AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754824606
Éditeur : Futuropolis (26/08/2020)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Né en 1828, Léon Tolstoï reste l’un des plus importants écrivains de la littérature mondiale. On l’a surnommé l’Homère de la Russie. Mais qui est Léon Tolstoï ?
Apôtre de la non-violence, révolté contre l’Eglise et la société, il est aussi éminemment contemporain par son interrogation sur le monde, le sexe, le végétarisme et la mort. La quête de sens est le moteur de son existence.

Fascinés par l’auteur de Anna Karénine et Guerre et Paix, Ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Francinemv
  05 septembre 2020
« Les familles heureuses se ressemblent toutes; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon ». Cet incipit d'Anna Karénine pourrait très bien s'appliquer à la famille de son illustre auteur qui connut son lot de bonheurs et de malheurs. Dans Léon & Sofia Tolstoï qui vient de paraître chez Futuropolis, Chantal van den Heuvel et Henrik Rehr retracent la vie du célèbre écrivain en l'abordant sous l'angle de ses rapports avec sa femme Sofia. Biographie certes mais qui se lit comme un roman au vu de ces deux êtres passionnés et passionnants qui se sont beaucoup aimés et déchirés. Je t'aime moi non plus.
Octobre 1910. L'album s'ouvre sur une énième dispute, la dispute de trop, celle qui causera le départ en catimini au petit matin de Léon à 82 ans au bout de 48 ans de mariage. Après avoir croisé et chassé des inopportuns qui ces derniers temps envahissent lasnaïa Poliana, le vaste domaine des Tolstoï situé dans la campagne au sud de Moscou, Sofia, hors d'elle, pénètre, une feuille à la main dans l'atelier où son époux s'adonne à des travaux de réparation. Ce document découvert dans un tiroir suite à une fouille méticuleuse n'est autre qu'un testament consignant la cessation des droits d'auteur de Tolstoï au profit du peuple russe. Ayant toujours mis sa famille au-dessus de tout, ne pouvant accepter que les siens soient spoliés, elle est la lionne qui défend ses petits. le ton monte, les noms d'oiseaux fusent, l'incompréhension est totale. le marteau est là, à portée de main … quand Léon tombe aux genoux de sa femme : «Pardon ! Pardon, Sofia Andreïevna, Je vais partir avant l'un de nous deux ne détruise l'autre pour de bon. » La rupture est consommée. Elle tentera de le retenir. En vain. Dès potron-minet, accompagné de son médecin, Léon prend le train, direction un couvent où vit sa soeur avant de rejoindre le Caucase, région dont il garde un excellent souvenir de jeunesse. C'est dans un modeste wagon 3ème classe, parmi ces gens du peuple auxquels il aspire à ressembler, que ce géant de la littérature russe va commencer à raconter son histoire faisant du docteur, et à travers lui, du lecteur, son interlocuteur. Il n'atteindra pas le Caucase. Après avoir quitté le couvent, il sera emporté par une pneumonie en novembre 1910 dans la maison du chef de gare d'Astapovo, au sud-est de Moscou.
Tout au long de sa vie, du dandy hédoniste de sa jeunesse au gourou prônant le dépouillement, la chasteté, la non-violence, adepte du végétarisme de ses vieux jours, il sera hanté par le néant et toujours en quête du sens de l'existence, à la recherche de la baguette verte sur laquelle son frère Nicolas a gravé le secret qui rendra tous les hommes heureux. La mort de ses parents alors qu'il n'était qu'un enfant ainsi que celle plus tard de ses deux frères, le souvenir des morts de la bataille de Sébastopol à laquelle il a participé y sont sûrement pour quelque chose.
Quant à ses rapports avec Sofia, fille d'un médecin du Kremlin … Elle aimait Moscou, lui ne jurait que par la campagne. Les premières années furent sereines et prolifiques avec l'écriture et la parution de Guerre et Paix et Anna Karénine. Tolstoï, n'écrira-t-il pas dans son journal: « J'ai vécu jusqu'à 34 ans sans savoir qu'on pouvait aimer autant et être aussi heureux.» Cependant, la très belle couverture de l'album représentant le couple jeune sur fond de domaine campagnard laisse présager la rupture à venir. Alors que Sofia nous regarde bien en face, le regard de Léon est absent et fuit vers le lointain. Cela fait résonance avec la dernière photo du couple Tolstoï prise peu de temps avant la mort de l'écrivain sur laquelle on peut voir Sofia penchée vers son époux qui demeure droit et distant.
La narration
L'autrice Chantal van den Heuvel a plusieurs cordes à son arc. Journaliste belge, outre les scénarios de bande dessinée, elle a également écrit pour le cinéma et la télévision, publié un roman et des contes pour enfant.
Doté d'un souffle romanesque, le récit richement documenté est passionnant tout en faisant preuve d'une grande clarté. le choix narratif de Léon racontant son histoire dans un train n'est pas anodin. Ce procédé maintes fois utilisé qui pourrait paraître éculé au premier abord fait en réalité subtilement écho à un autre récit, celui de la confession lors d'un voyage en train, d'un aristocrate russe qui s'avoue le meurtrier de sa femme dans la Sonate à Kreutzer, nouvelle profondément misogyne contre le mariage, « prostitution légalisée » publiée en 1889. Sofia en fut profondément blessée et répondit par roman interposé A qui la faute? «Ce récit me portait une blessure directe, me rabaissait aux yeux du monde entier et détruisait les restes de notre amour mutuel», écrira-t-elle dans son journal.[...]
La suite de la chronique sur le Wordpress de L'accro des bulles
Lien : https://laccrodesbulles.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
som
  14 septembre 2020
On connait (à peu près) l'oeuvre de l'ogre des lettres russes, un peu le récit rocambolesque de sa fuite et de sa mort, un peu moins le détail de sa vie.
Ce bio-dessinée, dans la grande tradition du genre, nous dévoile dans le détail les épisodes majeures de son parcours : du fils de bonne famille à sa jeunesse débauchée, du soldat dans les montagnes du Caucase au boyard tenté par des expériences socialistes.
Son mariage avec Sofia puis la venue au monde de nombreux enfants viennent alors mettre en tension ses idéaux artistiques et politiques avec une réalité domestique, source de tourments et de déchirements.
Le scénario pour classique qu'il soit est solide et tient sa ligne sans beaucoup de surprises.
Henrik Rehr, quant à lui, a choisi une palette de couleurs froides et monochromes pour traduire la force vitale mais aussi la violence de l'homme. Son approche austère se confirme par un découpage resserré de cases cernées d'un large trait. Si ce parti pris correspond à n'en pas douter à la psychologie de l'écrivain, son application systématique rend la lecture parfois monocorde, pour ne pas dire longuette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PatriceG
  29 août 2020
J'ai apprécié le travail des auteurs sur ces 176 pages que compte l'album. le récit bien agencé couvre toute la vie du couple légendaire dans ses phases saillantes dont la plupart sont largement répandues dans l'opinion. Les auteurs ont eu le scrupule de veiller strictement à la conformité du sujet traité. Peut-être pourra- t-on trouver au départ qu'on y va un peu fort pour ce qui est des brouilles fréquentes au sein du couple, mais c'est un Tolstoï vieillissant qu'on nous présente d'abord, et au fil des pages, on entrera dans la vérité des protagonistes qui me semble plus vraisemblable et assez démonstrative. Qui plus est, le récit s'intègre bien dans le contexte de l'époque cerné comme il faut, des références nombreuses militent dans ce sens et c'est très intéressant à lire ..
J'entends souligner aussi que la vie des Tolstoï décrite ici est un roman fleuve qui comporte bien des chapitres qui pourraient être encore développés. Ainsi le pensaient Jankélévitch, Dominique Fernandez ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PatriceGPatriceG   29 août 2020
"Je pensais à celle qui m'a élevé, Tatiana Iorgolskaïa qu'on appelait Tante Toinette.
Grâce à elle, j'aurai été un orphelin heureux"

Ce fut une chance pour les Tolstoï d'avoir eu cette mère de remplacement, et tout se passa bien, du meilleur qu'ils pouvaient espérer, ce qui libéra leurs esprits jeunes de la lourde perte de leur mère (de haut rang, très cultivée..), puis de celle du père et tout cela est incontestable : Tante Toinette les éleva comme s'il s'agissait des siens, il y avait aussi cet engagement envers le père de Tolstoï quant à l'éducation des enfants, qu'elle connaissait bien mais dont la lignée et la situation ne permirent pas une union.

Une relation privilégiée naîtra entre Tante Toinette et Tolstoï doté d'une hyper sensibilité cachée dans un amour-propre démesuré; une grande complicité les unira, une abondante correspondance en témoigne.

On voit poindre chez Tolstoï une légère mélancolie dans ses premiers textes, surtout par effet de comparaison avec ses amis. Cette mélancolie s'accentuera encore au fil des années, mais sera latente, non exprimée : il prenait sur lui ! Elle expliquera en partie, à n'en pas douter, cette forme d'angoisse existentielle, ses tourments d'adulte. La perte aussi de Tante Toinette, un peu plus tard, aura aussi un effet non négligeable sur son mental ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FrancinemvFrancinemv   29 août 2020
- Mais est-ce une raison pour nous abandonner? Tu n'as pas le droit ...Pas après tout ce temps...
- Je ne veux plus vivre en enfer.
- Lev! Tu ne peux pas balayer ainsi un demi-siècle d'amour! Tu me l'écrivais il n'y a pas si longtemps.
Qui, dis-moi s'est plus aimé que nous? Qui?
- Et déchiré, Sofia Andreïevna, et déchiré ...
Commenter  J’apprécie          10
FrancinemvFrancinemv   30 août 2020
Il repose dans les bois de Iasnaïa Poliana, là où ses frères et lui avaient enfoui la baguette verte sur laquelle était gravée la formule magique qui allait rendre les hommes heureux...
Commenter  J’apprécie          20
PatriceGPatriceG   30 août 2020
Tolstoï était parti faire une cure de lait de jument fermenté, le koumys, dans les plaines du Kirghizistan quand la police du Tsar débarqua chez lui à IasnaIa Poliana pour chercher des écrits compromettants ; après une vaine recherche, ils en profitèrent pour mettre à sac l'école qu'il avait fondée. Le même été 61, un joyeux équipage descendit l'allée des Tilleuls, c'était Madame Bers et ses trois filles ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PatriceGPatriceG   30 août 2020
En deux ans, quatorze établissements furent créés dans ma province, tous les démocrates de Russie se passionnèrent pour la cause de l'instruction publique.
Mon initiative ne tarda pas à irriter le régime
- Quoi de plus dangereux qu'un peu peuple instruit, pour les despotes
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Chantal Van den Heuvel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chantal Van den Heuvel
Pour la rentrée dessinée 2020, on vous racontera des histoires ! Avec La Patrie des frères Werner, c’est dans la guerre froide que vous plongerez, au cœur du match de l’Est contre l’Ouest. Black-Out nous fera revivre un Hollywood glaçant pour l’acteur métis Maximus Wyld. Léon & Sofia Tolstoï vous fera partager la vie de ce couple mythique de la littérature. Et La Femme papillon vous dévoilera les coulisses de... Futuropolis ?!?!?
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
324 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre