AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848761407
Éditeur : Philippe Rey (07/05/2009)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Mai 1946. Le philosophe français Jean-Baptiste Botul est appelé à Nueva Königsberg au Paraguay, auprès d'une communauté exilée vivant à la manière de Kant. Il est chargé de trancher un débat d'une importance capitale: quelle doit être leur vie sexuelle? Délicate question. S'ils pratiquent, ne risquent-ils pas d'être infidèles à leur illustre modèle, connu pour sa chasteté? Mais s'ils s'abstiennent, la survie de Nueva Königsberg sera de fait compromise...
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
caro64
  24 janvier 2010
Bien que très différent de la petite cloche au son grêle, son premier roman, Nueva Königsberg n'en est pas moins savoureux et confirme le talent de Paul Vacca.
L'histoire de ce roman nous entraîne à la suite de Jean-Baptiste Botul et de son élève Sébastien. Ils partent pour Nueva Königsberg au Paraguay. Cette communauté est vouée à Kant et à sa critique de la raison pure. Botul est attendu pour résoudre un problème métaphysique : Kant est resté chaste toute sa vie et si la communauté observe strictement ce principe, c'est dons sa mort. Quant au jeune Sébastien, il a bien du mal à vivre au rythme de celui du XVIII° siècle. Zazou dans l'âme, qui se destine à la réalisation cinématographique, il essaie tout d'abord à la provocation. Mais sa rencontre avec Sophia, jeune institutrice, va transformer sa vie définitivement.
Ce livre n'est pas qu'une fantaisie, puisque cet épisode de la vie de J-B Botul * a bien eu lieu. Ce philosophe a effectivement participé en 1946 à huit causeries sur « la vie sexuelle d'Emmanuel Kant » à Nueva Königsberg, communauté vivant comme à l'époque de Kant. Je vous rassure, je ne le savais pas mais Paul Vacca a eu la bonne idée de nous le notifier dans un avertissement au début de son livre. Pas besoin, non plus de connaître Kant pour s'embarquer dans cette fable philosophique légère et grave, où la causerie n'est jamais ennuyeuse. On plonge donc très facilement dans cette aventure où l'humour et l'amour sont de la partie.
A l'instar de la petite cloche au son grêlePaul Vacca nous initiait à la lecture de Proust, l'auteur nous fait découvrir Kant et sa Philosophie : apprendre en se distrayant, n'est-il pas l'idéal pour s'instruire ? Et, c'est tout naturellement qu'une fois refermé, ce livre nous donne l'envie de le prolonger en nous aventurant là même où il nous a guidé, et c'est tout naturellement que l'on a envie de découvrir un peu mieux la pensée de Kant, du moins pour les néophytes comme moi…

Nueva Königsberg m'a enchanté. C'est drôle, enlevé, très bien écrit et le thème est original. Je l'ai lu d'une traite, en une soirée. N'hésitez pas une seconde à dévorer ces quelques 200 pages, c'est du pur bonheur !
* http://botul.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
keisha
  27 mai 2009
L'histoire
"Alors que les bombes soviétiques éventraient Königsberg, ils surent qu'il fallait partir.
Au milieu du fracas, ils montèrent avec femmes et enfants sur leurs embarcations appareillées, n'emportant que le strict nécessaire, et laissant derière eux situations, richesses, patrimoines, pensions de retraite, bons du trésor et emprunts russes.
Mais pas les oeuvres de Kant: le bibliothécaire avait sauvé des bombes tous les livres qui avaient appartenu au philosophe.
Ce fut une odyssée effroyable et rocambolesque.
(...) Chemin faisant, ils embarquèrent des cousins de nationalité française, espagnole, lusitaniennne, italienne, qui tous partagaient cette envie d'un nouveau départ sous la houlette du grand Immanuel.
(...) Ils accostèrent près de Rio de Janeiro, se dispersèrent sur des barques pour s'enfoncer dans le continent.
Lorsqu'ils virent l'endroit, ils surent que c'était là. Loin de la furie fracassante de la guerre, loin des méfaits de la civilisation perfectionnée, loin des illusions de l'idéalisme et des ravages du matérialisme, loin du dogmatisme et du scepticisme, ils décidèrent d'édifier leur nouvelle Königsberg.
Nueva Königsberg."
Et voilà cette communauté vivant comme Kant, dans les moindres détails de la vie quotidienne, costumes, heures de lever et coucher, promenade à travers Königsberg (on raconte que les habitants connaissaient l'heure exacte rien qu'en voyant passer Kant...), et aussi application des idées de Kant! Et c'est là que le bât commence à blesser, car l'ami Kant était connu pour sa chasteté, et l'imiter reviendra à voir disparaître Nueva Königsberg un jour ou l'autre...
Pour résoudre cet épineux problème, le philosophe français Jean-Baptiste Botul (analyste de l'école laconienne ou laconisme...) est appelé à l'aide; il donnera à Nueva Königsberg une série de conférences.
Il sera accompagné par Sébastien qui lui n'est pas kantien du tout et découvre avec amusement et ahurissement cette communauté. Sofia (la bien nommée...) saura le faire changer d'avis...
"Sébastien se sentit glisser dans la peau d'un héros de comédie romantique. Il vivait de l'intérieur le moment où le personnage se sent tomber amoureux d'une fille qui n'est pas du tout son genre - connus par d'autres sous l'appellation de syndrome de Swann."
Les impressions à la lecture
Ce court roman se lit d'une traite, pas le temps de s'ennuyer, même les parties où la philosophie kantienne est sous-jacente sont légers et spirituels. Noumènes et révolution copernicienne par exemple... Avec un scenario de films muets, un dialogue "platonicien et platonique" entre Sébastien et Sofia, les conférences de Botul pour couper la narration. Une fin attendue et inattendue.
Disons que j'ai eu l'impression que l'auteur s'amusait bien et faisait moult clins d'oeil au lecteur. Même si on ne saisit pas tout (la philo n'est pas ma tasse de thé quotidienne) on y prend plaisir.
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cathe
  20 septembre 2015
1946. le jeune Sébastien traîne son chagrin d'amour à Paris. Mais Jean-Baptiste Botul, philosophe, lui propose pour le distraire de partir avec lui au Paraguay étudier les moeurs d'une communauté bien particulière. Ses habitants vivent, mangent, s'habillent,... selon les principes de Kant, dans un village re-baptisé Nueva-Königsberg.

Reste une question en suspens à laquelle Botul doit répondre : quelle doit être leur vie sexuelle ? Abstinence, comme Kant, mais dans ce cas la communauté va s'éteindre ? Ou amour libre selon les principes généraux kantiens, mais comment éviter la débauche, la jalousie,... ? Sébastien pense au début qu'il est tombé dans une communauté de fous, puis peu à peu, il commence à trouver du charme à cette vie "raisonnable", surtout en compagnie de la jolie institutrice...
Bien loin du charme nostalgique de "La petite cloche au son grêle" (encore qu'il y ait quelques allusions à Proust dans ce livre...), Paul Vacca nous propose une sorte de fable philosophique légère et grave tout à la fois. Quelle est la finalité de l'existence, comment vivre selon la "raison", ...

Autant de questions sérieuses traitées de manière très enlevée dans ce récit que j'ai lu le sourire aux lèvre. de plus il m'a ramenée à mes années d'étudiante quand j'étudiais Kant et que le prof nous racontait exactement ce qui est dit dans le roman à propos du rythme de vie tellement régulier de Kant que les habitants de Königsberg réglaient leur montre sur sa promenade ! En revanche je ne connaissais de Botul que le nom et j'ai été très intéressée d'en savoir un peu plus en allant sur Internet ! Question subsidiaire : après Proust et Kant, que va nous écrire Paul Vacca la prochaine fois ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
balloonvenus
  15 janvier 2015
1944. Königsberg, désormais Kaliningrad, s'écroule sous les bombardements. Des habitants décident de fonder une nouvelle Königsberg au Paraguay, où ils vivraient selon les stricts préceptes de Kant : promenades à heure fixe, mais surtout chasteté. Or, si celle-ci perdure, la communauté est vouée à l'extinction. Dès lors, que faire ? Céder aux plaisirs de la chair et contrevenir à la moralité du philosophe ou continuer à rester chaste et disparaître ? le philosophe Jean-Baptiste Botul est appelé à l'aide. Il arrive à Nueva Königsberg avec son disciple afin de tenter de démêler cette problématique : Kant était-il aussi prude qu'on a bien voulu le croire ?
A première vue, on ne peut pas dire que Kant soit un sujet de roman bien excitant, dans tous les sens du terme ;-) . Or, la plume alerte et l'humour de l'auteur feraient se replonger n'importe qui dans la "Critique de la raison pure". le duo formé par le philosophe et le jeune zazou évoque bien sûr Candide et Pangloss, Jacques le fataliste et son maître, ouvrages qui eux aussi surent mêler adroitement érudition et humour. Evidemment, les éxégètes de Kant trouveront ce livre bien léger, mais c'est justement son but, traiter de la philosophie avec esprit et un certain sans-gêne.
Le premier roman de Paul Vacca était empli de sensibilité et de délicatesse, celui-là est finement drôle, gageons que le prochain saura fusionner ces deux aspects.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
balloonvenus
  22 janvier 2015
1944. Königsberg, désormais Kaliningrad, s'écroule sous les bombardements. Des habitants décident de fonder une nouvelle Königsberg au Paraguay, où ils vivraient selon les stricts préceptes de Kant : promenades à heure fixe, mais surtout chasteté. Or, si celle-ci perdure, la communauté est vouée à l'extinction. Dès lors, que faire ? Céder aux plaisirs de la chair et contrevenir à la moralité du philosophe ou continuer à rester chaste et disparaître ? le philosophe Jean-Baptiste Botul est appelé à l'aide. Il arrive à Nueva Königsberg avec son disciple afin de tenter de démêler cette problématique : Kant était-il aussi prude qu'on a bien voulu le croire ?
A première vue, on ne peut pas dire que Kant soit un sujet de roman bien excitant, dans tous les sens du terme ;-) . Or, la plume alerte et l'humour de l'auteur feraient se replonger n'importe qui dans la "Critique de la raison pure". le duo formé par le philosophe et le jeune zazou évoque bien sûr Candide et Pangloss, Jacques le fataliste et son maître, ouvrages qui eux aussi surent mêler adroitement érudition et humour. Evidemment, les éxégètes de Kant trouveront ce livre bien léger, mais c'est justement son but, traiter de la philosophie avec esprit et un certain sans-gêne.
Le premier roman de Paul Vacca était empli de sensibilité et de délicatesse, celui-là est finement drôle, gageons que le prochain saura fusionner ces deux aspects.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
caro64caro64   24 janvier 2010
Il avait atteint la limite du supportable : marre du pastariz , marre des socisses (des saucisses au soja) marre du Transcendental Pursuit où il se faisait étriller par le moindre des gamins de sept ans, marre de la promenade aux allures de supplice chinois, lui semblant chaque jour un peu plus longue...
marre, marre, marre de Kant à toutes les sauces !
Commenter  J’apprécie          50
caro64caro64   24 janvier 2010
Si la plupart des philosophes ont opté pour le célibat, c’est pour témoigner que le but ultime de l’humanité n’est pas de se reproduire.
Commenter  J’apprécie          40
ThaddeusThaddeus   16 mars 2015
N'as-tu jamais pensé que toutes les guerres sont davantage le fruit de l'amour que de la haine? Ou, plus exactement, que la haine n'est que le revers d'un amour exclusif? Car on en vient à haïr des gens, non pour ce qu'ils sont en réalité, mais parce qu'ils constituent une menace à ceux que l'on aime le plus, que l'on veut protéger.
Commenter  J’apprécie          10
caro64caro64   24 janvier 2010
Dans chacune de leurs actions et de leurs pensées, ils tâchaient de faire un, de produire de l’universel, comme une ruche sécrète sa gelée royale
Commenter  J’apprécie          30
ThaddeusThaddeus   16 mars 2015
À quoi bon avoir créé un système parfait s'il reste inhabité?
À quoi bon se rendre digne du bonheur si l'on refuse le bonheur?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Paul Vacca (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Vacca
Payot - Marque Page - Paul Vacca - Délivrez-vous !
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La petite cloche au son grêle

En quelle année "La petite cloche au son grêle" a-t-il paru, dans son édition originale?

2003
2008
2011
2000

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : La petite cloche au son grêle de Paul VaccaCréer un quiz sur ce livre