AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352947251
Éditeur : Bragelonne (19/02/2014)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Véritable bible illustrée, ce collector retrace les origines du steampunk, des pères fondateurs comme Jules Verne ou H. G. Wells aux nombreux auteurs, artisans et artistes qui ont illustré les canons du genre, à travers la mode et le culte des accessoires futuristes. Rehaussées d'illustrations et de photographies professionnelles soignées, ces pages hautes en couleur abordent la littérature, les arts, le cinéma et toutes les références cultes propres à ce courant pl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Musardise
  17 avril 2016
Commençons par le commencement, à savoir le le titre. Voilà des auteurs qui ne se mouchent pas du pied, en prétendant écrire un livre qui serait une bible sur le mouvement steampunk, à savoir à la fois un ouvrage exhaustif (ce qu'il est loin d'être) et la référence incontournable en la matière (ce qu'il n'est pas davantage). Et ce n'est pas chipoter que de critiquer ce titre on ne peut moins prétentieux, car il résume bien tout le manque d'humilité des auteurs (il faut voir le panégyrique consacré à Jeff Vandermeer en fin d’ouvrage !!!) - ainsi que les limites qui en découlent forcément.

Cet ouvrage est typiquement américain, c'est-à-dire qu'il est un exemple parfait de ce que la culture américaine peut produire de plus détestable. Il est autocentré (américanocentré, devrais-je dire), en cela que les auteurs ont choisi de s'enfoncer des œillères pour tout ce qui concerne le mouvement steampunk hors des États-Unis d'Amérique (deux pages sont consacrées vite fait à la France et au Brésil en fin d'ouvrage, histoire d'avoir l'air ouvert sur le monde). Il fait peur tellement les personnes interrogées et les auteurs font preuve d'un manque de culture flagrant : ainsi, on apprend que les membres du mouvement steampunk connaissent Jules Verne via Disneyworld, mais que ses livres, si jamais ils en ont ouvert un, leur sont tombés des mains... Les auteurs de l'ouvrage, quant à eux, ne voient qu'une seule influence aux romans de Wells et Verne : Edgar Poe.

Lorsqu’ils s'intéressent vaguement à la France, c'est pour vanter l'originalité des Machines de L'île, à Nantes, patrie de Verne. Comme ils n'ont guère enquêté, ils ne savent pas que ces machines sont une variation des Géants de la compagnie Royal de Luxe, qui marchent tellement bien que la troupe vit sur ces acquis depuis plus de vingt ans et que Les machines de l'île procèdent du même phénomène. Il y a bien longtemps que les fondateurs de Royal de Luxe (et donc des Machines de l'île) ont cessé d'être inventifs, mais ça, Vandermeer ne le sait pas. Tel un touriste lambda, il se laisse avoir à l’esbroufe par tous les projets soi-disant steampunk qui fleurissent ici et là et dont on ne conçoit guère l'intérêt, ou, du moins, l’originalité (il faut voir comme les réponses des créateurs aux questions qu'on leur pose sont creuses). Il ne voit pas, pas plus que les personnes qu'il interroge, que la plupart des projets steampunk évoqués prennent racine dans l'art brut, l'art folk, l'art outsider - l'obsession créatrice en moins. Il ne connaît pas Max Ernst (artiste surréaliste pourtant suffisamment célèbre), donc ne sait pas que celui-ci a concocté des œuvres à base de collages et de gravures autrement plus intéressantes et délirantes que celles qu'on nous donne à voir ici.

Je passe sur le fait que je ne sais quelle personne interrogée prétend que l'intérêt du public pour les dissections est typiquement victorien (ça date du XVIIIème siècle, en fait, et c'est pas du tout originaire d'Angleterre, mais plutôt de France ou d'Italie), ou que tel autre pense que le motif de l'insecte, de l'organique en art est également typique de la société victorienne (c'est typiquement Art Nouveau, et plus belge, allemand, autrichien, français, hongrois ou italien qu’anglais). Enfin, je n'ai absolument pas compris pourquoi on voulait à tout prix fourrer l'artiste Kris Kuksi dans le carcan du steampunk. Bref, l'ouvrage révèle une belle étroitesse d'esprit, une culture des auteurs extrêmement lacunaire et un contenu assez pauvre.

D'autant plus pauvre que Vandermeer ne s'est pas donné la peine de réfléchir vraiment à ce qu'est le steampunk. Aussi n'y voit-il qu'un chouïa d'intérêt pour la science et la technologie associé à une tendance au bricolage et à une esthétique et à un cadre pseudo-victorien (oui, parce qu'à la fin du XIXème siècle, le monde entier se résumait à l'Angleterre victorienne). Je ne m'étendrai pas sur le fait que la littérature steampunk, notamment, ne prend pas forcément racine dans un cadre rétro-futuriste fin XIXème. Qu'en est-il de la référence à la culture populaire, si chère au steampunk, au jeu constant des références littéraires, historiques et autres ? Vandermeer n'en a cure, il n'y a même pas songé. Au moins, l'ouvrage d’Étienne Barillier sur le même sujet, bien qu'écrit dans un style assez lourd, posait, lui, toute une série de questions intéressantes sur le steampunk.

Quelques qualités, cependant. Le style est agréable, ce qui est rare dans un ouvrage de ce type. Les chapitres consacrés à la naissance de la littérature steampunk et à la BD sont corrects (celui sur le cinéma est en revanche ridicule, tellement le manque d'analyse fait défaut). Et il faut bien reconnaître à Vandermeer l'ambition d'embrasser tout le phénomène steampunk et de ne pas se limiter aux domaines habituellement abordés : littérature, cinéma, BD, jeux vidéo. Seulement, voilà, La Bible steampunk confirme ce que je supputais déjà : la communauté steampunk n'est pas plus intéressante qu'une autre. Elle ne l'est sans doute pas moins, mais, malheureusement, ce que Vandermeer fait ressortir ici, c'est l'idée que le steampunk est pour beaucoup de gens un passe-temps comme un autre et que beaucoup de membres de la communauté se contentent de pérorer. Les seules personnes intéressantes (bon, peut-être pas les seules, mais presque), qui ont réellement quelque chose à dire, sont les membres du groupe Humanwine, qui revendique un positionnement politique et dit chercher à lutter contre l'abrutissement de la société. Mais ceux-là ne se revendiquent pour autant pas comme steampunk...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Aelynah
  31 août 2015
Bible c'est le mot car tout y est.
Si vous ne connaissez pas encore le sujet, si vous êtes deja accro ou si vous voulez juste ne pas mourir idiot alors n'hésitez plus.
Articles, photos, gravures ou schémas ce livre est documenté comme une vraie vitrine du steampunk.
Je ne l'ai pas encore fini mais chaque chose que j'y découvre me plonge plus encor dans ma passion.
Commenter  J’apprécie          80
Nyfa-Mars
  24 mars 2015
Un livre essentiel à posséder!
Cette bible est une vraie oeuvre d'art, autant par sa couverture que par son contenu. Elle permet de découvrir les différents aspects du Steampunk, à la fois en explorant le genre littéraire et tout ce qui découle de cet univers.
Aussi il offre une initiation la philosophie du mouvement Steampunk d'aujourd'hui, à travers la mode, la musique et tout un style de vie.
Ce livre est un vrai bonheur à lire et relire, un source d'inspiration disponible selon les envies.
Commenter  J’apprécie          30
lessortilegesdesmots
  13 août 2016
j'ai appris énormément de choses non seulement autour de la littérature steampunk mais également de la culture steampunk. Il y est question de tellement de sujets. On passe de la littérature au cinéma en passant par la musique, la mode et l'ingénierie. C'est un univers qui ne cesse d'évoluer et on le comprend parfaitement par le biais de ce livre. On nous explique la naissance de cette culture à nos jours. Il y est également question de son avenir. Je n'imaginais pas une seconde l'étendu de cet univers. Il est juste immense. Les auteurs de ce livre ne se contente pas seulement de raconter l'histoire de cette culture et ses différents aspects, ils agrémentent le livre d'interview de groupe musicaux, d'auteur ou d'extrait. On y trouve des construction steampunk, des illustrations et photos juste magnifiques (je crois que j'irais faire un tour à Nantes un jour).
Bref, je n'ai pas grand chose à dire sur ce livre juste parfaitement maîtrisé. Tous les sujets sont abordés. Si vous ne connaissez pas et que vous êtes curieux ou si vous connaissez mais êtes encore novice, c'est plus qu'une entrée en matière. Vous trouverez énormément de références à découvrir. Il y a de quoi faire. Je suis juste émerveillée.
Lien : http://lafetedesmots.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mellemars
  12 mars 2014
Bragelonne l'a sortie en français récemment, mais ça faisait déjà deux ans que j'avais l'original^^ C'est très chouette comme bouquin, mais pas assez pointu ni fourni pour moi :)
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Elbakin.net   30 avril 2014
Avec une bonne dose de corsets, de lunettes d’aviateurs, de machines improbables bricolées dans la plus pure veine du Do-it-Yourself… Un livre à picorer selon ses envies du moment, et qu’on refeuillette avec plaisir.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   19 avril 2016
"Par exemple, un grille-pain Ikea, avec un cache sur le bazar et un pauvre levier, c'est l'antithèse du steampunk. Si vous êtes steampunk, vous avez construit votre grille-pain, vous savez le réparer et vous savez quand il est cassé. Cacher les rouages, ça revient à abrutir la société. En revanche, si les gens se prennent en main et s'émancipent, la société s'élève.
Pour moi, c'est ça le steampunk. Ca n'a rien à voir avec les fringues. Je veux dire... les filles ont le droit de se balader en corset toute la nuit si ça leur chante - au risque d'étouffer. Elles sont bien mignonnes. Mais elles se plantent. Être steampunk, c'est être paré à tout. Avoir une tenue adaptée à toutes les situations. De la tempête de sable à la nuit arctique."

Holly Brewer, citée dans un entretien avec Desirina Boskovich
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
shamandalieshamandalie   12 août 2015
Le passé est un futur qui est déjà arrivé.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jeff VanderMeer (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeff VanderMeer
ANNIHILATION (2018) Bande Annonce VF
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3009 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre