AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845637705
Éditeur : Xo Editions (11/05/2017)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Pour Paul qui n'a jamais rien connu d'autre que l'univers minéral de la banlieue parisienne, la découverte de la nature sauvage de la Sologne est fascinante.
Confié à Borel, le garde-chasse bourru du domaine du comte de La Fresnaye, et à sa femme, le jeune garçon ne tarde pas à faire la connaissance du braconnier le plus rusé du pays.
Sur les bords de la Loire se noue alors une amitié sincère entre l'homme des bois et le gamin des villes. Paul découvre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Maks
  13 juin 2017
De Nicolas Vanier j'avais lu "Le chant du grand nord" (très bon roman), mais aussi et surtout vu "Le dernier trappeur" qui est un film juste magnifique.

Avec "L'école buissonnière" nous sommes dans un autre registre car il manque le froid, ou tout du moins le grand froid, thème récurrent chez Nicolas Vanier. Pour cette raison ce roman m'intriguais, et au final, ce fût une belle histoire, un hymne à la nature, à la forêt, à la campagne aux animaux sauvages et à la liberté dans un décor magnifique, une région que je ne connaissais pas mais qui maintenant me donne des envies de vacances en pleine forêt de Sologne.
La forêt décrite avec son ambiance entre brouillard et lumière dorée, ses étangs et ce "Grand Cerf" m'a donnée l'impression d'un roman de fantasy, c'est une sensation assez magique dans un roman réaliste !

C'est aussi un roman d'apprentissage, de la débrouille et de la vie, on aborde des thèmes tels que la confiance en soi, en les autres, l'amitié, les amours passés mais aussi les premiers amours, le respect de la nature ou encore le courage et la perte d'un être cher.

Les personnages sont très attachants, et comme il est difficile de lâcher cette lecture pour faire autre chose, on se sent dans l'histoire, l'immersion est totale. J'ai beaucoup aimé le personnage de "Totoche" le braconnier et surtout celui de "Bella" la petite gitane, qui est excellente et pour qui même si son personnage n'est pas le plus abordé, donne un vrai plus au récit.

Le film sort en fin d'année, je pense qu'il fera également l'hunanimité auprès du public au vu de la beauté de l'histoire.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
prune42
  17 février 2018
Quelques années après la fin de la Première Guerre Mondiale, Jean Caradec, employé des chemins de fer, doit laisser son fils Paul, 11 ans, en nourrice. Il le confie à Célestine, l'ancienne nourrice de sa femme Mathilde décédée. Sa femme était la fille du comte Antoine de la Chesnaye qui a renié sa fille car elle a désobéi à son père en tombant amoureuse d'un simple ouvrier. Paul va découvrir la Sologne et le charme de sa nature. Il va faire la connaissance de Totoche, le braconnier ennemi de Borel, le mari de Célestine et lier amitié avec cet homme simple au coeur tendre. Paul va amadouer aussi le comte dont Célestine lui avait recommandé de ne pas s'approcher et ainsi percer le secret de sa naissance. Son séjour en Sologne sera marqué par la découverte de la nature, de ses animaux, de la chasse et de la pêche et par la rencontre également avec Bella, la petite gitane dont il va tomber amoureux.
C'est à sa sortie en salles que j'ai découvert l'existence de L'école buissonnière que je n'ai malheureusement pas pu aller voir au cinéma. Aussi, quand j'ai vu que la médiathèque de ma commune avait le roman sur ses étagères, je l'ai emprunté avec plaisir.
J'ai beaucoup aimé ce livre simple, qui fleure bon le terroir et la douceur de l'enfance. le personnage de Paul ainsi que celui de Totoche est très attachant et on a vraiment l'impression de suivre leurs aventures sous nos yeux. le cadre bucolique de ce livre est très dépaysant et relaxant, c'est un livre idéal pour se ressourcer et faire une pause.
De plus, il est très bien écrit, d'une manière simple mais réussie avec le langage typique des gens de la campagne et le lexique de la faune et de la flore. On sent tout l'amour de l'auteur pour sa campagne natale.
L'école buissonnière peut plaire à un vaste lectorat qu'il conquerra par sa simplicité et son caractère bucolique. Pour ma part, j'ai encore plus envie de voir le film maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
montmartin
  23 juillet 2017
Mathilde, la sauvageonne, c'est ainsi au village qu'on nomme la fille du comte. Elle connait chaque parcelle, chaque étang, chaque taillis, chaque bête qui peuple le domaine de son père. Un simple regard a suffit à sceller le destin de Mathilde à celui de Jean, simple cheminot.
Employé à la compagnie des chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée, Jean est réquisitionné par l'armée. Il doit rejoindre l'Algérie pour construire une voie. Il n'a d'autre solution que de ramener son fils Paul en Sologne sur les terres natales de Mathilde, sa femme décédée. Il le confie à Célestine la femme de Borel le garde chasse du comte.
Paul va faire la connaissance de Totoche un braconnier rusé, mi ermite, mi homme des bois, qui va lui apprendre à connaître la forêt, à déchiffrer les arbres, il lui montre comment pêcher à la mouche, la reine des pêches, il lui apprend aussi à boire et à entonner des chansons quand le vin rend le coeur léger.
Paul va aussi rencontrer Bella une jeune gitane, A onze ans, peut-on tomber amoureux pour toujours ?
Un roman sur la nature et l'amitié un peu désuet. L'écriture de Nicolas Vannier nous surprend agréablement quand il nous décrit sa Sologne, ses arbres, ses animaux, la meute de chiens et la chasse à courre. Dommage que l'histoire qu'il nous conte soit un peu mièvre et les personnages un peu trop caricaturaux. Un livre "gentillet" qui se laisse lire sans déplaisir et nul doute que l'adaptation cinématographique de ce roman, qui sortira en octobre, donnera lieu à de bien belles images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Biblioroz
  11 mai 2018
Le livre s'ouvre sur un jeune cerf qui hume l'air dans la forêt de Sologne.
En 1910, Mathilde, la fille d'un comte propriétaire d'un manoir et d'un grand domaine au sein de cette contrée, s'est éprise de Jean, un simple cheminot de passage. Pour vivre son amour, elle s'est enfuie, reniée par son père. Malheureusement elle décède en donnant naissance au petit Paul.
Onze ans plus tard, Jean qui doit partir pour quelques mois travailler en Algérie, confie Paul à Célestine, l'ancienne nourrice de sa femme toujours établie dans le domaine du comte.
Paul, enfant de la banlieue parisienne, ignore que c'est sur la terre natale de sa mère qu'il va faire l'apprentissage d'une vie à la campagne. Rapidement émerveillé par la nature, le petit rat des villes va rapidement laisser place au petit rat des bois. Il fait la connaissance du fameux Totoche, braconnier rusé qui mène une vie de débrouille. La patience et l'affection de cet être à l'apparence bourrue, son amour pour son environnement, faune et flore confondues, en font un personnage attendrissant et attachant.
Les dialogues sont égayés par les reparties « gouailleuses » de Totoche face aux réflexions toutes puériles de Paul. Ce langage familier, mêlé à celui du pays solognot, est vivant et naturel.
C'est aussi la découverte de tout un vocabulaire propre aux braconniers et aux chasseurs.
Au niveau de l'histoire, il ne se passe rien de surprenant et l'on suit juste l'avancée de Paul qui tente de découvrir les non-dits cachés derrière les « menteries » de son père et de Célestine au sujet de sa filiation au comte.
Cette lecture ne présente aucune intrigue, c'est juste un univers de mousse, de taillis, d'étangs, de chênes, de hêtres et d'animaux sauvages qui emplissent toutes les pages.
Les bruits de la forêt se font entendre grâce au talent de l'auteur qui nous fait vivre admirablement cette région sauvage du bord de Loire.
Une lecture très simple, légère et naturelle, sans artifice, et qui s'apprécie paisiblement comme une jolie balade en forêt. C'est aussi un bel hommage aux cerfs, animaux majestueux, qui peuplent ce bois de Sologne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mogador83
  25 décembre 2017
Très bon moment de lecture avec ce roman de terroir bien écrit et bien rythmé qui nous plonge au coeur de la Sologne des années 1920. Paul jeune banlieusard découvre la nature qui l'entoure grâce au garde chasse et à un braconnier. Un vrai roman initiatique avec une histoire familiale et plein de personnages sympathiques qu'on quitte à regret. L'auteur dépeint particulièrement bien la nature, ses bruits, ses odeurs, les vues de la forêt, de la Loire et notamment ce majestueux cerf qui y vit. Belle découverte de l'univers de Nicolas Vanier.
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   06 novembre 2017
Après avoir gagné des milliers de lecteurs avec les récits d’aventures de ses chiens de traîneau et son roman Belle et Sébastien, porté à l’écran, l’aventurier-romancier Nicolas Vanier propose un roman d’apprentissage au cœur de la belle nature de la Sologne, L’école buissonnière.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
prune42prune42   16 février 2018
- Quand j'étais enfant, mon grand-père m'a révélé une chose qui m'a accompagné toute ma vie. Veux-tu la savoir à ton tour ?
- Oui !
- Il m'a dit :"Lis, lis toujours et tu trouveras un secret"
- Quel secret ?
- Le seul qui vaille, celui que chacun porte au fond de soi, petit ou grand.
- Moi aussi j'en ai un ?
- Oui, certainement, et si tu ignores lequel, ce n'est pas grave, il finira pas t'apparaître un jour.
- Mais si on le porte en nous, comment il peut se retrouver dans un livre ?
Le vieil homme se mit à réfléchir, les yeux perdus dans le vague, et Paul s'aperçut qu'il aimait cette manière de prendre son temps, comme si chaque parole méritait d'être pesée. Le comte finit par déclarer :
- Peut-être parce que ce secret façonne ta vision du monde et qu'en réalité tu le découvres dès que tu prêtes attention à ce qui t'entoure. Pour un lecteur, ce sera dans un roman ou un essai, pour un vagabond, ce sera au détour d'un chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
blandine5674blandine5674   07 août 2017
- La solitude ne vous pèse pas trop ?
- Etre seul, j'lai voulu. Tu as dû entendre que j'ai eu une femme, des marmots et même une maison avec un toit. C'était une vie comme tout l'monde.
- Il est arrivé malheur ?
- Rien d'aut' que l'appel de la nature...
Commenter  J’apprécie          90
BibliorozBiblioroz   11 mai 2018
Au bout de l’allée forestière, là où la brume avait avalé le monde, quelque chose émergeait lentement, une chimère grandissant comme dans un rêve. Un cerf immense déchira le brouillard, sa ramure était si ample que, pendant un instant, Paul crut que l’ombre l’avait décuplé.
Commenter  J’apprécie          60
BibliorozBiblioroz   08 mai 2018
On aurait dit que le train avait épousé la cadence de sa réflexion, car, après avoir traversé les immensités monotones de la Beauce et franchi la Loire, la locomotive pénétra en forêt de Sologne. Jean vit défiler la terre natale de Mathilde, faite de taillis ombreux et d'étangs. Dans le foisonnement végétal, il reconnaissait les pins au vert sombre, le houppier rond des chênes, des charmes ou des châtaigniers, l'éclat blanc de l'écorce des bouleaux frissonnants, et il s'étonnait d'avoir pu oublier cette splendeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AubazaardeslivrAubazaardeslivr   12 décembre 2017
A ton âge, on s’embarrasse pas de ces extravagances, la mort, on y arrive toujours assez tôt, alors tu vas m'promettre de t'ôter ces idées de la calebasse, mordiou ! Et oublie pas que la vie, quand elle fait pas sa fi' de garce, elle a fichtrement belle allure, alors faut en profiter, parce qu'elle passe vite, crois-moi...
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Nicolas Vanier (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Vanier
Nicolas Vanier : "C'est ici que j'ai appris la nature" .
autres livres classés : sologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

''Loup'' de Nicolas Vanier

Quelle distinction est attribuée à Sergueï ?

Il devient chaman
Il devient gardien de la grande harde
Il devient chef de clan

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Loup de Nicolas VanierCréer un quiz sur ce livre
.. ..