AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253070564
Éditeur : Le Livre de Poche (29/03/2017)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 197 notes)
Résumé :
Ce livre existe aux éditions Michel Lafon sous le titre "Nos adorables belles-filles".

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et... trois belles-filles délic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
01 mai 2016
Dans la famille le Guennec, je ne voudrais pas le père, tyrannique, culpabilisant et manquant d'indulgence avec ses pauvres belles-filles qui semblent savoir se protéger de ses joutes agressives. Courageuses les belles filles qui arrivent dans cette famille : Stéphanie, l'anxieuse maman de deux petits garçons, Laura la végétarienne et Jeanne la toute nouvelle arrivée qui aura à faire ses preuves.
Je veux bien la mère, résolue à faire plier son époux et qui essaie de lui faire comprendre son envie de s'épanouir. Les fils ? bof, ils me semblent tous un peu mou du genou… un peu trop absents. Et quand tout ce petit monde se retrouve dans la maison de vacances en Bretagne, imaginez la vie de famille, animée, explosive et souvent éreintante, on a envie de s'isoler, L'auteure, Aurélie Valogne, y met un peu de son vécu, un pour cent affirme-t-elle, mais j'ai envie de dire qu'elle nous présente une famille comme toutes les familles nombreuses dans laquelle chacun tente de s'exprimer, de faire valoir ses idées, c'est en tout cas ce que l'on ressent à la lecture de cette histoire, Catherine Valogne le restitue à merveille, immergeant le lecteur dans le milieu fourmillant, bruyant, remuant de la famille le Guennec.
Et comme dans beaucoup de familles, des tensions se font sentir, c'est ce qui permet au lecteur d'analyser les relations entre les personnages, de comprendre que dans des situations un peu extrêmes et perturbantes, chacun se montre capable de réagir et de réfléchir sur soi. Ce roman mérite d'être cité dans toute réunion ou stage d'analyse transactionnelle ou de programmation neurolinguistique, et les situations méritant d'être étudiées y sont nombreuses. J'ajouterais un petit bémol dont il ne faut pas forcément tenir compte car il est dû au fait qu'il ne s'agit pas là, d'un roman en plusieurs tomes : les personnages évoluent vite, très vite et le lecteur ne peuvent réaliser le cheminement nécessaire au changement radical des personnes. Comme on le dit « Chassez le naturel, il revient au galop », dans le cas présent, le naturel semblent laisser place trop vite à des êtres neufs entre Noël et les vacances d'été.
Je remercie Babélio et les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
iris29
20 septembre 2016
C'est en lisant que le premier roman d'Aurélie Valognes avait été "fabriqué maison"( c'est à dire mis en ligne avec une petite couverture faite par son petit "ordi perso "; et non pas par une agence de communication ), que j'ai eu envie de connaître cet auteur .
Car elle a du génie , Aurélie, cette petite toile cirée qui fleure bon la campagne est en train de devenir sa marque de fabrique de livre en livre , et sent bon la "french touch " et le made in France .
Il parait que ça marche pour elle Outre Manche et aux USA... Que sa petite famille bretonne plait bien ...
ll faut dire qu'elle a du caractère la famille le Guennec , voir même un mauvais caractère ...
On a le papy , Jacques , qui est un peu le "bureau des gaffes en gros", tellement il ne surveille pas les "perles" qui sortent de sa bouche . On a Martine , sa femme qui fait tout pour temporiser.
Et puis , on a les trois" adorables belles filles" , toutes plus casse-c ... les unes que les autres .
Réunis , le temps d'un week-end ou de petites vacances , tout ce beau monde va ripailler , discuter voir même se disputer , mais devra pour rester une famille unie : COMPOSER !
Bon, c'est très vivant , ponctué de dialogues , c'est très , très léger
[à part pour les repas . Et il y a beaucoup de repas dans les familles françaises ...].
Si vous avez des belles filles ..ou une belle mère ...ou une famille nombreuse , il y a de forte chance pour que vous vous reconnaissiez .
Je m'attendais à rire ou sourire beaucoup et ... rien...
Une lecture agréable , mais pas mémorable , qui a le mérite de rendre tolérant envers les petits défauts des uns et des autres ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
Iboo
11 juin 2017
Je ne vais pas vous raconter d'histoires... j'ai eu l'impression de lire le script d'un de ces téléfilms sympathiques que l'on regarde avec plaisir quand on n'a pas envie de se retourner le cerveau et qu'une petite dose d'optimisme est devenue nécessaire pour échapper à la morosité ambiante.
Petite lecture sans prétention mais sans niaiserie non plus. Pas de quoi en faire une thèse mais moment, somme toute, bien agréable.
Commenter  J’apprécie          283
Hamisoitil
09 mai 2016

Ressortir d'une lecture qui met de bonne humeur, c'est le souhait de beaucoup d'entre nous. Et pour faire simple, ce livre : Nos adorables Belles-filles est le livre à lire pour retrouver un sourire perdu, se requinquer après les mauvais jours, dans le métro ... mais, une chose est sûre, ce roman va vous faire du bien. Je l'espère en tout cas.
On découvre ici, une famille pas si différente que ça des familles habituelles que l'on peut croiser au fil du temps, dont la nôtre. Du coup, on peut facilement s'identifier aux personnages du roman. Et, d'ailleurs, on retrouve toujours un rebelle, un égocentrique, un jaloux, un râleur, un réservé, un taquin etc... au sein de toutes ces familles. Je suis même la prem's. Et pire encore, certains sont tout à la fois. C'est dingue, n'est-ce pas ?!
Alors quand Martine, sexagénaire, se prépare à vive allure, dans les préparatifs, pour recevoir ses trois fils accompagnés de leurs femmes dont une nouvelle qui débarque pour la première fois, c'est un peu avec la peur au ventre, qu'elle s’exécute dans son travail. Tout doit être parfait. Ne surtout pas décevoir ses belles-filles. Mais avec un Mari comme Jacques, qui, ne cesse d'accumuler les plus grosses bourdes et à chaque repas de famille, svp ; cela ne va pas être évident pour Martine. Vaut mieux le mettre en garde rapidement. Zéro boulette. En clair, Jacques, Tiens toi à carreaux et ne fais surtout pas de gaffe.
Mais pour en faire, il va en faire et c'est là, tout le charme, l'humour de cette histoire.
Qu'est-ce qu'on rigole avec ce monsieur.
Jacques, c'est le papa voire le grand-père gaffeur. Parfois, c'est même trop. On va dire qu'il ne réfléchit pas trop avant de parler, donc, peut vite vexer l'autre.
Par exemple : il confond le nom de la nouvelle venue avec celle de l'ex. Imaginez la tête de la fille.
Jacques est pour ainsi dire, mon gros coup de coeur dans ce roman même si les autres n'en sont pas loin aussi. Il balance des piques, il casse ses belles-filles. (vraiment trop marrant) Même les petits-enfants sont dans sa ligne de mire. Quant à sa femme, ben, elle en a tout simplement marre. Tellement marre de ses vannes, de ses catastrophes, des ses oublis que le ras-le-bol en quarante ans de vie à ses côtés se fait sentir et encore, même là, c'est limite. Je vous assure que le mot est faible.
Cette partie là est intéressante mais j'avoue avoir eu un peu de pitié pour lui, le fait d'être mis de côté.
Quoi qu'il en soit, cette histoire est tellement drôle, attendrissante, rafraîchissante, et délicieusement belle que je vous recommande sans hésitation. La plume de l'auteure que je découvre pour la première fois est totalement addictive et fluide. Elle emporte le lecteur jusqu'à la dernière page sans problème.
Pour ma part, je vais de ce pas, me procurer son premier roman : Mémé dans les orties.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mjaubrycoin
30 septembre 2016
Il est difficile de publier une critique qui va radicalement à contre-courant des commentaires élogieux que la presse a diffusé l'été dernier lors de la sortie de ce second roman d'Aurélie Valognes que j'ai lu poussée par une irrésistible curiosité devant un tel concert de louanges qui pouvait laisser supposer que l'on tenait là LE ROMAN qui allait enchanter notre quotidien.
En ce qui me concerne la magie n'a pas opéré loin de là et je me suis longuement demandée si j'allais quand même poster un commentaire ou simplement passer à autre chose.
Mais je pense que les chroniqueurs fidèles de BABELIO ne doivent pas reculer devant l'adversité et rester honnêtes car avant tout ce site, qui est dédié aux échanges entre lecteurs, doit recueillir des avis différents (faut il rappeler d'ailleurs qu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ...)
Qu'en ais-je donc pensé ? Peu de bien car j'ai trouvé les personnages vraiment caricaturaux et cette histoire de conflits familiaux entre deux générations avec un père exécrable et des belles-filles compliquées ne m'a même pas fait sourire une seule fois.
Comment peut-on manquer à ce point de savoir-vivre pour s'envoyer de telles vannes à la figure entre parents, enfants et belles-filles. Mais que diable, ces gens-là sont vraiment trop mal élevés !
Cette famille traditionnelle bretonne me fait vraiment penser à une bande de Bidochons mal dégrossis que je n'aurais nullement envie de côtoyer et leur (courte ) fréquentation, qui n'a duré que pendant mon temps de lecture, m'a vraiment laissée fortement agacée.
En outre ,je ne partage pas les craintes de notre auteur concernant la dangerosité de la roquette. Cette salade à la mode est composée de feuilles si fines que même si par inadvertance, l'une d'elle se trouve coincée dans la trachée d'un gourmand, il suffit d'un verre d'eau pour la faire passer et nul n'est besoin de se rendre aux urgences hospitalières et de rester CINQ jours (Ciel si tel était le cas, le trou de la Sécu que l'on nous annonce à peu près comblé, ne ferait que se creuser à nouveau !)
Que dire d'autre, si ce n'est qu'une maison traditionnelle bretonne ne flambe pas aussi facilement qu'on le croit surtout si la construction est traditionnelle !
Voici un livre vite lu, vite oublié qui ne marquera pas la littérature et je suis toujours stupéfaite par l'engouement dont bénéficie certains titres qui ne présentent qu'un intérêt (très) limité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
Citations & extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui07 mai 2016
Phase un : la séduction de la belle-famille, systématiquement accompagnée de remises en question personnelles très fortes. Un peu comme un chiot au chenil qui veut être choisi et fait la moue la plus attendrissante possible. Mais intérieurement, il tremble. Il vient avec son passé, sa gueule cassée et il est plein d’espérances quant à sa nouvelle famille d’accueil. Mais il n’a qu’une peur : décevoir et être abandonné à nouveau.
Phase deux : l’intégration, pure et simple, des règles de la famille. On fait des efforts pour rentrer dans le moule, on prend sur soi, on marche au pas.
Phase trois : ma préférée, la rébellion ! Ça passe ou ça casse, mais au moins on est fixé. Notre vraie nature ressurgit enfin. On ne peut plus faire semblant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadoryquilitLadoryquilit29 mai 2016
Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas exactement ce que cela veut dire, "la bonne personne". J'imagine : une personne dont on est follement amoureux, une personne que l'on regarde discrètement en se disant "J'aimerais qu'elle soit la mère de mes enfants", une personne avec qui on rit des mêmes choses, même cinquante ans plus tard. Une personne avec qui on peut être soi-même, sans avoir à jouer un rôle. Une personne avec qui on sent que c'est une évidence. Une évidence partagée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui07 mai 2016
Quand on se met en couple, chacun vient avec un sac à dos plein de pierres. Les pierres représentent notre passé et conditionnent qui nous sommes aujourd’hui. Pour certains, le sac à dos est plus lourd à porter que pour d’autres. Nous n’avons pas tous vécu les mêmes choses, ni eu la même relation avec notre père, notre mère, nos frères et sœurs.
Commenter  J’apprécie          50
iris29iris2920 septembre 2016
- On les aime beaucoup, tous , surtout les petits, déclara Martine , mais ça fait du bien quand ils partent . Je suis épuisée .
Commenter  J’apprécie          150
LeslecturesdeLilyLeslecturesdeLily21 mai 2016
Je ne saurais dire ce qui me manque, mais je me rends compte maintenant que l'important ce n'est pas d'avoir les bonnes réponses mais de se poser les bonnes questions.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Aurélie Valognes (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélie Valognes
Mémé dans les orties de Aurélie Valognes aux éditions Livre de Poche
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre ? certains diraient : seul, aigri, méchant ?, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son c?ur. Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !
http://www.lagriffenoire.com/6914-divers-litterature-meme-dans-les-orties.html
Vous pouvez commander sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12647 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .