AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253127663
Éditeur : Le Livre de Poche (25/03/2009)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Quels drames et quels enjeux faut-il pour qu'un enfant décide de gagner sa vie comme écrivain, à l'âge où l'on perd ses dents de lait ? En révélant ses rapports avec son père, Didier van Cauwelaert nous donne les clés de son œuvre et nous offre son plus beau personnage de roman. Un père à l'énergie démesurée, à l'humour sans bornes et aux détresses insondables, qui a passé sa vie à mourir et renaître sans cesse. Un père redresseur de torts et fauteur de troubles, qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
carre
  17 juin 2013
En choisissant de rendre un hommage ému à son père, Didier van Cauwelaert sort de ces thèmes de prédilection, mais ouvre en même temps les voies qui l'on conduit à devenir écrivain. Un père omniprésent, fantasque et mélancolique. Cet avocat était un homme aimant, à l'humour ravageur, aux décisions aussi imprévisibles qu'extravagantes. DVC à travers de nombreuses anecdotes touchantes, drôles, surréalistes lui redonnent vie avec tout l'amour et le respect d'un fils reconnaissant de cette enfance hors norme. Alors bien sur, le récit pâtît par moment par ce trop plein de bons sentiments, mais l'émotion pointe avec suffisamment de retenue pour être en empathie avec ce truculent personnage. Si l'autobiographie n'est pas toujours passionnante, on ne pourra pas lui reprocher une grande qualité : sa sincérité. Van Cauwelaert signe un roman inégal mais pas inintéressant. Avec un peu de retard un joli « Bonne fête Papa ».
Commenter  J’apprécie          480
zabeth55
  27 octobre 2014
Admiration, tendresse, complicité.
Trois mots qui illustrent ce livre et représentent les sentiments que Didier van Cauwelaert porte à son père.
C'est un superbe hommage, une belle déclaration d'amour pour ce père à si forte personnalité. Un père qui dès son plus jeune âge entretient l'imaginationde son fils, le mènant parfois à la mythomanie, et a permis de faire éclore cet écrivain que nous connaissons.
Quelle chance d'avoir un père pareil ! Si fort malgré ses faiblesses, si fantasque, si imaginatif, si engagé dans son métier d'avocat, si tolérant, si complice.
Comment ne pas s'épanouir au mieux dans ces conditions, et comment ne pas avoir envie et besoin d'écrire un livre rien que pour lui, en s'adressant directement à lui.
Certes, le lecteur pourra y trouver quelques longueurs et quelques redites, des souvenirs un peu brouillons dans le temps, mais quelle importance ?
L'intention et le message sont tellement beaux qu'on peut tout excuser.
Une enfance si belle et si heureuse grâce à son père, tout le monde n'a pas cette chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
araucaria
  21 juin 2012
Dans ce livre Didier van Cauwelaert rend un magnifique hommage à son père. Un texte très émouvant. Un beau récit.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          200
RatonLaveur
  23 novembre 2008
Certaines familles écrivent l'Histoire.
Il y a des personnes à qui il arrive toutes sortes d'histoires;
Certains enfants ne vivent pas dans des familles sans histoire;
Il y a des gens qui sont nés pour raconter des histoires;
Des sentiments, de la tendresse, de l'amour, une écriture sensible, une relation père-fils extraordinaire, ça fait une maudite bonne histoire
Et des personnes qui se délectent de ces histoires.
Et qui se laissent toucher par cette histoire.
Voilà tous les ingrédients d'un roman ou d'une auto-biographie qui nous tient par l'affectif, tout le long de notre lecture.
C'est un roman ??? Une auto-biographie ??? On s'en fout. C'est tellement beau, bon pour le coeur, chaud pour l'âme. On rit (souvent et beaucoup), on pleure, on est ému et tout à coup, c'est fini. La dernière page est arrivée et on cherche, on en veut encore. Nous ne sommes pas sevrés.
Quel bonheur de lecture !!!
Personnages attachants, humains, vrais; vrais comme dans la vraie vie. Mais en même temps, ils ont un degré de folie assez élevé pour leur donner le statut de personnages de romans, d'inventions du romancier. Alors, assis sur la clôture, entre la réalité et l'inventé, on se laisse porter par la joie du voyeur à qui on montre une belle histoire de famille.
À lire, donc; parce que ce « roman » même avec beaucoup d'émotions tristes, ce roman rend heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mamaillou
  20 septembre 2017
Deuxième livre de cet auteur pour cette année. Celui là, c'est un hymne à son père, il vient de mourir et il lui rend hommage. Un très beau hommage, plein de vie (pour un mort !), d'amour. Une très belle relation père-fils. Un papa immense, avocat, conteur, humoriste, passionné. Ce fils qui est devenu écrivain à 7 ans pour que ce père vive son rêve, mais sans rancoeur ni pour l'un ni pour l'autre semble-t-il.
Une partie sur les croyances de l'auteur en l'au-delà (c'est assez jolie et pourquoi pas) et sur la maladie (le cancer en l'occurrence) et les traitements alternatifs, le mental peut faire régresser voire éradiquer le cancer (selon l'auteur, les malades mentaux sont moins touchés par cette maladie, instinct de survie et âme d'enfant), partie plus bof bof.
Il est au côté de son père lorsqu'il meurt et il ressent une spirale d'énergie, s'engouffrer dans sa poitrine (comme avec ma grand mère, cette impression qu'elle est entrée en moi et en Clara, j'étais enceinte). Recueillir le dernier souffle.
On t'enterra la veille de tes 91 ans – comme tu l'aurais fait remarquer, tu es mort avec un an de moins.
Le fantôme de Georges Brassens
Romain Gary / Emile Ajar
Poli, malin, confiant. (odieux, naïf, désespéré)
Jean-Louis Bory : ils ne courront jamais aussi vite qu'on les emmerde.
Tu ne me manques presque jamais, papa. Je te parle plus que je ne t'entends, mais depuis ta mort j'ai l'impression de vivre double.
Geneviève Dormann
Carl Simonton, guérir envers et contre tout.
Tu ne voulais pas qu'on te pleure : j'accomplis ta volonté et je te ris.
Quant à moi... "votre père était si fier de vous ", disent les gens. Ce n'est pas si simple, et c'est bien pire. Tu as fait de moi, dés l'enfance, un être totalement libre – mais libre de réaliser tes rêves en ayant l'impression d'inventer sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   21 juin 2012
Depuis des mois, je retarde le moment de fixer par écrit notre dernière nuit. De retourner dans la réalité physique de ce moment de grâce - je pèse mes mots - dont je ne conserve que l'élan, la densité, le mystère.
Commenter  J’apprécie          250
FransoazFransoaz   11 juillet 2008
" Alors à quand remonte votre première collaboration artistique?
On s'est regardés, on a souri, j'ai ouvert la bouche et tu as répondu pour moi:
- Il avait , je ne sais pas , deux ou trois mois.
Et tu as développé. Vu que j'étais allergique au lait maternel et que les douleurs d'arthrose t'empêchaient de dormir, c'est toi qui me nourissais, à cinq heures du matin. C'est en m'enfournant biberons et cuillères de Phosphatine que tu avais commencé à me raconter des histoires qui allaient susciter ma vocation d 'écrivain. Non seulement j'écoutais , disais-tu, mais je comprenais tout et je riais où il fallait."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gegetroisgegetrois   01 septembre 2013
Je t'embrassais sur le front, tu me regardais à peine, rivé sur ton écran où mon image ondulait
parmi les parasites et les zébrures.
Maman s'impatientait :
- Ton fils de dis bonjour.
- Attends, je finis de le repiquer.
J'aimais bien cette expression, qui évoquait moins pour moi le montage vidéo que l'horticulture.
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   21 juin 2012
Un an après ta mort, sur la table de salle à manger que tu aimais tant squatter avec tes dossiers, je viens d'écrire ces lignes. J'en emporte l'écho dans la mer, mais pas à Villefranche, cette fois. A Nice, dans ce lieu porte-conseil que j'appelle "la Baie des Cendres". Là où toujours la vie me ramène en cas de tempête.
Commenter  J’apprécie          10
tesdichititesdichiti   21 décembre 2017
p7. le sacrifice égoïste. Tant qu'à faire, j'aurais préféré pousser un fauteuil roulant plutôt que marcher derrière un cercueil.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Didier Van Cauwelaert (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Van Cauwelaert
Didier van Cauwelaert vous présente son ouvrage "La personne de confiance" aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2308368/didier-van-cauwelaert-la-personne-de-confiance
Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..