AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2878585968
Éditeur : Viviane Hamy (21/08/2014)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Histoire entrelacée de deux jeunes médecins amoureux, qu'un lien mystérieux unit à travers les siècles car Urbain Delatour officie au XVIIe siècle tandis qu'Etienne Delatour est un cardiologue réputé du XXIe siècle. Mais tous deux sont aux prises d'un amour passionné et entêtant.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  30 juin 2015
C'est l'histoire de trois médecins, un éminent cardiologue contemporain Étienne Delatour. il opère, sonde les cœurs, pétrit les chairs , ouvre des centaines de poitrines, prêt à tout pour sauver ses patients, jusqu'à devenir chef de service à Paris....Un pére et son fils au XVII °siécle : ils visitent les fermes,arpentent la campagne, pansent les plaies, renouent, incisent, saignent, extraient,administrent des drogues, tentent de contenir les épidémies......
Mais à toute époque, les femmes peuvent venir infléchir ou détruire les parcours tout tracés.....Au XVII° siécle, voici Isabelle de Montchevreuil, fille de châtelain, méprisante, provocante, acariâtre qui s'habille en homme, manie le fouet et n'en finit pas de maltraiter ses gens.....Au XXI° siécle, voici Isabelle Saint Aubin, calculatrice, intrigante, sensuelle, menteuse, perfide ô combien,.....Elle calomnie, répand des rumeurs,manipule son amant cardiologue ....
Deux destins entrecroisés , entrelacés,deux époques oú les chirurgiens se nomment Delatour, oú les femmes entretiennent des rapports complexes avec leur pére, oú les rumeurs sont immuables.....
Quels liens mystérieux se nouent , se tissent par delà le temps entre ces deux vies exceptionnelles?
Un roman au souffle puissant, roman de l'amour, captivant,passionnant qui triomphe de la douleur et de la folie.....un écrit flamboyant aux formules imagées, au style méticuleusement travaillé comme un canevas....qui nous emporte , un ouvrage gourmand de mots, une plongée énergique et sensuelle au cœur de l'humain ....parfaitement construit au suspense haletant....
Je salue l'habileté démoniaque et le talent de François Vallejo, cet amoureux du style .....Par delà les époques des hommes de toutes conditions luttent et souffrent , tentent de maîtriser leur art sans toujours contenir les fascinations et les passions .....
Un ouvrage magnifique qui aurait pu s'appeler : " De l'influence des femmes sur le destin des hommes....."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Patsales
  22 octobre 2014
Quoi de mieux qu'un chirurgien comme héros de roman? Il lui est si facile de sombrer dans la démesure et de se prendre pour Dieu le père. le chirurgien peut devenir la figure même de l'écrivain qui lui aussi a le pouvoir de vie ou de mort sur les créatures qui lui passent entre les mains. 
Or donc voici qu'un romancier écrit sur un chirurgien, non, sur deux chirurgiens: l'un qui est notre contemporain, l'autre qui vit au XVII° siècle. Pourquoi choisir entre deux histoires quand on peut écrire les deux?
Ces deux personnages ont de nombreux points communs, notamment l'un comme l'autre veulent à la fois le pouvoir sur l'autre et sa reconnaissance. Pourquoi choisir entre humanisme et despotisme quand on peut jouir des deux?
Au fil de la narration alternée, les liens entre les deux récits se feront de plus en plus nombreux au point que les non-dits d'une histoire seront révélés dans l'autre. Et c'est désormais le lecteur qui goûte aux joies de la toute-puissance en embrassant d'un même coup d'oeil le présent et le passé, les turpitudes et les espérances, la faute et le salut.
Les deux textes sont limpides et jouissifs. le passé y éclaire le présent et le présent y justifie le passé. Et, à cheval sur les deux époques, le lecteur recueille les indices: du mal de la pierre aux problèmes cardiaques, l'humanité, décidément, ne souffre que dans son sexe et dans son coeur et ne tue jamais, et de bien des façons, que le père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
spleen
  29 mars 2015
Une lignée de chirurgiens datant d'avant l'époque de Louis XIV : quelle remarquable destinée pour la famille Delatour !
C'est le sujet du roman de François Vallejo , qui nous fait partager, dans un récit à deux époques, l'histoire contemporaine d'Etienne Delatour, éminent cardiologue et chef de service d'un grand hôpital parisien et celle d'Urbain Delatour chirurgien sous l'époque du Roi Soleil par la voix de son fils ainé, Urbain apprenti chirurgien et apothicaire.
Que ce soit opérer à coeur ouvert ou soigner de façon empirique, le médecin est maitre de son art apparaissant souvent comme un sauveur, un ultime espoir et cette puissance sur la vie ou la mort prend parfois des proportions qui sortent du cadre du simple soignant ...
Mais l'homme n'est pas infaillible surtout quand les femmes manigancent dans l'ombre.
François Vallejo que je découvre avec ce roman a une belle plume , une écriture fluide et agréable à lire et j'ai préféré de beaucoup la période ancienne, celle où les chirurgiens n'étaient pas considérés comme des médecins, ces hommes plutôt pédants et bien moins humanistes si bien représentés dans le théâtre de Molière .
Je suis, par contre restée beaucoup plus perplexe quant au rôle justement des femmes, Iréne Saint Aubin manipulant la carrière d'Etienne et Isabelle de Montorgueil, la fille du seigneur du village d'Urbain, n'arrivant pas à démêler l'écheveau des intrigues souterraines et n'en trouvant pas la finalité .
J'ai donc été plutôt déçu par le fond de l'histoire n'ayant pas tout compris ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Loubhi
  21 août 2014
« ..Une histoire ne saurait exister toute seule, elle n'est belle que si elle croise toutes les autres histoires. » cet extrait de la quatrième de couverture est à mon sens la raison même qui a poussé François Vallejo à se lancer dans ce récit, prenant, à deux voix ; celle d'Urbain Delatour , né sous Louis XIV dans le récit de son apprentissage et surtout de l'histoire de son père et celle, trouvant son écho dans la France d'aujourd'hui, d'Etienne Delatour, éminent cardiologue.
Vous l'aurez compris, ce livre a été pour moi un vrai plaisir de lecture, voilà les points majeurs que j'ai voulu distinguer.
* La trame du roman :
A travers les témoignages de l'un et l'autre, retranscrivant le contexte de leur époque et seulement à la fin de ce livre, le lecteur saisit totalement ce leitmotiv. Pour des raisons différentes, le destin de chacun va se retrouver propulsé au plus haut de la réussite de la reconnaissance par ses pairs et contemporains pour connaître ensuite une issue ou un accident de parcours chaotique.
Deux générations distantes de 4 siècles dans des disciplines proches de la médecine vont ainsi connaître une histoire similaire sous l'ombre tutélaire d'une femme aux caractéristiques physiques, au mode psychique et au tempérament similaire, même si les motivations de chacune restent divergentes. C'est donc là le coeur du sujet de ce roman ; nos histoires de vie seraient donc la répétition du destin de certains de nos ancêtres ?
Le récit de vie de chacun :
Sous le règne de Louis XIV, le jeune Urbain Delatour, malgré sa volonté de pratiquer l'herboristerie, voit son destin tout tracé par son père, médecin de son village ; la chirurgie. Successeur potentiel malgré lui de son père, il va l'assister et nous faire partager l'inexorable et bien étonnant essor du destin paternel, passant de simple médecin du Marquis de Montchevreuil puis de sa fille Isabelle à régisseur de leur domaine et seul maître à bord. Un tel destin suscitera de nombreux soupçons et amènera à de sérieux revers. Ce n'est qu'à la fin de ce roman que la clé de l'énigme nous sera dévoilée et les cartes rebattues.
Pour Etienne Delatour, notre contemporain, un cardiologue de grand art, c'est aussi son parcours que nous suivons pas à pas. Doté d'un vrai talent de chirurgien, après une première partie de vie privée et professionnelle plutôt terne, c'est un amour de jeunesse, l'étrange Irène Saint – Aubin, indéfectiblement liée à son père, qui va lui faire connaître un véritable essor à son destin et lui ouvrir les plus hautes sphères avant que les jalousies et suspicions cumulées n'entraînent aussi de périlleux revers.
Tout le talent de François Vallejo est dans le rythme parallèle entretenu entre les deux destins qu'il sait donner à son récit, une sorte d'autopsie des destins de chacun et de leur similitude.
Les personnages :
- On s'attache très vite au personnage d'Urbain Delatour junior, à la vocation contrariée par un père intransigeant. Jeune homme effacé, la double et forte personnalité de son père de de la fille du maître de sa ville seront pour lui une véritable blessure et sa relative naïveté fera de lui un témoin de l'élévation sociale de son père, témoin à charge à la fin du roman. Son père, à la fois habile et intelligent, face à la difficulté que pose son ascension au pouvoir ecclésiastique puis nobiliaire, saura mener longtemps sa barque avec sagesse et compréhension. Autre personnage clé ; Isabelle de Montchevreuil, dont la force de caractère, le rejet des personnes de basse et moyenne conditions et la personnalité de garçon manqué la prédisposeraient plutôt à ne supporter aucun contre pouvoir.
- Etienne Delatour, chirurgien cardiaque reconnu, homme qui doute de ses capacités professionnelles mais transcendé lorsqu'il opère, de nature solitaire, il a néanmoins beaucoup de mal à vivre sa relation essentiellement sexuelle avec Irène et à supporter les liens très profonds qui la lient à son père. A l'image d'Isabelle de Montchevreuil, elle cultive une totale indépendance et reste impénétrable pour Etienne comme pour le lecteur.
Le contexte des époques traversées :
Parfaitement rendu tant dans l'évocation du siècle de Louis XIV avec ces classes bien distinctes et clivant (noblesse, bas et haut clergé, médecins, simples paysans et ouvriers), c'est la même approche pour notre époque avec ses règles de concurrence, de compétitivité, de rentabilité dans le domaine médical mais aussi ce monde si fermé de grandes pontes de la chirurgie et de l'hôpital.
Ce qui m'a fait vraiment passionné dans cette lecture c'est le savant jeu des miroirs installé par François Vallejo, l'extraordinaire choc des destins et des personnages majeurs, le jeu des coïncidences troublant entre chacune des deux époques, un style concis et un certain sens du suspense entretenu jusqu'à la fin du livre.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mfgaultier
  04 novembre 2014
Comme j'adore cet auteur, je ne peux être objective, d'autant plus que son dernier roman est vraiment très réussi. Fleur et sang nous emmène sur les traces de chirurgiens à des époques différentes. Curieusement, ces personnages portent le même nom et dès lors on peut supposer qu'il s'agit de la même famille, à quelques siècles de distance. Des effets de miroir surgissent qui ne sont pas, loin de là, les seules surprises que François Vallejo réserve au lecteur. Un roman à prescrire sans plus attendre !
Un tout jeune homme, Urbain Delatour, s'initie à l'art de la chirurgie au siècle de Louis XIV. Il aurait préféré être apothicaire, il sera chirurgien comme son père. Etienne Delatour est un grand cardiologue du XXIème siècle. Ces trois hommes vont connaître des fortunes diverses, jusqu'à voir leur réputation chanceler…
Ces personnages qui exercent le métier de soigner à quatre siècles de distance ont des relations ambigües avec la gent féminine. Urbain et son père doivent composer avec la très exubérante Isabelle, fille du seigneur de Montchevreüil qui règne sur ses terres en Touraine. En l'absence de son père parti se faire soigner dans des villes lointaines, Isabelle de Montchevreüil terrorise les paysans en dévastant leurs champs lors de ses virées d'amazone aux allures masculines. Etienne, quant à lui, semble sous l'emprise de la flamboyante Irène de Saint-Aubin, affublée d'une légère claudication à la suite d'un accident de voiture lorsqu'elle était enfant. Irène et Etienne se trouvent, puis se séparent avant de renouer enfin. Etienne sera alors peu à peu la proie d'étranges rumeurs…
Tout au long du roman, François Vallejo instille un beau suspense tout en maniant une langue subtile, au plus près de la vérité intime de ces êtres de papier. Il choisit d'alterner à chaque chapitre les époques, intitulé « Fleur » pour le XVIIème siècle et « sang » pour l'époque contemporaine. le roman est traversé par des phénomènes d'échos entre les personnages de chaque siècle. Pour ma part j'ai adoré le récit de l'apprenti carabin au siècle du roi soleil, qui m'a littéralement fait plonger dans cette époque.
François Vallejo joue avec les apparences de ses personnages, tournant autour sans relâche, révélant ainsi des points de vue de plus en plus originaux. J'avais pu apprécier cette technique avec son roman Madame Angeloso, je la retrouve ici, mais sur un autre terreau imaginaire.
François Vallejo agit comme un chirurgien des âmes, tranchant dans la complexité des consciences. Magnifique, subtil, vertigineux.

Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

critiques presse (3)
Bibliobs   15 octobre 2014
Elégant et subtil, le phrasé de Vallejo crée l'ambiguïté, il provoque un certain vertige. Et laisse un entêtant effet de traîne.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   05 septembre 2014
Une belle mise en scène baroque, agréablement romanesque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   25 août 2014
Assurément, il y a un mystère Vallejo, orfèvre du point-virgule et façonneur incomparable des passions humaines.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   30 juin 2015
"Un homme ne peut rester solitaire, il a besoin de tous les autres hommes. Une phrase unique n'a aucun sens, sans le voisinage de toutes les autres phrases. Une histoire ne saurait exister toute seule, elle n'est belle que si elle croise toutes les autres histoires....."
Commenter  J’apprécie          250
Josephine2Josephine2   16 novembre 2014
Un homme ne peut rester solitaire, il a besoin de tous les autres hommes. Une phrase unique n’a aucun sens, sans le voisinage de toutes les autres phrases. Une histoire ne saurait exister toute seule, elle n’est belle que si elle croise toutes les autres histoires.
Le dit du Yan-Ding, 3e section, 8e chapitre,
Anonyme chinois
Commenter  J’apprécie          170
Josephine2Josephine2   16 novembre 2014
Nos histoires ont toujours déjà commencé, se poursuivent ailleurs, reprennent en d'autres temps, et ne s'achèvent jamais. Elles sont perpétuellement en cours, parce que nos histoires sont les histoires du monde.
Le livre des rumeurs vagabondes,
Anonyme Persan, début XVIIIè siècle
Commenter  J’apprécie          120
mamansand72mamansand72   26 mars 2017
Il m’a répondu qu’il avait craint, plus que la honte de passer pour un meurtrier, comme l’en menaçait la fille du château, celle de passer aux yeux de son fils, son ancien apprenti, son compagnon, bientôt son successeur, pour un mauvais chirurgien. Il s’en voulait, non de la mort d’un homme, mais d’avoir eu la faiblesse d’accepter de tailler une vessie, l’opération la plus difficile qui soit, sans avoir la main nécessaire ni le talent, sans avoir pris les précautions qui s’imposaient alors ni su imposer ma présence comme son aide indispensable. L’erreur de métier était à ses yeux la plus indigne.
Une autre erreur, près d’égaler la première, était celle de son jugement. Il n’avait deviné à aucun moment les préparatifs de Mademoiselle de Montchevreuil, ses manœuvres pour éloigner toute autre personne et le persuader d’agir seul et malgré son sentiment, jusqu’à ce qu’il aperçoive la joie maligne dans ses yeux, devant le corps cadavérique de son père.
Sa dernière faiblesse tenait à l’accord auquel il avait consenti avec la véritable instigatrice d’un crime et dont il ne savait comment se défaire. Il se voyait pris dans un complot qu’il serait incapable de démontrer, si un tribunal l’exigeait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mfgaultiermfgaultier   26 octobre 2014
Le docteur Delatour réussit à chasser aussi cette dernière pensée, il fait le vide, dans sa tête, dans ce thorax d'où le sang est évacué vers la machine. Il voit ses mains comme détachées de sa pensée, et fermes, et précises, elles courent le long du cœur, s'insinuent, décortiquent, de la broderie comme il aime.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de François Vallejo (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Vallejo
François Vallejo - Hôtel Waldheim
autres livres classés : médecineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre
.. ..