AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290340455
216 pages
Éditeur : J'ai Lu (01/01/2004)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 196 notes)
Résumé :
Cugel, voleur sans scrupule et beau parleur, commet un jour l'erreur de vouloir dérober de précieux objets à Lucounu, le Magicien Rieur. Mais ce dernier, qui n'a de rieur que le nom, décide d'une punition exemplaire: Cugel se verra envoyé aux confins du monde pour y retrouver une lentille de verre violette. Et pour s'assurer qu'il mènera sa mission à bien, Lucounu incruste par magie dans son ventre une créature qui lui rendra compte de sa loyauté. Pour se sorti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Fifrildi
  18 août 2019
Cugel serait un des personnages les plus célèbres de l'oeuvre de Jack Vance. Pour ma part, je ne l'ai pas trouvé très sympathique. Au vu de toutes ses aventures, il est très hasardeux de croiser sa route. Cela pourrait vous faire penser qu'il est le « vilain méchant » de l'histoire, que nenni ! Cugel est un anti-héros. Il est déterminé à mener à bien sa quête et pour cela il est prêt à tout. Il est sans scrupules et sans honte et sème des victimes collatérales partout où il passe.
Pris la main dans le sac par le magicien Iucounu, Cugel subit l'invocation nommée Transfert Laganétique de Thasdrubal. Il se retrouve quelque part dans le nord pour récupérer une lentille de verre violet afin de réparer son offense.
Cugel la récupère assez rapidement mais il va devoir trouver le chemin pour rentrer chez lui. Il ne rêve que d'une chose : se venger d'Iucounu.
N'est-ce pas Etarr qui a dit dans Un monde magique : « Qu'est-ce que la vengeance ? Je ne veux pas m'en soucier. Sous peu, quand le soleil s'éteindra, les hommes se retrouveront plongés dans la nuit éternelle et tout mourra. La Terre continuera de tourner dans les ténèbres infinies, avec son histoire, ses ruines, ses montagnes réduites à des monticules. Pourquoi la vengeance ? » ?
La vengeance est un puissant moteur qui donne zèle, ardeur et conviction. Il lui faudra bien tout cela pour faire face aux dangers auxquels il va être confronté.
Une lecture amusante avec une fin qui donne envie de lire la suite.

Challenge défis de l'imaginaire 2019
Challenge Jack Vance / Philip K. Dick 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
BazaR
  04 juillet 2015
Voilà une lecture bien rafraîchissante par ces fortes chaleurs !
Entre « Un monde magique » et « Cugel l'astucieux » il s'est passé 15 ans, quinze années d'abandon de la Terre mourante par son créateur. Croyez-vous que Cugel reflète un Vance plus âgé et plus sage ? Que nenni ! Il est plutôt retombé en enfance le gars.
Sur cette planète Terre qui attend la fin de son Soleil d'un instant à l'autre, les habitants ont visiblement décidé de considérer la situation avec humour. « Ça peut pas être pire de toute façon ! » semblent-ils-nous dire. Et Cugel représente la quintessence de cet esprit.
D'accord c'est pas un mec de confiance. Il vous entortille avec ses jolies phrases mais il ne sert que ses propres intérêts, qu'il s'agisse d'acquérir des richesses, de sauver sa peau ou de déniaiser la gueuse. Franchement j'aimerais pas l'avoir pour ami. Mais comme tous ceux qu'il rencontre sont du même tonneau, on peut plaider la légitime défense votre honneur !
Qu'est-ce qui lui arrive en fait ? Eh bien un type incite Cugel à visiter discrètement le palais du magicien Iucounu et à en ramener quelques objets utiles et onéreux, mais Cugel se fait prendre la main dans le sac. Iucounu, bon prince, ne lui coupe pas la tête tout de suite mais l'envoie en mission dans le Nord absolu (près de Lille dans le futur) pour ramener une babiole. Histoire de s'assurer qu'il reviendra, une petite bestiole griffue du nom de Firx s'installe en selle sur son foie et le titille quand il traîne trop en route.
C'est l'accomplissement de la mission et le long chemin du retour qui occupe le roman (séries de nouvelles serait plus exact).
Qu'on ne vienne pas me dire qu'on est pas dans du Vance pur jus ! On passe son temps à visiter des contrées étranges habitées par des individus louches ou des sociétés aux moeurs aussi bizarres qu'intransigeants. Et l'ambiance est clairement détendue malgré les dangers encourus. J'ai eu l'impression de voir agir des acteurs de théâtre de boulevard, du Feydeau, du Lewis Carroll et parfois même d'être dans un bon vieux Bugs Bunny. le plus chouette c'était les dialogues et réparties ou le perdant risque gros. Cugel crie au scandale, réclame justice, en appelle à la logique ou aux Dieux, et discrètement vole une bourse, triche au jeu, envoie un pauvre hère se faire raccourcir à sa place. Quand je vous dis qu'il n'est pas fréquentable !
Tout ça n'est pas très sérieux… et c'est ça qui est génial !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
Pavlik
  03 juillet 2015
Quand ça veut pas, ça veut pas. Après la déception engendrée par la lecture d'un "Monde Magique" (premier livre du cycle de la "Terre Mourante") j'attendais de Cugel qu"il redresse la barre, en donnant de la chair et de l'âme à un monde qui m'avait laissé de marbre (ou presque).
Las, il n'en ai rien et l'omniprésent Cugel ne fut pas astucieux au point de m'embarquer avec lui. L'a-t-il été d'ailleurs ? Car en fait d'astuce, il fait surtout preuve d'égoïsme, de sexisme, de cupidité, de lâcheté, voir de violence si la situation l'exige. Et l'on comprend que le titre est ironique. Et l'on se dit que Jack Vance a surement cherché à être drôle mais force est de constater que ça n'a pas pris avec moi : que ce soit les mésaventures et les coups du sort subis par Cugel ou les moyens rocambolesques qu'il trouve pour s'en sortir (on est, en réalité, parfois pas si loin que ça du vaudeville), rien n'actionna mes zygomatiques. Et puis, aussi détestable soit le personnage de Cugel, on a du mal à croire qu'il manque d'humanité à ce point, flirtant de trop prêt avec les clichés de persos pré-tirés de Donjons et Dragons, genre le magot biclassé voleur option brute des bas-fonds, mais sans joueur pour l'incarner.
Par ailleurs, j'ai quand même du mal avec le monde de la Terre Mourante : pas de références symboliques explicites à notre monde (c'est sur ce n'est pas de la fantasy historique) mais pas non plus (pour moi, ce qui, j'en ai bien conscience, n'est pas l'avis de tout le monde) de merveilleux exotique, de "sense of wonder", expressions, apparemment, généralement associées à l'auteur. Peut-être est-ce lié, davantage qu'à un manque d'imagination, au style de Vance, qui, pour moi, manque clairement de poésie et d'ambition littéraire (alors évidemment quel est le rôle de la traduction dans tout ça...).
Enfin, l'intrigue (Cugel est obligé d'accomplir une mission pour un magicien encore plus pourri que lui) tient sur un timbre poste, ne ménage guère de suspens et n'est qu'un prétexte à parcourir la Terre Mourante. Chaque chapitre est relativement autonome, on est à mi-chemin entre le recueil de nouvelles et le roman. J'avoue, néanmoins, que celui consacré au voyage de Cugel parmi les pèlerins de différentes religions m'a quelque peu fait sourire, surtout par rapport à la vision que Vance semble avoir du fait religieux.
Je ne pense pas continuer plus avant le cycle de la "Terre Mourante", mais déterminé à honorer mes engagements du challenge Jack Vance, je vais me rabattre sur la production davantage sf de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2210
Walktapus
  17 août 2010
Comme cadre la terre dans un lointain lointain futur crépusculaire. Le soleil est en train de s'éteindre. Des communautés survivent tant bien que mal dans un monde low-tech où il y a beaucoup de déserts hantés par des monstres anthropophages et bavards.
Comme héros, Cugel, héros plein de ressources, à la langue bien pendue, pas franchement moral, et ayant son propre confort comme seul idéal, mais très malchanceux.
Cugel parcourt les continents et les océans, rencontrant diverses communautés, personnages, situations dont il va devoir se sortir. C'est à chaque fois drôle, exotique, mouvementé. Le voyage est ainsi découpé en épisodes distincts, étant chacun un récit autonome.
Un mélange de littérature d'aventure, de roman picaresque et de contes philosophiques servi par la plume d'un immense raconteur d'histoires.
Du très bon Vance. Autant Cugel l'Astucieux que Cugel Saga. Le héros a été repris plus tard par Michael Shea avec beaucoup moins de bonheur.
Commenter  J’apprécie          143
Franz
  27 février 2019
Le fanfaron effaré.
Cugel est un aventurier malgré lui, un baroudeur improvisé, un malmené par le bout du nez. Il pourrait n’être qu’un rustaud hâbleur et profiteur qu’il en aurait déjà perdu la vie si une étincelle d’astuce ne lui sauvait la face in extremis.
Dans l’antique cité d’Azenomeï, la foire bat son plein et Cugel, en bonimenteur patenté, jalouse le stand voisin de Fianosther qui ne désemplit pas à l’inverse du sien. Avec une malveillance bonhomme, Cugel s’approche du commerçant concurrent mais Fianosther n’est pas né de la dernière pluie. Sous une amabilité de surface, d’un air faussement badin, il propose à Cugel de s’introduire dans la demeure du Magicien Rieur dénommé Iucounu pendant qu’il retient ce dernier à son étal. Cugel se tâte les abattis, soupèse ses chances et décide de pénétrer la demeure du magicien pleine de richesses inestimables. En chineur expert, Cugel fait le plein d’objets précieux judicieusement choisis jusqu’au faux pas. De retour de ses emplettes, Iucounu découvre Cugel pris au piège. Après un délicieux échange aimable en surface mais lardé de faux-semblants et de menaces voilées, Cugel n’échappe à sa terrible punition qu’à condition qu’il parte en quête d’une lentille violette qui peut modifier le regard et transfigurer le monde vulgaire en délice céleste. Iucounu, nanti de cet objet magique en retour, dédouanerait Cugel pour son forfait de lèse-magicien. En attendant, il lui insère dans le ventre, posé à califourchon sur son foie, une créature magique, Frix, capable de faire souffrir atrocement Cugel au cas où il lambinerait en chemin. Farceur et sardonique, le Magicien Rieur dote Cugel d’une tablette magique apte à rendre comestible n’importe quelle matière : « morceau de bois, d’écorce, d’herbe, voire de vieille nippe » mais avec le goût d’origine. Ainsi lesté, Cugel démarre son périple mouvementé et picaresque à travers la bonne vieille Terre mourante sous les derniers rayons stellaires.
Aux dires de l’auteur, l’écriture de Cugel aura été la plus plaisante de sa vaste et longue carrière d’écrivain enchanteur. A la relecture, quarante ans plus tard, « Cugel l’Astucieux » conserve toute sa verve et sa puissance originelles. Comme le lecteur ne sait jamais par avance qui va être pris dans les rets farcesques et terrifiants de l’histoire et à quels saints vouer Cugel, le plaisir de lecture lié à l’enchaînement diabolique des faits et à l’imprévisibilité de la chute s’insinue dans les dialogues et perdure au-delà des événements contés. Les bravades et les retournements de situation sont ponctués de gloussements silencieux car on ne peut que jubiler à la casuistique de Cugel, âpre à sauver la face en se la voilant, tout en cherchant à satisfaire des appétits toujours contrariés. Cugel garde intacte l’essence de l’homme, inchangée depuis les origines jusqu’aux derniers feux d’une Terre à l’agonie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   15 juin 2015
-Et vous, Cugel l'Astucieux, pour une fois vous vous montrez réservé. En quoi consiste votre croyance ?
-Elle est quelque peu rudimentaire, admit Cugel. J'ai assimilé divers points de vue, dont chacun fait indépendamment autorité [...] D'où ma conception du monde syncrétique.
-Intéressant, dit Garstang. Et vous, Lodermulch ?
-Ha, grogna Lodermulch. Voyez cette déchirure à mon vêtement : je serais bien incapable d'en expliquer la présence ! Alors, que dire de l'existence de l'univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
WalktapusWalktapus   02 mars 2012
Cugel était un homme aux talents multiples, avec un caractère à la fois maniable et obstiné. Il avait la jambe longue, la main adroite, le doigt léger, la langue subtile. Ses cheveux, pareils à une fourrure du plus beau noir, étaient plantés bas sur son front, rejetés bien en arrière, juste au-dessus des sourcils. Ses yeux au regard perçant, son long nez fouineur et sa bouche amusante donnaient à sa figure quelque peu inclinée et osseuse une expression de vivacité, de candeur et de bonhomie.
Il avait connu bien des vicissitudes qui lui avaient enseigné la souplesse, une discrétion avisée, une maîtrise composée à la fois de bravade et de dissimulation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BazaRBazaR   02 juillet 2015
Cugel s'avança avec prudence. " Puisque tu vas mourir, dis-moi si tu as entendu parler d'un trésor caché.
-- Jamais, répondit le bandit. Mais tu serais la dernière personne à qui je le dirais, étant donné que tu m'as tué."
Commenter  J’apprécie          174
PavlikPavlik   05 juin 2015
Remarque ceci : je bois du vin, alors que je ne suis même pas sûr de vivre assez longtemps pour ma saouler. Crois-tu que ça me décourage ? Non ! Je rejette l'avenir ; je bois maintenant, je me soûlerai comme me le dicteront les circonstances.
Commenter  J’apprécie          150
BazaRBazaR   04 juillet 2015
La véracité des faits que je viens de vous exposer ne peut aucunement être mise en doute. L'orthodoxie découle de ce fondement axiomatique et les deux systèmes se renforcent mutuellement ; par conséquent, chacun d'eux est doublement validé.
Commenter  J’apprécie          132

Video de Jack Vance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Vance
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..