AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2895966079
Éditeur : Lux Éditeur (08/10/2014)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
La médecine d'urgence n'est pas un travail sans histoires, le docteur Alain Vadeboncoeur en sait quelque chose. Exerçant ce métier depuis près de 25 ans, il a été le témoin de fins violentes, il a vu des personnes revenir de la mort, il a sauvé des vies in extrémis, il a été confronté à de coriaces malades imaginaires, mais surtout, il a accompagné la douleur de ceux qui perdaient un proche et la joie de ceux qui l'échappaient belle. Cette expérience lui donne une v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mamouska
  03 février 2015
Alors que l'on se questionne beaucoup sur le travail que font les médecins, que l'on croit qu'ils ont des revenus trop élevé pour peu de travail, il faut lire ce livre. Sans tomber dans le pathos, Alain Vadeboncoeur nous fait vivre de l'intérieur le quotidien d'un urgentoloque. Et pas seulement les gestes posés mais surtout l'état d'esprit de ceux qui ont pour "mission" de sauver des vies et parfois à bien terminer celle qui s'achève. Un livre pour comprendre et ensuite se questionner sur ce que l'on voudrait et comme patient et comme société comme système de santé.
Commenter  J’apprécie          10
Mariandre
  10 janvier 2015
L'urgentologue Alain Vadeboncoeur, le fils de l'essayiste Pierre Vadeboncoeur, présente comme autant de saynètes les histoires de patients qu'il a vus mourir et de ceux qu'il a vus survivre alors qu'on croyait que c'était la fin.
La mort, nous dit-il, a très peu à voir avec les représentations théâtrales qu'on en fait souvent. La mort, pourtant, elle existe bien pour ceux qui restent quand elle a frappé.
Commenter  J’apprécie          10
GB
  22 mars 2016
Beaucoup de récits qui concernent la mort mais aussi des histoires qui finissent bien et surtout, l'histoire du décès de son père. Une belle histoire très délicate et bien écrite.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Chatelaine   03 décembre 2014
De son écriture fine et sensible, l’auteur dresse le décor, ajuste les éclairages, anime les personnages. Si les acteurs ne savent pas mourir, ce médecin, lui, sait écrire – c’est quand même le fils de l’écrivain Pierre Vadeboncœur, décédé en 2010.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MariandreMariandre   10 janvier 2015
«J'aime pourtant les films de Bernard Émond. Surtout «La donation» qu'on dit austère, mais que je considère comme son œuvre la plus achevée. On y parle beaucoup de médecine, mais contrairement aux comédiens de Sacré-Coeur, les siens n'ont pas eu besoin d'apprendre à mourir, parce que jamais on n'y voit la mort en action. Le cinéaste a compris la même chose que moi: parler de la mort, c'est parler des vivants qui demeurent. Pas besoin de voir l'agonie elle-même, qui porte moins de sens qu'on le croit généralement.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GBGB   22 mars 2016
Parler de la mort, c'est parler des vivants qui demeurent.
(p. 209)
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : récitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Michel Serres nous manque déjà...

Certains les nomment génération Y ou "digital natives", les jeunes, (nouvelles ?), générations nous battent à plate couture devant un écran. Moi j'ai préféré les désigner sous le terme générique de ........?........

petite poucette
les pouces en or
petit poucet
poucez vous de là

10 questions
83 lecteurs ont répondu
Thème : Michel SerresCréer un quiz sur ce livre