AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Juge Ti - Romans et Nouvelles... tome 5 sur 17

Jos Simons (Autre)Roger Guerbet (Autre)Anne Déchanet (Autre)
EAN : 9782264006967
283 pages
10-18 (01/09/1985)
3.86/5   156 notes
Résumé :
Le juge Ti, célèbre figure de la Chine du VIIe siècle, prend ses nouvelles fonctions de magistrat dans le district de Pei-tcheou. Il est immédiatement confronté à une curieuse affaire de disparition et deux marchands viennent rapporter l'assassinat de leur soeur en accusant son mari.
Grâce à la macabre découverte de la tête d'un cadavre, le juge comprend bien vite que les deux affaires sont liées ! Puis le boxeur Lan, une célébrité de la ville, est empoisonné... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 156 notes
5
3 avis
4
13 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Van Gulik s'inspire notamment de recueils d'histoires criminelles du début de notre ère jusqu'au XIIIème siècle pour alimenter cette triplette d'enquêtes dont celle du cadavre sans tête.

Des histoires vraies que l'auteur agrémente de faits de société. Comme l'importance du mariage au VIIème siècle en Chine. Il unit non seulement deux êtres mais aussi deux familles et il est hors de question que les deux promis se compromettent dans un lit avant la cérémonie sous peine de mort des plus sévères. A comparer avec les 100 coups de bâtons et le bannissement à 3000 miles pour une profanation de cercueil.

Pour l'une des dernières enquêtes de la série, les femmes se trouvent au premier plan du récit avec le juge Ti à la personnalité si écrasante. Elles lui disputent parfois la prise de parole et souvent parviennent à fendre l'armure d'impassibilité que lui confère son rôle.

Un vieux principe va d'ailleurs le mettre à rude épreuve, celui du châtiment renversé. Il impliquait que celui qui avait accusé à tort quelqu'un devait subir le même châtiment que la personne injustement poursuivie.

De là, pas d'erreur permise pour le juge, pas de tranquillité et encore moins d'immunité.

Le cinéma s'est emparé du personnage pour en faire autre chose: un film d'arts martiaux, assez réussi, en 2010. Mais pour l'intuition, la connaissance de la nature humaine et l'esprit logique, c'est ici qu'il faut regarder, là, dans ce livre.

Commenter  J’apprécie          270

Voilà bien longtemps que je n'avais pas lu un Van Gulik et j'ai retrouvé toutes mes anciennes sensations de plaisir, face à ces histoires situées dans la Chine ancienne avec ce juge Ti qui allie sagesse, équité et fermeté.

Ici, l'affaire est suffisamment complexe pour nous emmener d'un bout à l'autre sans un moment d'ennui, ni nous donner à aucun moment l'impression de complexifier à l'envi. C'est juste bien pensé et bien amené.

Commenter  J’apprécie          190

La Feuille Volante n°1025– Mars 2016 ans

l'énigme du clou chinoisRobert van Gulik– 10/18

Traduit de l'anglais par Anne Duchanet, Roger Guerbet et Jos Simons

A peine installé dans la ville de Pei-Tcheou, proche de la frontière tartare, le juge Ti est confronté à la disparition d'une jeune fille dont on se demande si elle a été enlevée, assassinée ou s'il ne s'agit que d'une simple escapade amoureuse. Puis c'est la découverte du cadavre d'une jeune femme, décapitée dans la chambre conjugale. Entre accusations, disparition suspecte et solide alibi du mari, l'affaire s'annonce mal. Enfin, un célèbre champion de boxe est retrouvé empoisonné dans un établissement de bains où il avait ses habitudes ; des bouts de carton formant un puzzle, une voix de femme et un surnom aideront Ti a élucider cette affaire. Cette région inhospitalière favorise largement la pratique de la sorcellerie, du mystère et de la violence

J'avais l'habitude de lire les aventures de ce magistrat à la fois intègre et fort talentueux qui a, sa vie durant, déployé de louables efforts au service de l'État, sous la plume de Frédéric Lenormand. Cette chronique s'en est très souvent fait l'écho. Cette fois c'est Robert van Gulik (1910-1967), ambassadeur mais aussi fin lettré, sinologue érudit et homme de Lettres hollandais qui nous fait partager des épisodes de la vie de cet authentique fonctionnaire chinois, Ti Jen-tsie (630-700), dont la carrière se déroula sous la dynastie des Tang, dans différentes villes de province pour se terminer dans la Capitale en qualité président de la Cour Métropolitaine de Justice. Ce roman nous montre un juge mais aussi un homme habité de sentiments pour une femme qui n'est pas la sienne mais que sa fonction officielle rend solitaire. de mes lectures précédentes, j'ai retiré l'impression d'un juge omnipotent, craint de ses administrés et quasiment infaillible. le magistrat de cette époque détenait en effet une sorte de pouvoir absolu puisqu'il représentait et appliquait la loi, mais cette dernière ne lui conférait aucune immunité puisqu'elle prévoyait que toute personne (lui y compris) ayant accusé à tort quelqu'un d'autre devrait subir le châtiment de la personne injustement poursuivie. En outre la culte des ancêtres était, chez les Chinois de cette époque, une obligation religieuse à laquelle nul ne pouvait se soustraire et la non-observance des préceptes légaux était lourdement punie. La vie sexuelle des hommes avant la mariage faisait l'objet d'une grande tolérance, mais il n'était pas question de consommation avant la cérémonie elle-même entre les deux futurs époux.

Ce recueil policier est donc ainsi l'occasion d'en connaître davantage sur la civilisation chinoise de cette époque, sur son système judiciaire et pénal, un simple manque de respect pour la Cour étant, par exemple, punis de coups de fouet. Les faits rapportés sont réels mais pas forcément traités par Ti lui-même. En tout cas, les personnages de van Gulik sont ceux des romans policiers chinois traditionnels : le juge , ses sbires, les prêtres, les lettrés, les brigands ... C'est un réel dépaysement culturel et un bon moment de lecture.

© Hervé GAUTIER – Mars 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]

Commenter  J’apprécie          70

Waou cette aventure-ci du juge Ti est riche en émotions !

Comme d'habitude, j'a beaucoup aimé l'ambiance, les dénouements et le déroulement des enquêtes. le juge Ti est ici en fonction dans la ville de Pei-tcheou où il ne s'ennuie pas.

Mais, il y a cette fois-ci quelques grands bouleversement auxquels je ne m'attendais absolument pas et dont un qui m'a laissé sans voix, quelle tristesse !

J'ai trouvé très intéressant que Van Gulik campe ici un juge Ti vulnérable, en proie aux doutes, ce qui le rend plus humain (dame Kuou, les risques de démission etc).

Nous en apprenons toujours plus sur le système judiciaire et administratif. Outre les châtiments utilisés au tribunal déjà vu dans les autres tomes de la série, nous en apprenons plus ici sur le fan-tso (fancuo) : malgré leur prestige et leur grand pouvoir, les magistrats n'avaient pas d'immunité et pouvaient être soumis au principe de fan-tso, c'est-à-dire "le châtiment renversé" ("toute personne qui a accusé à tort quelqu'un devra subir le même châtiment que la personne injustement poursuivie au cas où l'accusation se serait révélée juste").

J'ai aussi aimé la narration, avec le prologue dans lequel apparait un personnage de la dynastie Ming qui a entendu parler des histoires narrées dans "Le clou chinois" de façon très étrange, procédé que Van Gulik a utilisé deux fois auparavant et qui est toujours aussi efficace. Il règne ainsi une atmosphère bien particulière et nous oscillons entre imaginaire et réalité.

J'ai adoré la postafce de l'auteur dans lequel il cite toutes les sources sur lesquelles il s'est appuyé pour les enquêtes de ce roman. Toutes sont en effet basées sur des cas ayant existés, généralement dans des temps anciens. C'est absolument fabuleux de découvrir de vieilles affaires chinoises dans des récits.

Vous l'aurez deviné, je suis toujours autant conquise !

Commenter  J’apprécie          62

Avec ce roman, agréable et facile d'accès malgré son attachement à un autre monde que le nôtre, on entre dans un univers au premier abord "insolite". un juge et son assistant, des fonctionnaires très présents, une religion que nous connaissons mal...

Il semble que tout ce qui est présenté ou utilisé ici soit observé et tiré de cette civilisation chinoise si riche, et dans laquelle il n'est pas si facile d'entrer sans guide.Une vraie bonne occasion d'allier le "policier", la culture, la découverte et le plaisir.

Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation

Dans mes précédentes aventures du juge Ti, le magistrat fait figure de juge infaillible et omnipotent qui arrive toujours à ses fins avec les criminels. Dzns ce roman, j'ai essayé de montrer l'envers de la médaille, en soulignant les risques graves qu'encourt un magistrat qui faillit à sa tâche. Il faut se rappeler que la position de pouvoir presque absolu que détient le magistrat sur les personnes amenées devant lui s'appuie non pas sur son rang personnel mais sur le prestige de la loi qu'il est temporairement appelé à représenter. La loi était inviolable, mais pas le juge qui l'édictait. Les magistrats ne pouvaient réclamer pour eux-mêmes une quelconque immunité ou un privilège d'aucune sorte dérivés de leur charge. Ils étaient soumis au vieux principe chinois du fan-tso c'est-à-dire au châtiment renversé, qui implique que toute personne qui a accusé à tort quelqu'un devra subir le même châtiment que la personne injustement poursuivie au cas où l'accusation se serait révélée juste.

Postface de Van Gulik

Commenter  J’apprécie          40

POSTFACE

Dans mes précédentes aventures du juge ti le magistrat fait figure de juge infaillible et omnipotent qui arrive toujours à ses fins avec les criminels. Dans ce roman, j'ai essayé de montrer l'envers de la médaille, en soulignant les risques graves qu' encourt un magistrat qui faillit à sa tâche. Il faut se rappeler que la position de pouvoir presque absolu que détient le magistrat sur les personnes amenées devant lui s'appuie non pas sur son rang personnel mais sur le prestige de la loi qu' il est temporairement appelé à représenter. La loi était inviolable, mais pas le juge qui l' édictait....

Commenter  J’apprécie          40

Les acclamations du personnel se mêlèrent aux ovations de la foule massée devant la porte du tribunal. "Longue vie à notre magistrat", criait-on de tos côtés. Le juge songea avec amertume que la vie n'était finalement qu'une comédie.

Il avait regagné son bureau depuis un moment quand ses trois lieutenants firent irruption dans la pièce pour le remercier. Ils s'arrêtèrent net en voyant les deux Censeurs qui aidaient leur maître à quitter sa robe officielle.

Le juge leur adressa un pâle sourire par dessus la,tête des deux Censeurs. Ils se retirèrent discrètement et le magistrat comprit soudain avec tristesse que les journées de bonne camaraderie entre eux étaient une chose du passé.

Le vieux Censeur tendit au juge son bonnet de fourrure favori. Le fonctionnaire était un habitué de la cour et il avait appris à cacher ses sentiments. Pourtant il ne put s'empêcher de lever un sourcil dubitatif en contemplant la vieille coiffure râpée du nouveau président de la Cour Métropolitaine.

Commenter  J’apprécie          20

POSTFACE

Le jeu des sept bouts de cartons appelé en chinois Tsi-k'iao-pan, ce qui signifie : les sept ingénieux [ bouts de ]

cartons, est une bien vieille invention qui connut une grande popularité spécialement au XVI° et XVII° siècles. A cette époque, des lettrés renommés publièrent des livres contenant des séries de figures qu'on pouvait obtenir avec des cartons. Au début du XX° siècle ce jeu fut introduit en Occident et on peut encore en trouver dans les magasins de jouets. ( en 1985 ).

Commenter  J’apprécie          30

Prends Tsiao Taï avec toi et rendez vous tous les deux à la maison des frères Ye. Ils doivent être en train de dîner.Mais n'intervenez pas tout de suite,contentez-vous de surveiller la maison.Puis quand Ye Taï sortira , suivez-le jusqu'à son repaire.Là , inutile de prendre des gants avec lui , mais ne l’abîmez pas trop, qu'il soit encore capable de répondre à mes questions à l'audience.

Commenter  J’apprécie          10

Video de Robert Van Gulik (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Robert van Gulik : Le Jour de grâce]
Depuis Amsterdam Olivier BARROT présente le livre de Robert van GULIK, "Le Jour de grâce".
autres livres classés : chineVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Vie et oeuvre de Robert van Gulik

Les romans policiers de Robert van Gulik se déroulent dans la Chine ancienne et le héros se nomme Ti (Tee ou Dee en anglais). Quel est son titre professionnel ?

détective
préfet
commissaire politique
juge

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Robert Van GulikCréer un quiz sur ce livre