AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352121345
Éditeur : 6 Pieds sous Terre Editions (05/10/2017)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
L'histoire du mouvement sectaire protestant révolutionnaire des anabaptistes de Münster est une histoire vraie, peu connue, mais très riche de sens. Elle se passe dans l'Allemagne de 1493 à 1536, à l'époque de Luther, d'Erasme et de Dürer.
Souvent qualifiés de proto-communistes, les anabaptistes de Münster ont développé une idéologie de la révolution étonnamment moderne, qui trouve de troublantes similitudes avec plusieurs idéologies de notre XXe siècle. >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Foxfire
  29 mai 2019
Autant prévenir d'emblée, cette B.D ne plaira pas à tout le monde. « La passion des anabaptistes » est une oeuvre aride, d'un abord difficile, peu accessible, pas vraiment destinée à un large public. Tant le propos que le graphisme, tout dans cette B.D est sombre. Austérité et radicalité sont ici les maîtres-mots.
Partant des révoltes paysannes, sociales et religieuses, du XVIème siècle en Allemagne, le récit va aborder la naissance du protestantisme et petit à petit va s'intéresser plus particulièrement aux anabaptistes de Munster. Cette édition regroupe l'intégrale des 3 volumes, chacune des parties s'attachant plus particulièrement à une figure de ces révoltes socio-religieuses : d'abord Joss Fritz, puis Thomas Müntzer et enfin Jean de Leyde. Avec ce dernier, on atteint un paroxysme de radicalité. le récit alterne l'évocation de ces figures sous forme de bande-dessinée et l'histoire de Martin Luther sous forme de texte.
Le thème est, a priori, peu séduisant et, de fait, n'enthousiasmera sans doute pas les foules tant le traitement est particulier.
Le scénario de Vandermeulen est remarquable. le récit est assez factuel, jamais l'auteur ne semble prendre parti pour les uns ou les autres. Il raconte sans pour autant que le récit soit désincarné. Au contraire, « la passion des anabaptistes » est une oeuvre fiévreuse, animée d'une tension constante et d'une atmosphère terriblement sombre.
Le récit avance lentement tout en étant très prenant tant il est tendu vers cet épisode paroxystique de Jean de Leyde. D'ailleurs, selon moi, « la passion des anabaptistes » ne peut se lire que sous forme d'intégrale (ou en enchaînant les 3 tomes comme s'il s'agissait d'un seul volume).
L'aspect visuel est lui aussi jusque-boutiste. Ambre propose un travail qui ne cherche pas à flatter l'oeil. le dessin, inspiré des gravures de l'époque (notamment celles de Dürer), tout en hachures, très sombre, évoque plus qu'il ne montre. le dessin est parfois si sombre qu'on a peine à l'appréhender. Je n'avais jamais vu tant de noirceur dans une B.D, ce qui est en parfaite adéquation avec le sujet.
Les visages sont la plupart du temps laids, souvent abîmés. Il y a beaucoup de gros plans, sur des mains qui prient, sur des visages aux regards profonds comme les ténèbres… Même dans les cadrages Ambre ne cherche pas la facilité. Tout est fait pour dérouter le lecteur, pour l'immerger d'une façon singulière dans le récit.
« La passion des anabaptistes » est une oeuvre difficile, radicale et exigeante sur la forme et sur le fond. Elle ne plaira pas à beaucoup et demande un certain investissement du lecteur. Cela vaut la peine de tenter l'expérience. Au pire, vous n'aimerez pas mais vous aurez juste perdu un peu de temps. Mais si vous parvenez à vous immerger dans cette oeuvre, la récompense est magnifique et bouleversante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
oblo
  16 octobre 2018
On pourra difficilement reprocher à David Vandermeulen d'avoir choisi un sujet facile en s'intéressant à l'émergence du protestantisme en Allemagne au début du 16ème siècle ainsi qu'aux révoltes paysannes et aux courants divergents qui l'ont accompagné. En trois livres, réunis ici en une intégrale, Vandermeulen se focalise en trois temps sur ce printemps religieux allemand, fondamental dans l'histoire européenne et mondiale. Trois temps qui sont aussi trois mouvements forts différents par leurs origines sociales, leurs ferments idéologiques et leurs répercussions religieuses. En fil rouge et dénominateur commun se trouve Martin Luther, moine augustin qui, en publiant ses 95 thèses à Wittemberg en 1517, formalisa des griefs contre l'Eglise romaine autant qu'il provoqua une onde de choc dont les retentissements se feraient entendre dans toutes les villes d'Europe.
A travers les figures de Joss Fritz, de Thomas Müntzer et de Jean de Leyde s'élaborent donc trois modèles de révolution tant sociales que religieuses. Avec Joss Fritz se noue une révolte paysanne, sociale avant tout, motivée par les vexations que subissent les travailleurs de la terre. C'est un appel à la liberté individuelle et collective autant qu'une ébauche de refondation sociale basée sur l'égalité. On comprend bien le contexte social de cette époque où les paysans supportent de moins en moins l'écrasante domination sociale et économique des puissants, mais aussi l'hypocrisie de la curie papale qui, déjà depuis quelques dizaines d'années, met en vente des indulgences, lesquelles doivent favoriser le Salut de qui les achète. En réalité, c'est un abus de l'Eglise romaine qui construit ainsi palais et églises. Si cette renaissance du Bundschuh (premier mouvement paysan qui vit le jour en Allemagne dans les années 1490, soit presque 15 ans avant celui initié par Joss Fritz) s'éteint dans le sang, elle marque durablement les esprits et occupe encore les paysans dans les années 1515-1525, lorsque, à Wittemberg, Martin Luther publie ses 95 thèses. Luther suscite un grand enthousiasme autant qu'une grande méfiance.
Le deuxième livre, autour de Thomas Müntzer, montre toute l'importance intellectuelle que revêt alors la question religieuse de la Réforme de l'Eglise. Müntzer est un maître d'universités qui adhère aux thèses de Luther. Dans son entourage, on constate déjà quelques dérives, lesquelles sont directement liées aux aspirations de Luther. Premièrement, les paysans se révoltent, croyant ainsi se conformer aux premiers écrits de Luther. Deuxièmement, les thèses de Luther répondent à une réelle exigence en matière de vie spirituelle et religieuse. Troisièmement, la remise en cause des prêtres comme médiateurs entre le peuple et Dieu conduit à favoriser un dialogue direct entre le fidèle et Dieu, parfois de façon directe et, il faut bien le dire, abusive. Aveuglé par son aspiration religieuse, Müntzer ne voit pas le détournement du message originel luthérien par certains membres de son entourage qui lui promettent des recettes miracles pour éprouver, physiquement, la présence de Dieu et pour pouvoir écouter Sa voix.
Le troisième livre de Jean de Leyde est, des trois, le plus sombre mais aussi le plus révélateur sur le plan religieux et sur le plan politique. D'un point de vue politique, l'expérience de Jean de Leyde à Munster relève de l'utopie théocratique dans laquelle Jean de Leyde, en véritable gourou, se mue en roi autocratique et mégalomane, fondant ses excès sur une lecture stricte et sans aucun recul de la Bible. Un exemple : si le destin de l'Homme, selon Dieu, est de croître et de se multiplier, cela sert de prétexte à la polygamie et à l'assouvissement le plus brutal des désirs sexuels des hommes sur les femmes. D'un point de vue religieux, la figure de Jean de Leyde amène à croiser les anabaptistes, lesquels refusent le baptême automatique des nourrissons et ne voit ce sacrement que comme l'entrée volontaire (et partant plus significative) des hommes et des femmes dans la communauté chrétienne. Ce faisant, ils remettent en cause le pouvoir ecclésiastique. Fortement condamnés par Luther, les anabaptistes de Munster connaissent une fin tragique, fin dans laquelle on reconnaîtra cependant les excès de l'Eglise catholique.
La bande-dessinée de Vandermeulen et d'Ambre est intéressante à plus d'un titre. Elle replace avec minutie, dans son contexte, une partie de l'histoire religieuse, intellectuelle et sociale de l'Europe, à savoir la naissance du protestantisme. Elle montre que ces idées ne viennent pas ex nihilo de Martin Luther mais que celui-ci, inspiré par Wyclif et Hus, rencontre le succès parce que son discours rencontre une réalité sociale marquée par la misère, l'aspiration à une vie religieuse et spirituelle plus authentique et plus intense ainsi que par les abus de l'Eglise romaine dont la conduite est fortement détachée des enseignements de l'Evangile. Point de manichéisme, cependant : les Luthériens, les anabaptistes, les rebaptisés sont autant des personnes authentiques dans leur désir de foi que de véritables fous de Dieu, au sens premier du terme, et leur exigence religieuse n'a d'égale que la cruauté et l'intransigeance dont ils peuvent faire preuve à l'encontre des catholiques. L'Eglise romaine en prend, elle, pour son grade : l'archétype du prince-évêque de Munster, Franz von Waldeck, représente autant l'opulence d'une classe privilégiée que la lucre dans laquelle celle-ci se complaît. le parcours de Luther, abondamment renseigné par des doubles pages entières d'écriture, montre aussi le cheminement d'un homme d'abord torturé par sa vie intime religieuse (en bon augustin(ien), Luther croit en la culpabilité originelle et irrémédiable de l'Homme, à commencer par la sienne propre), porteur d'aspirations de son temps et qui, le temps venu, choisira de tourner le dos aux paysans qu'il encourageait d'abord pour ne pas perdre l'oreille que des puissants comme Philippe de Hesse lui prêtent.
Tout ce récit, d'une grande densité, est servi par un dessin remarquable en noir et blanc d'Ambre, qui rappelle les gravures médiévales ou Renaissance où l'on voit ici un supplice ou là une forêt de pendus. Cette impression est renforcée par le choix de la typographie et par celui de ne pas porter les textes dans les cases, ce qui donne une dimension illustrative et presque pédagogique au dessin. le trait est très sombre, se faisant ainsi le juste miroir de ces histoires où rien ne finit bien. Il y a, dans les personnages, quelque chose d'un peu grotesque ou d'un peu caricatural, on les dirait disloqués, les visages déformés par la haine, ce qui renforce la dramaturgie générale de l'oeuvre. Les scènes de corps suppliciés sont évidemment les plus troublantes. Peu nombreuses, elles marquent cependant par leur crudité. On ne s'offusquera évidemment pas de ces souffrances données à voir ou à lire : elles ne sont que la part artistique d'une réalité séculaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de David Vandermeulen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Vandermeulen
Nous avons reçu pour notre vingt-sixième matinale Pro Nathalie van Campenhout, éditrice aux éditions Le Lombard, et David Vandermeulen, directeur de la collection "La Petite Bédéthèque des Savoirs" http://www.bdnet.com/catalogue_serie_La-Petite-Bedetheque-des-Savoirs--Albums
autres livres classés : lutherVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1178 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre