AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Juge Ti - Romans et Nouvelles... tome 2 sur 17

Roger Guerbet (Autre)
EAN : 9782264005984
322 pages
10-18 (08/01/1993)
4/5   117 notes
Résumé :
"Une intrigue impeccablement ficelée, assaisonnée de tous les condiments que requiert le genre - sang, sexe et mystère ; mais la scène est située dans la Chine des Tang, et les historiens les plus exigeants n'ont pas fini de s'extasier devant la vérité des décors, des situations et des personnages."

Simon Leys
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 117 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

ibon
  09 juin 2013
Des enquêtes policières au Moyen Âge chinois.
Dans la Chine ancienne - ici, sous la dynastie T'ang au VII ème siècle - le rôle du détective est tenu par le magistrat du district dans lequel le crime a été commis. Ce magistrat doit tout contrôler ( naissances, mariages, décès, impôts, l'ordre et la justice) sur un territoire comprenant une ville et ses remparts plus 80 km de campagne environnante et faire de fréquents rapports qui peuvent remonter , selon l'importance, jusqu'à l'Empereur. Toute sentence de mort doit d'ailleurs lui être rapportée et il, l'Empereur, donne son verdict quelques semaines plus tard.
Cet homme perpétuellement surmené est le juge Ti (personnage ayant réellement existé et connu pour avoir démêlé de nombreuses affaires).
Aidés de ses fidèles lieutenants, Hong, Ma Jong, Tsiao Tai et Tao Gan, et de nombreux sbires de moindre confiance, il doit résoudre, avec les dossiers courants, trois affaires importantes: un viol suivi de meurtre, les moeurs étranges d'un temple bouddhiste dévoyé et enfin une rivalité entre des familles commerçantes qui tourne mal.
Le juge sait user de déductions, de diplomatie et de ruse, surtout quand il s'attaque à plus puissant que lui, ce qui nous vaut quelques subtils échanges polis mais tendus avec les suspects. Ce sont ,à mon avis, les meilleures pages de ce roman policier.
Dans la série "grands détectives 10/18", les enquêtes du juge Ti, de van Gulik, écrites dans les années 60, permettent d'apprendre beaucoup sur l'Empire du Milieu tout en conservant les ingrédients classiques du polar: sang, sexe et mystère. Un régal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Fuyating
  04 juillet 2021
Dans cette nouvelle enquête, le juge Ti prend ses fonctions dans la ville de Pou-yang, et les voleurs, meurtriers et compagnie n'ont qu'à bien se tenir !
Ce roman est très dense avec diverses enquêtes, toutes menées avec brio par notre juge favori, comme d'habitude.
Ce roman-ci ne fait pas exception, nous continuons à en apprendre plus sur les coutumes de l'époque, sur les religions ainsi que sur le système judiciaire.
Van Gulik fait par exemple référence au mariage posthume, à la montée du bouddhisme notamment dans les plus hautes sphères de l'Etat, à la corruption déjà présente, mais aussi aux châtiments.
Petite différence, dans ce roman nous assistons de A à Z aux enquêtes : de la collecte d'indices juqqu'au dénouement, c'est à dire la mise à mort, et pas simplement le procès.
Dans les autres romans de van Gulik, le juge Ti mène également plusieurs enquêtes de front, mais j'ai trouvé ici qu'elles étaient particulièrement denses et touchaient à divers domaines.
Il n'y a aucun temps mort dans la narration et les péripéties s'enchainent avec efficacité. Quel plaisir !
Autre point intéressant, c'est pour le moment la première fois où nous voyons le juge Ti douter de ce qu'il représente , même si le laps de temps a été très court.
J'ai également beaucoup aimé la façon dont Van Gulik nous a amené cette histoire, le prologue était intriguant et nous apporte un petit côté fantadtique.
Une fois encore, je tiens à souligner la grande érudition de l'auteur, qui insère parfaitement des caractéristiques chinoises dans ses romans. Ce Monsieur était une source inépuisable de connaissances ! Sa postface est d'autant plus précieuse. Il nous y indique toutes ses sources d'inspiration, ce qui nous donne envie d'aller les lire égalemenr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Woland
  28 février 2008
The Chinese Bell Murder
Traduction : Roger Guerbet
Fidèle à sa technique habituelle, Van Gulik entremêle ici trois affaires :
1) l'affaire du viol suivi de l'assassinat dans la rue de la Demi-Lune ;
2) l'affaire du temple bouddhiste
3) et celle qui donne son titre au roman : le squelette sous la cloche.
Après un prologue un peu fantastique à la manière chinoise, le romancier nous fait retrouver le juge Ti, lequel vient d'arriver à Pou-yang. La première affaire qu'il doit juger semble avoir déjà été résolue par son prédécesseur : Pureté-de-Jade, fille du boucher Siao, recevait la nuit dans sa chambre le candidat aux examens littéraires et futur fonctionnaire Wang Sien-tchoung. Mais un matin, on a découvert la jeune fille, violée et étranglée sur son lit. Deux épingles à cheveux en or, ornées d'une hirondelle, ont disparu mais il est clair que ce n'est là que manoeuvre diversives : le coupable, qui s'entête pourtant à nier, ne peut être que ce suborneur indigne de Wang.
Alors que le juge Ti tente d'affiner les conclusions de son prédécesseur car, pour sa part, il n'est pas du tout convaincu de la culpabilité du jeune homme, Tao-gan est expédié au monastère bouddhiste de l'Infinie Miséricorde afin de se faire une idée sur l'honnêteté des pratiques qui y ont cours. Ce temple est en effet devenu extrêmement célèbre en raison d'apparitions de la déesse Kouan-yin que de riches femmes stériles viennent régulièrement prier afin d'obtenir un héritier. Pour ce faire, elles passent une nuit au temple, en prières dans des appartements privés que Tao-gan, se faisant passer pour un menuisier, visite sans pouvoir y déceler trace d'éventuels passages secrets prouvant que les apparitions de Kouan-yin ne sont peut-être pas si féminines et si vertueuses que cela ...
La suspicion du juge envers le monastère et son supérieur, Complète-Compréhension, se voit considérablement renforcée lorsque celui-ci lui expédie trois lingots d'or et trois autres d'argent, en guise de cadeau de bienvenue.
Enfin, pratiquement dès la première séance du tribunal, le juge Ti est appelé à se pencher sur la plainte déposée par Mme Liang, veuve d'un riche marchand cantonnais, contre le non moins riche Lin Fan, que la vieille dame accuse d'avoir fait assassiner pratiquement tous les membres de la famille Liang.
La complexité de ces intrigues permet une nouvelle fois à van Gulik d'amener son lecteur à prendre conscience du rôle crucial qui était celui du magistrat de district dans l'ancienne Chine. A la fois policier et juge, il était aussi le "père" des populations qui étaient confiées à son contrôle ainsi que le représentant de l'Empereur. Il participait ainsi à l'équilibre de l'ancien système de caste chinois et, s'il se laissait corrompre, les répercussions pouvaient en être très graves.
Rouage parmi les rouages, le magistrat de district avait à charge de rendre la justice mais de se montrer également très efficace. le fait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur ne concernait pas seulement ses administrés : lui-même faisait parfois mieux de laisser la justice immanente suivre son cours plutôt que de se fier à celle, toujours corruptible, de la Cour métropolitaine - ce que nous prouve amplement l'affaire du temple bouddhiste.
Enfin, le juge devait, dans certaines affaires atypiques, telle celle du squelette sous la cloche, allier sens de la justice et humanisme.
Non, ce n'était pas simple - et ça ne l'est toujours pas - d'être juge. Robert van Gulik nous en fait ici, avec son brio coutumier, une impeccable démonstration. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chat-Pitre
  18 décembre 2015
Ah! que je viens de passer d'agréables soirées avec le Juge Ti! Je l'avais un peu oublié mais avais noté avec plaisir la reprise de l'édition des romans de Robert van Gulik par 10-18. le squelette sous cloche m'a replongé avec délice dans la Chine du VIIe siècle, avec un juge Ti, personnage historique, revu et visité avec brio par l'auteur, à l'intelligence remarquable et à la malice toute asiatique. Cet opus traite en fait trois affaires qui s'imbriquent bien entre elles, parfaitement crédibles dans le quotidien d'un magistrat. Les intrigues suivent leur petit bonhomme de chemin, avec la lenteur qu'on attribue aux Chinois, mais l'auteur réussit à créer le suspens en ne nous dévoilant pas ce que le Juge Ti prépare, ni sur laquelle des trois affaires il travaille réellement (et cela est fort plaisant d'être surpris). L'auteur m'a tellement bien accroché qu'au final, je n'ai lâché le livre que la dernière page tournée, le sourire aux lèvres de ces intrigues et rebondissements bien menés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
edwige31
  06 août 2013
Van Gulik entremêle cette fois ci 3 enquètes : un viol suivi de l'assassinat dans la rue de la Demi-Lune, une affaire dans un temple bouddhiste et une plainte pour assassinat de Mme Liang, veuve d'un riche marchand cantonnais, contre le non moins riche Lin Fan, que la vieille dame accuse d'avoir fait assassiner pratiquement tous les membres de la famille Liang.
Le juge Ti vient d'arriver à Pou-yang et doit juger une affaire résolue par son prédécesseur : Pureté-de-Jade, fille du boucher Siao, recevait la nuit dans sa chambre son amoureux, candidat aux examens littéraires et futur fonctionnaire. Mais un matin, la jeune fille est decouverte violée et étranglée sur son lit et deux épingles à cheveux en or ont disparu. le juge Ti n'est pas persuadé de la culpabilité du jeune homme et recherchera le vrai coupable. En parrallele, il enquete avec son subordonné Tao-gan au monastère bouddhiste de l'Infinie Miséricorde, desormais trés riche, afin de verifier l'honnêteté de certaines pratiques : grâce à des apparitions de la déesse Kouan-yin, de riches femmes stériles peuvent y obtenir un héritier.
Van Gulik décrit avec précision le rôle du magistrat de district dans l'ancienne Chine. Policier et juge, il est aussi un membre réferent pour la population, où la corruption est fréquente. C'est trés agréable à lire et le personnage du Juge ti posséde une personnalité complexe et multiple. Son efficacité et sa perspicacité, digne d'un Sherlock Homes mandarin, fait de ce roman encore une fois un agréable temps de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AunryzAunryz   24 novembre 2020
EN QUITTANT le cabinet du juge, Ma Jong se rendit tout droit dans sa chambre et modifia son apparence au moyen de quelques changements vestimentaires.
D’abord, il retira son bonnet, secoua la tête pour déranger l’ordonnance de sa chevelure et s’entoura le crâne d’un chiffon crasseux. Il enfila ensuite un pantalon trop large qu’il serra autour de ses chevilles avec un lien de paille tressée, jeta une courte veste rapiécée sur ses épaules, puis mit des sandales en paille à la place de ses chaussons de feutre.
Ainsi accoutré, il se glissa hors du Yamen par une porte de derrière et se mêla aux passants. À sa vue, les gens s’écartaient vite pour le laisser passer, tandis que les vendeurs ambulants serraient contre eux leur pacotille. Satisfait du résultat obtenu, Ma Jong roula des yeux féroces en s’amusant de tout son cœur.
Bientôt, cependant, il découvrit que sa nouvelle tâche ne serait pas aussi facile qu’il le supposait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ibonibon   08 juin 2013
La divinité tutélaire d'une cité déteste voir le sang humain arroser le sol qu'elle protège; c'est pour cette raison que le terrain réservé aux exécutions capitales se trouve toujours en dehors de la ville.
( Le juge visite le temple de la Sagesse Transcendante )
Commenter  J’apprécie          160
ibonibon   12 juin 2013
Si l'avancement vient trop tard, il rend amer; s'il arrive trop tôt, il fait naître des ambitions démesurées.
( Quatre hommes d'état parlent de choses et d'autres après dîner. )
Commenter  J’apprécie          210
ibonibon   06 juin 2013
Notre Auguste Souverain m'a confié ce poste pour juger les délinquants et non pour plaire aux foules.
(Un candidat aux examens littéraires est entendu par le tribunal)
Commenter  J’apprécie          180
bhyujn456bhyujn456   10 juin 2016
Les misérables criminels rassemblés devant vous rongeaient comme des rats malfaisants les racines de notre société. Ils sont coupables de crime contre l’État, car la famille est la base de celui-ci, comme l’a démontré le sage sans pareil, notre maître Confucius.
Commenter  J’apprécie          50

Video de Robert Van Gulik (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Robert van Gulik : Le Jour de grâce]
Depuis Amsterdam Olivier BARROT présente le livre de Robert van GULIK, "Le Jour de grâce".
autres livres classés : chineVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Vie et oeuvre de Robert van Gulik

Les romans policiers de Robert van Gulik se déroulent dans la Chine ancienne et le héros se nomme Ti (Tee ou Dee en anglais). Quel est son titre professionnel ?

détective
préfet
commissaire politique
juge

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Robert Van GulikCréer un quiz sur ce livre