AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234010611
319 pages
Éditeur : Stock (30/11/-1)
3.91/5   87 notes
Résumé :
Comme Valérie, l'héroïne du pavillon des enfants fous, Malika et son frère Wielfried sont très jeunes. Elle a dix ans, lui en a quinze. Comme Valérie aussi, aucun parent ne s'occupe d'eux. La mère est morte et le père apparaît de temps en temps pour donner de l'argent. Pourtant ils sont heureux dans cet appartement du boulevard Malesherbes qu'ils ont meublé eux-mêmes car ils s'aiment, d'un amour trop parfait que les adultes saccageront.

Malika et Wiel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 87 notes
5
8 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Amakir
  31 mars 2021
Malika est rêveuse. Petite fille bien plus adulte que n'importe quelle grande personne. Elle transcende le récit par sa maturité. Malika sait et comprend tout. Créative et savoureuse, la fillette profite du moment présent, celui qui ne peut durer éternellement. Enfantine surprenante, elle embrasse une bulle dans laquelle le monde est à elle, un monde où tous les amours pourraient être permis.
« J'avais la tête vide comme un rêve. »
Wilfried aimerait pouvoir apprendre à rêver comme Malika. Tout ne s'apprend pas. Il a tellement peur de ne plus être heureux.
« Elle s'en va avec moi, quelque part où tout est noir et beau, elle me prend la main et regarde là-bas les mots inconnus qu'on n'a pas encore découverts et qui nous attendent. »
Malika et Wilfried, soeur et frère de sang, sont livrés à eux-mêmes. Nés de parents absents à peine convaincus d'avoir des enfants. Déboussolés et dépouillés d'encadrement, ils vont vivre selon leurs propres émotions dépourvues de règles.
Malika, un jour comme tous les autres, un jour parfait et ordinaire, le yin et le yang, contre vents et marées, leur destin est scellé. Elle est la lune, il est le soleil. Elle se fait neige, il devient ses montagnes.
Âgée de dix-huit ans, Valérie Valère écrit ce roman clair-obscur d'une incroyable sagesse. L'autrice est à la fois légère et tragique. Son écriture est fluide et organisée.
Elle donne la parole à ses deux personnages, tour à tour, comme une chanson douce, une chorale à deux voix. Si l'amour bouillonnant qui les anime est le troisième protagoniste, alors le quatrième acteur serait la société punitive et académique. La structure sociale est bien trop normée pour accepter la magie de l'exceptionnel.
« Une partie de la Lune a disparu. Ce doit être le ciel qui l'a un peu recouverte, le ciel est très jaloux des choses qui sont aussi belles que lui tout en étant différentes.... »
Ce roman est un feu ardent, chaque page s'enflamme au rythme de la lecture. Que ce vent de liberté, insufflé par Malika et Wilfried, éteigne ces flammes !

Lu entre décembre 2020 et janvier 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
Nowowak
  16 octobre 2020
Ce qui me saisit d'emblée dans ce livre est la fluidité de l'écriture alors que l'auteure n'a que dix-huit ans au moment elle s'assoit devant sa page. Ensuite ce qui me touche est le rejet de cette humanité si capable de vous gaver pour un oui ou pour un non et que chacun rêve d'envoyer se faire mirer sur Pluton. Puis l'histoire, deux êtres abandonnés par leurs parents se replient dans leur bulle d'amour mais ce refuge va devenir rapidement hors-la-loi. Qui décrète les règles si ce n'est des gens souvent peu dignes de foi ? Qui prétend avec sagesse et vérité quelle personne il convient d'aimer et quelle personne il ne convient pas d'aimer ?
Certains enfants naissent avec l'envie de changer de sexe, d'autres de changer de parents ou d'univers. Certaines veulent devenir cosmonaute, footballeur, danseuse étoile, comptable ou rien du tout. Pourquoi Malika et Wilfried n'auraient pas le droit d'être différents, uniques, de s'aimer autrement que comme une soeur et un frère ? Que sait-on de l'amour à part qu'il possède parfois des raisons que la raison ignore ? Un tel amour inconditionnel ne peut que déboucher sur des envies sensuelles. C'est dans l'ordre des choses et quand ce commandement physique si peu accoutumé devient impérieux, lutter devient un combat contre l'ordre des choses. Ce livre trop sensible est à ne pas confier aux moralistes qui aiment tout cadrer.
Chacun fait ce qu'il lui plait du moment qu'il ne fait souffrir personne et que sa conscience n'en soit pas bannie. Valérie Valère malgré sa jeunesse soulève un point critique de la dérive de nos comportements et rappelle que la société vit sur des critères moraux qui sont le fruit d'un conditionnement toujours négociable. L'amour trop généreux se heurte au regard aigri de ceux qui sont peut-être en ménage avec un choix par défaut. Je ne juge pas le thème de ce livre, je ne le trouve pas scabreux. J'ai eu du plaisir à découvrir ce roman, je le recommande, je fais mon boulot de lecteur en transmettant mon ressenti. le sens principal de mon propos étant de regretter la disparition tragique d'une véritable grande auteure.
Nowowak
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
kuroineko
  25 février 2019
J'ai découvert Valérie Valère avec son deuxième roman, Malika. J'étais alors en fin de collège et, par conséquent, me sentais proche des deux personnages.
Malika, dix ans, et son frère Wielfried, quinze, vivent seuls dans un grand appartement parisien. Leur mère est morte et leur père, absent la plupart du temps, passe parfois pour laisser de l'argent aux enfants. Ceux-ci ont arrangé leur habitation pour en faire un cocon à leur mesure. Cet abri cache leur amour trop fort et trop fou.
A l'époque de cette lecture, j'ai été pl us choquée de l'abandon complet dans lequel Malika et son frère vivent plutôt que par leurs amours incestueuses. La déréliction paternelle reste toujours à mes yeux, presque trente ans après, insupportable.
Chaque chapitre alterne la voix de l'une et de l'autre. Valérie Valère y projette ses réflexions sur la vie, sur l'amour, sur la place des adultes et sur la mort. Elle-même touchée très jeune par trop d'épreuves et une lucidité trop crue qui lui rend la vie détestable, cette négativité transcende son roman. J'avais été alors profondément ébahie de constater que j'étais plus jeune qu'elle de quelques années seulement mais que son écriture révélait un gouffre insondable. Et sans doute tant mieux pour moi au vu de son parcours trop tôt éteint.
En tout cas, Malika est un livre qu'on n'oublie pas par la force de ses personnages et par la puissance évocatrice de leur créatrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Pierigwenn
  09 juillet 2020
Quel souvenir de jeunesse...
Ce livre a été une fulgurance pour moi, une météorite. Un livre incandescent. On tourne les pages pris par la fièvre des sentiments de ces deux êtres fragiles. Malika et Wilfried m'ont brûlé les doigts. A chaque page. Un livre que j'ai rangé définitivement au panthéon de ma mémoire. Un livre qui laisse des traces. Des poussières d'étoiles.
Leur amour est plus pur que tous les autres. Même s'ils sont frère et soeur. C'est un amour volcanique. Une nuée ardente qui vous dévaste et vous allume. Une coulée de lave qui embrase les coeurs même les plus durs. Quand je repense à ce livre, le feu ne s'éteint pas.
J'ai une pensée émue pour Valérie Valère au regard de Diabolo Menthe. Elle qui s'est consummée bien trop vite. Brûlée vive dans la force de sa jeunesse. Ses ailes de papier ne sont plus que cendres mais son écriture reste indélébile.
Là-haut, je suis certain qu'elle doit enflammer encore bien des coeurs.
Âmes sensibles, un conseil...lisez-le.
Commenter  J’apprécie          204
kineyume
  13 septembre 2014
Superbe ! est ce livre, je l'ai découvert vraiment par hasard, dans le grenier de mon grand-père et je l'ai mis dans ma PAL, je l'ai lu dans le cadre du challenge ABC que j'ai fini à l'instant où j'écris ces mots et je n'en suis pas peu fier.
Donc Malika (ou) un jour comme tous les autres est un roman à deux voix, chaque chapitre alternant les points de vue on se retrouve avec le frère puis la soeur du début jusqu'à la fin. Je vais être cash tout de suite, ce roman ne conviendra pas à pas mal de monde car on suit une relation incestueuse, et je sais que beaucoup de gens sont répugnés par ceci, alors que moi pas du tout ! Bien au contraire ! Pour moi n'importe qui peut aimer n'importe qui, par contre il faut évidemment un consentement mutuel. Donc nous suivons cette relation magnifique, d'une fille de 10 ans prénommée Malika qui aime à la folie son frère Wilfried qui a 15 ans, lui l'apprécie mais sans plus, ce n'est que plus tard qu'il découvrira qu'en fait il ne peut pas se séparer d'elle car elle lui apporte tellement. On va ainsi rester sur ces 2 personnages principaux pendant 350 pages, et 1 personnage secondaire, en tout cas pour moi il n'y en a qu'un, c'est une jeune fille prénommée Hélène, qui abordera Wilfried et on sera dans une sorte de triangle amoureux. J'ai adoré l'écriture de cette jeune auteur (car elle a tout juste 18 ans quand sort ce livre), elle a malheureusement connu un destin tragique ce qui ne fait que renforcer le poids de ses écrits et je lirais avec plaisir le reste de son oeuvre. Au final c'est un merveilleux roman que j'ai pu lire par hasard, un chef d'oeuvre pour moi, mais il ne faut pas que l'inceste vous dérange. J'espère vous avoir donné envie .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
RJuilletRJuillet   13 décembre 2012
Je tourne la page, cette fois je vais noter tout ce qu'il dit, ce n'est pas parce qu'il est risible dans sa grande blouse blanche un peu tachée qu'il faut que j'attrape une sale note ... Et soudain, là, au milieu de feuille, je vois, écrit en grosses lettres majuscules, je vois, bien en évidence, "MALIKA", encore un coup de ma petite sœur. C'est terrible, elle veut toujours que je pense à elle !! Même le matin en me levant, je trouve des petits bouts de papier de dessins, signés "Malika", il y en a partout même dans mes livres de classe, vous pensez, ça fait drôlement sérieux, les profs croient que c'est ma petite amie et que je m'amuse à des prénoms évocateurs pendant qu'ils débitent leurs cours sur la Russie de 1768 à 1914, alors ... moi, je me retrouve tout pantelant devant leur petit air malin de celui qui comprend tout, celui qui en réalité ne peut vraiment pas savoir. N'empêche que ce nom écrit en grosses lettres majuscules bien dessinées, ça me fait quelque chose ... je vois le petit visage et les grands yeux verts qui me regardent en souriant et puis aussi les longs cheveux blonds qui tombent jusqu'à la taille ... je me dis que Malika doit être en train de faire tranquillement des dessins au font de la classe tandis que les autres filles s'acharnent sur un problème d'arithmétique, elle doit rigoler en pensant que je vais trouver son nom sur une feuille de chimie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AmakirAmakir   23 janvier 2021
Je vais peut-être apprendre à rêver. En vérité je ne pense pas. Je voudrais avoir un grand vide à la place de l'esprit. Et retrouver mes pensées en sortant de cette classe. Seulement c'est impossible. Il faut savoir s'oublier mais justement je ne sais pas faire cela. Je ne sais rien.
Heureusement, le temps ne m'as pas écouté, il ne s'est pas malencontreusement arrêté. Non, il s'est contenté de durer des éternités. Mais il a fini par partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AmakirAmakir   05 février 2021
Une partie de la Lune a disparu. Ce doit être le ciel qui l'a un peu recouverte, le ciel est très jaloux des choses qui sont aussi belles que lui tout en étant différentes....
Non, il doit être amoureux, et il a prêté une partie de son voile à la lune pour la protéger et pour la caresser.
Commenter  J’apprécie          120
AmakirAmakir   08 février 2021
Je regarde le feu, j'y vois des images mais je n'arrive pas à les décrire, elles passent trop vite, elles sont trop confuses. Le feu paraît tellement beau comme ça, mais lorsque les flammes vous lèchent la peau... c'est fou comme il peut devenir laid.
La beauté, c'est une contradiction, un paradoxe...
Quelqu'un qui ne sait pas être laid à certains moments ne possède pas la beauté...

Je me suis trompé. Elle n'est jamais laide. Elle est seulement belle. Je me suis trompé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AmakirAmakir   30 janvier 2021
- La différence entre nous, c'est que toi, tu rêves et moi je me lamente sur la réalité.

Je l'imagine en train de rêver... Il faudrait que je lui demande de m'apprendre. Seulement, je sais bien que ces choses-là ne s'apprennent pas.
Commenter  J’apprécie          130

Video de Valérie Valère (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les premiers romans
186 ème numéro d'Apostrophes.
Emission consacrée au premier roman de nouveaux romanciers; sont invités : Henri ANGER pour son livre, un premier roman "chatte allaitant un ourson". Henri ANGER explique pourquoi il a écrit si tard , à 71 ans, son premier roman. (thème du livre : la fugue d'un enfant) Valérie VALERE ( 1961-1982) pour "Malika" ( les rapports entre un frère et une soeur...
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
361 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

.. ..