AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Levaillant (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070317929
192 pages
Éditeur : Gallimard (12/04/1974)
3.97/5   43 notes
Résumé :
Poème en alexandrins sur la vie intérieure d'une jeune femme déchirée entre ses désirs et innocence. La métaphore montre le drame de Valéry, partagé entre la quête de l'intellect pur et son désir de sensualité.

Source : Fluctuat.net
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
TiriNoiret
  28 novembre 2020
Paul Valéry est d'une lecture exigeante. Sa poésie se confond avec sa pensée. La pensée de la pensée, dirais-je même. Sa poésie obéit à une exigence d'intégrité et de tolérance intellectuelle.
Elle ne se complaît pas dans un vague esthétisme, sa beauté, elle la trouve dans cette exigence.
Elle se frotte à l'expérience des limites, des remises en cause, de l'infinitude, de la pluri-sémantique et des fragments et, en cela, est résolument moderne. Elle n'obéit donc plus nécessairement aux lois fondamentales du cartésianisme: elle ne s'effraie pas, comme plus tard celle d'un Roland Barthes ou d'un Maurice Blanchot, de contenir sa propre contradiction.
La poésie de Valéry, comme celle de Mallarmé, exige la relecture, non pas une mais d'innombrables relectures qui à chaque fois mèneront les lecteur dans un nouvel îlot de contemplation et de réflexion.
Commenter  J’apprécie          261
Henri-l-oiseleur
  23 octobre 2015
Le grand poème de la Jeune Parque rebutera deux types de lecteurs : le premier cherche à retrouver dans la poésie des pensées qu'il a en lui et qu'il apprécie de revoir écrites en beau langage ; le second est en quête d'une communion sentimentale au détriment de tout le reste. La poésie de Valéry est d'abord une suite d'images et de mots splendides, qu'il faut goûter tels quels, sans chercher forcément leur sens. le sens, d'ailleurs, vient se mêler à ce plaisir et à cette émotion esthétiques, et transforme la fête de l'imagination en "fête de l'intellect" (selon les mots du poète), à égale distance des raisonnements intellectuels et des pensées confuses et informulées du surréalisme. Valéry a toujours cherché dans ses poèmes à faire de la musique non pas seulement avec les mots et les images, mais aussi avec les idées. Et il n' y a rien de plus sobre et de moins bavard sentimentalement qu'une belle musique.
Commenter  J’apprécie          160
vincentf
  25 juillet 2012
Poésie trop abstraite pour que j'y entre vraiment, sauf quand ce sont des fragments d'utopies qui construisent des mondes autres, sur des îles, toujours, où la vie de l'esprit est aussi réglée que celle du corps, où l'on vend de la pensée dans des boutiques, où l'esprit prend corps. Dans "La Jeune Parque", on a l'impression que c'est le contraire : le corps prend esprit, se cherche un être, se demande qui il est et d'où il vient. Bien sûr, Valéry n'a pas le mauvais goût de répondre à ses questions, et laisse flotter un mystère, mais je reste sur le seuil, comme s'il me fallait toucher des mots plus tangibles, et comme si la pensée et la poésie devaient divorcer.
Commenter  J’apprécie          110
frandj
  04 janvier 2020
"La Jeune Parque" est l'un des plus célèbres poèmes de Paul Valéry. Il me fait penser à un kaléidoscope chatoyant. Pour apprécier ces vers, il faut complètement s'affranchir d'une recherche précise de leur sens. Cette poésie - assez longue - est subtile et même obscure, mais elle sonne très bien; elle nous permet de découvrir ce qu'est la beauté des mots. Peut-être l'idéal serait de la lire (par morceaux) d'abord, puis de la réciter à haute voix. C'est alors que le plaisir d'entendre - mais non de "comprendre" rationnellement - apparait vraiment. De fait, P. Valéry en tant que digne héritier de S. Mallarmé affirmait que ses poèmes avaient seulement le sens que le lecteur leur prêtait.
Permettez-moi cette analogie: si dans la poésie on comparait Valéry à un Hugo (par exemple), la différence serait du même ordre qu'entre l'art abstrait et l'art figuratif, dans la peinture... Naturellement il n'y a pas de hiérarchie de valeur entre ces diverses catégories.
Commenter  J’apprécie          71
bifidus34
  30 juillet 2020
Quelqu'un qui n'a manifestement rien à dire et qui pour compenser ce néant absolu met bout à bout des mots improbables suivant un arrangement soit disant précieux et longuement choisi.
"Qui pleure là, sinon le vent simple, à cette heure
Seule, avec diamants extrêmes ?… Mais qui pleure,
Si proche de moi-même au moment de pleurer ?"
Le problème n'est pas que ça ne veuille rien dire et que ça n'exprime rien mais surtout que c'est franchement très moche...
Et tout le monde de se pâmer devant cette imposture...
Paul Valery est sans conteste le plus grand canular de la poésie française.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   10 février 2018
(Dans l'île Xiphos).
Il y avait des menticures qui étaient au langage et à l'esprit ce que les manucures sont aux mains, et le matin, fort tard, tandis que ceux-ci taillaient et polissaient les ongles des personnes soigneuses de leur corps, les cures de l'intellect les interrogeaient et les entretenaient en subtilité et élégance de la pensée et du discours. Ils apprenaient à prononcer, à user des timbres de la voix, à s'abstenir de termes vulgaires ou très abstraits, à former des phrases complètes, et veillaient aux idées dont ils ne voulaient que l'on en retînt aucune qu'on n'eût faite sienne, recommandant de chasser toutes les autres et de ne pas croire penser quand on ne fait que répéter en d'autres mots ce que l'on a lu ou entendu.

p. 107
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TiriNoiretTiriNoiret   27 novembre 2020
Il nous dit un ou deux poèmes de sa composition. Puis nous montra les textes de quelques-uns qu’on avait recueillis de la Bouche Sacrée (c’est ainsi que l’on nomme la bouche de la Tête Qui Parle). Mais cette écriture nous était méconnue.
Alors, il nous expliqua que la valeur d’un poème est 1e nombre des sens qu’ll' peut recevoir, et que ceux-ci avaient douze premiers sens desquels douze autres pouvaient résulter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TiriNoiretTiriNoiret   21 novembre 2020
Tant le science se fixe et la nuit se fortifie, qu’il's m’éveillent de plus en plus.

Que pur est le désir de demain, le chemin de moi- même vers demain! Je sens sur le front du temps fuir le vague, l’événement venir, sa vigueur, sa langueur, l’expérience fondre, et le voyage reparaître, aussi pur, aussi dur que lui-même, orné de perpétuel intellect. La nouveauté se verse d’avance, par un tour plus insensible que l’angle de la figure du ciel...

Tu te connais à reculons. Tu transportes en arrière un pouvoir, une sorte de discernement; et n’etan't éclairé que dans la direction opposée à ta route, tu divises ce qui est accompli, tu n’agis que ce qui est achevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TiriNoiretTiriNoiret   27 novembre 2020
Exportation de dieux.
Il y avait un quartier de chantiers où l’on faisait les dieux pour les autres. On sculptait le bois ou la pierre ou le marbre. On peignait les images. Et selon les croyances des clients, on façonnait des Baals, des Hermès ou des monstres, des vierges, des Venus.
Il y avait aussi des échoppes à écrivains. Ils griffonnaient des livres sacrés, des textes à énigmes, des formules de prières.
C’était, réuni sur un point, dans cette île privilégiée, ce qui ne s’était produit (et ne se conçoit guère) que séparé et s’ignorant mutuellement, selon le temps ou l’espace, et dont l’expérience, faite autrefois à Babel, avait misérablement avorté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
TiriNoiretTiriNoiret   27 novembre 2020
Après un temps, une voix, la voix si rare d’Assem, se fit entendre. Cette voix qu’ll' semblait économiser comme s’il eût conscience que nous n’avons jamais qu’un nombre fini de mots à articuler pendant notre vie et qu’il en sût le compte, et qu’il eût découvert que la durée d’une existence est mesurée par ce nombre, tandis que l’on pense au contraire que ce nombre dépend de cette durée, et soit comme une fortune, un trésor auquel rien ne peut s’ajouter et qui dure ce que le fait durer l’avarice ou la prodigalité de son possesseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Paul Valéry (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Valéry
Les nouveaux entretiens d'Orphée sur une idée originale de Luc Vidal Images/Montage : Alexandre Michon 
Coproduction Éditions du Petit Véhicule Les Films d'Alexandre Musique : Môrice Benin/Michel Goubin Tous droits réservés – 2021
Maïthé Vallès-Bled, conservateur en chef du Patrimoine, est directrice du Musée Paul Valéry de Sète. Elle dirige le Festival international de poésie VOIX VIVES, de Méditerranée en Méditerranée, qu'elle a créé en 1998 à Lodève, dans l'Hérault, et qui est installé à Sète depuis 2010. Chaque année au mois de juillet, VOIX VIVES accueille dans la ville de Paul Valéry et de Georges Brassens plus de 80 poètes venus de toutes les Méditerranée, représentatifs de toutes les tendances de la poésie contemporaine. En invitant des auteurs de qualité, en  installant les lectures et les spectacles dans des lieux du quotidien, gratuits d'accès, en les rendant accessibles à tous, VOIX VIVES est une invitation singulière et unique faite au public de découvrir ou mieux connaître une création poétique issue d'une culture commune, celle de la Méditerranée, dans laquelle chacun peut reconnaître autant ses propres racines que celles de ses voisins.   Retrouvez les actualités du Petit Véhicule : https://lepetitvehicule.com
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
945 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre