AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791090175846
172 pages
Éditeur : Serge Safran éditeur (20/08/2021)
4/5   2 notes
Résumé :
Une femme iranienne, mère de deux enfants, vit aux côtés d'un mari qui ne la comprend pas. Cette femme se montre intransigeante face à un homme insensible qui veut migrer au Canada pour son travail. Elle affronte son quotidien de femme qui n'a pas le choix, lassée de sa vie de famille et ne rêvant que d'indépendance et de liberté. On apprend à la connaître par ses réflexions et le regard d'autrui. Sa vie part en morceaux, en brefs chapitres. C'est une forte personna... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ninamarijo
  21 septembre 2021
Fariba Vafi est engagée, c'est une militante de la condition féminine en Iran en marche vers la modernité sans renier ses origines, beaucoup de ses romans ont fait l'objet de censure avant d'être édité.
Dans ce roman intimiste nous pénétrons dans un foyer Iranien et dans la lutte d'une femme au sein de la société. La narratrice, dont on ne connaît pas le nom, peu importe d'ailleurs, évoque son passé en de brefs chapitres, elle égrène les évènements de sa vie. Son enfance, son mariage, ses enfants, nous découvrons ainsi les conditions de vie de la femme en Iran. Eprise de liberté et d'indépendance, voulant voler de ses propres ailes, la narratrice se débat d'abord dans les traditions et les tabous de son pays mais aussi dans ses entraves et ses contradictions. Son mari rêve de quitter l'Iran pour le Canada mais ses désirs et ses rêves sont différents et sa profonde attache à son pays et à sa famille la retient.
Fariba Vafi nous dit ; « écrire c'est prendre ses responsabilités » et elle ne fuit pas les siennes quand elle nous révèle son combat intérieur. de ces récits courts, qui donne rythme saccadé au roman, il se dégage une certaine forme de violence envers ses enfants et son mari, elle rejette ces entraves sources de contraintes et de souffrance. Comment trouver sa voie et son équilibre, comment concilier sa condition féminine et ses rêves ?
L'écriture est minimaliste, les faits sont « ramassés » contractés mais en disent longs, comme sa mère qui fut mariée très jeune : « Un beau jour, on lui a donné la main. J'ai cru que c'était un deuxième papa et que j'étais sa fille. Quelqu'un m'a fait du coude pour me dire que ce n'était pas le cas. Qu'il était mon mari. »
J'ai lu ce livre dans le cadre de la dernière Masse critique et je remercie vivement les éditions Serge Safran et Babelio.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
EvlyneLeraut
  24 août 2021
« le son du daf vient de la fenêtre du quatrième. Je bats des ailes, je tourbillonne, le regard rivé à cette fenêtre qui ne ressemble plus à aucune autre. (Daf : instrument iranien).
« Un oiseau migrateur » a reçu les Prix Yalda, Golchiri et Ispahan. Un oiseau migrateur - traduit en italien, anglais, allemand, turc, kurde et arménien -, est pour la première fois traduit en français.
« Un oiseau migrateur » déploie ses ailes voluptueuses dans ce récit magistral. L'auteure Fariba Vafi est iranienne. Ce livre est donc à l'Iran, à la narratrice (dont on ignore le nom) qui conte sa vie. L'idiosyncrasie qui écarquille ses prunelles. L'écriture est une voix qui s'élève et prend le lecteur (trice) à bras le corps. On est en plongée dans la magnificence d'une langue en l'occurrence cette de Fariba Vafi qui attire l'universelle entre les lignes, à l'instar d'un voile qui se retire subrepticement. C'est déjà le majeur qui se dévoile. On est happé par la lecture, sa maturité et sa transmutation. La capacité hors norme de ressentir en vérité l'histoire d'une famille, d'elle, de son mari Amir et leurs deux enfants. le sublime d'une cartographie des intériorités, des désirs, des rêves et des sentiments.
« Amir est tourné vers l'avenir. Seul l'avenir le passionne. Il n'aime pas le passé. Surtout pas celui d'une femme qui n'a jamais sauté le mur, fait du vélo, ni joué au foot dans le quartier. »
« Moi non plus, je n'aime pas le passé. Ce qui est regrettable car le passé m'aime bien. »
La narratrice pressent les fissures. Amir rêve du Canada comme d'une carapace à briser. Il est dans le versant d'une quête chimérique qui va vite devenir incontrôlable. La narratrice est pourtant bien plus loin que lui dans cette volonté d'émancipation. La sienne est personnelle, brûlante et féministe. Elle puise en elle, les battements d'aile d'un colibri. L'envol le plus fervent du monde dans cette volonté d'étreindre encore pour un temps la chaleur d'Amir. L'homme qui agit pour le foyer, opératif, courageux mais désespéré.
« Il a fallu des années pour que s'efface dans son corps les traces douloureuses des barbelés à la frontière gréco-turque. Ah ! bénis soient ces barbelés ! Que je les traverse une fois encore et c'est gagné, je ne jette même pas un regard en arrière ! »
Amir est d'ubiquité, d'inconstance. Les regards ne sont plus que des apparences mensongères. Elle : la narratrice devine la fin. Amir n'est plus. Elle voudrait ressentir les frissonnements d'antan.
« Je me réveille en désespoir de cause, et remue toute ma tristesse avec le lait. »
« Mais les nuits tardent à venir et les jours ne savent pas comment finir. Amir poursuit l'avenir. »
« Un oiseau migrateur » est un huis-clos époustouflant. La narratrice est tenace et volontaire. Un fleuve parfois tumultueux, gorgé de colère, un courant d'angoisses. Sa lucidité est une prière, déchirante et contemporaine, « je sens que cette vie s'est mise à trembler » est un pays entier qui bascule sous les affres de l'impondérable des existences meurtries. C'est une femme que l'on aime de toutes nos forces. Son exemplarité est un honneur. Fariba Vafi parle le langage d'un peuple dans un foyer spartiate où les survivances émigrent avant la belle heure théologale. Les fragilités sont les écorces des épreuves.
« La photo revient vers moi. Je pose deux doigts sur la figure du grand échalas pour observer Mahine à nouveau. Elle a les cheveux noirs et frisés. Ses bras sont nus et elle porte des bermudas serrés. J'approche et je recule la photo. Maman me regarde avec étonnement. -Tu ne reconnais donc plus ta soeur ? »
« L'oiseau migrateur » est poignant, sublime. Un grand roman sur le piédestal de la littérature à ne rater sous aucun prétexte.
Elle, l'inoubliable, qui étonne et illumine chaque page. Traduit avec perfection du persan (Iran) par Christophe Balaÿ.
Publié par les majeures Éditions Serge Safran éditeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ninamarijoninamarijo   21 septembre 2021
Maman ignore pour quelle raison elle a épousé mon père.
Un beau jour, on lui a donné la main. J'ai cru que c'était un deuxième papa et que j'étais sa fille. Quelqu'un m'a fait du coude pour me dire que ce n'était pas le cas. Qu'il était mon mari. Depuis, chaque fois qu'on me fait du coude je comprends qu'il se passe quelque chose d'important.
Commenter  J’apprécie          100
ninamarijoninamarijo   21 septembre 2021
Des années plus tard j'appris que les mots dissimulaient mieux encore que le silence.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Autres livres de Fariba Vafi (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre