AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
4,02

sur 24 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis
Bookycooky
  04 décembre 2019
Mazel tov !
Bonne Chance ! Quand on est belge, athée, vingt ans, étudiante à Anvers, vivant avec un iranien qui a fuit le régime des mollahs, et qu'ayant besoin d'argent, on accepte un boulot de "cours de soutien scolaire " pour les quatre enfants ( de huit à seize ans) d'une famille juif orthodoxe ! L'écrivaine à cinquante ans, nous raconte sa propre expérience unique, qui date de trente ans, sur une autre planète : l'Ultra-orthodoxie,
où même les bateaux et les témoins de mariage doivent être casher.

Dés les premières lignes la prose fluide de Margot Vanderstraeten nous happe ( bravo à la traduction). Un roman extrêmement intéressant, car traite de sujets éternels mais aussi très actuels. L'antisémitisme toujours présent plus que jamais dans nos sociétés, les juifs orthodoxes qui semblent y tendre la perche ("le renforcement d'une identité propre en excluant l'autre ?"), les réfugiés du Moyen Orient, ici en l'occurrence le petit ami de l'écrivaine, un iranien qui malgré sa position sociale est toujours considéré comme l'intrus, et enfin la langue, les langues divers, néerlandais, hébreux yiddish, français et persan, langues maternelles ou non, parlées par certains des protagonistes et non par les autres, "comment nous allions pouvoir nous en sortir à long terme sans langue maternelle commune......Pourrions-nous, Nima et moi, quand les moments se présenteraient, trouver les mots justes pour nous consoler ou nous faire rire ? La langue maternelle ne formait-elle pas une société secrète au sein de laquelle un non-initié ne pouvait jamais entrer ?"
Le merveilleux de ce livre est que racontant une histoire vraie, elle nous prouve que si on va à l'encontre de ces " fanatiques " ou "ces immigrés qui polluent nos sociétés et qui feraient bien de rentrer chez eux".....la liste de citations est longue donc je préfère tronquer ici, on rencontre des personnes très proches de nous, peut-être même plus que nos compatriotes , et le résultat est que nos vies peuvent s'en enrichir, et tout cette négativité présente dans notre monde peut se muer en une énergie positive, qui ne peut qu'apporter un bien être que nous cherchons vainement, alors qu'il est à porté de nous. Les préjudices, les opinions toutes faites alimentées par des médias mal informés, l'ignorance sur l'autre, sont des barrières en cotons, qu'on peut toujours franchir si chacun faisait un peu d'effort, DES DEUX CÔTÉS . Efforts et tolérance, des notions obsolètes dans notre monde d'aujourd'hui.....ou peut-être qui n'ont jamais existé...
Un autre point intéressant c'est la dictature des lois qu'imposent la religion aux orthodoxes ( toutes confessions confondues ). Leurs points de référence absolue, qui leur donne l'assurance de faire "la chose juste", sans besoin de réfléchir, et se donner la peine de prendre des décisions, des responsabilités,.....par conséquent efforts et tolérance zéro pour tout ce qui est hors contexte, le gouffre.....
Ce livre n'est pas un chef-d'oeuvre pourtant un cinq étoiles pour moi, pour le plaisir qu'il m'a donnée à sa lecture, pour la chaleur humaine, l'intelligence, la sincérité et la tolérance qui s'en dégagent, et certains passages de la dernière partie qui m'ont beaucoup touchée. Un premier livre d'une écrivaine belge dont j'aimerais recroiser la route.

"J'étais plus ouverte sur le papier que dans la vraie vie. le papier incitait à la réflexion – tout ce qu'on dit, on l'est soi-même, mais tout ce qu'on écrit, on peut le jeter à la corbeille."

Un grand merci pour l'envoie de ce livre aux Éditions Presses de la Cité et NetGalleyFrance.
#MazelTov#NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          808
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  28 décembre 2019
A la fin des années 80, la narratrice est une jeune étudiante en traduction à Anvers. Pour arrondir ses fins de mois, elle répond à une petite annonce pour donner des cours de soutien scolaire à quatre enfants d'une même famille, âgés de 8 à 16 ans. Le fait que la famille Schneider soit juive ne la gêne pas, mais c'est en se rendant à l'entretien d'embauche qu'elle prend conscience du choc de cultures auquel elle va être confrontée. Elle, jeune femme athée gauchisante vivant hors mariage avec un Iranien réfugié politique, s'apprête à devenir répétitrice dans une famille juive orthodoxe, certes modérée, mais qui respecte d'innombrables règles, préceptes et rituels religieux dont certains vont lui paraître absurdes. Contre toute attente et contrairement à ses prédécesseurs, la jeune femme parvient à s'adapter et à se faire accepter par la famille, en particulier par Jacob, 14 ans et Elzira, jeune fille dyspraxique maquant de confiance en elle. Malgré des gaffes, des incompréhensions réciproques et des différences de culture et de croyance irréductibles, les deux "côtés" s'apprivoisent, dialoguent et font preuve de tolérance. La jeune étudiante réalise que, à l'image de son ami iranien, les juifs orthodoxes sont souvent mal perçus, par ignorance et peur de la différence. Dans un contexte de première Guerre du Golfe, d'Intifada, avec le poids de l'Holocauste encore vivace chez les adultes de cette génération, ils s'accrochent à leur identité et à leur foi pour faire front face à l'adversité, s'attirant paradoxalement des réactions antisémites de plus en plus violentes. Elle a aussi du mal avec l'idée que la religion puisse régenter tous les aspects de la vie, de sorte qu'on s'y soumet sans devoir réfléchir et sans jamais rien remettre en question, quitte à se contorsionner pour adapter la modernité à ces dogmes millénaires. En dépit de tout cela, des liens sincères et privilégiés se tissent et se maintiennent, la confiance se gagne, jusqu'à aujourd'hui, trente ans plus tard.
Mazel Tov ! est un modèle de délicatesse, de tolérance et d'ouverture d'esprit, d'accueil de la différence et d'efforts réciproques de compréhension malgré les barrières. Une très intéressante histoire d'amitié, de respect et d'humanité, un émouvant plaidoyer pour le vivre-ensemble.
Bonne résolution pour 2020 : résister au repli sur soi.
Mazel Tov ! (bonne chance)
PS : petit clin d'oeil anecdotique, quoique cela parle aussi de différence : l'auteure se livre à une petite comparaison assez piquante (pour une Belge francophone) entre Flamands (néerlandophones de Belgique) et Néerlandais : "Et plus généralement, l'esprit d'ouverture qui caractérise les Néerlandais. Les Flamands sont un peuple fermé, tu le sais aussi bien que moi. Les Néerlandais trouvent tout et tout le monde sympathique et formidable. On dit de nous que nous sommes superficiels. C'est sûrement vrai. Mais ce serait une erreur de penser que des gens qui ont tendance à faire une problématique de tout ont plus de consistance. Même si je dois reconnaître que trop de superficialité peut être très fatigant".
#MazelTov #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          586
Bazart
  19 novembre 2019

Mazel Tov est le récit de la journaliste Margot Vanderstaeten qui revient sur ses années pendant lesquelles elle a donné des cours de soutien scolaire aux enfants Schneider, une famille juive orthodoxe à Anvers .-

Elle est, athée et vit en couple avec un iranien. alors que les Schneider ont leur quotidien constamment rythmé par leurs règles et leurs coutumes.

Tout les sépare, y compris leur condition sociale : elle passe son temps à bosser pour joindre les deux bouts, ils sont plutôt aisés.

Mais Margot va peu à peu commencer à s'attacher à eux en développant une relation de confiance et de plus en plus importante avec Elzira, jeune ado dyspraxique à qui elle apprend à faire du vélo.

L'ombre de la Shoah plane sur cette famille (65% des juifs d'Anvers ont été déportés) et comme le souligne Mr Schneider, leur attachement très fidèle à toutes les règles est une réponse à cette tragédie. S'ancrer dans la tradition comme un refuge.

Mazel Tov démontre une volonté de comprendre l'autre, cette ouverture, ce pas vers autrui, même quand on a des visions très opposées de la société et de la vie, même quand on n'est pas d'accord sur tout.

Le récit est terriblement émouvant, et une bien belle leçon de vivre ensemble qu'on vous incite vivement à découvrir

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
mariech
  03 novembre 2019
Mazel Tov , le titre du livre de Margot Vanderstraeten , signifie bonne chance .
L'auteur nous raconte son expérience de jeune fille engagée dans une famille juive aisée à Anvers pour aider les quatre enfants de la famille à faire leurs devoirs .
Tâche ardue à laquelle peu d'étudiants conviennent car le défi est presque insurmontable , il y a bien entendu le choc des cultures , une légère barrière due à la langue car la famille est plutôt francophone que néerlandophone et surtout la barre est très haute concernant le niveau d'études , dans les familles juives , on vise l'excellence.
Malgré une adaptation un peu difficile des deux côtés , Margot V réussit son entrée dans la famille , viendra plusieurs fois par semaine donner cours aux enfants , surtout à Elzira , pendant six années . Un lien très fort se nouera aussi avec Jacob le second fils .
Évidemment des liens d'amitié vont se créer , la jeune fille va être de plus en plus appréciée par cette famille si atypique , si différente .
Avec ce récit , on pénètre dans le quotidien de cette famille habituellement assez fermée sur l'extérieur même si ce sont des orthodoxes modérés .
L'auteur sera même invitée en Israël par l'aîné des fils dans la ville ultra orthodoxe de Bnei Brak .
J'ai beaucoup aimé Elzira surtout l'épisode où grâce à sa ténacité , cette jeune enfant dyspraxique , réussira a faire du vélo .
J'ai un peu plus appris sur les particularités de cette famille , ayant quelques notions notamment par mes lectures de roman d'Eliette Abecassis .
Parfois c'est la famille elle même qui fait un pas vers l'auteur , famille qui semble l'apprécier de plus en plus au fil du temps , qui sera heureuse de garder contact avec elle même de nombreuses années plus tard , parfois Margot V s'aventura à poser des questions qui m'ont semblé indiscrètes , est ce culturel , je me suis posée la question car l'auteur évoque elle même le franc parler de ses amis hollandais , mais elle même est belge flamande , donc je m'interroge .
La méfiance envers l'autre a changé de camp au fil du temps , l'auteur pense n'avoir jamais été vraiment acceptée par cette famille , mais pourtant les marques d'amitié sont bien réelles .
Une lecture très intéressante , voilà mon dernier mot .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252


cecille
  25 octobre 2019
Récit biographique, il semblerait ? Je ne connais pas du tout l'auteure, c'est la couverture du roman qui a attiré toute mon attention, j'aime lire, j'aime lire pour ouvrir ma conscience à ce que je ne connais pas ou si peu, voilà un des miracle de la littérature ! Et découvrir un peu plus encore la culture juive à travers ce que j'ai pu lire de la quatrième de couverture, il fallait que je le lise !!

Mazel Tov, c'est l'histoire d'une amitié naissante entre une jeune femme et une famille. Cette jeune femme, étudiante à l'université d'Anvers, à l'école supérieure de traducteurs et d'interprètes, pour payer son logement, propose son aide à des enfants pour du soutien scolaire, et c'est au coeur d'une famille Juive orthodoxe qu'elle va travailler, découvrir et aimer ces enfants d'une tout autre culture que la sienne.

Trente ans plus tard, elle nous raconte cette aventure, car au début s'en est une véritablement. Elle ne connaît rien à cette culture juive, à cette religion et fait de nombreuses erreurs, des boulettes on pourrait dire ! Seulement elle ne s'arrête pas là, elle s'interroge beaucoup, remet en question, ose la confrontation avec le père, un des fils Jacob et va être un soutien considérable pour le fille aînée Elzira qui souffre de dyspraxie. Petit à petit les liens se créent, des liens forts puisque nous allons découvrir que même lorsque les enfants en études supérieures et adultes ensuite, elle va continuer à les voir, à correspondre.

Il faut dire que cette jeune femme n'est pas fermée non plus comme certaines de ses amies, Milena par exemple. Car elle est en amour avec un jeune réfugié Iranien, Nima et jour après jour elle observe les difficultés rencontrées par son jeune ami, par leur couple, les paroles parfois blessantes des proches comme "Il est Iranien ? Mais pas musulman ? Musulman, mais pas pratiquant ? Ce n'est pas un vrai Iranien ? pas un vrai musulman ? " La peur de l'autre, de celui qui n'est pas comme nous, celui qu'on ne connaît pas mais que l'on juge bien trop vite...Tout cela Margot Vanderstraeten le souligne parfaitement, avec une élégance ironique et une bienveillance. J'adore !

Derrière chaque culture, derrière chaque religion se trouve une femme, un homme qui l'un comme l'autre a un coeur qui bat, qui souffre comme il peut être joyeux et lumineux. Ne pas s'arrêter à tout ce qui nous colle à l'esprit, de ces préjugés parfois sans fondements... car qui peut dire connaître l'autre, si il ne cherche pas à découvrir son fort intérieur au delà de toutes ces barrières ?

Voilà un roman qui ouvre les yeux et les coeurs, les barrières sont là, les frontières existent mais osons comprendre pourquoi et surtout sans s'arrêter aux apparences, comme l'a si justement vécu Margot !

Merci pour ce magnifique récit !

Merci à la plateforme NetGalley et les éditions Presses de la cité.
#MazelTov #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
lyanea
  29 octobre 2019
Un après-midi d'automne et un titre qui m'interpelle : Mazel Tov !

Je remercie Net Galley et les Presses de la Cité pour m'avoir permis de découvrir ce livre dès sa sortie. J'ai ressenti le choc des cultures dès les premières lignes.

Le ton est donné par la couverture qui ne me laisse pas indifférente et que je juge après lecture complètement adaptée au monde qui nous est décrit. Quel est-il ? Qu'est le monde des juifs orthodoxes, ghettoïsé par leur volonté déterminée, et qui embrasse toutes les nations ? J'avoue n'avoir jamais cherché à le découvrir car se résumant, pour moi, au passé, à l'horreur et à la culpabilité. L'occasion m'a été donnée de vivre, par auteur interposé, la vie d'une famille des années 1990 ; j'ai foncé et je n'ai pas été déçue !

Quel brio dans le déroulé des actions ! Quelle perspicacité dans le choix des témoignages ! Quelle qualité dans l'accompagnement du libre arbitre du lecteur ! Quelle prouesse de décrire sans juger !

J'ai suivi Margot dans les entrelacs des certitudes juives et certaines règles frisant le ridicule, ses interrogations face aux situations ordonnées, ses envies de faire néanmoins partie de ce monde sans frontières. Tout au long du livre, elle nous fait vivre les émotions partagées avec la famille juive qui l'a accueillie et lui a donné sa confiance pour l'éducation des quatre enfants. de leur adolescence à leur vie d'adulte, nous les regardons vivre, grandir, fonder une famille et tout ceci dans un mélange d'environnement codifié et d'esprit ouvert sur leurs besoins personnels.

C'est un livre qui m'a séduit et que je conseille. Il est bien écrit, bien documenté, contient de belles phrases telles que : elle s'était débarrassée de sa noirceur ou je ne comprenais pas cette attirance pour des moeurs bibliques. Je ne saisissais pas pourquoi des gens se rendaient la vie si difficile.

En lisant, j'étais au coeur des réseaux d'aujourd'hui, je les découvrais à l'intérieur des vies normales, j'en percevais la force, je comprenais que tout intégrisme religieux abrite en lui la part du diable.

Ce livre ne quittera pas mon esprit ; il est fait de respect et de tolérance, il prône le bien-vivre ensemble. Un livre qui interpelle. Un bon moment autour de la liberté d'être.

C'est un best-seller dans les pays voisins ; il va le devenir en France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Abornand2
  15 janvier 2020
Livre intéressant ! J'en arrive à la conclusion que le port extérieur de signes religieux favorise le racisme et les haines religieuses, quelle que soient les croyances. Il faut apprendre à se connaître pour se comprendre et pas s'isoler. Seule la laïcité civile peut nous permettre de vivre ensemble sans préjugés.
Commenter  J’apprécie          70
Shabanou
  29 juillet 2020
" Mazel Tov" de Margot Vandenstraeten (358p)
Ed Presses de la Cité

Bonjour les fous de lectures...

Margot Vanderstraeten est une auteure et journaliste belge.

Années 1990.
Margot est jeune étudiante en traduction à Anvers.
Pour arrondir ses fins de mois, elle décide de répondre à une petite annonce cherchant une personne pour donner des cours de soutien scolaire à de jeunes enfants d'une famille juive orthodoxe.
Choc des cultures, des traditions pour cette jeune étudiante athée, un peu gaucho et qui est en ménage avec un réfugié iranien.
Mazel Tov comme on dit chez eux ( Bonne chance).
Margot nous raconte son expérience

Petit-à-petit, chacun va apprendre à découvrir l'autre, l'accepter, le respecter.
Chacun va apprendre à s'adapter, à tolérer.

Incroyable expérience que celle vécue par Margot.
Margot soufflera un vent de liberté au sein de cette famille orthodoxe avec laquelle elle restera toujours en contact.
De son côté, cette expérience lui a appris l'acceptation des règles de l'autre sans, sans arrêts remette tout en question, sans essayer de tout comprendre.
Margot y a gagné un esprit d'ouverture qui ne la quittera jamais.

Livre sur la différence et la tolérance.
Plume agréable et pas dénuée d'humour.

Lecture que je conseille pour découvrir (un peu) ce qu'il y a derrière la porte des maisons juives orthodoxes.

"Mazel Tov ", a été désigné, par le grand quotidien de Standaard, comme la meilleure non-fiction de 2017 et est le premier livre de cette auteure publié en France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Seddouqiya
  01 mars 2020
Ce livre est un témoignage sur l'immersion d'une étudiante flamande dans la vie d'une famille juive orthodoxe-moderne anversoise. Elle raconte comment elle a petit à petit découvert les traditions de cette famille ainsi que leurs angoisses liées à l'antisémitisme. Ca se passe dans les années 90.

Contrairement aux autres lecteurs, je n'ai été ni surprise ni choquée par les traditions relatées, car elles ne m'étaient pas inconnues et que j'en comprends le sens, même si elles semblent aller "très loin".

Sa façon de témoigner de son immersion et de son amitié avec cette famille est très intéressante et instructive, pour une fois dans ce genre de récits, on na pas l'impression que l'auteur juge ou déforme ce qu'elle ne comprend pas. Elle pose également des questions intéressantes et le récit est très dense et agréable à lire. le parralèle avec les problèmes de Nima, son ami de l'époque, réfugié politique iranien, est également très intéressant.

Honnêtement, je n'ai rien appris de neuf, mais ce fut une lecture très intéressante du point de vue sociologique, et je la recommande encore plus à qui est novice en matière de découverte du judaïsme, etc.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SagnesSy
  13 novembre 2019
« Un portier tient la porte à un client orthodoxe d'apparence proprette sortant de l'hôtel les cheveux mouillés. Vous avez pris une douche? l'interroge le portier pour le complimenter. – Non, pourquoi ? demande le juif, il vous en manque une ? »
Les Schneider engagent Margot pour apporter un soutien scolaire à leurs quatre enfants. Ils se sont rencontrés en 1987, en 2017 ils se voient toujours. Des amis de trente ans, ça n'est pas rien. Pourtant, Margot Vanderstraeten se tient toujours un pas sur le coté de la famille qu'elle appelle ici Schneider (qui n'est pas leur vrai nom), une famille juive orthodoxe moderne. Moderne parce que pas haredim (Craignant-Dieu), pas ultra-orthodoxe, leur observation des règles (principes ? lois ? Je marche sur des oeufs parce que j'ignore les dénominations exactes) n'est pas totale, que certains arrangements sont toujours possibles, madame par exemple ne porte pas la perruque. Orthodoxe cependant, c'est-à-dire soumise à une pratique religieuse stricte, mais immergée dans le monde moderne. Ils vivent à Anvers, ville belge flamande. Margot raconte…
Margot Vanderstraeten est une journaliste qui a déjà écrit plusieurs romans, et qui propose ici un récit qu'on sent maîtrisé. Elle a mené sa propre réflexion sur les sujets qu'elle évoque, qui ne se résument pas à nous raconter la façon de vivre, certes différente de la nôtre, d'une famille juive orthodoxe. Car Margot fait des études de langue, vit avec un réfugié iranien et n'hésite pas à voyager, sa vision du monde et des choses est grand angle. Posant en filigrane quantité de questions fort pertinentes (qu'est-ce qu'une nationalité ? L'endroit où l'on vit influe-t-il sur notre personnalité ? Entre autres…), elle nous invite à partager son parcours après des Schneider, ses étonnements, agacements, rejets, mais aussi l'indéfectible lien qui se tisse lentement entre eux.
Est-ce qu'on peut réellement comprendre cette façon de vivre quand on n'est pas juive soi-même ? Sans doute jamais vraiment.
Cela participe à la fascination qui s'exerce et on découvre les érouv, les schadchen, les doubles cuisines (ou la feuille d'aluminium entre les poêles) (entre autres) avec une immense curiosité.
Un récit que j'ai beaucoup apprécié et qui compte en prime beaucoup d'humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Margot Vanderstraeten (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1592 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre