AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283029945
Éditeur : Buchet-Chastel (25/08/2016)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Au début du siècle dernier, Henri, un jeune artiste, parvient sur l’île de B. après un long voyage. Venu rendre visite à la femme qui s’est détournée de lui, il y séjournera vingt-quatre heures, le temps pour lui de déambuler dans ce paysage envoûtant, et d’y faire des rencontres singulières. Jusqu’à la chute finale, le lecteur chemine à la suite du héros dans cette atmosphère vibrante, rendue par une écriture impressionniste aux multiples résonances.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
nadejda
23 juillet 2016
L'arrivée d'un étranger sur l'île de B. ne peut passer inaperçue et ils seront plusieurs étrangers à se croiser au cours des 24 heures que va y passer Henri.
A partir du moment où il met le pied sur l'île, Henri est remarqué par tous ceux qu'ils croisent, un cuisinier, la grand-mère d'une petite-fille en rouge, ... jusqu'à ce qu'il arrive à la porte de la maison occupée par Youna Talhouet. Trois années qu'il n'a pas vu Youna qui a hérité de la maison de sa grand tante et a repris son activité d'herboriste. Elle s'est aussi mise à écrire, a pris d'elle-même la décision de rester sur l'île, a su gagner sa liberté. Elle ne souhaite pas renouer le lien qui l'unissait à Henri. Elle le lui dit tout en ajoutant qu'elle n'a pas renoncer à lui :
" -- Je n'ai pas renoncé à toi, Henri. J'ai juste répondu à un appel, ou à un instinct, celui d'une liberté. Et depuis, j'ai construit bien des choses ici."
Elle refuse qu'il passe la nuit chez elle car elle risquerait de perdre ce qu'elle a eu tant de mal à conquérir : "J'ai trop lutté pour exister ici, pour exercer ma liberté, ma solitude sans être rejetée, pour être respectée dans mes choix... Je ne peux tout perdre en l'espace d'une nuit." Une nuit, ce pourrait être une vie, fut la seule pensée, fugace, qui vint à l'esprit d'Henri. p 74
Commence alors pour Henri une nuit d'errance qui va être traversée de rencontres inattendues et habitée par des songes, une nuit de douceur et d'angoisse dont l'objet reste diffus.
Un texte fait de fondus enchaînés, de moments de vies qui se croisent, fugaces, sur ce territoire restreint empreint de mystère où adviennent des rencontres pleines d'étrangeté et d'imprévus, des rémanences qui désarçonnent Henri et nourrissent un fond d'inquiétude latente.
Chaque événement, même petit, trouve son prolongement dans un autre qui survient sans qu'au début on puisse les relier. Ils font naître des vibrations multiples qui semblent se réunir à la fin.
La délicatesse de l'écriture, effleurent les choses, les caresse tout en exhumant des violences et des blessures sous-jacentes. Un drame rôde dont le lecteur pas plus que ceux qui participent du récit ne savent ce qu'il est. L'île n'est pas un monde totalement clos, à l'abri.
Le drame ne se concrétisera qu'à la toute fin. Il sera l'aboutissement de cette espèce d'attente d'un évènement qui ressemble au réveil du dragon qu'une légende dit endormi au creux de l'île, qu'une petite vieille aveugle et solitaire a senti proche.
Merci aux éditions Buchet Chastel et à Babelio qui, en me proposant la lecture de ce livre m'ont permis de découvrir Sophie van der Linden, une découverte que je pense poursuivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
sandrine57
05 août 2016
Bien qu'elle ne réponde plus à ses lettres, Henri a décidé de rejoindre Youna, la femme qu'il aime, sur l'île de B. Cette rencontre que le jeune peintre a tant attendue s'avère pourtant décevante. Youna s'est installée dans la maison de sa grand-tante et a repris son activité d'herboriste. Elle a gagné la liberté et le respect des îliens et ne compte renoncer ni à l'une ni à l'autre en se compromettant avec son ancien amour. Rejeté, Henri erre sur l'île, toute la nuit...
Une île, deux personnages et la fin d'une histoire d'amour...Une petite visite guidée de cet îlot qui vit en autarcie et voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'un étranger. Si les lieux son paisibles, la nature resplendissante, on sent une tension latente car malgré son isolement l'île est touchée par l'atmosphère belliqueuse du pays. La France et l'Allemagne sont en passe de se refaire la guerre. Henri vient d'ailleurs d'accomplir pas moins de trois ans de service militaire, souvenir douloureux de la vie de caserne où il a été forcé de mettre sa fibre artistique de côté pour jouer les guerriers. Il a laissé cela derrière lui pour rejoindre la femme qu'il aime, même si elle préfère être seule et libre.
Cette histoire qui dure 24 heures à peine est servie par la belle plume de Sophie van der Linden qui a su rendre vivante cette petite île, ses habitants et ses visiteurs. Par contre, la brièveté de son propos ne lui permet pas de développer la psychologie de ses personnages et la relation amoureuse qu'ils entretiennent. On devine, on imagine, on pressent mais on effleure seulement leurs sentiments, leurs attentes, leurs désirs. Par contre, la fin est magnifique, les dernières pages ont la puissance de la fatalité, du chagrin et du désespoir. A elles seules, elles valent la lecture de ce petit roman qui sans cela aurait été une réelle déception.
Merci à Babelio et aux éditions Buchet Chastel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
isabelleisapure
01 octobre 2016
A travers le voyage d'un homme venu retrouver la femme qu'il aime et qui ne répond plus à ses lettres, Sophie van der Linden nous invite à la découverte d'une île et la beauté de ses paysages.
Par petites touches, comme un peintre avec ses couleurs, Sophie van der Linden pose ses mots avec délicatesse et nous enveloppe dans un monde raffiné ou tout est suggéré plutôt qu'implicitement exposé. Les rencontres se succèdent faisant de chaque instant un moment de découverte et de partage.
Ce court roman nous immerge dans une journée où tout se joue, l'amour et ses attentes, les rencontres impromptues, les émotions retenues. Il y a peu d'action, il est vrai et c'est peut-être pour cela que j'ai trouvé ce texte tellement beau.
Un roman doux et lumineux comme je les aime.
Commenter  J’apprécie          400
ssstella
01 août 2016
Comme un morceau de musique classique au milieu des titres du hit-parade, ce livre joue sa courte et douce mélodie entre deux ouvrages plus rythmés et c'est très agréable.
Une mélodie très courte, quelques moments de vie d'îliens que croise Henri. Henri dont l'histoire n'est qu'un prétexte à assembler de poétiques instantanés, tout comme Youna écrit des poèmes "mais aussi des histoires, qui ressemblent un peu à des poèmes."
J'avais tant aimé "la fabrique du monde" que j'ai été un peu déçue que l'histoire n'est pas plus de fond, mais j'avoue aussi avoir fait une jolie balade sur l'île de B.
Merci à Babelio et aux éditions Buchet-Chastel pour m'avoir offert cette balade.
Commenter  J’apprécie          330
mfrance
24 juillet 2016
Un court roman (mais peut-on nommer ce texte un roman ?) qui respecte scrupuleusement les lois du théâtre classique : unité de lieu, une île, unité de temps, un jour, et unité d'action, en l'occurrence pas d'action ou action tellement minimaliste ....
Henri, jeune artiste peintre, arrive sur cette île pour y rencontrer, sans qu'elle soit au courant de cette initiative, Youna, la jeune femme qu'il aime et qui l'a éconduit d'une missive laconique et mystérieuse :"Cher Henri, il n'est malheureusement pas d'explication à donner. Comment dire le silence ? A l'égal du secret, il est une part dissimulée au monde que personne n'est en droit de forcer. Il est la survie de l'oiseau qui cesse son pépiement à la tombée de la nuit, pressentant qu'il doit faire silence et se retrancher. Tout comme j'ai su, en mon temps, faire silence, y compris à ton endroit."
Retrouvant Youna, Henri n'en apprendra guère plus. Tout juste saura-t-il qu'elle a voulu conquérir sa liberté et entend désormais la garder ! et que bien sûr, il n'est pas question qu'Henri passe la nuit chez elle (avec elle ?) afin de ne pas ternir l'image qu'elle souhaite envoyer d'elle aux îliens et conserver le respect qu'elle a su obtenir des habitants du lieu.
Henri se livre donc à une lente déambulation, en accomplissant, la nuit durant, le tour de l'île, revenant au matin à l'auberge, à l'endroit même où il était arrivé la veille, refermant ainsi une boucle qui n'inclut pas seulement les lieux, mais aussi les personnages croisés. Roman, non, mais méditation, voyage intérieur, interrogation ...
Durant ce temps, il errera méthodiquement, fera quelques rencontres et croisera principalement des étrangers à l'île, les seules personnes avec qui il tiendra dialogue, comme si l'accès aux îliens lui était refusé et qu'en dehors du chat, qui vient amicalement se frotter contre ses jambes, il ne puisse commercer avec les autochtones !
Pour Henri, l'île représente un ailleurs, dans lequel, lui, n'a pas véritablement sa place. Il n'est qu'en transit, entre deux mondes, remarqué et seulement toléré ! Il se livrera donc à une promenade pensive sous les étoiles, sur la grève, dans la chapelle abandonnée, dans la forêt mystérieuse ..... une succession de tableaux brossés à petites touches et servis par une écriture délicate, de la plume d'un auteur pudique, maniant la langue avec un sens aigu du beau, du contemplatif et de l'émouvant.
Et c'est à la toute fin seulement que l'on prend conscience de l'importance de ces petites choses consciencieusement rapportées par l'auteur, ces petits riens qui accompagnent une vie et lui donnent richesse et profondeur, ces occasions bêtement perdues, faute d'obstination, ces brimborions qui sont le sel de la vie, les bonheurs quotidiens dont on ne comprend pas forcément l'importance au moment où on les vit et qui prennent tout leur sens lorsqu'on retrouve en quittant l'île un monde qui sera bientôt à feu et à sang.
Et quelle intelligence a l'auteur de respecter la fameuse loi des trois unités, parfaitement justifiée dans ce contexte, où, grâce à une intrigue extrêmement resserrée, chaque menu événement prend véritablement sens. Elle a le talent de nous restituer le parfum de ces choses immédiates, à déguster sur-le-champ, sous peine d'une perte irrémédiable...
la quintessence de la vie !
Je remercie les éditions Buchet-Chastel et Babelio qui m'ont permis dans le cadre d'une masse critique spéciale de découvrir cet auteur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Les critiques presse (1)
Telerama16 novembre 2016
Le lecteur pénètre dans le récit comme dans un tableau, un paysage entre ciel et mer dont l'auteur dessine avec une infinie sensibilité les perspectives et les textures, les nuances de couleurs et les variations de lumière.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda23 juillet 2016
Levant les yeux vers les frondaisons, Henri regarda au travers d'elles le ciel qui s'éclaircissait encore. Peu à peu, sous l'influence conjuguée de la clarté progressive et de sa concentration, le ciel lui apparut au premier plan. Le fond était désormais devenu figure. C'est le même paysage que je regarde, et pourtant, il m'apparaît tout autre. Je voyais des arbres, et je vois maintenant une surface blanche qui perce sur un fond noir tortueux. Ce ne sont plus des frondaisons qui se détachent du ciel, mais plutôt le ciel qui ménage ses percées. Le dessin des formes se fait par le vide. Voilà comment je dois graver : non plus en me concentrant sur la trace en creux du noir, celui du trait, du dessin, mais en dégageant l'espace autour de ce blanc perçant du fond. C'est le vide que je dois désormais traiter comme une figure. p 108-109
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
nadejdanadejda23 juillet 2016
"J'ai fait une rencontre surprenante dans le train. Un chinois, parlant français. Un peintre, sans doute est-ce pourquoi nous avons engagé la conversation. Dans la peinture chinoise, m'a-t-il expliqué, le spectateur n'est pas extérieur au tableau, il est au contraire plongé dans un paysage qui est une composition de différents lointains. On n'observe pas le paysage, on y séjourne, on s'y promène, on y voisine... C'était étrange, de rencontrer un inconnu, venu de si loin, et de l'entendre parler d'un sujet qui me préoccupe tellement. Cela ressemblait à un rêve... p 53-54
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ssstellassstella01 août 2016
Une petite fille, vive comme une fusée d'artifice, tache carmin frottée sur papier aquarellé d'un geste sûr, cingla Henri de toute la fraîcheur du déplacement de l'air marin, lui coupant la route aux pieds, pour remonter vers les habitations.
Commenter  J’apprécie          210
july57july5706 août 2016
Il eut l'impression de pénétrer dans la peinture d'un jardin exotique. Henri progressait en ce lieu avec l'émerveillement et la solennité de qui explore un territoire imaginaire voué à se dissoudre. Dans une vaste allée, il se sentit invité secret accueilli en majesté par des arbres-serviteurs. Leurs troncs imposants étaient tachetés comme ceux des platanes, mais de leurs branches, des feuilles longues et souples semblaient saluer Henri, ou s'incliner face à lui. S'en dégageait une odeur particulière, pénétrante, suave sans être sucrée, qui retint le jeune homme. Il respira de tout son être, tâchant de propager ce parfum inédit dans son corps entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mfrancemfrance24 juillet 2016
La tension physique des efforts requis par la préparation s'effaça lentement. Henri prit enfin la mesure du paysage, de sa situation. De la joie franche que cette préparation, et cette dégustation raffinée mais sauvage, lui procurait. Il eut la soudaine et pénétrante impression de communier avec tout ce qui l'entourait.
Henri se dit que c'était peut-être cela, ou quelque chose qui y ressemble, être libre. Sans doute était-ce exactement ce que Youna était venue chercher ici. Au reste, elle l'avait dit. Il comprit alors à quel point elle pouvait craindre qu'il ne fût une menace. Car sans doute, rien au monde n'était plus précieux que ce sentiment. Ou cet état. Ou cette manière d'être au monde. Et rien, assurément, n'était plus fragile.
Page 122-123
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Sophie Van der Linden (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Van der Linden
Sophie van der Linden - de terre et de mer .Sophie van der Linden vous présente son ouvrage "De terre et de mer" aux éditions Buchet-Chastel. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/74266/sophie-van-der-linden-de-terre-et-de-mer Notes de Musique : "Red Wine" by Small Colin - Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
556 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
. .