je viens de terminer ce roman: une petite merveille !!!
Plein de tendresse et d'émotion, ce premier roman de Paul Vacca traite de la famille, de la fin de l'enfance, de la maladie et du pouvoir de la littérature. Rythmée par le son d'une petite cloche, l'auteur nous conte une histoire magnifique et bouleversante. Un livre tout en poésie, drôle et grave à la fois, qui nous donne envie de partir à l'abordage des oeuvres de Proust, car il nous montre bien que ce temps perdu peut se retrouver à tout moment. Un vrai moment de bonheur qui persiste au-delà de la dernière page. Un livre qui fait du bien.
A lire absolument !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
latina
25 novembre 2014
« Ce livre, maman, c'est notre victoire à tous les deux. Notre victoire sur le temps ; ce temps qui prend un malin plaisir à nous éloigner du sourire de ceux qu'on aime. Mais cette fois-ci il a bel et bien échoué. »
Oui, il a échoué, ce temps, car chaque page est dédié à la mère du narrateur. Son roman est un hymne en « tu ». Et par ce moyen, il rend hommage avec une tendresse particulière non dénuée d'humour à celle qui lui était entièrement consacrée.
A 13 ans, porté par la foi maternelle, il découvrira Proust. Malgré les remarques désobligeantes de son prof de français (cela, je ne parviens pas à y croire : comment est-il possible qu'un prof humilie ainsi un de ses élèves en révélant avec un cruel plaisir ses fautes de style à la classe... ?), il persiste à lire « la Recherche du temps perdu » et à la commenter avec sa mère.
Et le père n'est pas en reste, d'ailleurs : guidé par l'amour profond envers sa femme, ce cafetier italien s'acharne à lui faire des surprises particulières, toutes en rapport avec Proust, ce qui va entrainer une « proustmania » dans ce village du Nord, au bord de la nationale (voir ma citation, hilarante).
Mais la maladie rôde...Proust arrivera-t-il à rendre plus acceptable ce coup du sort ?
J'ai aimé ce roman, très doux et en même temps mâtiné des « saveurs » du tout début de l'adolescence. Et le personnage haut en couleurs de la « mama » italienne illumine ce petit coin du Nord.
Mais mon plaisir n'a pas été total, car j'ai souvent été agacée par le trop grand nombre de dialogues, qui a comme effet le survol de certaines scènes, le passage trop rapide, sans lien, à d'autres anecdotes... J'aime aller au fond des choses et m'y attarder, pour laisser le temps à l'empathie de s'installer, et ici ça n'a pas été possible et cela m'a frustrée. Mais l'auteur est également scénariste, et ceci explique cela. C'est pourquoi je lui donnerai la note de 3,5/5.
Malgré tout, je recommande la lecture de ce petit roman, qui m'a fait penser plusieurs fois à « L'écrivain de la famille » de Grégoire Delacour. Je le recommande particulièrement à ceux qui ont lu « la Recherche du temps perdu », ils y retrouveront bien des allusions cocasses. Et je le recommande enfin à tous ceux qui se penchent avec nostalgie sur leur passé protégé par la présence aimante de leurs parents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
gouelan
17 mars 2017
C'est frais, léger et printanier. Une maman, des fleurs, un petit garçon, une petite cloche au son de grêle pour rappeler le temps qui passe, un roman qui vient égayer le quotidien.
Du côté de « Chez nous », le café du village, le temps perdu s'est arrêté, le temps des souvenirs. Il tourne, il tourne… il s'étire... comme des phrases "proustiennes", évoquant les sourires et les larmes, épinglant les mots comme des trésors, pour tromper l'absence.
Une belle idée de mêler Proust à cette histoire. Que l'on soit soi-disant cancre ou très éloigné du monde des lettres, parfois une rencontre avec un roman peut changer une vie, la rendre plus belle.
J'ai apprécié les moments de liberté que s'accorde le garçon de 13 ans, loin des choses tristes qui encombrent son quotidien. En nous les racontant, l'auteur nous éloigne de l'inéluctable. La vie continue malgré tout, la petite cloche au son de grêle tinte encore et encore.
Cette lecture m'a donné l'envie de retenter ma chance du côté de chez Swann.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
fanfanouche24
25 janvier 2014
Ma critique sera brève... vu la grande abondance de commentaires, tous épatants et à juste titre enthousiastes....J'ai passé une soirée d'émotions, à la fois drôles, tendres et poignantes...nostalgiques, avec comme "noyau de feu", l'amour de la lecture...et la découverte passionnée d'un adolescent pour l'univers de Proust...
Un adolescent, malmené par sa prof de français... qui l'humilie, le rabroue...Une maman, très aimante , certaine des capacités de son fils unique, rêve, est sûre qu'il deviendra écrivain... Cette maman saute de joie en découvrant que son fiston... s'est mis à lire...et en plus ...le grand Proust...
Cette lecture devient le pivot unificateur... qui démultiplie la complicité de la mère et du fils, provoquera la jalousie du père... qui préfèrerait que son rejeton fasse du sport. Par amour pour son épouse et son fils... il s'intéressera à ce fameux Proust... qui a quand même des moeurs inquiétantes !!! Il se plongera dans cet univers pour trouver des idées de surprises pour manifester son amour fou, pour sa jeune femme malade...
Proust, sa lecture, la réalisation d'un spectacle écrit par le fils prometteur, réunira un village, dans une solidarité réconfortante et unique.
Un texte plein d'amour pour les mots, la littérature, la découverte du monde par un adolescent, la solidarité d'une famille face à la maladie de la maman, etc.
je laisse le dernier mot à notre protagoniste-auteur, qui réitère la place essentielle des mots, de la littérature, pour conjurer la mort et honorer la mémoire de ceux que nous aimons:
- Et au moment où j'en rédige les dernières lignes, rassure-toi, je ne ressens ni tristesse ni chagrin. Plutôt ce sentiment d'apaisement qui nous habite lorsque l'on parvient à honorer une promesse que l'on ne croyait plus pouvoir tenir.
Car chaque mot, chaque phrase, chaque page m'ont ramené un peu plus vers toi.
Ce livre, maman, c'est notre victoire à tous les deux. Notre victoire sur le temps; ce temps qui prend un malin plaisir à nous éloigner du sourire de ceux qu'on aime. (p.181)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
BooksnPics
04 juin 2013
Notre narrateur est un jeune garçon de 13 ans. Il vit avec ses parents dans un petit village du Nord de la France. Cafetiers, leur vie est rythmée par le son de la petite cloche signalant l'arrivée des clients. Cette petite cloche qui résonne à jamais dans le coeur de notre jeune narrateur.
Au détour d'une promenade le long de la Solène, il va ramasser un livre abandonné par une femme dont il est secrètement amoureux. Ce livre, c'est « du côté de chez Swann », de Marcel Proust. Tout d'abord attiré par le parfum enivrant de cette femme, notre narrateur va découvrir le pouvoir de l'oeuvre. Ce roman qui changera sa vie, la vie de sa famille mais aussi celle de son village.
C'est une magnifique histoire que nous livre ici Paul Vacca. Non seulement il nous conte de manière très poétique, l'initiation à la littérature de ce jeune garçon mais nous nous laissons porter au fil des mots...
Outre cette oeuvre de Marcel Proust qui sert de fil conducteur au récit, l'auteur nous offre également une ode à l'amour d'une mère pour son enfant, à l‘amour d'un enfant pour sa mère. Empreint de douceur, de tendresse, d'insouciance et d'humour, le récit se veut bouleversant à un point tel que je me suis retrouvée la gorge nouée essayant de refouler les larmes naissantes. Une première pour moi à la lecture d'un livre…Premier roman de Paul Vacca, "La petite cloche au son grêle" restera pour moi une très belle découverte chargée d'émotions...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Citations & extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres22 août 2009
- Eh bien, voilà, je voulais vous poser une question...Est-ce que c'est une lecture que... que vous conseilleriez... à un enfant de douze ans ? Enfin, presque treize...

La libraire marque un mouvement de recul. Un éclat de rire lui échappe.

- La Recherche du temps perdu à douze ans ? Quelle drôle d'idée ! C'est un peu dense, tout de même , un peu compliqué, il me semble. En tous cas, c'est la première fois que l'on me pose une question pareille ! Je connais tellement d'adultes qui y sont réfractaires...

Tes épaules s'affaissent. Quelle déception !

- Vous le déconseillez alors ? Dis-tu d'une voix blanche.

Mme Thibault, sentant ton trouble, se ressaisit aussitôt.

- Déconseiller ? Pourquoi déconseiller ? Au contraire. Qu'est-ce qui interdirait de lire Proust à treize , douze ou même sept ans ? Si votre fils ne comprend pas tout, quelle importance ? Est-ce que nous mêmes, nous comprenons tout ce que nous lisons ? Je n'en suis pas persuadée. Au fond, n'est-ce pas mieux comme cela ? Lire c'est aller vers l'inconnu, c'est chercher à découvrir de nouveaux mondes, à percer de nouvelles énigmes... Sans garantie de succès. D'ailleurs, on ne fait jamais le tour d'un livre, on n'épuise jamais la totalité de son mystère. C'est même peut-être ce qui nous échappe qui est le plus important...

Peu à peu tu souris de nouveau.

- Avec Proust, votre enfant va partir à l'abordage de l'un des plus magnifiques nouveaux mondes qui soient. Un monde aux ressources inépuisables qu'il aura l'occasion de redécouvrir encore et encore, avec d'autres yeux, plus tard. Quelle chance il a, et vous aussi ! Bonne lecture alors !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
latinalatina25 novembre 2014
Soudaine et dévastatrice, une « proustmania » s’abat sur notre commune. Tel un ouragan impitoyable échauffant tous les esprits il provoque de nombreux dégâts : l’horlogerie est rebaptisée « Le Temps retrouvé », la bonneterie change sa devanture et devient « Oriane de Guermantes », le magasin de mode masculine se métamorphose en « Dandy Swann »...Jusqu’au poissonnier qui, agacé, dans un furieux pied de nez, inscrit sur son ardoise : « A la recherche du thon perdu – 17 francs le kilo ».
C’était prévisible : le prix des madeleines à la boulangerie de Mme Chapus flambe, atteignant jusqu’à 200 pour cent d’inflation !
Aux clientes qui s’indignent de cette augmentation subite, Mme Chapus, ferme, oppose un argument de poids :
- C’est que « cette délicieuse pâtisserie porte en elle l’immense édifice du souvenir ». Dame, ce n’est pas rien, ça !
Sur sa lancée elle propose même à son aimable clientèle une nouvelle variété de thé : le « Mélange de tante Léonie ».
- Il est en promotion avec les madeleines, profitez-en, tant qu’il y en a encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          187
araucariaaraucaria27 juin 2016
C'est vertigineux. Mon regard se trouve absorbé par ces longues phrases et je me laisse emporter par leur courant sinueux, grisé par tous ces mots inconnus qu'elles charrient.
Au milieu de ma rêverie, je t'entends arriver et, par réflexe, je glisse le livre sous mes draps. Tu viens me souhaiter bonne nuit. Dès que tu es repartie, je replonge dans ma lecture jusqu'à ce que le sommeil m'emporte.
Je ne sais pas encore à quel point ce livre va changer notre vie. Son auteur, Marcel Proust, est un parfait inconnu pour moi. Quant à son titre "Du côté de chez Swann", je trouve qu'il sonne plutôt pas mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24fanfanouche2425 janvier 2014
-Déconseiller ? Pourquoi déconseiller ? Au contraire. Qu'est-ce qui interdirait de lire Proust à treize, douze ou même sept ans ? Si votre fils ne comprend pas tout, quelle importance ? Est-ce que nous-mêmes, nous comprenons tout ce que nous lisons ? (...)
Lire, c'est aller vers l'inconnu, c'est chercher à découvrir de nouveaux mondes, à percer de nouvelles énigmes... (...)
D'ailleurs, on ne fait jamais le tour d'un livre, on n'épuise jamais la totalité de son mystère. C'est peut-être ce qui nous échappe qui est le plus important. (p.31-32)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
caro64caro6406 mai 2009
Il suffit d’un goût, d’un parfum, d’une sonorité, pour que le passé et les êtres que l’on a aimés se mettent comme par magie à revivre en nous. Mon chéri, les êtres que l’on aime ne meurent pas tant que leur souvenir reste vivant…Cette madeleine, c’est justement ça. Une sensation quasi impalpable, inattendue et fugace, mais porteuse d’éternité.
Commenter  J’apprécie          300
Videos de Paul Vacca (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Vacca
A l'occasion du neuvième salon du livre Saint-Maur en Poche, le libraire Gérard Collard recevait le samedi 24 juin 2017 sur la scène de la Griffe Noire, deux auteurs français Alexandra de Broca et Paul Vacca. L'occasion de revenir sur leurs derniers ouvrages...
Au jour le jour de Paul Vacca aux éditions Belfond
Espérant trouver un nouveau souffle, Eugène Sue, feuilletoniste à succès, décide de s'aventurer dans les bas-fonds de la capitale, travesti en ouvrier. À quelques encablures seulement des beaux quartiers, il découvre, ébahi, la réalité poisseuse des faubourgs. Un monde nouveau s'ouvre à lui, baroque et hanté : celui de la pauvreté et du crime. de cette immersion naissent Les Mystères de Paris. Un succès miraculeux qui hypnotise la France entière, de l'ouvrier au ministre, et dont la rédaction quotidienne devient une aventure virevoltante mêlant dans un délicieux vertige la réalité à la fiction... Au Jour le Jour rend un hommage complice à ce genre populaire et addictif qui s'inventait alors, plus d'un siècle avant les séries télévisées ! Il révèle aussi l'étonnante puissance de la littérature à changer nos vies et à réinventer le monde... même quand elle s'écrit au jour le jour.
9782714458919
La soeur du roi de Alexandra de Broca aux éditions Albin Michel
Elle est princesse de sang. Recluse à la Cour de Versailles, vouée à rester seule et à se consacrer aux oeuvres charitables. Lui est roturier. Brillant botaniste du jardin du Roy, il est adepte des Lumières. Tout oppose Madame Elisabeth, la jeune soeur de Louis XVI, et François Dassy. Pourtant, lorsqu'ils se rencontrent par hasard dans la forêt de Fontainebleau, une irrésistible attirance les pousse l'un vers l'autre. Mais la révolution gronde et menace cet amour clandestin... Elisabeth saura-t-elle suivre les idées nouvelles qui bouleversent la France ? Et mettre en danger la royauté ? Dassy est-il un honnête homme ou un imposteur ? Alexandra de Broca, l'auteur de la Princesse effacée et Monsieur mon amour, fait revivre une passion méconnue qui bouscule l'image de la confidente du roi et nous plonge au coeur des derniers jours du règne de Louis XVI.
9782226393272
Vous pouvez commander Au jour le jour et La soeur du roi sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : maladieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La petite cloche au son grêle

En quelle année "La petite cloche au son grêle" a-t-il paru, dans son édition originale?

2003
2008
2011
2000

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : La petite cloche au son grêle de Paul VaccaCréer un quiz sur ce livre
. .