AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur En voiture, Simone ! (380)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Souri7
  06 octobre 2018
La famille le Guennec au grand complet est sur le point de se réunir afin de fêter Noël. Comme chaque année, Jacques est au fourneau pour son sempiternel chevreuil rôti à la perfection et Martine, son épouse croise les doigts afin que tout se passe bien. En effet, repas de famille oblige, les enfants arrivent avec leurs épouses ou amies... dont le petit dernier Nicolas, qui lui présente à chaque repas de Noël une nouvelle compagne. Tout serait parfait si Jacques n'avait pas tendance à rabrouer ses belles-filles ou leur lancer des pics au travers de cadeaux "à texte".🎁


Aurélie Valognes est sans hésitation une auteur à lire et relire quand vous broyez du noir. Son univers surréaliste avec des personnages excessifs rendent le récit tragico-comique. Comme dans Mémé dans les Orties, En voiture Simone se caractérise par un humour décapant mettant en scène une famille déjantée. Entre Jacques, le père vieillissant et despotique persuadé d'être indispensable, la grand-mère accro aux Mon Chéri; les enfants et les belles-filles différentes les unes des autres... le cocktail est détonant. le fil rouge du roman est représenté par Martine, la maman qui tente constamment d'arranger les choses, d'adoucir les angles notamment en ce qui concerne son mari. Seulement, après une énième bourde, Martine décide de se rebeller et l'ambiance dans la famille change.


Un roman drôle, frais et qui fait un bien fou à la lecture. Aurélie possède un style décoiffant pour aborder des thématiques complexes comme les liens dans les familles, les différences générationnelles. le tout dans un roman feel-good qui n'a rien d'anxiogène. 😃


Un roman court, drôle. Une famille en folie... Voilà ce que nous propose Aurélie Valognes dans ce roman. 😃
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1150
mjaubrycoin
  30 septembre 2016
Il est difficile de publier une critique qui va radicalement à contre-courant des commentaires élogieux que la presse a diffusé l'été dernier lors de la sortie de ce second roman d'Aurélie Valognes que j'ai lu poussée par une irrésistible curiosité devant un tel concert de louanges qui pouvait laisser supposer que l'on tenait là LE ROMAN qui allait enchanter notre quotidien.
En ce qui me concerne la magie n'a pas opéré loin de là et je me suis longuement demandée si j'allais quand même poster un commentaire ou simplement passer à autre chose.
Mais je pense que les chroniqueurs fidèles de BABELIO ne doivent pas reculer devant l'adversité et rester honnêtes car avant tout ce site, qui est dédié aux échanges entre lecteurs, doit recueillir des avis différents (faut il rappeler d'ailleurs qu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ...)
Qu'en ais-je donc pensé ? Peu de bien car j'ai trouvé les personnages vraiment caricaturaux et cette histoire de conflits familiaux entre deux générations avec un père exécrable et des belles-filles compliquées ne m'a même pas fait sourire une seule fois.
Comment peut-on manquer à ce point de savoir-vivre pour s'envoyer de telles vannes à la figure entre parents, enfants et belles-filles. Mais que diable, ces gens-là sont vraiment trop mal élevés !
Cette famille traditionnelle bretonne me fait vraiment penser à une bande de Bidochons mal dégrossis que je n'aurais nullement envie de côtoyer et leur (courte ) fréquentation, qui n'a duré que pendant mon temps de lecture, m'a vraiment laissée fortement agacée.
En outre ,je ne partage pas les craintes de notre auteur concernant la dangerosité de la roquette. Cette salade à la mode est composée de feuilles si fines que même si par inadvertance, l'une d'elle se trouve coincée dans la trachée d'un gourmand, il suffit d'un verre d'eau pour la faire passer et nul n'est besoin de se rendre aux urgences hospitalières et de rester CINQ jours (Ciel si tel était le cas, le trou de la Sécu que l'on nous annonce à peu près comblé, ne ferait que se creuser à nouveau !)
Que dire d'autre, si ce n'est qu'une maison traditionnelle bretonne ne flambe pas aussi facilement qu'on le croit surtout si la construction est traditionnelle !
Voici un livre vite lu, vite oublié qui ne marquera pas la littérature et je suis toujours stupéfaite par l'engouement dont bénéficie certains titres qui ne présentent qu'un intérêt (très) limité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8217
Harioutz
  22 juin 2018
Jacques, époux despotique, est marié à Martine. Ils ont trois fils, Matthieu, éternel adolescent, Nicolas, chef cuisinier castrateur et Alexandre, rêveur mollasson, et aussi trois belles-filles insupportables, Stéphanie, mère angoissée, Laura, végétarienne culpabilisatrice et Jeanne, féministe dérangeante. Antoinette, grand-mère à la sagesse particulière, vient compléter cette famille explosive.

Cette lecture, à la fois légère et pleine d'humour, a été vraiment agréable ! Elle m'a, en outre permis de me remémorer quelques scènes d'anthologie familiales explosives (nous sommes trois soeurs chez moi !), qui, lorsqu'elles ne peuvent plus avoir lieu, laissent un très paradoxal goût de regret !
Lien : https://www.senscritique.com..
Commenter  J’apprécie          761
iris29
  20 septembre 2016
C'est en lisant que le premier roman d'Aurélie Valognes avait été "fabriqué maison" ( c'est à dire : mis en ligne avec une petite couverture faite par son petit "ordi perso " et non pas par une agence de communication ), que j'ai eu envie de connaître cet auteur .
Car elle a du génie Aurélie, cette petite toile cirée qui fleure bon la campagne est en train de devenir sa marque de fabrique de livres en livres , et sent bon la "french touch " et le made in France .
Il parait que ça marche pour elle ,Outre Manche et aux USA... que sa petite famille bretonne plait bien . ll faut dire qu'elle a du caractère la famille le Guennec , voir même un mauvais caractère ...
On a le papy , Jacques , qui est un peu le "bureau des gaffes en gros", tellement il ne surveille pas les "perles" qui sortent de sa bouche . On a Martine , sa femme qui fait tout pour temporiser.
Et puis , on a les trois" adorables belles filles" , toutes plus casse-c ... les unes que les autres .
Réunis , le temps d'un week-end ou de petites vacances , tout ce beau monde va ripailler , discuter voir même se disputer , mais devra pour rester une famille unie : COMPOSER !

Bon, c'est très vivant , ponctué de dialogues , c'est très , très léger
[à part pour les repas . Et il y a beaucoup de repas dans les familles françaises ...].
Si vous avez des belles filles ..ou une belle mère ...ou une famille nombreuse , il y a de forte chance pour que vous vous reconnaissiez .
Je m'attendais à rire ou sourire beaucoup et ... RIEN...

Une lecture agréable , mais pas mémorable , qui a le mérite de rendre tolérant envers les petits défauts des uns et des autres ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          692
Ptitgateau
  01 mai 2016
Dans la famille le Guennec, je ne voudrais pas le père, tyrannique, culpabilisant et manquant d'indulgence avec ses pauvres belles-filles qui semblent savoir se protéger de ses joutes agressives. Courageuses les belles filles qui arrivent dans cette famille : Stéphanie, l'anxieuse maman de deux petits garçons, Laura la végétarienne et Jeanne la toute nouvelle arrivée qui aura à faire ses preuves.
Je veux bien la mère, résolue à faire plier son époux et qui essaie de lui faire comprendre son envie de s'épanouir. Les fils ? bof, ils me semblent tous un peu mou du genou… un peu trop absents. Et quand tout ce petit monde se retrouve dans la maison de vacances en Bretagne, imaginez la vie de famille, animée, explosive et souvent éreintante, on a envie de s'isoler, L'auteure, Aurélie Valogne, y met un peu de son vécu, un pour cent affirme-t-elle, mais j'ai envie de dire qu'elle nous présente une famille comme toutes les familles nombreuses dans laquelle chacun tente de s'exprimer, de faire valoir ses idées, c'est en tout cas ce que l'on ressent à la lecture de cette histoire, Catherine Valogne le restitue à merveille, immergeant le lecteur dans le milieu fourmillant, bruyant, remuant de la famille le Guennec.

Et comme dans beaucoup de familles, des tensions se font sentir, c'est ce qui permet au lecteur d'analyser les relations entre les personnages, de comprendre que dans des situations un peu extrêmes et perturbantes, chacun se montre capable de réagir et de réfléchir sur soi. Ce roman mérite d'être cité dans toute réunion ou stage d'analyse transactionnelle ou de programmation neurolinguistique, et les situations méritant d'être étudiées y sont nombreuses. J'ajouterais un petit bémol dont il ne faut pas forcément tenir compte car il est dû au fait qu'il ne s'agit pas là, d'un roman en plusieurs tomes : les personnages évoluent vite, très vite et le lecteur ne peuvent réaliser le cheminement nécessaire au changement radical des personnes. Comme on le dit « Chassez le naturel, il revient au galop », dans le cas présent, le naturel semblent laisser place trop vite à des êtres neufs entre Noël et les vacances d'été.
Je remercie Babélio et les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
rabanne
  13 janvier 2019
Euh, comment dire... Un seul chapitre m'a suffit.
J'ai eu l'impression de buter sur les mots, telle une enfant de 6 ans, un comble pour une lecture si "facile" !!
Un cadeau de Noël, même pas sur ma liste..... Maman, tu ne connais pas mes goûts ou quoi ?! (rires). Heureusement, j'en ai reçu 5 autres sous le sapin.

Histoire de plume, à laquelle je n'accroche pas, mais pas du tout. Trop d'adjectifs par phrase, sans doute...
Pas grave, trop de livres à lire. Je laisse donc les amateurs apprécier, car ce roman a plu, incontestablement.
(NB : il faut dire, aussi, que je venais juste de lire Jérôme Ferrari avant... ;-P)
Commenter  J’apprécie          5335
NathalC
  18 novembre 2017
Nos adorables belles-filles, un roman qui fait du bien, qui se lit à la vitesse grand V. Une histoire de famille. On s'y retrouve tous quelque part... et on reconnaît son entourage ou des situations par petites touches...
Un vrai livre détente, sans morale, un petit moment plaisir qui fait du bien.

Nota : En me renseignant sur les autres ouvrages d'Aurélie Valognes, je constate que ce livre est sorti sous le titre Nos adorables belles-filles en 1ère édition, et sous le titre En voiture, Simone en version poche.
Pourquoi ?
Son titre original est pourtant bien attribué...
Commenter  J’apprécie          530
jeunejane
  06 mars 2018
Dans la famille le Guennec, Martine et Jacques, les parents affichent la soixantaine. Martine travaille toujours dans une librairie et Jacques doit tout doucement lâcher son travail d'architecte et c'est bien difficile de passer à d'autres valeurs que celles d'homme important dont on ne peut se passer.
Ils ont trois fils adultes, deux petits-fils et bientôt un troisième petit qui s'annonce et n'oublions pas, trois belles-filles qui doivent adopter les habitudes de la famille et s'adopter entre elles. La mère de Jacques, Antoinette, est toujours de la partie avec ses quatre-vingt-dix ans ans bien sonnés.
Comme les familles françaises séparées par les kilomètres, ils se voient souvent lors des vacances, des fêtes familiales et ce, pour plusieurs jours.
Cela va donc donner des situations cocasses, très tendues au début et beaucoup moins à la fin.
C'est une comédie à lire comme un bonbon qui fond en bouche.
Mais quelle idée d'avoir changé le titre. En broché, le livre s'appelait " Nos adorables belles-filles" et en poche, le titre a changé pour devenir " En voiture Simone".
Je n'apprécie pas du tout le nouveau titre au point d'avoir collé une affichette bricolée par mes soins avec l'ancien titre. Mon petit-fils Oscar était mort de rire en voyant cela hier mais il était quand même étonné de savoir qu'on pouvait changer un titre. Une couverture oui, me disait-il, quand un livre doit être réédité, j'ai déjà vu plusieurs couvertures mais des titres jamais.
Ceci dit, un chapitre porte le nom "En voiture Simone" . Les chapitres sont courts et les titres délicieusement humoristiques.
J'ai préféré le personnage du vieil homme dans "Mémé dans les orties" et je continuerai à lire de temps en temps Aurélie Valognes qui constitue une belle détente.
Son dernier livre me tente d'ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
Iboo
  11 juin 2017
Je ne vais pas vous raconter d'histoires... j'ai eu l'impression de lire le script d'un de ces téléfilms sympathiques que l'on regarde avec plaisir quand on n'a pas envie de se retourner le cerveau et qu'une petite dose d'optimisme est devenue nécessaire pour échapper à la morosité ambiante.

Petite lecture sans prétention mais sans niaiserie non plus. Pas de quoi en faire une thèse mais moment, somme toute, bien agréable.
Commenter  J’apprécie          394
cicou45
  28 août 2018
Livre commencé ce matin et terminé ce soir, autant dire un livre léger qui se lit extrêmement vite et qui fait sourire, voire même rire par moments...bref, la lecture idéale pour se détendre !

La famille le Guennec, d'origine bretonne comme vous l'aurez compris est une famille de "fous", enfin pas exactement mais toujours est-il que c'est l'impression que l'on en a quand on arrive fraîchement débarquée dans cette dernière et qu'il va falloir se faire adopter. Tel est le cas pour nos trois brus. Bon tout d'abord, il y eu Stéphanie, la compagne de Matthieu, l'aîné de la fratrie. Puis suivra Laura, celle d'Alexandra et enfin la petite dernière, qui va faire son entrée lors de ce premier Noël et qui n'est autre que la nouvelle petite amie du benjamin des trois frères, Nicolas. Autant dire que celle-ci appréhendait (et à juste titre) sa présentation officielle) à ses beaux-parents ! Si Martine est du genre très souple, il n'en va pas de même pour son époux Jacques qui est un vrai casse-cou et qui surtout, il faut bien l'avouer, ne fait pas beaucoup d'efforts et sa mère, Antoinette, est bien là pour le confirmer. Aussi, les vacances passées en famille ne sont-elles toujours pas de tout repos, loin de là...mais bon, quand on aime, si il faut bien faire des efforts, l'on en attend forcément en retour et il faut dire que ce n'est pas toujours le cas de Jacques. Aussi, comment vont-ils faire pour néanmoins cohabiter et partager de longs dîners tous ensemble ? Heureusement que les deux enfants de Mathieu et Stéphanie sont là pour détendre un peu l'atmosphère mais qui souvent problèmes avec les beaux-parents (enfin, ici, il s'agit surtout du beau-père tant donné que la belle-mère, elle, sait mettre beaucoup d'eau dans son vin afin que ses fils soient heureux, et peu importe avec qui) dit souvent problèmes de couples, surtout quand les belles-filles ne se sentent pas le moins du monde soutenues par leur moitié.

Une comédie rocambolesque qui donne quelques petites fossettes sur les joues ! En commençant cet ouvrage, j'ai d'abord cru que celui-ci n'était rempli que de clichés plus gros les uns que les autres et je me suis dit : Ouais, bof ! mais en poursuivant ma lecture, je me suis vite laissée prendre au jeu et j'avoue que celui-ci vaut la chandelle. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mémé dans les orties

Quel est le nom du personnage principal?

Fernand Brun
Ferdinand Gris
Ferdinand Brun
Fernand Del

20 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Mémé dans les orties de Aurélie ValognesCréer un quiz sur ce livre

.. ..