AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Lysette


Lysette
  20 janvier 2018
Une fin de saga sombre, très sombre...

Il m'a fallu de longs mois avant d'entamer la lecture de Shame. J'appréhendais de me confronter au personnage de Lisa. Je ne regrette pas ce temps écoulé qui m'a permis d'arriver à maturation, d'être plus réceptive pour ce tome.

La couverture de Shame est l'égale de celles des autres tomes. La plume n'a pas changé, et tout comme dans le second tome, si elle reste fluide, elle souffre également de quelques longueurs.

Quant à l'histoire... Quelle histoire... Lisa est brisée, détruite bien plus que ne le laissait présager les deux premiers tomes ! Quant à Tristan, s'il est loin d'être mystérieux, il est en revanche profond, et capable d'évolution tout au long du récit.

Retrouver Wes et Gabe a été un plaisirs, j'adore ces deux personnages, même si... et bien je le confesse... Tristan a obtenue mes faveurs au final !

L'intrigue est forte, violente et destructrice. Bien souvent au cours de ma lecture, le spectre omniscient de Taylor m'a mise mal à l'aise. La lecture de son journal est écoeurante, mais nécessaire pour planter le décors. L'intrigue est profonde et mener avec brio. La fin quelque peu spectaculaire, offre au lecteur une conclusion magistrale.

L'épilogue donne la parole à l'un des protagonistes des tomes passés, et ce sage nous offre une conclusion à son image !

Je dois cependant noter deux bémols, le premier résidant dans le prologue, qui utilise une ficelle déjà utilisée dans le tome 2. Il est certains que ce prologue tente de donner du suspens au récit, mais il n'en est rien.

Deuxième bémol : faut-il que tous les hommes de cette saga soit riche à en crever !

En bref, une lecture épatante, une fin de saga déchirante, des personnages marquants.

Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus