AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070532410
Éditeur : Gallimard (22/04/1994)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Nos jardins européens remontent au jardin mythique de la Bible, l'Éden. La tradition le situe en Mésopotamie, probablement au nord : il pousse sans irrigation. Avant la chute, l'Éden était un lieu de paix et de plaisirs, de fécondité et de parfums enchantés, rythmé par la musique de l'eau et des rires. Depuis les premiers royaumes d'Assyrie, les hommes ont cherché à reproduire ces paradis perdus. Gabrielle Van Zuylen, chroniqueuse mais aussi jardinière, explore ces ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alzie
  09 juillet 2014
L'approche de ce tour d'horizon savant de l'histoire des jardins est assez classique, chronologique, un peu trop ordonnancée à mon goût. S'agissant de jardins, plus de discontinuité dans la présentation m'aurait davantage enthousiasmée. Mais la clarté de ce plan tout tracé est aussi son avantage et l'iconographie rééquilibre finalement la tendance. Alors que se profile la saison des pérégrinations estivales, ce petit livre peut facilement être glissé dans une valise ou dans un sac à dos pour se lancer à la découverte de l'Europe des jardins.
S'agissant des origines, la lecture commence sans trop de surprises par un chapitre sur l'Antiquité lointaine : la Mésopotamie, l'Egypte et la Perse, dont les formulations végétales subtiles et parfumées transmises par les conquêtes, gréco-romaine puis arabe qui les enrichirent, sont parvenues jusqu'à notre modernité pressée, héritière de ces multiples traditions.
Les sources ainsi présentées, l'auteur évoque ensuite les trois formes du jardin clos médiéval : Jardin de plaisance, potager utilitaire et jardin des simples dont se nourrissent deux types d'allégorie, l'une à forte dimension religieuse (hortus conclusus) évoquant le jardin sacré et l'autre plus profane évoquant le jardin des plaisirs, décrit dans la littérature et l'enluminure (hortus deliciarum).
Une grande place est accordée évidemment aux Italiens de la Renaissance, premiers penseurs du jardin classique, dont la science en ce domaine a inondé l'Europe entière. Papes, cardinaux, mécènes convoquent les plus grands artistes dont les créations privilégient les architectures végétales d'espèces persistantes et les formes permanentes de pierre et de marbre. Invention des labyrinthes de verdure, mises en scène spectaculaires de la période baroque, jeux d'eau et antiques ornent les Palais et les Villas somptueuses de ces époques.
L'Europe du nord n'est pas oubliée. Son avance en matière horticole permet le développement, au XVIe siècle, de la culture des plantes ornementales à bulbes et tubercules venus des pays méditerranéens et même souvent d'Asie. Car l'histoire des jardins est aussi une incessante et régulière série d'échanges ou d'emprunts dont l'impulsion initiale se fonde aussi sur les curiosités venues d'ailleurs. Tulipes, jacinthes, iris ou fritillaires enchantent les « parterres de broderie » de ces régions septentrionales contrairement aux jardins italiens ou français, grâce au monopole international des Hollandais sur le négoce des oignons.
La France est là avec ses dynasties de jardiniers. le génial, André le Nôtre, dominant de toute sa modestie le triomphe de la rigueur classique française, loin d'être relégué, a été installé au chapitre IV de ce plaisant ouvrage. le jardin à la française concurrencé, en sa maîtrise architecturale et ses savantes perspectives, par des formes plus ébouriffées tout au long du XVIIIe siècle, aura ses détracteurs : Jean Jacques Rousseau défend le style à l'anglaise. Des bosquets de Versailles au fouillis exubérant des cottage garden, l'Europe des jardins se décline dans toutes sortes d'effets.
La contribution anglaise à l'art des jardins n'est plus à démontrer. C'est dans cette partie de l'exposé qu'on s'amuse enfin. L'apparition du jardin paysager au XVIIIe siècle quand pointe le désamour pour le jardin à la française, la première encyclopédie du jardinage (1822), l'invention "majeure" de la tondeuse à gazon (1830) : "tout le monde, même une femme, pouvait alors s'offrir une pelouse impeccable", ou le développement précoce des revues et publications horticoles, font de nos amis anglais les champions toutes catégories de la démocratisation du jardinage. de plus, leurs excentricités sont assumées. Outre-manche le jardin est un sujet de passions, un peu comme chez nous la politique. Batailles rangées de fleurs et de couleurs, de parterres contre les bordures, plantes exotiques à l'assaut des plantes locales, les débats y font rage.
C'est un irlandais au nom prédestiné de Robinson qui expose sa conception d'un jardin plus naturel dans : "The Wild garden". Celui-ci s'oppose au "formal garden" préconisé jusqu'alors par les architectes-paysagistes. Il lance son hebdomadaire "The garden" en 1871, alors que déjà les classes moyennes s'engouent pour l'art du jardinage dont le virus gagne vite le continent. Gertrude Jekyll représente également ce courant naturaliste qui trouvera sa pleine expression dans le jardin individuel du XXe siècle.
Le XIXe siècle est celui de l'éclectisme et voit l'apothéose des jardins devenus enfin publics dont toutes les capitales et la plupart des villes européennes s'enorgueillissent. L'auteur conclut sur la fin du XXe siècle et sa vision sur la nature qui a totalement changé. Les créations architecturales urbaines ou les créativités individuelles particulières intègrent désormais à l'unisson une dimension nouvelle écologique et philosophique qui a pu faire dire à Russel Page (1906-1985), horticulteur et paysagiste connu pour ses innovations : « Quand on commence un jardin, on participe d'un monde plus riche et que l'on imagine ».
Rien à dire sur le contenu très riche. Moments de poésie épars assurés par l'iconographie abondante et très choisie ainsi que par les documents annexes. "Rose, muguet, passerose, violette", merveilleux petit poème anonyme du XVIe siècle, p. 139.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fabrice38
  12 août 2016
Un livre décevant : le titre "Tous les jardins du monde" est tout d'abord trompeur. L'auteure en effet décide de traiter uniquement des "jardins de notre civilisation". De plus, la lecture de cet essai n'est pas du tout plaisante.
Point positif, l'auteur développe bien l'histoire et l'essence du jardin anglais.
Commenter  J’apprécie          10
cocorosie30
  20 mai 2013
Une découverte chronologique des plus beaux jardins de notre civilisation : des jardins suspendus de Babylone aux espaces verts contemporains, en passant par les jardins clos du Moyen-Age ; des jardins paysagers aux jardins naturels en passant par les vergers et les potagers.
Commenter  J’apprécie          00
septfondesetoiles
  06 mai 2017
Dans cette collection , les livres sont toujours passionnants et richement illustrés.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlzieAlzie   23 février 2015
Si nous considérons l'oeuvre de la nature et celle de l'art, au point de vue de l'excitation de l'imagination, on trouvera les secondes très inférieures aux premières ; car, même si elles paraissent parfois belles ou étranges, il leur manque cette grandeur et cette immensité qui enchantent l'esprit. Les premières peuvent être aussi porteuses de culture et de raffinement que les secondes, mais celles-ci ne peuvent jamais montrer la même splendeur et la même magnificence dans l'intention. Il y a quelque chose de plus magistral dans les mouvements brutaux et indifférents de la nature que dans les jolies touches et les embellissements de l'art.
Joseph Addison (1672-1719) - promoteur du jardin pittoresque
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlzieAlzie   22 février 2015
Le XVIIIe siècle est marqué par un retour au paysage arcadien des Grecs, au paysage romain et à la mythologie. Éclairé par la lumière de la philosophie et de la peinture. D'un bout à l'autre de l'Europe, philosophes et poètes, aristocrates et politiciens sont pris de passion pour les jardins. Mais c'est en Angleterre que naît un style qui redécouvre la nature au travers de la peinture : le jardin "paysager".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AlzieAlzie   22 février 2015
Le Moyen-Âge européen a établi un pont entre les siècles, entre la chute de l ' Empire romain et la Renaissance. La pratique des jardins a été préservée dans les monastères et c'est à cette époque que l'église se choisit pour symbole le jardin secret, l'hortus conclusus. A l'opposé, princes et poètes ont préféré l'hortus deliciarum, le jardin paradisiaque, source de plaisirs terrestres. Ces deux métaphores sont l'essence du jardin médiéval.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlzieAlzie   22 février 2015
La famille florentine des Médicis à joué un rôle primordial dans l'introduction du jardin italien en France. [•••] Catherine femme d'Henri II, est à l'origine de la création du jardin des Tuileries, ainsi que d'importantes modifications à Fontainebleau ; et Marie, femme d'Henri IV, nostalgique du Palais Pitti et des jardins Boboli à Florence, fait construire par Salomon de Brosse le palais et les jardins du Luxembourg.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlzieAlzie   22 février 2015
Chaque période de l'histoire semble dominée par la vision et les réalisations d'un pays : l'Italie de la Renaissance, la France du classicisme. Le jardin "à la française" du siècle de Louis XIV transforme le paysage en une oeuvre d'art équilibrée et contrôlée, expression d'une domination totale sur la nature.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Gabrielle Van Zuylen (1) Voir plusAjouter une vidéo

G. van Zuylen : Les jardins de Russell Page - W.H. Adams : L'art des jardins ou la nature embellie
Olivier BARROT présente les ouvrages de Gabrielle VAN ZUYLEN "Les jardins de RUSSEL" chez FLAMMARION et de William HOWARD ADAMS "L'art des jardins ou la nature embellie" chez Abbeville press.
Dans la catégorie : Art du paysageVoir plus
>Arts>Urbanisme. Art du paysage>Art du paysage (73)
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gabrielle Van Zuylen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1700 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre