AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782351781173
280 pages
Éditeur : Gallmeister (03/10/2016)
3.94/5   487 notes
Résumé :
Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (167) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 487 notes

Ladybirdy
  18 août 2020
Voici un livre que je ne suis pas prête d'oublier ! Quel maestro ce David Vann ! Je suis scotchée.
Caitlin, douze ans n'a pas une vie facile. Seule avec sa mère dans une maison misérable, elle passe ses après journées à l'aquarium de Seattle. Fascinée par les poissons et ce monde aquatique qui semble vouloir l'attirer afin de fuir ce monde qui l'oppresse. Là-bas, elle rencontre un vieux monsieur et entre eux se tisse une jolie relation autour de ces poissons.
Quand sa mère apprend la nouvelle, c'est l'hécatombe et le début de la folie. Car derrière cet inconnu se cache un passé trouble qui réveille les grands traumatismes de l'enfance.
La mère de Caitlin devient une bête incontrôlable que l'on en vient à détester ou à prendre en pitié. David Vann joue avec nos émotions en nous baladant entre la haine et l'amour. C'est du très grand art.
Alors que le début du livre revêt des allures de contes où le monde aquatique semble aussi envoutant que dangereux, la suite vire dans les abysses de la psychologie humaine terrifiante.
Une enfant prise en otage, une mère qui sombre, des relents de vengeance d'en haut et de pardon d'en bas, on est traversé par une multitude d'émotions bouleversantes. On est littéralement pris à la gorge pour ne savoir qui aimer qui détester. le pardon est au coeur de ce roman sans qu'il soit facile d'accès. Jusqu'où peut-on aller suite à un traumatisme ? Comment pardonner quand on a souffert à ce point ?
Un roman d'une grâce folle et d'une douleur suintante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10110
latina
  09 février 2019
Alors là, voilà un roman qui m'a marquée, bousculée, torturée, et j'en ai été heu-reu-se.
Ca fait longtemps que je n'ai pas été accro à une histoire de cette façon, j'ai d'ailleurs passé une nuit blanche à vouloir l'achever à tout prix.

Cela commence tout doucement, en regardant les poissons.
Bizarre, ces animaux-là, vous ne trouvez pas ? On peut les comparer à des humains, ou du moins on peut facilement s'y projeter.
C'est ce que fait Caitlin, 12 ans, à l'aquarium de Seattle. C'est sa passion, les poissons.
Il est vrai que la pauvre petite n'a pas une vie très folichonne : une mère célibataire entièrement dévouée à sa fille, d'accord, mais qui se tue à la tâche en accomplissant un travail d'homme dans un chantier et en y faisant des heures sup'; un appartement minable en lisière de la voie rapide dans un quartier pourri avec pour tout vis-à-vis des grues et des blocs de béton, pas d'échappatoire lors des congés, une école où elle arrive bien plus tôt que les autres élèves vu les horaires de sa mère.
Elle aimerait tellement avoir une famille, des grands-parents...Malheureusement, sa mère refuse de lui dévoiler tout détail à propos d'eux. Sujet tabou.
Parenthèse de douceur dans cette vie de dingue, elle voue un amour fou à son amie de classe, une petite Indienne arrivée en Amérique depuis 6 mois.
Et puis un jour, elle rencontre un vieux monsieur à l'aquarium. S'engage alors une conversation quotidienne, pleine de sagesse...malheureusement pas au goût de la maman qui va se déchainer.
Et je vous assure que la folie furieuse qui s'empare d'elle fait des ravages. J'en suis encore toute retournée !

J'ai vraiment adoré m'immerger avec Caitlin dans la contemplation des poissons, me plonger dans les dialogues sereins et remplis de bon sens entre elle et le vieil homme, et puis aussi couler dans le naufrage qui s'ensuit. Quel sens de la psychologie, de l'empathie, fait preuve ce David Vann que je ne connaissais pas !

Après l'ouragan, le grand soleil...dit-on.
A vous de découvrir le sens de ce dicton en vous rendant à l'aquarium de Seattle, en compagnie de Caitlin, la toute jeune fille qui sait ce qu'elle veut. Grâce aux poissons ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7212
marina53
  13 février 2017
Pressant son visage au plus près de la vitre, Caitlin admire, comme si c'était la première fois, ce poisson si laid enfoui dans cette végétation impossible. Soudainement, elle entend la voix d'un homme. D'un vieil homme, à la peau des mains si ridées. Il lui explique que ce poisson cache ses oeufs avant de lui demander son âge et la raison pour laquelle elle est ici, dans ce grand aquarium de Seattle. La conversation s'engage gentiment entre la jeune fille et cet homme. Quand arrive l'heure du départ, elle lui dit qu'elle sera là le lendemain... et les jours suivants. En effet, dès que Caitlin quitte l'école, elle va à l'aquarium et admire inlassablement les poissons jusqu'à ce que sa maman, Sheri, vienne la chercher. Une maman qui travaille durement au port à conteneurs pour subvenir à leurs besoins. Dès le lendemain, elle retrouve le vieil homme. Une rencontre désormais quotidienne qui égayera sa vie un peu morose, dans cette banlieue triste et pauvre de Seattle, de même que son amitié avec Shalini, sa copine de classe native de New Dehli...
La jeune Caitlin, âgée de 12 ans, va faire l'amère expérience des secrets de famille. Grâce à ce vieil homme qu'elle rencontre à l'aquarium et à son amie, Shalini, la vie de la jeune fille va peu à peu s'adoucir jusqu'à ce que Sheri découvre la relation entretenue avec cet homme. Alors qu'elle découvre sa véritable identité, Caitlin va également prendre connaissance du passé de sa maman. Un passé tragique qu'elle aurait aimé oublier. Un passé qui lui aura gâché sa propre vie. David Vann fait dans le tragique avec ce roman noir qui explore les relations familiales compliquées et les secrets tenus cachés. L'auteur aborde également avec sensibilité la perte de l'adolescence, la découverte de l'amour ainsi que la fragilité d'être vivant, le pardon ou encore les traumatismes liés à l'enfance. L'ambiance, plutôt tendre et douce au début du roman, s'intensifie au fil des révélations. Un roman bouleversant, poignant, sombre, parfois oppressant, porté par une écriture à la fois forte et poétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
Crossroads
  05 juin 2018
Après avoir lu deux de ses romans, j'imaginais virtuellement Vann en mec tristoune au phrasé monocorde.
Découvert aux Étonnants Voyageurs il y a peu, le gars fascine de par l'aisance qu'il affiche à parler en public, un sourire ingénu invariablement vissé aux lèvres.
Alors que je résiliais mon abonnement à Psychologie Magazine, il me vint concomitamment l'idée fulgurante d'aller jeter un oeil sur son C.V. afin de tenter d'appréhender le début d'un embryon de commencement de justification à de si sombres et sinistres scénarios spleenétiques.
De fait, issu d'une famille qui aura connu un meurtre et cinq suicides, dont celui de son père pour lequel il développera durablement une culpabilité morbide, l'on est en droit de penser que le terreau familial n'est pas étranger à de tels écrits.
De véritables tragédies grecques revisitées afin de tenter d'exorciser ses propres démons.
Leçon du jour : le pardon.
Caitlin, du haut de ses douze ans, aime sa mère et ses visites journalières à l'aquarium.
Son amitié développée avec un vieux monsieur aussi passionné qu'elle des fonds marins tournera très rapidement au vinaigre une fois la maman au courant de ce rapprochement aussi étrange qu'inquiétant.
Si l'on devine rapidement l'identité de cet énigmatique senior aquariophile, le scénario qui en découle surprend et dérange tout à la fois.
N'étant pas fin connaisseur ni suffisamment curieux de ce foisonnant milieu marin, j'avoue que moult descriptions poiscaillesques m'ont littéralement laissé sur le carreau.
Il n'en reste pas moins un très beau récit sur le pardon et la rédemption campé par des personnages hauts en couleur.
Un bon Vann mais pas aussi bien que si c'était mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6411
diablotin0
  18 janvier 2019
David Vann nous offre ici une fois encore une histoire sombre , même noire mais on peut malgré tout, et c'est ce qui le différencie de ses autres romans, apercevoir une petite lueur qui se dessine.
Livre après livre, David Vann me touche et m'interpelle. Ici on fait connaissance avec Caitlin petite fille de 12 vivant avec sa maman Sheri qui travaille dure pour pouvoir mettre un peu d'argent de côté afin de donner une chance à sa fille d'aller un jour à l'université. Se sentant seule, sans autre famille que sa mère, Caitlin passe son temps libre à l'aquarium où elle va faire connaissance d'un vieux monsieur. Cette rencontre va bouleverser son univers et celui de sa mère. C'est à travers Caitlin, que nous allons vivre cette histoire poignante.
Comme d'habitude, l'écriture de David Vann est telle que nous plongeons en apnée jusqu'à la dernière page. Certains passages sont très durs et nous questionnent sur le poids du passé et son impact sur toute une vie. David Vann aborde la question du pardon avec une telle férocité que j'ai parfois été déstabilisée.
Le grand-père et Caitlin sont émouvants, on les aime instantanément, la mère quant à elle, peut être douce, aimante mais aussi cruelle et avoir des comportements inadaptés, mais derrière ses souffrances presque indicibles , la question du pardon est là-aussi posée. Comment ne pas avoir d'empathie ?
Un livre fort, qui bouscule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570


critiques presse (2)
Lexpress   28 novembre 2016
Son nouveau roman chemine avec précision vers une rédemption possible. Il est une grande déclaration d'amour à l'enfance qu'il ne faut jamais cesser de protéger.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   16 novembre 2016
Une fable apaisante, à l'écriture poétique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (124) Voir plus Ajouter une citation
Fiona85Fiona85   18 juillet 2021
Nous savons que les poissons montent toujours la garde, cachés à l’entrée d’une grotte ou dans les algues, ou accrochés au corail afin de se rendre invisibles. Leur fin peut arriver de tous côtés, d’un instant à l’autre, une bouche plus grande qui jaillit de la pénombre et tout est aussitôt terminé. Mais n’en est-il pas de même pour nous ? Un accident de voiture a n’importe quel moment, une crise cardiaque, une maladie, un conteneur qui se détache et tombe du ciel, ma mère en contrebas qui ne lève même pas les yeux, qui ne voit ni ne sent rien, juste la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BazartBazart   21 mars 2017
" Je faisais sans cesse des cauchemars dans lesquels elle était sous une grue au port, et un énorme conteneur fendait les airs au-dessus de sa tête. Nous savons que les poissons montent toujours la garde, cachés à l’entrée d’une grotte ou dans les algues, ou accrochés au corail afin de se rendre invisibles. Leur fin peut arriver de tous côtés, d’un instant à l’autre, une bouche plus grande qui jaillit de la pénombre et tout est aussitôt terminé. Mais n’en est-il pas de même pour nous ? Un accident de voiture à n’importe quel moment, une crise cardiaque, une maladie, un conteneur qui se détache et tombe du ciel, ma mère en contrebas qui ne lève même pas les yeux, qui ne voit ni ne sent rien, juste la fin. Le vieil homme me posa la main sur l’épaule. Tout va bien, dit-il. Tu es en sécurité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
lafilledepassagelafilledepassage   30 octobre 2020
Ma mère, ce soir-là, était fatiguée. Elle s’allongea sur le canapé et je me blottis contre elle, et nous regardâmes la télé, surtout des pubs. De retour dans notre aquarium, aussi territoriales et facilement repérables que les poissons. Nous n’avions que quatre cachettes dans ce bassin : le canapé, le lit, la table et la salle de bains. Si vous regardiez dans ces quatre endroits, vous étiez sûrs de nous y trouver. Les murs blancs et nus virant au bleu dans le halo de la télé, à peine différents du verre. Un plafond bas au-dessus, si bien que nous ne pouvions ni sauter ni nous échapper. Le bruit d’un filtre et d’une pompe ; celui de la chaudière qui nous maintenait à bonne température. La seule question était de savoir qui était de l’autre côté, à nous observer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
calypsocalypso   09 janvier 2018
Tout est possible avec un parent. Les parents sont des dieux. Ils nous font et nous détruisent. Ils déforment le monde, le recréent à leur manière et c'est ce monde-là qu'on connaît ensuite, pour toujours. C'est le seul monde. On est incapable de voir à quoi d'autre il pourrait ressembler.
Commenter  J’apprécie          311
marina53marina53   15 février 2017
Tout est possible avec un parent. Les parents sont des dieux. Ils nous font et nous détruisent. Ils déforment le monde, le recréent à leur manière et c'est ce monde-là qu'on connaît ensuite, pour toujours. C'est le seul monde. On est incapable de voir à quoi d'autre il pourrait ressembler.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de David Vann (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Vann
L'auteur américain David Vann salue chaleureusement la Galerne et ses lecteurs, et présente son tout nouveau roman qui vient de paraître en France aux éditions Gallmeister, "Komodo".
autres livres classés : aquariumVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

David Vann

De quel état d'Amérique est-il originaire ?

L'Alabama
L'Arizona
L'Alaska

5 questions
85 lecteurs ont répondu
Thème : David VannCréer un quiz sur ce livre

.. ..