AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266029797
Éditeur : Pocket (08/01/1993)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Voilà sans aucun doute les dépouilles des quelques soixante-trois victimes du doux médecin... Mais qui est le docteur Petiot ? Génial Jekyll ou diabolique Mr Hyde ? Dans ces années troubles de l'entre-deux-guerres, puis de la Seconde Guerre mondiale, le jeune médecin de province, fraîchement débarqué à Paris, a pourtant bonne réputation. Il soigne les pauvres gratuitement, réconforte les malheureux. Qui peut imaginer qu'il mène une double vie, nocturne, inavouable,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Mamzellegazelle
  14 août 2018
Comment l'être humain puisse naître avec ces dérives psychiatriques aussi horrifiques et abominables ?
Comment quelqu'un puisse collectionner dans des bocaux des sexes humains et les exposer sans ménagement dans son cabinet médical à la vue des patients ? Comment ces mêmes patients puissent dire de ce médecin que c'est quelqu'un de bien ?
Comment peut-on s'intéresser, et se faire une idée fixe en faisant des expériences médicales sur le fait qu'un humain puisse évacuer ses déjections par pompage et non par le circuit dit "normal" ?
... Ce quelqu'un c'est le Docteur Marcel Petiot : le pire des sérial killer Français, qui a profité de la seconde guerre mondial pour opérer : 70 disparitions !
Tout commença lorsque Petiot enfant torturait des animaux dans son petit labo de fortune. Considéré comme un aliéné fou dangereux à l'époque, il fût plusieurs fois interné dans un hôpital psychiatrique.
Pendant ces internements il fît ses études de médecine, et, comble de l'ironie, alors qu'il devait à nouveau être interné chez les aliénés, il réussi à y entrer certes, mais en tant qu'étudiant en médecine !
Sa passion : la dissection et la collection de sexes en bocaux !
Il ouvre un cabinet médical en province, on lui donne toute confiance et on n'hésite pas sur les éloges vis à vis du jeune médecin, tant il est beau parleur. Puis des gens disparaissent mystérieusement.
Petiot se fait vite la réputation d'un bon résistant, puisque nous sommes entre 39-45. Lorsqu'on vient lui demander pourquoi des gens qu'il a "soigné" ont disparu il répond qu'il fait passer les juifs en zone libre ... Entre temps, Marcel Petiot achète des hôtels particuliers à Paris et "aménage" des caves en laboratoire.
Il recherche activement des cobayes et se sert de la conjoncture actuelle pour recruter des volontaires à fuir les rafles de plus en plus nombreuses, leur promettant la liberté.
Arrêté par les nazis, l'abominable médecin a tellement le sens de la répartie, il est si bon comédien, qu'il arrive à se tirer des tortures de la Gestapo après le meurtre d'un soldat nazi.
Alors, qu'il y a maintenant un manque de place dans les sous-sols de son hôtel particulier au 21 Rue le Sueur à Paris, Petiot décide de brûler à la chaux, le reste des cadavres, soigneusement disséqués et qui l'odeur commence à interroger les voisins.
C'est comme ça, que le grand publique tombera sur l'affaire de L'abominable Docteur Petiot.
L'histoire ne s'arrête pas là.
Petiot, si beau parleur à failli gagner devant la justice, puisqu'il arrive à faire rire juges, avocats. Nous sommes à la fin de la guerre et, pour s'en sortir Petiot déclare que ce charnier sont les restes de soldats nazis dont il s'est porté volontaire au sein de la résistance afin d'aider la France à s'en débarrasser ... Lors de son procès, il était loin d'imaginer qu'on avait retrouvé, valises, robes, lunettes, bijoux et un tas d'affaire personnelle qui appartenait aux 70 victimes du Docteur Petiot.
Marcel Petiot fût condamner à mort par guillotine en 1946.
Dans le couloir qui le menait à la perte de sa tête il plaisantait sur le sexe des humains avec les gardes de la prison... Ça en dit long sur la personnalité du monstre.
Malheureusement ce n'est pas un roman, même nos grands romanciers n'aurait idée d'un pareil scénario.
A faire froid dans le dos ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
ladesiderienne
  01 mai 2014
CHALLENGE ABC 2013/2014 (25/26)
Moi qui suis habituée à côtoyer les plus terribles des serial-killers sortis tout droit de l'imagination d'écrivains comme Chattam, Grangé ou Thilliez, me voilà confrontée à l'histoire d'un vrai, en chair et en os (enfin pour ce qui doit en rester).
A la fin de la première guerre mondiale, il y avait eu Landru, la seconde guerre mondiale a eu Petiot : de là à croire que la violence entraine la violence, la vision de la mort dévaluant la valeur de la vie.... Accusé d'avoir assassiné, découpé, puis brûlé 27 personnes, ce dernier sera guillotiné le 25 mai 1946. Il faut reconnaitre que le personnage ne manquait pas d'aplomb : pour se défendre, il déclarera avoir créé son propre groupe de résistants et avoir participé avec ses 27 crimes à la sécurité nationale en éliminant des partisans de l'Allemagne. Aucune preuve ne sera bien sûr apportée. Je précise, pour bien situer l'homme, que ce Mr Petiot était médecin (soupçonné d'avortements clandestins, de fournitures illégales de drogues), qu'il avait été élu plusieurs fois maire de Villeneuve sur Yonne, tout en ayant un dossier médical chargé puisqu'il y figurait les termes de dégénérescence mentale et de démence précoce et qu'il avait déjà été interné. A noter qu'aujourd'hui, cela lui aurait valu d'être jugé irresponsable.
le livre se divise en plusieurs parties. Une préface qui se déroule le jour même de l'exécution et où, la tête sur la lame de la guillotine , notre homme fait encore preuve d'humour (assez noir, il est vrai). Ensuite, nous sont racontés les faits depuis l'enfance de Petiot jusqu'à la découverte du charnier en mars 1944 et son arrestation en octobre de la même année. Nous assistons ensuite au procès lui-même et pour terminer, le livre ayant été écrit en 1974, une réflexion est faite sur ce qu'aurait pu être le jugement 30 ans plus tard, suivie d'extraits de coupures de journaux de l'époque. C'est bien écrit mais le récit souffre parfois de répétitions de l'histoire entre la narration des faits puis du procès et la multitude des protagonistes croisés par Petiot m'a un peu égarée.
Un personnage complétement atypique, qui agit sans véritable motif puisque aliéné, schizophrène car persuadé d'être un résistant de l'ombre, capable de faire de l'humour dans les moments les plus dramatiques. Cela dépasse l'entendement et pourtant il a existé... 13/20

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Tostaky61
  25 janvier 2015
Ce livre retrace l'histoire d'un des plus grands sérial killer que la France ait connu.
Le Docteur Petiot a sévi pendant la seconde guerre mondial, attirant chez lui des personnes menacées par la Gestapo pour soi-disant les faire passer Argentine. Mais le sol sud américain ils ne le verront jamais. Petiot a aménagé la cave de son hôtel particulier pour faire disparaitre les victimes qu'il détrousse.
L'horrible vérité sera découverte en mars 44 les voisins se plaignant d'odeurs pestilentielles.
Arrêté en octobre de la même année, il sera jugé, condamné et guillotiné le 25 mai 1946.
Commenter  J’apprécie          71
TAVERNIER14220
  15 novembre 2018
Surtout à lire avant de regarder le film avec Michel Serrault, le livre est passionnant, le film est décevant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   20 avril 2014
La seule chance restant à Petiot de sauver sa tête dépend d'une improbable grâce présidentielle. Les journaux ne l'envisagent même pas qui proposent, puisque la guillotine a été endommagée par les bombardements, de le fusiller. Cette solution, même si on ne l'évoque pas officiellement, est envisagée très sérieusement. Car, à la veille d'exécuter leur besogne, les bourreaux s'estimant insuffisamment payés, réclament une augmentation de salaire.
Cette nouvelle, lorsqu'il l'apprend, constitue certainement une des dernières joies de Petiot. Chaque fois que cette situation cocasse lui revient à l'esprit, il en plaisante :
- Cette histoire me fera mourir de rire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   01 mai 2014
En cette fin d'année 1944, René Floriot est déjà le plus efficace des avocats parisiens. Il s'est inscrit au Barreau de Paris en 1923. Sans fortune, sans relations, il s'est imposé par son intelligence déliée et sa puissance de travail. Car il est avant tout un Avocat. "Il est Avocat comme on est chirurgien. Quand un chirurgien opère un estomac il ne se demande pas si le propriétaire de l'estomac est un honnête homme et si lui est sympathique. Il se bat avec la mort pour sauver celui qui lui a confié sa vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   22 avril 2014
A certains moments, il semblait déborder d'une sorte de vitalité exubérante qui ne lui aurait pas appartenu en propre. Il en était de même de ses joies puériles, de ses fureurs, de ses désespoirs. On se demandait si c'était encore lui. Et puis le mauvais génie se dissipait. Il reprenait son visage coutumier et il riait. Il est pénible d'évoquer son rire... Il riait comme on fait naufrage...
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   21 avril 2014
Bizarrerie du destin, Petiot fait un stage comme Interne à l'asile d'aliénés de Navarre-Evreux alors que, d'après les rapports du psychiatre, il aurait dû y être reçu comme patient.. A quelqu'un qui lui en fera la remarque quelques années plus tard, Petiot décochera ce trait d'une ironie glacée : "Interne ou interné, qu'importe ? L'essentiel c'était d'y être."
Commenter  J’apprécie          40
MamzellegazelleMamzellegazelle   14 août 2018
Bizarrerie du destin, Petiot fait un stage comme Interne à l'asile d'aliénés de Navarre-Evreux alors que, d'après les rapports du psychiatre, il aurait dû y être reçu comme patient.. A quelqu'un qui lui en fera la remarque quelques années plus tard, Petiot décochera ce trait d'une ironie glacée : "Interne ou interné, qu'importe ? L'essentiel c'était d'y être."
Commenter  J’apprécie          20
Video de Jean-Marc Varaut (5) Voir plusAjouter une vidéo

Michel DROIT - GRELLIER
Michel DROIT, inculpé de forfaiture dans le cadre de la plainte de Radio Larsen sur les conditions d'attribution de fréquences sur la bande FM, a été entendu aujourd'hui par le juge GRELLIER. - Michel DROIT arrivant au Palais de justice, saluant les journalistes, puis passant le contrôle de police à l'entrée du Palais. - déclaration de JEAN-MARC VARAUT (avocat de Michel DROIT) :...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1599 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre