AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Deutsch (Autre)
ISBN : 2277117234
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 197 notes)
Résumé :
Isolé sur Tschaï, Adam Reith cherche à s'emparer d'un vaisseau spatial qui lui permette de fuir la planète hostile et le ramène sur Terre. Pour obtenir ce vaisseau, il lui faut des sequins, beaucoup de sequins. Ils poussent dans l'île de Carabas; son sol et ses falaises en sont jonchés. Mais l'île est avant tout le terrain de chasse des redoutables Dirdir.
Adam Reith s'associe avec un Homme-Dirdir renégat et un jeune habitant des steppes du Kotan. A eux trois... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  19 août 2015
Challenge Jack Vance, épisode 5 :
"Le Dirdir", sorti initialement en 1969, est le 3e tome du "Cycle du Tschaï" ("Planet of Adventure" en VO, un titre nettement plus évocateur).
L’équipage du vaisseau Explorateur IV se rend dans le système de La Carène 4269, pour découvrir qui a tenté de communiquer avec la Terre il y a 150 ans (décalage temporel des distances en années-lumière oblige), mais l’appareil n’a pas le temps d’entrer dans l’atmosphère de la planète Tschaï qu’il est abattu par une torpille d’origine inconnue. Seul rescapé du crash, Adam Reith doit survivre et découvrir ce nouveau monde qui l’entoure, pour ensuite identifier ceux qui les ont appelés et ceux qui les ont attaqués, avant de regagner la Terre. (La similitude saute aux yeux avec le pitch de départ de "La Planète géante" paru en 1957, l’auteur livrant sans doute ici une version améliorée du roman qui l’a rendu célèbre en son temps.)

Sur Tschaï, plus on est de fous et plus on rit : c’est une planète de dingues où l’irrationalité est la normalité !


Jack Vance s’amuse comme un petit fou à donner corps et à donner vie à toutes ses civilisation et en bon worlbuilder l’auteur décrit chaque peuple avec un luxe de détails en et leur offre une géographie, une histoire et une culture avec sa langue, ses lois, ses modes…). On s’inspire des récits de voyages coloniaux et des carnets ethnographiques : Adam Reith fait l’effet d’un Américain du Middle West paumé à Zanzibar ! Mais derrière son odyssée, on peut déceler une critique du Tiers-Monde colonial tout autant qu’un critique des Etats-Unis, colonisés devenus colonisateurs… Il aborde le choc des civilisations avec des peuples tantôt exploités tantôt exploiteurs à travers des thèmes comme l’acculturation ou la déculturation : dommage que cela reste léger comparé à l’arrière-plan paternaliste du roman.
L’auteur est également un bon peintre qui excelle dans les descriptions évocatrices véritables invitation au voyage, d’autant plus qu’ici les personnages se déplace de civilisation en civilisation à travers les steppes, les océans ou les cieux. L’auteur est également et un dialoguiste qui nous régale de joutes verbales pleines de roublardises et d’hypocrisie entre les différents protagonistes de l’aventure (mention spéciale à Anacho !)

Bien sympa ce tome 3, simple, linéaire et prévisible, mais bien sympa quand même. Le récit est divisé en 2 parties :
- comment gagner des sequins ? (suivi d’une chouette scène d’action)
- comment dépenser les sequins ? (suivi d’une chouette scène d’action)
Après l’échec de l’opération commando chez les Wankhs, Anacho conseille à son compagnon de se rendre chez les Dirdirs et d’utiliser leurs chantiers pour construire le vaisseau spatial qui lui fait toujours défaut. Encore faut-il avoir l’argent nécessaire… La voie la plus simple et la plus rapide est d’aller récolter les bulbes de fleurs rares dans la région des Carabas, sauf qu’il s’agit de la réserve de chasse des Dirdis qui se faisant traquent, tuent et dévorent les êtres humains qui s’y aventurent. (L’économie de Tschaï semble en grande partie basée sur les fleurs, les parfums, et les essences mais ce n’est jamais explicité et encore expliqué : c’est bien dommage !)
Durant pas mal de page, Adam Reith se demande quel est la meilleure manière d’optimiser leurs chances de succès et de survie avant d’option pour une solution inédite : que les chassés deviennent chasseur ! (Ce que les prédateurs ne trouvent pas très fair play). Et tout cela se termine par une chouette scène d’action mettant Traz à l’honneur…
Désormais richissime, Adam Reith pour élaborer son vaisseau spatiale met en contact via Anacho avec l’ignoble Aïla Woudiver (orgueilleux, cupide, lubrique, obèse et pédophile… un méchant bien haïssable, véritable alter ego sud baron Vladimir Harkonnen du "Dune" de Frank Herbert). Je dois avouer que j’ai failli m’endormir durant les tractations sont fin entre les deux têtes de mules, notre héros faisant une fois de plus preuve de sa pingrerie habituelle. Le héros prend de haut son vis-à-vis et essaye de l’arnaquer tout en l’insultant, avant de se lamenter sur sa trahison… Tant mieux, tant pis car Adam Reith doit organiser une opération exfiltration pour libérer son compagnon Anacho offert en proie aux prédateurs dirdirs dans la Boîte de Verre qui fait office de colisée romain…
Et dans l’épilogue, notre héros retourne contre les Dirdirs les subtilités de la culture et affronte en ordalie l’un de leurs champions pour s’innocenter lui et ses amis des crimes dont ont les accuse…
Au final, un bon moment de SF vintage voire pulpienne. Mais on sent quand même que l’auteur s’est déjà lassé de ses jouets, et franchement c’est bien dommage.

On a donc tous les ingrédients d’un bon récit picaresque de SF résolument vintage : à la jonction des années 1960 et années 1970 on ici mélange agréablement le space-opera à aventures et le planet-opera à thèmes. Cela sent le pulp à la Edgar Rice Burroughs, donc outre la similitude avec "Le Guerrier de Mars" de Michael Moorcock, j’ai eu la joyeuse impression de lire une aventure en technicolor de "Flash Gordon", de "Buck Rogers" ou de "Captain Future". J’ai passé un bon moment, mais les événements s’enchaînent de manière trop rapide et trop facile, même pour un pulp…
Mais on rencontre toujours les limitations de l'auteur...
* Le héros Adam Reith n’est pas sympathique du tout. Les héros pulpien n’ont jamais été très subtils, mais là on est presque dans la caricature du héros républicain (qui a été rooseveltien avant d’être reaganien).

* Le sexisme et la misogynie. On connaît l’auteur, ce n’est pas nouveau mais on s’en passerait bien volontiers…

* Le syndrome Vance ! C’est-à-dire un excellent bâtisseur d’univers qui jubile à déballer ses jouets et à s’amuser avec mais qui s’en lasse très vite et qui n’hésite pas à bâcler ses histoires pour mieux passer à autre chose. Du coup, le récit est bien souvent prétexte à nous servir de guide touristique et à nous emmener en ballade à travers les contrées hautes en couleurs si chères à l’auteur…

Et maintenant, direction "Le Pnume" !!! blink
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
Crazynath
  10 juin 2019
Troisième tome du cycle de Tschai de Jack Vance, le Dirdir nous permet de retrouver Adam Reith toujours à la recherche d'un moyen pour quitter cette singulière planète qu'est Tschai.
Toujours accompagné par Traz et Anacho, l'homme dirdir, il sillonne la planète et comprend que pour arriver à ses fins (c'est-à-dire retourner sur la planete Terre) il va devoir construire un vaisseau spatial.
Pour cela, comme partout dans le monde, il faut des espèces sonnantes et trébuchantes et le moins que l'on puisse dire, c'est que nos trois compagnons en sont plutôt dépourvus. Il va falloir trouver un moyen rapide de se renflouer. Qui dit moyen rapide implique souvent une prise de risque non négligeable.
Et c'est exactement ce qui va se passer. On trouve effectivement dans certains endroits occupés par les dirdirs des pierres qui valent des fortunes. Mais il s'agit avant tout de ne pas se faire attraper par ces redoutables prédateurs…
Adam Reith va une fois de plus prouver ses capacités à élaborer un plan pour arriver à ses fins. Les scènes d'actions sont réussies et se lisent avec plaisir.
La deuxième partie va être consacrée à l'objectif principal : la construction du vaisseau. Adam Reith trouvera-t-il des personnes capables de l'aider dans cette entreprise délicate il faut le dire ?
J'ai bien aimé ce troisième volet qui fait la part belle au côté aventures. Non seulement on découvre des aspects encore méconnus de la planète et de ses habitants, mais aussi on suit avec intérêt les pérégrinations d'Adam Reith.

Challenge Séries 2019
Challenge Jack Vance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Tatooa
  01 avril 2015
Je trouve que ce tome est le meilleur des trois que j'ai lus, pour l'instant. Entièrement consacré au but premier de Reith (quitter Tschaï et donc se procurer un vaisseau par tous les moyens), on a les moeurs des Dirdirs et Hommes-Dirdir bien développés (ils sont peu sympathiques, d'ailleurs, dans l'ensemble, et on comprend qu'Anacho soit dubitatif et "choqué" par l'amitié que Reith lui porte).
Siviche est une ville "coupe-gorge" dans tous les sens du terme pour les hommes, et les "sous-hommes" tels que Reith et Traz y sont réellement quantité négligeable. Heureusement qu'ils ont un Homme-Dirdir de leur côté, qui leur explique toutes les coutumes, sinon je pense que Reith n'aurait pas fait long feu. D'ailleurs, il leur en arrive des vertes et des pas mûres dans ce tome, Woudiver faisant un méchant qu'on adore détester, obtus, rapace et vindicatif.
C'est une excellente série (le côté positif de l'histoire c'est qu'il n'y a pas de femmes, donc la tendance très misogyne de Vance n'agace pas, ici).
Tschaï est une planète décidément peu accueillante pour les hommes, même s'ils y sont légions, c'est foisonnant en cultures et en paysages, ce récit, vraiment excellent !
J'ai commencé le dernier tome "le Pnume" sitôt celui-ci fini...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
jamiK
  19 août 2018
Malgré la déception du deuxième tome, je me suis lancé dans ce troisième volume du Cycle de Tschaï, et je ne regrette pas. Les défauts du deuxième volume sont toujours là, un peu trop de préoccupations économiques, un héros un peu trop propre et superficiel, mais heureusement, l'action, le suspense et les inventions ethnologiques sont de retour pour mon plus grand bonheur, ça bouillonne à nouveau sous la plume de Jack Vance et le plaisir est au rendez-vous.
Commenter  J’apprécie          170
Walktapus
  01 juin 2012
Ce troisième tome est plus prenant que les précédents, alternant optimisme, sourde frustration et flambées de violence. On y voyage moins. En revanche, l'intrigue est mieux ficelée. Adam Reith se transforme, son obsession le conduit de plus en plus à faire taire toute pitié. Même s'il reste toujours loyal envers ses amis, il perd (temporairement) sa dimension messianique et semble animé par des motivations plus personnelles.
Les ETs sont plus fouillés que ceux des tomes précédents.. Les dirdirs sont des créatures fascinantes, décrits et abordés de manière fascinante. le rendez-vous avec les hommes-dirdirs était en quelque sorte attendu depuis le début de la série, à cause de la présence d'Anacho, et il ne déçoit pas, la thématique hommes-dirdirs étant étroitement liée à l'intrigue grâce notamment au personnage d'Aïla Woudiver.
Un bon opus qui fait rebondir l'intérêt pour la série après un Wankh qui s'essouflait un peu. Ne reste plus qu'à aborder les énigmatiques pnumes.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   25 août 2015
Anacho lui avait expliqué quelque temps auparavant les mœurs sexuelles des Dirdir :
- Les faits se ramènent essentiellement à ceci : il y a douze variétés d'organes sexuels mâles et quatorze d'organes sexuels féminins. Seules un certain nombre de conjonctions sont possibles. Par exemple, le mâle de type un est compatible avec les femelles de type cinq et neuf à l'exclusion de toute autre. La femelle de type cinq s'associe uniquement avec le mâle de type un, mais celle de type neuf possède un organe moins étroitement spécialisé et est compatible avec les mâles de type un, onze et douze. Le système est d'une complexité fantastique. Chaque variété mâle et femelle possède un nom spécifique et des attributs théoriques qui ne sont que très rarement réalisés - pour autant que le type auquel appartient l'individu demeure secret. Tels sont les « mystères » des Dirdir. Si le type d'un individu est révélé, l'intéressé est censé se conformer aux attributs théoriques de ce type, quels que soient ses penchants personnels. II est peu fréquent qu'il s'y résolve et cela le place dans une situation constamment embarrassante. Comme tu peux l'imaginer, une procédure aussi compliquée requiert énormément d'attention et une grosse dépense d'énergie. C'est peut-être aussi parce que cet état de choses a pour effet de dissocier les Dirdir, de les obséder et de les obliger à dissimuler, qu'ils ne sont pas parvenus à envahir les autres mondes de l'espace.
- Stupéfiant! avait murmuré Reith. Mais si les types sexuels sont secrets et généralement incompatibles entre eux, comment les Dirdir s'y prennent-ils pour s'accoupler et se reproduire ?
- Il existe plusieurs procédés : le mariage d'essai, les « assemblées des ténèbres », comme on les appelle, et les préavis anonymes. On tourne la difficulté. (Anacho avait ménagé une pause avant de poursuivre délicatement :) Il est à peine besoin de préciser que les Hommes-Dirdir et les Femmes-Dirdir de basse caste, n'ayant ni « noble divinité » ni « secrets », sont considérés comme des créatures déficientes et quelque peu grossières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   16 septembre 2015
[Aïla Wouvider] Tu emplois les mots dans un sens inexact. Je n’ai trahi personne : j’ai démasqué un criminel afin qu’il subisse le sort qu’il mérite. Je ne dois de loyalisme ni à toi nu aux tiens. Tu n’as pas été loyal envers moi et tu aurais fait encore pire si l’occasion t’en avait été donnée. Rappelle-toi, Adam Reith, que l’amitié ne doit pas être à sens unique : n’espère pas recevoir ce que tu refuses à offrir. Si mes attributs te semblent détestables, sache bien que j’en ai autant à ton service. Lequel de nous deux a raison ? Indiscutablement moi, eu égard aux critères qui sont ceux des lieux et de l’époque où nous vivons. C’est toi l’indésirable et tes protestations sont grotesques qu’irréalistes. Tu me reproches ma cupidité exagérée : as-tu oublié, Adam Reith, que tu as jeté ton dévolu sur moi pour que j’accomplisse des actes illégaux moyennant rétribution ? C’était cela que tu espérais ; ma sécurité, mon avenir, tu n’en as cure. Tu es venu ici afin de l’exploiter, de m’inciter à me lancer dans des entreprises dangereuses en échange de sommes dérisoires. Ne te plains pas si ma conduite semble n’être que le reflet fidèle de ta propre attitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   22 août 2015
Et Reith poursuivit ses réflexions. De façon générale, la vie sur Tschaï jouait sur un clavier plus étendu que la vie sur la Terre. Les passions y étaient plus exacerbées : le chagrin plus poignant, la joie plus exaltante, les personnalités plus tranchées. Les Terriens paraissaient par contrastes des créatures méditatives, relatives, retenues. Sur la Terre, le rire était moins tapageur. Néanmoins, l'horreur y était moins fréquente. Reith se posa une question familière : « Et supposons que je retourne sur la Terre. Pourrai-je m'adapter à une existence aussi placide et aussi posée ? Ou bien passerai-je le restant de mes jours à regretter les steppes et les mers de Tschaï ? » Il eut un petit rire sans joie. C'était là un problème qu'il accepterait avec plaisir de voir se poser !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   21 août 2015
- L'une des vertus des Dirdir est le zs'hanh, ce qui veut dire : « indifférence dédaigneuse envers les activités d'autrui ». Il existe vingt-huit castes de Dir¬dir, que je ne t'énumérerai pas, et quatre castes d'Hommes-Dirdir : les Immaculés, les Intensifs, les Estranes et les Clutes. Le zs'hanh est un attribut des Dirdir du quatrième au treizième grade. Les Immaculés le pratiquent également. Le zs'hanh est une noble doctrine.
Reith secoua le menton avec étonnement.
- Comment les Dirdir sont-ils parvenus à créer une civilisation technique cohérente avec toute cette cacophonie de volontés contradictoires ?...
- Tu ne comprends pas, fit Anacho de sa voix la plus nasillarde. La situation est plus complexe que cela. Pour accéder à la caste suivante, le Dirdir doit être accepté par le groupe hiérarchiquement supérieur, et ces par ses réalisations, non par son opposition, qu’il obtient de l’être. Le zs’hanh ne convient pas toujours aux basses castes, non plus qu’aux très hautes, qui professent la doctrine du pn’hang, c’est-à-dire : « sagacité corrosieve ou rongeuse de métal ».
- Je dois appartenir à une caste élevée, rétorqua Reith. J’ai l’intention de faire appel au pn’hanh plutôt qu’au zs’hanh. Je veux exploiter tous les avantages possibles et éviter tous les risques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   16 août 2015
Songeur, il regagna la taverne où, dans un coin de la salle commune, Traz et Ankhe at afram Anacho, l’Homme-Dirdir, étaient en train de faire un repas de viande et de pain. Ils ne se parlaient pas. C'étaient deux créatures disparates et chacun trouvait l'autre incompréhensible. Anacho, grand, maigre et blafard comme tous ses congénères, était totalement chauve ; il portait maintenant un bonnet à pompons à la mode yao pour que sa calvitie se remarquât moins. Ses réactions étaient imprévisibles ; il avait tendance à se montrer bavard, était porté à la facétie et avait de brusques sautes d'humeur. Traz, franc du collier, morose et dru, était son antithèse dans presque tous les domaines. Il jugeait l'Homme-Dirdir vaniteux, trop raffiné et hypercivilisé. Et Anacho le trouvait dénué de tact, austère et exagérément prosaïque. Comment ces deux êtres parvenaient-ils à voyager de compagnie en vivant à peu près en bonne intelligence ? Pour Reith, c'était un mystère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Jack Vance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Vance
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox