AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844140513
Éditeur : L'Association (01/10/2002)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Prenant pour base le site du Lac Noir, centrale électrique désaffectée des Vosges, Vincent Vanoli nous livre une fresque noire et onirique autour d'un monde ouvrier en voie de pleine fantômisation. Le livre idéal pour une première excursion dans l'univers de Vanoli.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
svecs
  03 février 2015
Depuis un moment, j'envisageais de consacrer un billet à l'Usine Électrique, excellent livre de Vincent Vanoli paru à l'Association en 2000. Il est l'un des premiers livres que j'ai lu qui s'éloignait de l'univers de la bande dessinée franco-belge classique. Puis, le hasard a voulu que je relise Rapide-Blanc, de Pascal Blanchet, paru aux édition de la Pastèque en 2007. Quel point commun entre ces 2 livres si différents ?
Le rôle central joué par une centrale électrique tellement isolée que les employés sont contraints d'y vivre. Pourtant, ces 2 livres s'opposent diamétralement, que ce soit dans la forme ou le fond
Dans l'Usine électrique de Vincent Vanoli, il est question d'une centrale nichée au coeur des Vosges. Elle se meurt, et l'annonce de sa fermeture est reçue avec violence par ses employés. Dans les heures suivant cette annonce, un ouvrier est victime d'un accident mortel, tandis que le directeur se pend dans son bureau. Il n'en faut pas plus pour que les ouvriers s'enfuient brutalement.
Tous sauf un: Aloysus Bergeon.
Il n'arrive pas à se détacher de ce qui a été son foyer ses 15 dernières années. Il n'a plus côtoyé le monde des hommes depuis trop longtemps et n'arrive pas à se résoudre à redescendre dans la vallée, parmi les hommes. Vanoli y présente une forme d'aliénation du travailleur pour qui le travail prend une telle place qu'il devient sa vie. Cette aliénation est parfois présentée de manière romantique comme dans le Cheminot d'Asada et Nagayasu ou La Douce de François Schuiten. Mais Vanoli ne semble pas partager cette vision.
Son héros reste donc dans la centrale.
Seul, ou presque.
Il partage d'abord sa solitude avec deux vérificateurs venus pour coordonner la fermeture. Puis, des fantômes semblent progressivement prendre possession de la centrale, qui semble elle-même s'éveiller, devenant une entité quasi-vivante, aux perspectives changeantes. le livre de Vanoli verse dans l'onirisme et la poésie. La centrale semble murmurer qu'elle n'a plus besoin qu'on s'occupe d'elle. La folie qui s'empare d'elle contamine ceux qui y reste et Aloysus est forcé d'admettre qu'il ne peut rester. Il n'est pas à sa place. Il n'est pas un rouage de la Centrale.
L'usine électrique s'y confond progressivement avec la nature, les ouvriers s'y confondent avec leur outil de travail, perdant le sens des réalités. j'y sens une forme de naturalisme fantastique et poétique, parfois inquiétant mais bien plus socialement engagé qu'il n'y paraît.
Puis il y a la centrale de Rapide-Blanc, ressuscitée par Pascal Blanchet.
Pour faire face à la demande croissante d'électricité, le société Shawinigan Waters and Power Company décide d'ériger une centrale hydro-électrique sur le site de Rapide Blanc, sur la rivière St Maurice au Québec. Au vu de l'isolement du site, surtout en hiver, les promoteurs n'ont d'autre choix que de bâtir un village pour accueillir les employés de la centrale. La Shawinigan Water and Power Company fera donc sortir de terre un village tout confort pour attirer les employés. Ce sera un oasis de modernité et de confort perdu en pleine forêt. Par contre, aucune mention n'est faite du déplacement de la réserve indienne de Coucoucache.

L'esthétique de Pascal Blanchet, collaborateur régulier du New Yorker, donne à cette histoire une tonalité très optimiste. Presque une utopie industrielle.
Évoquant les pochettes de disque de Steinweiss et le courant Streamline, elle privilégie les buildings démesurés, tutoyant les cieux. Les proportions sont grandioses, lumineuses et aérées. L'homme y apparaît comme vivant dans un monde de cocagne. Souvenir d'une époque où le progrès était porteur de bonheur pour tous, ce Rapide-Blanc ressemble presque à une brochure luxueuse vantant un lotissement en projet, qui cherche à séduire les acheteurs potentiels.
La nature se plie aux besoins de l'homme, qui implante le meilleur de la civilisation dans les endroits les plus reculés et les plus inhospitaliers.
L'exact opposé de la centrale vosgienne de Vincent Vanoli, où la civilisation s'efface face à la Nature.
Le livre de Blanchet prend presque le contre-pied de celui de Vanoli. Les employés qui peuplent ce village n'ont finalement guère de substance. Ils ressemblent à des figurants de publicité, sourire étincelant et joie de vivre en bandoulière. Mais jamais on a l'impression d'être face à des êtres humains. Rapide-Blanc n'est pas une aventure humaine. C'est une épopée industrielle, rythmée comme toujours chez Blanchet par une bande originale virtuelle détaillée en fin de livre. Finalement, la justification de la création de ce village, c'est d'assurer la présence de main d'oeuvre pour faire tourner la machine.

Le livre de Blanchet est frais et plaisant en première lecture. il possède une vraie maestria pour traduire cette joyeuse frénésie, cette insouciance dans un monde terriblement séduisant et nostalgique. Mais, en deuxième lecture, je me demande ce que Blanchet essaye de transmettre dans ses pages. Au delà de l'exercice de style assez virevoltant, je reste partagé. J'aime sincèrement ce livre, magnifique objet et enchantement visuel. Mais son point de vue, ou son absence de point de vue, me gêne un peu.
Chez Vanoli, la centrale s'arrête et les hommes s'en vont. L'ouvrier ne fait pas partie de son outil de travail, quoiqu'on en dise. Aloysus Bergeon doit le comprendre, faire son deuil de la Centrale, pour pouvoir reprendre le cours de sa vie. Chez Blanchet, la centrale apprend à se passer des hommes et la présence des hommes n'a plus aucun sens. le village est abandonné. Il ne reste désormais que quelques maisons utilisées comme salle de conférence et comme résidence de vacances pour les employés d'Hydro-Québec férus de pêche. le lien entre le l'outil de travail et l'employé reste étrangement présent. Cette période semble presque être une parenthèse enchantée, lorsque des familles entières s'isolaient au service de l'usine.
en tout cas, ces deux récits semblent d'accord sur le fait que l'homme n'est que peu de chose.

Lien : http://labdmemmerde.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
vdujardin
  01 février 2014
Un album en noir et blanc qui commence comme un roman graphique social (les conditions de travail dans une usine hydro-électrique perdue dans le massif des Vosges) et dérive peu à peu vers la science fiction ou le fantasy avec des personnages aux visages déformés. Je n'ai pas totalement adhéré au graphisme ni au scénario, pensant trouver un récit plus « social » sur le fonctionnement d'une usine isolée dans la montagne, avec des ouvriers qui vivent sur place en huis-clos pour la faire fonctionner.
Lien : http://vdujardin.com/blog/va..
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre