AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226400482
176 pages
Éditeur : Albin Michel (16/09/2020)
3.35/5   128 notes
Résumé :
« Je suis désolée de ce que je vous inflige, en ce moment. Mais il fallait que la planète ferme pour que les cœurs s’ouvrent. »

Le 17 mars 2020, par la grâce d’un virus, un sans-abri se retrouve confiné avec une créature de rêve. Est-ce la femme qui jadis enflamma son adolescence, une mythomane, une perverse manipulatrice, ou une ultime chance de survie ? Et si le sort du genre humain dépendait de la relation qui va se nouer, dans une maison à l’aban... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 128 notes
5
6 avis
4
13 avis
3
14 avis
2
5 avis
1
0 avis

madameduberry
  10 janvier 2021
Se changer les idées en lisant une fiction sur la Covid-19, il fallait que ce soit Didier van Cauwelaert qui me le propose pour que j'accepte. J'aime bien cet auteur. La lecture de ses ouvrages n'est jamais ennuyeuse ni aride, car elle est à la fois fluide, et haletante. de ce 17 mars 2020, date pour nous tous du grand renfermement, Didier van Cauwelaert fait donc le début d' une histoire qui de la réalité la plus dramatique nous tire peu à peu vers l'improbable, puis vers le supra naturel. Une romanesque histoire d'amour interrompue se métamorphose peu à peu, comme une suite de fondus-enchaînés, en fable fantastico-philosophique sur la place réelle de l'espèce humaine.Un seul bémol : le discours militant, et un regrettable inflêchissement complotiste qui gâche le poétique personnage de l'inconnue. Pour le récit lui-même, la virtuosité demeure jusqu'à la dernière page, et la fin elliptique du roman. Une belle surprise de rentrée, reçue en cadeau de Noël, et lue en une journée, avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
fabienne1809
  23 octobre 2020
Didier van Cauwelaert est un auteur dont j'aime beaucoup certains romans.
Celui-ci a de grandes qualités. Sur le sujet brûlant du Coronavirus, l'auteur nous livre une réflexion philosophique qui m'a conquise. Et pourtant, si je n'avais pas reçu ce livre en cadeau, je n'aurais jamais acheté ce livre tant j'ai envie de me déconnecter de ce contexte anxiogène. Bref, une belle réussite sur ce thème !
Pour le surplus, l'histoire ne m'a pas vraiment convaincue. Quand le roman verse finalement dans le fantastique, ça n'arrange rien à mon attrait pour l'histoire.
Je ne regrette cependant pas cette lecture. Il suffit de voir le nombre de citations que j'ai retenues !
https://www.facebook.com/Des-livres-dans-mon-coeur-104773758017976
Commenter  J’apprécie          203
prune42
  30 août 2021
Le 17 mars 2020, la France est placée en confinement pour éviter que le virus du coronavirus ne se répande trop vite. Ce jour-là, Lucas Norden, 38 ans, SDF depuis quelque temps, se fait renverser par une voiture. Quand il se réveille, il est dans un véhicule avec Audrey, son premier amour, qui en fait est décédée depuis des années. Elle l'emmène dans le château où il a passé son enfance avant qu'un terrible drame ne l'en chasse. Elle lui dit qu'elle est revenue de l'au-delà parce qu'il doit sauver l'humanité et retrouver la recette inventée par son parrain pour éradiquer les maladies et donc éliminer le Covid. Lucas est très perturbé par cette révélation, se demandant s'il n'est pas victime d'une supercherie. Parallèlement, Audrey s'efface peu à peu et Lucas se retrouve seul. Il se réveille à l'hôpital...
J'étais curieuse de découvrir ce court roman de Didier van Cauwelaert dont j'ai lu plusieurs livres. Celui-ci m'a d'autant plus interpelée qu'il a pour thème l'actualité et plus spécialement le Covid et je trouvais cela intéressant de voir la façon dont un auteur célèbre l'abordait.
Si le début du roman m'a plu par son côté réaliste, dès que je suis rentrée dans le vif du sujet avec les révélations de la jeune femme, j'ai été déçue car pour moi c'est trop invraisemblable et surréaliste. D'ailleurs, je n'ai pas tellement compris comment fonctionnait cette machine miraculeuse et tout ce qui se passe ensuite m'a peu touchée. Je m'attendais à autre chose aussi, je pense.
L'histoire d'amour revécue entre Lucas et Audrey a été aussi moins palpitante que ce que j'en imaginais.
La fin du roman ne m'a pas plus convaincue, je l'ai trouvée comme les trois quarts du livre, sans grand intérêt.
Je suis donc déçue par ce roman que j'imaginais bien différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Hippocampelephantocamelos
  11 octobre 2020
Le 17 mars 2020. Je pense que ni vous ni moi n'oublierons cette date de sitôt… Ce fameux mardi matin marquait ces derniers instants de préparation au confinement – jusque là vaste concept encore non expérimenté. Une nouvelle organisation dans l'appartement pour que chacun puisse télétravailler à son poste sans gêner l'autre. Une propulsion vers l'inconnu: finalement, nous n'avons jamais le temps de prendre le temps d'être à la maison… Ce roman est un écho au confinement et son histoire relate ces derniers évènements que nous avons tous connus. J'avais hâte de lire ce livre, si proche de nous par cette situation…
Lucas était prof, avait une femme. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui il est SDF et apprend comme tous les français qu'à partir du 17 mars, il sera confiné. Un paradoxe alors qu'il vit dehors toute l'année. Mais un accident va bouleverser cette nouvelle période. Il se fait renverser par une voiture, et se retrouve avec son amour de jeunesse dans sa maison d'enfance… Comment est-ce possible ? Quelle tournure va prendre le confinement ?
Un roman qui vous replonge à la fois dans cette période de confinement, et qui vous permet de prendre le recul nécessaire sur son origine. Entre réalité et science-fiction, l'auteur nous engage à repenser notre façon de vivre et de consommer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PatriceG
  17 novembre 2020
C'est tout bête l'intérêt des fois qu'on porte à un écrivain ou à un livre. Je lis parfois des avis de lecteurs qui demandent conseil pour tel livre, qui ne savent pas trop quelle sera leur prochaine lecture...
De Didier van Cauwelaert, j'ai lu quoi Les Abeilles parce que j'aime les abeilles et j'avais trouvé génial qu'un écrivain adulé des beaux esprits -c'est l'idée que je m'en faisais- en pince pour les abeilles. Et puis, c'en est resté là. Probablement que la Belgique ne me revenait pas trop, je bloquais sur la Belgique, et puis la Belgique est devenue, la Flandre plus exactement est devenue un de mes meilleurs itinéraires touristiques (*). J'en rêve la nuit.
Et puis ce matin, j'ai flippé pour lui chez Praud, où il se trouve être à la tête d'une croisade en faveur des libraires qui ne peuvent que crever selon ce gouv d'irresponsables.
Didier van Cauwelaert m'a fait forte impression, il "mouille sa chemise" comme lui a fait remarquer le pétillant animateur, au milieu d'une ambiance surfaite d'artistes qui ne bougent même pas leur cul, plus prêt à bondir dans le passé pour des causes humanitaristes.
J'ai trouvé l'écrivain courageux et porteur d'un discours sensé, charpenté, et pugnace, chose qui manquait bien dans ce marigot à sec depuis de nombreuses années pour ce qui est de la défense du petit commerce et des indépendants.
Oui j'ai trouvé qu'il s'exprimait très bien, que je retrouve une partie de mes convictions dans l'engagement de cet artiste improvisé un jour et plus qu'un jour noble défenseur d'une cause qui en vaut la peine, et bien sûr de mes goûts littéraires, et je vais donc le lire.
(*) Façon de parler, car je préfère sans les touristes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
fabienne1809fabienne1809   22 octobre 2020
Elle a sa nouvelle cible : la 5G qu’on est en train de déployer en France.
(...)
Elle dit que les rapports scientifiques de l’armée sont unanimes : c’est le pire danger planétaire qui soit, pour les humains comme pour les animaux et les plantes. La fréquence sur laquelle émettent désormais les opérateurs, 3,5 gigahertz, entre en résonance avec l’eau de notre corps : dommages génétiques, cellulaires, cardiaques, neuropsychiatriques...
Page 146
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fabienne1809fabienne1809   18 octobre 2020
Si vous vous contentez, une fois déconfinés, de réparer vos dommages de guerre contre un virus - comme se préparent déjà à le faire, sans remédier aux causes du conflit, vos marionnettes gouvernementales et leurs tireurs de ficelles brandissant la promesse du vaccin miracle -, ce sera la fin du guignol. Et l’aventure de la Terre continuera sans vous.
Commenter  J’apprécie          100
galyalaingalyalain   11 novembre 2020
La plus belle aventure de ma vie a commencé mardi 17 mars 2020, une demi-heure avant que le confinement de la France entre en vigueur. J’attendais sur ma grille d’aération, au coin de l’Ecole militaire, que les rues se vident et qu’on vienne me chercher. Confiner un sans-abri, ça m’intriguait de savoir comment ils allaient s’y prendre.
Commenter  J’apprécie          50
ChimereChimere   28 janvier 2021
p. 81: Elle pose la dernière bûche de peuplier au sommet de la pyramide dressée dans sa brouette.
- Je te résume. J'ai fait apparaître votre "nouveau virus" en 2019 dans la ville de Wuhan, comme l'avait écrit dix ans plus tôt le romancier Dean Koontz. Dans The Eyes of Darkness, il en faisait une arme biologique hautement contagieuse, fabriquée par un laboratoire de style P4 -semblable à celui que votre Institut National de la santé et de la recherche médicale a inauguré en 2017 à Wuhan... Eh oui, question cruciale que j'ai remise à l'ordre du jour: l'imaginaire perçoit-il la réalité future, ou bien la crée-t-il? Les premières contaminations sont apparues sur le marché d'animaux sauvages, de sorte qu'on a pu accuser la chauve-souris et le pangolin d'en être les agents transmetteurs. Mais Wuhan, c'est aussi, comme par hasard, la ville désignée par le gouvernement chinois en 2019 comme zone de démonstration officielle de la 5G. La plus toxique des couvertures électromagnétiques que vous avez inventée, elle-même "couverte", peut-être par le déploiement du coronavirus destiné à en masquer les effets secondaires -alors que, dans le même temps, elle amplifie la charge virale. Sans parler des deux krachs boursiers de 2019, dont le confinement planétaire aura permis de dissimuler l'impact et de multiplier discrètement la fortune des responsables. Tu me suis?
- Attends, c'est du complotisme!
- Aussi, oui, je t'ai prévenu. C'est très commode, le complotisme. C'est une vaste décharge à ciel ouvert, où il est difficile de pratiquer le tri sélectif. L'hystérie des extrémistes et les élucubrations paranos y neutralisent par contagion les alertes dérangeantes, les vérités illicites, les arguments trop convaincants pour être réfutés autrement que par l'opprobre et l'amalgame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChimereChimere   01 février 2021
p. 83
- Ca, je n'y suis pour rien. C'est l'immense majorité de vos gouvernants qui a choisi cette option moyenâgeuse -tellement séduisante, j'en conviens. La tentation de la dictature sanitaire, dans l'intérêt des citoyens, c'est le fantasme de tout homme de pouvoir. Plus de manifs, plus d'opposition, d'assemblée démocratique... Le rêve. Moi, j'espérais une autre forme d'union sacrée. Le dépistage généralisé, les traitements immédiats pour tous -ils existent, mais ils ne coûtent rien, alors les fabricants du vaccin futur, qui tiennent vos dirigeants par les bourses au double sens du terme, se sont arrangés pour les retirer du marché, avant que les malades ne se ruent sur eux. Exemple: la chloroquine, chère à ta belle-mère, qui soigne des milliards de personnes depuis soixante ans et que vos "autorités de santé" ont décidé de classer dans les substances vénéneuses, dès le début de la pandémie...
- on n'est jamais trop prudents.
- C'est en train de changer, non? D'après ce que j'ai entendu au village...
- J'espère pour vous. Mais je n'ai pas la science infuse, tu sais, ni la connaissance de l'avenir. C'est vous seuls qui déciderez de votre sort, à partir d'une expérience planétaire totalement inédite. Vous avez connu les déportations massives et les afflux de migrants, jamais encore la séquestration universelle à domicile. La privation de tout ce qui donnait du lien, du plaisir et du sens à la vie. On verra ce que ça changera dans vos comportements. C'est votre ultime chance, non pas de gagner la guerre contre un virus, pauvres cloches, mais de faire la paix avec la Terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Didier Van Cauwelaert (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Van Cauwelaert
LA VEILLÉE, DES HISTOIRES EXTRAORDINAIREMENT VRAIES avec BERNARD WERBER, ADELINE DIEUDONNÉ, E. PIGNON-ERNEST, DIDIER VAN CAUWELAERT, LAURE NOUALHAT
autres livres classés : confinementVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






.. ..