AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266124242
Éditeur : Pocket (07/10/2004)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Peut-on juger et pardonner ceux qui nous ont donné la vie ?

Question difficile sur un sujet tabou, souvent synonyme de gêne et de non-dits : comment régler les petites frustrations du quotidien, le manque d'affection ou le trop-plein d'amour ? De quelle manière résorber les plaies profondes liées parfois à la maltraitance ?

Dans cet ouvrage, Maryse Vaillant, étayant son propos de l'analyse de nombreux témoignages, révèle l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
FRANGA
  03 mars 2013
A partir de témoignages recueillis par Sophie Carquain, Maryse Vaillant, psychologue clinicienne développe les difficultés que connaissent certains parents à accorder leur pardon à leurs enfants, pour des faits relativement insignifiants à des faits beaucoup plus graves.
Le pardon est abordé dans son aspect multidimensionnel, entre douleurs et ressentiments, difficulté de pardonner et besoin d'être pardonné.
J'ai trouvé le passage du pardon accordé ou obtenu après la mort particulièrement touchant.
"Après la mort et les funérailles, les traumatismes, les blessures et les souvenirs restent vivants. Celui qui survit poursuit sa route et garde entière sa capacité à rêver, oublier, créer, se souvenir, se reconstruire et enrichir sa vie. Faire la paix avec ses morts est toujours possible aux vivants restants."
Commenter  J’apprécie          171
mickaelig
  24 avril 2014
D'une lecture simple, contrairement à beaucoup de livre de ce genre, j'ai été peu déçue quand même , une impression de tourner en rond. Dommage que ne soit pas abordé dans ce livre la déception de l'enfant qui ne répond pas au rêves de ses parents.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
FRANGAFRANGA   02 mars 2013
Pour saisir la complexité de ce pardon familial, il faut revenir aux rapports que le pardon entretient avec le don. (Marcel Mauss, "Essai sur le don", in Sociologie et anthropologie, PUF, 1966). Dans son sens anthropologique, le don n'est pas gratuit. Il s'inscrit dans un système d'échanges non seulement complexe mais exigeant. Le don-sous sa triple forme : donner, recevoir, rendre-crée un tissu relationnel serré. Il porte en lui toute la gamme des dettes entre humains. Donner, c'est le plus souvent répondre à un don préalable, donner en retour ou attendre en retour. Donner n'est jamais un acte isolé. Ainsi, pris sous cette angle, le pardon peut être considéré dans ses intrications d'offre et de demande, dans le processus d'une relation d'apaisement, forte du désir de l'un de demander la paix et de l'autre de l'accorder. Le pardon est une étape, nécessaire, vers la restauration du tissu social. Il est la garantie d'une prolongation des liens-de droits et de devoirs-sans lesquels nul ne peut exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
FRANGAFRANGA   01 mars 2013
Dégager la notion de pardon de son aura judiciaire ou religieuse pour se concentrer sur la démarche psychique ne permet pas d'éviter de penser la faute filiale ainsi que la réprobation. Il s'agit donc de voir le parent juge de l'enfant qu'il a élevé, de lui attribuer un droit qu'il se donne souvent en secret et dans la souffrance, mais dont il ne se reconnaît pas la légitimité. C'est là que la démarche clinique va plus loin que l'analyse des processus mentaux conscients et moraux. Car personne ne peut reconnaître aisément qu'il a éprouvé des sentiments hostiles à l'encontre de ses enfants, qu'il les a souvent jugés, parfois condamnés, qu'il a tenté de leur pardonner, y est parvenu ou a échoué. Personne ne peut aisément le proclamer, ou même tout simplement le penser, l'énoncer. Car nul ne peut être à la fois le parent et le juge de ses enfants sans éprouver le sentiment d'être en position d'imposture. Juger son enfant, c'est toujours en partie se juger soi-même. Et le condamner, c'est toujours commettre une injustice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
FRANGAFRANGA   03 mars 2013
Il arrive que la vie propose des rendez-vous singuliers, avec la mort, le souvenir, la chance ou le destin, qui ouvrent des brèches dans les prisons psychiques, contraignent à réviser les positions les plus argumentées. On rouvre alors de vieux dossiers clos un peu prématurément. C'est ainsi que l'annonce d'une maladie, la survenue d'un accident, la mort d'un proche, la naissance d'un enfant, ou tout événement personnel fort, toute crise personnelle intense, toute transition assumée (Christophe Fauré, Maintenant ou jamais ! La transition du milieu de la vie, Albin Michel, 2011) peuvent conduire à reconsidérer des points de vue qui semblaient pourtant bien arrêtés. Certains décident de pardonner, d'autres de se faire pardonner. Deux démarches qui allient la fonction séparatrice du pardon, avec son potentiel d'ouverture sur le deuil, ainsi que sa fonction restauratrice et renarcissisante, et ses liens avec le don.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
FRANGAFRANGA   01 mars 2013
Tout le monde porte de nombreuses marques de naissance issues de sa préhistoire, des désirs qui l'ont fait naître. Il est autant le descendant des parents qui l'ont mis au monde et élevé que celui de leurs pères et mères, frères et soeurs, aïeux, ancêtres. L'arbre généalogique peut être ébranché par les secrets, étêté par l'ignorance, déformé par les légendes, il est toutefois assez bavard pour envahir l'espace psychique de tout parent anxieux.
Quand bien même nous ne connaîtrions que notre père et notre mère, l'ensemble des vivants et des morts de nos parentèles accompagne nos pas et habite notre inconscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
FRANGAFRANGA   03 mars 2013
La famille est le creuset dans lequel couvent, naissent et se déploient toutes les haines et les passions humaines. Le coeur des parents peut héberger des sentiments d'amour oblatifs et généreux d'une intensité rare. Peuvent également y émerger des émotions d'une extrême violence. Même ceux que retiennent les conventions ou qu'entrave la culpabilité peuvent exploser si l'occasion est donnée d'exprimer le chagrin que leur causent leurs enfants. L'aventure de la parentalité est parsemée d'émerveillements, mais aussi de déceptions et de renoncements. Le plus bienveillant des parents n'échappe ni au ressentiment ni à l'amertume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Maryse Vaillant (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Vaillant
Maryse Vaillant Être mère, mission impossible.
Dans la catégorie : Relations avec autruiVoir plus
>Psychologie>Psychologie appliquée>Relations avec autrui (99)
autres livres classés : pardonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1046 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre