AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368128169
384 pages
Charleston (09/03/2022)
4.44/5   634 notes
Résumé :
Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie.
À partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces. Puisses-tu un jour me pardonner.

Un roman lumineux et bouleversant, porté par une plume éblouissante ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (211) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 634 notes

Ladybirdy
  15 août 2021
Cela faisait une éternité que je n'avais commencé un livre pour le terminer plusieurs heures plus tard. Des bulles de savon que j'ai suivies vers la lumière sans fermer mes yeux.
On suit ici plusieurs histoires en parallèle avec en toile de fond la maternité. le baby-blues, la difficulté d'être mère, l'absence d'une mère.
Claire a tout pour être heureuse jusqu'au jour où elle met au monde son premier enfant. Être mère pour elle a des relents d'amertume et de déception. La fin de la liberté.
Oceane vit seule avec son père en Amérique, abandonnée par sa mère quand elle était bébé. Hypersensible, elle rêve de bulles de savon et d'histoires à écrire. Mais son père en a décidé autrement pour elle.
Puis il y a cette femme mystérieuse où il faudra attendre la moitié du livre pour comprendre qui elle est. Une femme qui erre en Indonésie essayant de se disculper d'avoir abandonné son enfant.
Ce roman et moi, c'était mal parti je l'avoue. Marie Vareille je connais ses précédents livres. Lumineux et rafraîchissants au possible. Ici, le registre est beaucoup plus sombre et déprimant. le thème du baby blues n'est pas non plus dans mes cordes. Moi qui n'ai eu que du bonheur avec mon fils, j'ai un peu de mal à comprendre ces mères qui se cherchent et sombrent dans le désespoir.
La magie est venue à moi milieu du livre quand les pièces du puzzle s'assemblent et m'ont fait prendre une nouvelle tournure devant cette histoire. L'attachement est arrivé. L'humour à la fin était apaisant et l'émotion m'a cueillie sans que je ne m'y attende.
C'est beau cette histoire de bulles de savon qui s'envolent toujours vers la lumière. Ces messages qui embaument le coeur, pour nous hypersensibles, nous encourageant à être fiers de notre sensibilité.
C'est ce que je retiendrai le plus de ce livre, l'espoir, le destin, Bob Marley pour endormir un bébé, son odeur de cannelle et vanille qu'on n'oubliera jamais. Puis les bulles de savons. Qui volent, et qui gelées n'éclatent jamais… renfermant dans leurs ventres des royaumes enchantés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10812
Yvan_T
  22 juin 2021
Comme d'habitude, Marie VareilleLa vie rêvée des chaussettes orphelines », « le syndrome du spaghetti ») propose un titre pour le moins original, qui devrait pouvoir intriguer le lecteur dès la couverture. Ce dernier ne manquera d'ailleurs pas de suivre cette jolie bulle de savon lâchée par l'autrice, incapable de la quitter des yeux, jusqu'à ce qu'elle explose, libérant un paquet d'émotions et l'abandonnant les larmes aux yeux. Non, ce n'est pas le savon qui pique aux yeux, mais Marie Vareille qui fait une nouvelle fois mouche.
« Ainsi gèlent les bulles de savon » propose plusieurs histoires parallèles, plusieurs destinées de femmes qui s'entremêlent au fil des pages. Je n'en dirai pas plus sur ces personnages dont vous devrez découvrir les liens, sauf qu'elles ne vous laisseront pas indifférent et qu'elles ont toutes une passion commune : la littérature !
« Ainsi gèlent les bulles de savon » parle de maternité, mais pas celle dépeinte et idéalisée par la société. Quand l'accouchement s'avère traumatisant, quand le « congé » de maternité se rapproche tellement d'une guerre de tranchée que l'on rêve de retourner travailler, quand le bébé demande tellement d'attention que la vie de couple passe à la trappe, quand la responsabilité s'avère trop lourde à porter et que l'on se met même à regretter la vie d'avant, il n'est plus question d'immense bonheur, mais de baby blues, de dépression post-partum, de doutes, de culpabilité, de honte…tant de sentiments tabous, qui poussent même certaines mères à abandonner leur enfant !
Parvenant une nouvelle fois à créer une véritable proximité entre le lecteur et ses personnages, Marie Vareille aborde les difficultés de la maternité avec énormément de justesse, bouleversant les nombreuses mamans qui sont passées par là…et ouvrant probablement les yeux de nombreux papas qui ne s'en doutaient pas.
Définitivement fan de Marie Vareille, je vous invite à découvrir comment gèlent les bulles de savon.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          820
marina53
  23 septembre 2021
Deux traits roses sur un bâtonnet en plastique... Claire peine à y croire, elle a même vérifié trois fois. Quelle joie pour elle qui a passé la plus grande partie de son enfance seule avec sa mère, à s'inventer des frères et soeurs imaginaires. Et c'est des larmes pleins les yeux qu'elle annonce la nouvelle à Thomas. Mais, en arrivant à l'agence de publicité dans laquelle elle travaille depuis cinq ans, c'est une toute autre nouvelle qui l'attend. Loin d'être réjouissante celle-là puisque son patron lui annonce de but en blanc qu'elle est virée sur le champ. Heureusement, sa meilleure amie, Éléonore, a un poste à lui proposer. Dupontel Éditions recherche quelqu'un pour lancer et piloter de la maison ainsi que ceux d'Eva Díaz, une autrice que Claire aime beaucoup...
Océane, depuis que Mam's a décidé de divorcer à cause du "scandale", vit seule avec son père, le professeur Alain Vasseur, avec qui elle s'est installé à Kefalonia. À dix-neuf, elle s'apprête, bien malgré elle, à faire sa rentrée à l'université de Bronwell. Heureusement, dès le premier jour, elle fait la connaissance de Mei...
Une jeune femme a tout quitté, pris quelques affaires avec elle avant de partir et laissé derrière elle son bébé. La maison en banlieue, le mari, le bébé, le prêt immobilier... Tout ça n'était pas pour elle qui était faite pour être libre. Malgré la distance qui la sépare de son enfant, elle ne peut s'empêcher de penser à lui, espérant de tout coeur, lorsqu'elle pose le pied sur le sol indonésien, que celui-ci saura lui pardonner...

Trois pays : la France, les États-Unis et l'Indonésie. Trois femmes que rien ne semble relier, excepté leur passion commune, la littérature : une jeune femme qui vit sa première grossesse, une étudiante qui vit seule avec son père, professeur de littérature, et une jeune mère qui vient d'abandonner son enfant. Marie Vareille dépeint, en parallèle, leur portrait. Trois portraits de femmes bouleversants de sincérité et d'humanité. Au fil des pages, on les découvre, chacune avec leurs blessures, leurs espoirs, leurs craintes, leurs secrets. Petit à petit, un lien se noue entre elles jusqu'au dénouement inattendu. L'auteure aborde, tout en sensibilité et avec une grande justesse, le thème de la maternité (aussi bien celle désirée que non désirée, la difficulté de devenir mère), de la parentalité (à partir de quand devient-on parent, le poids porté par les mères...), de la féminité, de la liberté mais aussi de sujets encore tabous tels que le burn-out ou encore l'incapacité à se sentir mère. Autant de sujets auxquels la plupart des femmes s'identifieront.
Un roman bouleversant, fort et doux-amer servi par un plume délicate et lumineuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
jeunejane
  19 mars 2022
- Claire travaille à Paris. Elle apprend qu'elle est enceinte.
Elle est enchantée, appelle son futur bébé "Coquillette". Son compagnon est très heureux de la future nouvelle. Tout va pour le mieux. Nous la suivons jusqu'à l'accouchement et après où tout n'est pas toujours rose et reposant.
- Claire commence à travailler pour son amie Éleonore . Elle devra accompagner une auteure, Eva, mère de plusieurs enfants en panne d'inspiration.
- Océane est une jeune fille de 19 ans qui va commencer des études de médecine dans une université d'un trou perdu aux Etats-Unis. Elle a choisi de suivre son père qui y est désigné comme professeur.
- Une femme mystérieuse nous raconte son séjour en Indonésie, à Jakarta mais surtout sa crise existentielle. Elle tente de se reconstruire. Elle a tout abandonné même sa fille.
Cela semble un peu décousu mais le récit est présenté comme tel. On passe d'un personnage à l'autre au cours des chapitres.
- Entretemps, Éléonore, l'éditrice envoie des mails mordants et harcelants à Eva, son auteure afin d'obtenir son livre à faire paraître .
Nous pouvons reconstituer le puzzle et il est bien intéressant car tous les personnages se relient finalement.
On s'aperçoit que les liens de la maternité prennent parfois du temps à s'installer, peuvent faire des dégâts aussi suite au baby blues ou ne poser aucun problème.
Le sujet est vaste et bien traité.
le titre est amusant car j'ai trouvé qu'on pouvait l'interpréter à sa façon. "Ainsi gèlent les bulles de savon" : c'est pour moi ces petites bulles que l'on perçoit quand l'enfant commence ses premiers mouvements et le gel peut représenter l'enthousiasme des premiers moments qui risque de retomber.
Dans tous les cas, l'auteure vient rassurer les mères qui n'ont pas eu autant de facilités qu'on peut le croire à faire entrer un nouveau petit être dans leur vie.
Un très beau livre très vivant où j'ai dû un peu trop me presser pour connaître les liens entre les différentes femmes du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
iris29
  14 janvier 2022
Marie Vareille, je la suis depuis la première heure, je l'aime dans tous les styles qu'elle aborde, aussi, c'est avec beaucoup de “pincettes” que j'écris être un peu déçue par ce dernier roman...
C'est à la fois, son livre le plus personnel, et le moins personnel.
J'ai retrouvé ce qui fait sa force, et puis j'ai eu, parfois, l'impression d'être dans un roman pour adolescente, ou dans un roman américain un peu aseptisé, sans l'ADN français.. Ça tient à la trame de cette histoire, puisqu'on est à cheval sur trois continents. J'ai au début, eu l'impression d'être dans "La Tresse" de Colombani ( trois femmes sur trois pays qui n'ont rien en commun mais qui se retrouveront liées à la fin...)
Claire (en France), qui va découvrir qu' elle est enceinte , puis les joies de la grossesse avec son bébé (entraperçu grâce aux échographies) qu'elle a surnommé Coquillette (de par sa forme ) , puis les débuts de la maternité.
Le deuxième personnage est un personnage fort peu visible en littérature, qui lève un tabou, celui de l'abandon d'enfant. Une femme à bout. Une femme au bout du monde puisqu'elle s'est sauvée en Indonésie pour échapper aux cris et aux pleurs de son bébé . Et depuis , elle traîne son mal-être.
Et la troisième est étudiante dans une obscure université des Etats Unis où elle vit avec son père, professeur de littérature.
Trois femmes que seul, (à priori), rassemble l'amour des livres, ou de l'écriture.
Seules les parties sur la première femme en France “font” Marie Vareille. Pour le reste , ce pourrait être écrit par une autre. Mais c'est un peu normal, Océane se baladant dans un campus américain, ça fait auteur américain. Un peu aseptisé au début dans son contenu, cette partie, va vite devenir plus forte grâce au thème (dont je ne peux parler sans spoiler...). Mais quand même , par instant, on a l'impression de "déjà vu". "Déjà vu" dans des séries, déjà vu dans d'autres romans, des personnages un peu clichés, pas assez "creusés" faute de temps, Océane n'étant qu'un des maillons de ce roman.
La fin est assez mélo.
Je mentirais en disant que j'ai adoré ce roman pour toutes ces raisons, et puis sur une note plus personnelle, j'ai du mal avec ce sujet : les mères qui abandonnent leur bébé quand elles ont tout ce qu'il faut autour d'elles (compagnon aimant, grande famille aimante et aidante, amies compréhensives et aidantes ,argent, boulot)
Mais tous ces passages sont très forts, Marie Vareille sachant mettre les bons mots sur les maux..
Et c'est là que je rebondis sur le côté personnel de ce roman pour Marie Vareille qui est rentrée dans les joies de la maternité puisqu'elle a deux petites filles. du haut de son amour pour elles, elle réussit à nous parler de ces femmes qui , elles, n'y arrivent pas, ces femmes épuisées atteintes de dépression post partum. C'est un sujet fort , un peu mis sous le tapis en général quand on parle de maternité. Elle en parle bien, très bien. Elle met en avant ce que la société exige des femmes devenues mères sans que les pères , eux, soient vraiment impactés dans leurs métiers.
C'est un roman très féministe.
Dommage qu'il y ait toute cette histoire un peu rocambolesque et mélo autour.
Ayant eu un véritable coup de coeur pour le Syndrome du spaghetti ( son roman précédant ) , j'appréhendais un peu ces bulles de savon, il est possible que je ne sois pas encore "redescendue" du Syndrome du spaghetti, que Marie Vareille me pardonne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470


critiques presse (1)
SudOuestPresse   07 juin 2021
C'est un mal que l'on tait. Par peur, par honte, par culpabilité ? Pourtant, la dépression post-partum touche plus d'une femme sur cinq. Mais comment comprendre, quand on ne l'a pas vécu...
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
MattriMattri   16 mai 2022
Il n'y a que deux choses en ce monde qui ont de la valeur, Eva, l'amour et la liberté. Si tu dois choisir entre les deux, choisis toujours la seconde, car il n'y a pas de vrai amour sans liberté.
Commenter  J’apprécie          30
talou61talou61   13 mai 2022
Tous les surnoms dont il l'affuble m'horripilent. Son bonheur dégouline de lui comme un cornet de glace en plein soleil Moi, j'ai l'impression de tout donner depuis des semaines à ce bébé, qui en retour ne fait que pleurer. J'ai un terrible sentiment d'injustice. Je suis jalouse, parce que le lien qu'il construit avec sa fille relève de l'évidence, il ne se pose aucune question. Il est devenu père en un battement de cils le jour où j'ai accouché. Pas moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
talou61talou61   13 mai 2022
Je ne savais pas non plus qu'on pouvait rater son accouchement : des douleurs de contractions pendant trente-six heures pour finir en césarienne d'urgence. Cette césarienne c'était mon premier échec. Ce fut mon premier mensonge. J'avais tellement honte, que je n'ai osé l'avouer à personne.
Commenter  J’apprécie          40
talou61talou61   13 mai 2022
Travailler, pour une femme, c'est être libre. On aura beau brûler des soutiens-gorge, tant qu'une femme dépend financièrement d'un homme, elle n'est pas libre.
Commenter  J’apprécie          40
talou61talou61   13 mai 2022
Tout ressentir plus fort, c'est aussi s'émouvoir de la couleur d'une feuille d'automne, du son parfait d'un mot ou des reflets d'une bulle de savon, c'est pleurer en écoutant de la musique, goûter une joie authentique dans une bouchée de gâteau, partir en voyage chaque fois qu'on ouvre un livre. C'est savoir reconnaître les bonheurs immenses dissimulés dans les toutes petites choses.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Marie Vareille (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Vareille
Le nouveau roman de Marie Vareille, "Désenchantées" est disponible en librairie !
Pour vous procurer le livre : - Notre site : https://www.editionsleduc.com/produit/2835/9782368127841/desenchantees - Fnac : https://livre.fnac.com/a16687995 - Amazon : https://www.amazon.fr/dp/2368128034 - Cultura : https://www.cultura.com/p-desenchantees-9782368128039.html
Retrouvez-nous sur et sur les réseaux sociaux : - Instagram : https://www.instagram.com/lillycharle... - Facebook : https://www.facebook.com/Editions.cha... - Twitter : https://twitter.com/LillyCharleston - LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/edi...
+ Lire la suite
autres livres classés : maternitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Elia, la passeuse d'âmes tome 1

Quel âge a Elia au début de l'histoire ?

16
14
17
18

9 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Elia, la passeuse d'âmes, tome 1 de Marie VareilleCréer un quiz sur ce livre