AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Ménard (Préfacier, etc.)
ISBN : 2707141372
Éditeur : La Découverte (19/08/2003)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 20 notes)
Résumé :
« Il n'y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d'expression, il n'en existe qu'un usage insuffisant. » L'affirmation de Raoul Vaneigem donne le ton de cet essai qu'il consacre à la liberté la plus
fondamentale de l'être humain. Un texte sans concession pour défendre une liberté qui ne doit, d'après lui, rencontrer aucune limitation, qu'elle soit politique, morale ou juridique.

Contre les vérités-sanctuaires et les secrets d'État, contre les l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Luniver
  28 novembre 2013
Petit essai de moins de cent pages sur le thème de la liberté d'expression, et de ses limites. Pour l'auteur, les limites en question ne devraient pas exister : toutes les idées doivent pouvoir être exprimées, y compris les idées racistes, négationnistes, … Ces idées doivent être défendues par l'argumentation, et pas par l'interdiction (qui donne d'ailleurs à ses défenseurs la posture de victime persécutée par le système).
Théorie intéressante, mais difficilement applicable en pratique. À la fin de l'essai, Vaneigem passe en revue quelques cas particuliers qui peuvent nécessiter une interdiction : appel au meurtre, calomnie, insultes, …, mais les interprétations sont très personnelles. On n'est plus très loin du « Tout individu est libre d'exprimer les opinions qui ne me dérangent pas » qui fait tant d'adeptes chez les défenseurs de la liberté d'expression.
Malgré quelques idées rafraîchissantes, l'essai semble atterrir dans la même impasse que d'autres réflexions sur le même sujet : personne n'est prêt à défendre une liberté d'expression absolue, mais toute limite posée est propre à chacun et donc hautement discutable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Apoapo
  12 février 2016
Ce petit livre, je ne fais que le relire, le déguster, le rouvrir au hasard pour méditer tour à tour une seule phrase ou tout un chapitre, depuis presque un mois. Tant il est distillé. Tant sont nombreuses les implications d'un principe, celui de la liberté d'expression, qui paraît consensuel à notre convenance mais qui, poussé à peine plus loin que la vulgate, s'avère très difficilement compatible avec un grand nombre de nos convictions tout aussi superficielles que ce consensus. Sous la loupe du moindre approfondissement dans nos consciences, nous sommes tous si peu Charlie !
Mais il est impératif et urgent de se soumettre à un examen sévère. Pourquoi est-ce si difficile, mais tout aussi indispensable, d'être tolérant avec les intolérants.
Car il est question ici de lutter contre l'inhumanité, sous forme du principe presqu'universel de la prédation, grâce à l'abolition absolue de toute entrave à la liberté d'expression, ainsi que de la suppression du secret, même lorsque les opinions exprimées sont abjectes et haineuses.
Il faudrait partir de ceci: "Une vérité imposée s'interdit humainement d'être vraie." (p.34), ou de ceci : "L'indignation est une forme honorifique d'abdication." (p. 92), ou encore de ceci : "Il n'y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d'expression, il n'en existe qu'un usage insuffisant."
Mais cet essai n'est pas un florilège d'aphorismes. Il répond au contraire à des circonstances très précises, telles les libertés virtuelles, la liberté de la presse ("bafouée par ceux-là mêmes qui la détiennent"), l'appel au meurtre, les témoignages de sévices, la calomnie, l'insulte, la pornographie... de même, sont ici cités de célèbres ouvrages repus d'ignominie :
"Le sens commun montre qu'il est inconséquent d'interdire Mon Combat de Hitler, Bagatelles pour un massacre de Céline, les Protocoles des sages de Sion, ou les ouvrages révisionnistes, et de tolérer par ailleurs les propos misogynes de Paul de Tarse et du Coran, les diatribes antisémites de saint Jérôme et de Luther, un livre truffé d'infamies comme la Bible, l'exhibition complaisante des violences qui forment la matière ordinaire de l'information, l'affichage omniprésent du mensonge publicitaire, et tant de contrevérités historiques, entérinées par l'histoire officielle." (p. 26)
Il serait impossible de résumer la démonstration de la thèse de l'ouvrage - contenue principalement dans le Ch. III "Pourquoi nous voulons abolir le délit d'opinion" - en quelques phrases. L'on peut se limiter aux postulats suivants : "Tolérer toutes les idées n'est pas les cautionner", "L'interdit aiguillonne la transgression", et "Les pensées haineuses périssent de leur propre venin".
Pour le reste, il faut s'en remettre à la valeur poétique de la parole à qui sa liberté a été rendue, seule arme pour "vaincre le nihilisme à la mode alors que la lecture du monde est fournie avec la grille de décryptage de la rentabilité" (p. 91).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
monito
  18 septembre 2009
Intéressante réflexion du philosophe Raoul VANEIGEM dans ce petit ouvrage facile à lire et écrit dans une belle langue classique.
Poser la liberté d'expression, le droit de tout dire, comme incarnation de la générosité à laquelle aspire l'humanité, face à la prédation et l'enfermement que constitue la recherche absolue du profit, donne à la pensée de VANEIGEM un tour très politique qui n'est pas pour me déplaire.
Certains passages dont je partage le fond et l'objectif me paraissent néanmoins difficiles à mettre en oeuvre. L'auteur tente de faire renaître la confiance en l'homme mais n'y parvient pas totalement, ou alors idéalement seulement.
S'il invite à tout dire, il n'invite pas à tout partager, mais les propos de haine, des propos révisionnistes ou de toute nature afférente sont autorisés par VANEIGEM. Il pose que l'Homme est en capacité d'être éclairé par ces propos mêmes, dans sa recherche naturelle du bonheur. Il annonce en outre que bien souvent les plus ardents défenseurs de la parole acceptable, les censeurs des propos ignobles, peuvent aussi avoir intérêt à cette mise en scène d'indignation, le bien ayant besoin du mal pour faire « prospérer » un commerce que l'auteur n'a de cesse de dénoncer sous toutes ses formes.
Ce livre n'est pas une leçon de tolérance, mais un appel à l'éveil du sens critique et à la relativité maximale.
Il peut être utile, donne à voir sous un nouvel angle, mais VANEIGEM ne me le reprocherait pas, quel est l'intérêt de l'auteur de ces propos ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   27 novembre 2013
La vérité est que la violence résulte de conditions bien précises : la promiscuité, le surnombre, le ghetto, l’oppression, l’étouffement, la carapace caractérielle, l’ennui, la frustration. Une fois le canon bourré à mitrailles, le moindre motif boute le feu : match de football, jeu vidéo, sentiment d’injustice, peur viscérale, fantasme sécuritaire, illumination, rumeur.

Les opinions sont un prétexte, non une cause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LuniverLuniver   27 novembre 2013
Le droit de tout dire, de tout écrire, de tout penser, de tout voir et entendre découle d’une exigence préalable, selon laquelle il n’existe ni droit ni liberté de tuer, de tourmenter, de maltraiter, d’opprimer, de contraindre, d’affamer, d’exploiter.
Commenter  J’apprécie          271
LuniverLuniver   27 novembre 2013
Nombre d’opinions, hier encore acceptables, voire recommandables, sont, d’une génération à l’autre, happées par la désuétude. La plupart des polémiques à la mode ont déjà les relents d’une querelle de bouffons.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaouirkhettaoui   05 décembre 2012
Rien n’est sacré. Chacun a le droit d’exprimer et de professer à titre personnel n’importe quelle opinion, n’importe quelle idéologie, n’importe quelle religion.
Aucune idée n’est irrecevable, même la plus aberrante, même la plus odieuse.
Aucune idée, aucun propos, aucune croyance ne doivent échapper à la critique, à la dérision, au ridicule, à l’humour, à la parodie, à la caricature, à la contrefaçon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LuniverLuniver   28 novembre 2013
La dénonciation de l’intolérable n’a que trop tendance à s’assortir d’un constat d’impuissance qui, en dernier ressort, prête sournoisement à la barbarie un caractère inéluctable, voire paradoxalement attrayant.
Commenter  J’apprécie          60
Video de Raoul Vaneigem (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raoul Vaneigem
Le 22.05.18, Thibault Henneton recevait Gérard Berréby dans "À voix nue" (France Culture), pour un entretien en cinq parties :
"Gérard Berréby vit de petits boulots et se met en quête : que faisaient les Guy Debord, Raoul Vaneigem et consorts avant 1968 ?
Sa première rencontre, c?est avec le poète et plasticien Gil Joseph Wolman, membre fondateur de l?Internationale lettriste : point de départ d?une généalogie des avant-gardes qui le conduira à rassembler et publier, en 1985, ses Documents relatifs à la fondation de l?Internationale situationniste. Ce qui n?a pas plu à tout le monde."
Photo : Gérard Berréby et Ralph Rumney à Cosio d'Arroscia. © Pauline Langlois.
+ Lire la suite
>Droits civils et politiques>Droits spécifiques, limitation et suppression des droits>Liberté (de conscience, de parole, de publication...) (18)
autres livres classés : Liberté d'expressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre