AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253154814
Éditeur : Le Livre de Poche (27/05/2003)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 206 notes)
Résumé :

Le 12 décembre 1531, l'image de la Vierge Marie apparaît devant témoins sur la tunique de Juan Diego, un Indien aztèque.

Quatre siècles plus tard, des scientifiques découvrent, dans les yeux de cette Vierge, le reflet des témoins de l'apparition.

Embarrassé par les querelles d'intérêts qui se déclenchent autour de la canonisation de Juan Diego, le Vatican charge Nathalie Krentz, ophtalmologue qui ne croit en rien, d'aller ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  28 novembre 2016
Un roman intriguant, mêlant expertise scientifique, croyance religieuse, introspection et quête d'identité.
Je sors de cette lecture avec une certaine confusion, malgré la qualité de la plume, entre mon intérêt pour l'originalité de l'intrigue et un sentiment diffus de vacuité, renforcé par la chute de l'histoire.
Une jeune et brillante ophtalmologue est commissionnée par le Vatican dans le cadre de l'enquête médico-scientifique préalable à la canonisation de Juan Diego, témoin de l'apparition de la Vierge sur la colline de Tepeyec, au Mexique en 1531...
J'avoue avoir été peu convaincue par les incursions narratives de Juan Diego, prisonnier des limbes, mais davantage touchée par le cheminement intérieur de l'héroïne, plus cognitif que mystique (ouf).
L'auteur s'est appuyé sur des sources fiables, des faits de "miracles" avérés, des rapports d'expertise réels pour bâtir cette fiction.
Une voie ouverte à tous les questionnements, entre perplexité, agacement, incrédulité, foi aveugle, toute une palette de sentiments et de réactions incarnés par les personnages de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          297
araucaria
  16 août 2015
Livre étrange, moyennement apprécié. Ce n'est pas mon roman préféré de Didier van Cauwelaert, bien qu'il soit correctement écrit. Voici un auteur que je trouve assez irrégulier, même si je l'apprécie dans l'ensemble.
Commenter  J’apprécie          200
PiertyM
  23 septembre 2013
Didier van Cauwelaert, qui sait manier les sujets mystérieux avec le suspens de sa plume, nous entraîne dans l'apparition, une fois de plus dans un monde des mystères où la métaphysique se trouve controversée. On assiste au scepticisme de la foi qui fait appel à la science pour élucider un mystère datant de quatre siècles. La science elle-même explore plusieurs hypothèses pour parvenir à un aboutissement ...
L'image de la vierge Marie est apparue sur la tunique de Juan Diégo un indien aztèque le 12 Décembre 1531. le Vatican est sur le point de canoniser celui-ci dont la tunique opère des miracles depuis les quatre siècles. Mais le doute plane sur la véracité des faits aussi mystérieux. C'est alors que le Cardinal Damiano Fabiano engage Nathalie Krentz, ophtalmologue expertiser l'image de ladite tunique, plus précisément dans les yeux de la vierge où se distinguent des personnes présentes autour de Juan Diègo lors du miracle et d'élaborer un démenti sur le miracle.
La conduite de la surprise, le maintien de l'énigme et la profondeur plus qu'alléchante de la plus de l'auteur pousse à terminer le livre en une poignée d'heure ou de minute.
Puis le style que je peux aller intérieur/extérieur m'a beaucoup plus. L'intervention par moment de la voix de Juan Diègo m' a fait penser à Ma dernière nuit au XIX notamment à la communication entre Isabeau et Jean-Luc Talbot.
Mais la plus grande surprise quand le rideau du supens tombe à la fin de l'histoire, on découvre que ce n'est pas Juan Diègo qui portait la tunique miraculeuse plutôt son oncle Juan Bernardino que l'histoire a rejeté pour avoir souffert de la peste, même guérie par la vierge, au profit de son neveu plus crédible devant l'église. Ce que l'auteur emploie comme expression ''la Vierge avait commis une erreur de casting''.
Alors il faut dire, dans ce contexte, que l'église a berné le monde dans cette affaire!!! La maison des pauvres fermée aux pauvres!!! Où peut-on trouver la vérité???,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChaK_
  22 octobre 2018
Petit livre que j'ai eu gratuit au boulot, et pour clarifier la situation de suite je dirais heureusement.
Le pitch : Une athée pure et dure, ophtalmo, à la vie pourrie se fait mandater par le Vatican dans sa branche de "L'avocat du diable" (qui doit démystifier lors d'un processus de canonisation) au sujet du jeune Azteque auteur de miracle en 1531. L'objet du mystère : sa tunique sur laquelle est apparue une dessin de la vierge, avec au fond de ses yeux de 8mm une scène de l'époque. Bref, ça doit prouver que c'est du flan, en compagnie d'autre scientifique. Sachant que l'oeil à l'air de tout sauf d'un dessin et possède la profondeur (plane) et les caractéristique d'un vrai.
L'histoire est basée sur un fait réel, Juan diego ayant été canonisé par Jean Paul II. le livre dénote donc d'un minimum de recherche et j'ai trouvé le contexte sympatique.
Après le roman pêche clairement de lui même, notamment par son absence d'originalité voir d'ambition. On flotte dans des personnages brisés, vu et revu, avec leurs anciens amants regrettés, leur futur qu'ils ne veulent pas etc... enfin c'est plutôt plat, le personnage principale est peu attachant, et les secondaires vraiments secondaires. le bouquin nous emmène faire un tour a mexico de nos jours, et l'auteur nous peint une ville de façon tellement noire que je me suis demandé s'il avait eu des soucis personnellement, en y allant. Rapt, meurtres, misère, violence, corruption, délabrement, machisme à longueur de page. Je ne suis pas dupe quand à la nature de ce genre de ville, mais quand même j'ai trouvé ça assez forcé. Enfin je n'y suis jamais allé, mais c'est plutôt bien dépeint.
On navigue donc dans une histoire assez fade, avec des gens assez fade. Les chapitres sont entrecoupé de passage ou Juan diego (le futur canonisé donc) "parle" dans l'esprit de l'héroine et raconte sa version de l'histoire. J'ai pas trouvé ça terrible, mais bon, ça permet de donner un semblant de vie à cet esprit.
La fin arrive vite, sans grande surprise, sans twist ou rebondissement qui aurait redonné un peu de punch.
Dur de recommander le livre même si je n'ai pas passé un mauvais moment pour autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
doublekroche
  18 mai 2019
Les livres parlant de la foi sont périlleux : soit ils tombent dans un mysticisme béat nous poussant plus ou moins consciemment à nous convertir... soit ils sont écrits pour décrédibiliser toute personne souhaitant nourrir sa vie spirituelle... Rien de tout ça chez l'auteur qui nous emmène dans une histoire extraordinaire où la foi et la raison de chacun sont interpellées de façon vivifiante et originale!
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   27 novembre 2016
- Il y a donc une pensée créatrice à l'origine du monde. Qu'on l'appelle Esprit-Saint ou bactéries, ça ne me dérange pas.
- Moi non plus, sauf quand on en fait un principe moral, une source de conflits. Quel est l'intérêt des religions, au regard de l'évolution ? Fournir un code de conduite, des bases de réflexion, un message d'espoir et des conseils d'hygiène. Le reste, c'est de l'abus de pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          227
genougenou   12 août 2015
Le samedi 9 décembre (1531), je sors de chez moi à l'aube pour aller au catéchisme à Tlatilolco. J'arrive sur la colline de Tepeyac, et soudain j'entends des chants d'oiseaux, comme en plein été. Je m'arrête et les chants se taisent aussitôt. Alors résonne une voix très douce qui m'appelle par mon nom, du sommet de la colline. « Juantzin... Juan Diegotzin... ». Là même où jadis nous avions célébré notre fête de la dernière fois, je reconnais les inflexions, la façon de parler de Maria Lucia (sa femme qui est récemment décédée). Fou de bonheur, je grimpe notre colline à la recherche du fantôme de ma femme, et voilà que je tombe nez à nez avec une inconnue qui brille comme si le soleil se levait derrière elle, mais sans qu'elle soit pour autant à contre-jour. C'est une toute jeune fille, elle est très belle, mais d'une beauté sûre d'elle empreinte de sérénité et d'expérience ; une beauté qui n'est pas de son âge. Et elle s'adresse à moi en nahautl, ma langue natale, avec un accent en tous point semblable à celui de ma défunte épouse. »
« Elle me déclare : « Je suis la toujours vierge Sainte Marie, mère du vrai Dieu pour qui nous existons tous. »
« Je lui dis bonjour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiertyMPiertyM   23 septembre 2013
- Vous avez mis sur écoute ma ligne privée
-N'abusons pas du sens des mots, Imminence. Pour être privée, votre ligne n'en est pas moins reliée au standard de Vatican,et donc protégée en tant que telle par les services compétents, qui ont l'obligation de référer à la voie hiérarchique.
- Hiérarchique? D'aucune manière je ne saurais être votre subordonné, Solendate!
- En tant que Promoteur de la foi dans le procès que j'instruis , si: vous l'êtes.
- Vous ne m'avez fait nommer avocat du diable que pour vous brancher sur ma ligne!
- Ne me sous-estimer pas, monseigneur: j'y ai d'autres avantages. Quand vous avez mis sous contrôle mes comptes à la banque Ambrosiano, en 78, je n'ai pas parlé d'abus de pouvoir, ni dévalué, vos ambitions à mon encontre.
- J'ai accompli mon devoir dans le seul intérêt de l'Eglise, même si malheureusement, l'examen de vos comptes ne m'a pas fourni de preuves suffisantes pour vous déclarer complice de Marcinkus!
- Et vous croyez que vos ternes conversations téléphoniques m'ont davantage éclairé?
Ils se taisent un instant, se mesurent du regard, finissent par se sourire. Pauvre église aux mains de ces vieillards susceptibles qui ne défendent que leurs prérogatives et se tendent des petits pièges en vase clos. Abaisser l'âge de leur retraite ne changera que les têtes, pas les mentalités. Les grands prêtes aztèques de ma jeunesse n'étaient peut-être pas des enfants de chœur, mais au moins ils tuaient pour nourrir le soleil, sur ordre de leurs dieux, avec abnégations et sans arrière-pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rabannerabanne   23 novembre 2016
Je rebrousse sa phrase dans ma tête pour essayer de comprendre où il veut en venir, de méandres en circonvolutions, de flagorneries en remontrances.
Commenter  J’apprécie          270
PiertyMPiertyM   23 septembre 2013
- Vous avez mis sur écoute ma ligne privée
-N'abusons pas du sens des mots, Imminence. Pour être privée, votre ligne n'en est pas moins reliée au standard de Vatican,et donc protégée en tant que telle par les services compétents, qui ont l'obligation de référer à la voie hiérarchique.
- Hiérarchique? D'aucune manière je ne saurais être votre subordonné, Solendate!
- En tant que Promoteur de la foi dans le procès que j'instruis , si: vous l'êtes.
- Vous ne m'avez fait nommer avocat du diable que pour vous brancher sur ma ligne!
- Ne me sous-estimer pas, monseigneur: j'y ai d'autres avantages. Quand vous avez mis sous contrôle mes comptes à la banque Ambrosiano, en 78, je n'ai pas parlé d'abus de pouvoir, ni dévalué, vos ambitions à mon encontre.
- J'ai accompli mon devoir dans le seul intérêt de l'Eglise, même si malheureusement, l'examen de vos comptes ne m'a pas fourni de preuves suffisantes pour vous déclarer complice de Marcinkus!
- Et vous croyez que vos ternes conversations téléphoniques m'ont davantage éclairé?
Ils se taisent un instant, se mesurent du regard, finissent par se sourire. Pauvre église aux mains de ces vieillards susceptibles qui ne défendent que leurs prérogatives et se tendent des petits pièges en vase clos. Abaisser l'âge de leur retraite ne changera que les têtes, pas les mentalités. Les grands prêtes aztèques de ma jeunesse n'étaient peut-être pas des enfants de chœur, mais au moins ils tuaient pour nourrir le soleil, sur ordre de leurs dieux, avec abnégations et sans arrière-pensées.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Didier Van Cauwelaert (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Van Cauwelaert
Didier van Cauwelaert vous présente son ouvrage "La personne de confiance" aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2308368/didier-van-cauwelaert-la-personne-de-confiance
Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : MiraclesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox