AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253073059
Éditeur : Le Livre de Poche (28/02/2018)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 200 notes)
Résumé :
Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses ta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (122) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  13 juillet 2017
Isabelle : 32 ans, actrice , avec un film à son actif , suivi d' une longue dégringolade (de films publicitaires en job chez Mac Do...)
MAIS ... :
Un Chihuahua , nommé Woody Allen et un petit copain adorable depuis, 5 ans .
Quand son copain la demande en mariage , Isabelle panique, elle ne veut pas d'enfants, et pour elle , c'est la suite logique . du coup, séparation et compte en banque à sec .
MAIS...
une rencontre avec une adolescente la propulse nounou ... pour 10000€ , dans une sublime maison en Italie , alors qu'elle déteste les enfants.
Son job: jouer la parfaite Mary Poppins auprès de gamins qui ne se sont pas remis de la mort de la mère et séduire le père .
C'est une comédie légère , qui oscille entre émotion et sourires .
La famille est particulièrement attachante (surtout le petit garçon ).
Les filles sont terriblement bien "saisies" dans toutes les nuances de leur adolescence ;-) , terriblement actuelles, et ma préférée est la plus peste des deux, l'ainée , youtubbeuse .
Mais tous les personnages seraient un vrai bonheur à jouer pour des comédiens... Avis aux producteurs ...
J'ai été étonnée par la fin, qui n'est pas celle que j'aurai choisie . La comédie familiale prend le pas sur la comédie romantique , du coup j'ai (très ,très) légèrement moins aimé ce roman que: "Je peux très bien me passer de toi" .
Mais c'est sûrement un plus, pour toutes les lectrices qui ne sont pas à l'aise avec la chick-lit.
Ce roman comporte 350 pages et arrivée à la fin, on se sent tellement bien, au bord du lac de Côme , avec la famille Kozlowski, qu'on rempilerait bien pour 400 nouvelles feuilles ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
stokely
  15 mai 2017
J'ai mis quelques pages a bien entrer dans cette lecture ne voyant pas bien au début ou Marie Vareille voulait nous mener. le début parait un peu décousu et puis de fil en aiguille on voit ou l'auteur veut nous mener.
Isabelle jeune trentenaire actrice raté travaillant en Mac Do, en couple avec Quentin depuis 5 ans et un peu paumé dans sa vie, lorsque Quentin la demande en mariage elle décide même de rompre avec lui.
Dès lors Isabelle doit vivre seul dans l'appartement de Quentin et trouver rapidement un autre logement et surtout un travail pour pouvoir payer son chez-soi.
Elle va tomber sur une adolescente qui lui propose un deal aussi incongru que terriblement bien payé que son père tombe amoureuse d'Isabelle, le plan de cette adolescente est très bien penser car il faut une nounou de remplacement à sa famille.
La situation ainsi décrite peut paraitre simple et loufoque mais le récit de Marie Vareille est bien sûr bourré d'humour et de phrases bien senties mais pas uniquement.
Tout les personnages sont bien campés que ce soit de la grand-mère Valentina digne d'une super nanny ultra rigide, Jan le père des enfants qui ne s'en occupe à aucun moment, Nicolas jeune enfant mutique, Zoé jeune adolescente rebelle hackeuse à ces heures perdues, Adriana adolescente star des réseaux sociaux.
Une lecture très addictive ou divers thèmes se mêlent la famille, le deuil, l'enfance alors que de prime abord la lecture peut paraitre légère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
coquinnette1974
  26 octobre 2018
Là où tu iras j'irai de Marie Vareille est un roman que j'ai emprunté à la bibliothèque.
Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d'actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l'homme qu'elle aime, sous prétexte qu'elle ne veut pas d'enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque.
Elle est alors forcée d'accepter le seul travail qu'on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
Elle part en Italie... mais rien ne va se passer comme prévu étant donné qu'elle se retrouve dans la peau d'une nanny alors... qu'elle ne supporte pas les enfants !
J'aime beaucoup cette romancière et je suis ravie de ma lecture. Marie Vareille me fait rire, j'apprécie sa plume et son humour.
J'ai aimé l'histoire, simple mais réussie. Isabelle est une éternelle adolescente qui va avoir du mal à grandir. le veut t'elle vraiment ? Sa rencontre avec le petit Nicolas, 8 ans, va la changer. Il ne parle plus depuis le décès de sa maman et il va la toucher, bien malgré elle. Isabelle est parfois agaçante mais surtout attachante, notamment grâce à son comportement vis à vis du petit garçon.
C'est drôle, bien trouvé et même si ce n'est pas un grand roman, j'ai passé un très bon moment de lecture.
Là où tu iras j'irai est un roman sympathique, à qui je mets quatre étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
labiblidelili
  27 mai 2018
"Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d'actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l'homme qu'elle aime, sous prétexte qu'elle ne veut pas d'enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d'accepter le seul travail qu'on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission «séduction», Isabelle devra jouer le rôle de l'irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n'a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d'imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde."
A l'approche de l'été (du moins lorsqu'il se décide à pointer le bout de son nez), j'apprécie de me plonger dans ces lectures au goût sucré qui donne le loisir de s'évader dans des villes ensoleillées, souvent berceau des plus belles idylles.
Et bien, cette lecture je l'ai trouvé. "Là où tu iras j'irai" a répondu à cette attente de rêve et d'évasion non sans une grosse dose d'humour, de personnages "déjantés" et d'une histoire à la fois touchante, émouvante et pleine de fraîcheur.
Car si l'autrice nous embarque au départ dans une belle histoire d'amour, elle n'en n'oublie pas d'aborder des thématiques plus "creusées" comme la famille et surtout les liens entre parents et enfants, le deuil ou ce que l'on est capable d'accepter (ou pas) par amour...
Les protagonistes inventés par Marie Vareille sont attachants et incarnés. Tous ont un rôle déterminant dans cette aventure au scénario que l'on pourrait imaginer prévisible et qui surprend à de multiples reprises. Mais plutôt que de vous dévoiler l'intrigue, je vous laisse le plaisir de faire connaissance avec Isabelle et la famille Valentini-Kozlowski, de découvrir Quentin, Alexandre, Amira et les autres sous le soleil italien...
Je vous souhaite autant de plaisir que j'en ai eu avec ce livre qui recèle une belle et agréable comédie romantique.
Bonne lecture à tous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlem
  07 juin 2017
Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, j'ai lu du Chick-lit sans le savoir. Pour ceux qui comme moi n'ont pas encore les codes de ce genre, Marie Vareille a choisi d'expliquer ce genre littéraire sur le blog créé pour la circonstance. le chick-lit est donc «un sous-genre de la comédie romantique. Littéralement « écriture de poulette » en anglais, elle désigne un courant littéraire visant un public féminin. L'expression apparaît dans les années 1990, on la définit alors comme "fiction post-féministe", "féminisme nouvelle vague". Les romans chick-lit mettent en scène des héroïnes de tous les jours, souvent âgées plus ou moins d'une trentaine d'années, des filles comme vous et moi qui se débattent désespérément dans un quotidien cruel semé d'embûches pour trouver leur vraie vocation et le Prince Charmant, généralement en buvant des Mojitos avec leurs copines et en courant de catastrophe amoureuse en cataclysme professionnel. »
Voici donc une pétillante illustration de ce concept, dans la lignée de glorieux précurseurs, tels que le Journal de Bridget Jones.
Le roman s'ouvre sur une scène de rupture originale, puisqu'elle va être provoquée par trop d'amour. Quentin veut épouser Isabelle et fonder une famille, mais Isabelle a trop peur de s'engager et préfère fuir, même s'il ne lui reste que quelques euros, sa carrière – prometteuse – d'actrice n'ayant jamais vraiment décollé.
Aussi n'a-t-elle guère le choix quand on lui propose de prouver son talent en endossant le rôle d'une baby-sitter chargé de séduire Jan Kozlowski, le célèbre réalisateur qui, après des essais prometteurs, lui a refusé un rôle dans l'un de ses films. La vengeance étant un plat qui se mange froid, elle part pour les bords du Lac de Côme dans une splendide villa. le cadre idyllique ne va cependant pas lui assurer un séjour de tout repos, car Adriana, Zoé et Nicolas entendent bien pourrir la vie de leur nouvelle gardienne. Et dans cette famille pas vraiment unie, ce n'est pas Valentina, grand-mère et sorte de gouvernante en chef, qui va lui faciliter la tâche. Il est vrai qu'elle a des raisons de se méfier de cette soi-disant diplômée de la meilleure école de nannys anglaise.
Marie Vareille se régale – et nous régale – en imaginant la succession des épisodes de ce séjour où chacun des acteurs va tenter de jouer sa partition, provoquant une joyeuse cacophonie. C'est drôle et riche de rebondissements, quitte à laisser la crédibilité de l'ensemble un peu de côté. Mais on pardonne volontiers ce petit défaut à l'auteur qui compense les invraisemblances par une belle énergie qui nous emporte vers une fin que l'on sait heureuse et que l'on finit par espérer tant on s'est attaché aux personnages qui, au fil des pages, ont pris de la densité et sont devenus des compagnons de plus en plus attachants.
Un roman gai, qui n'a sans doute pas d'autre prétention que de vous faire passer un bon moment, de vous divertir et de vous redonner le moral. Mission parfaitement accomplie !

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   07 juin 2017
Quentin ? Des enfants ? Il avait évoqué le sujet à quelques reprises, mais jamais Isabelle n’avait pensé qu’il était sérieux. Mal à l’aise, elle tira de nouveau sur le joint.
– On n’en est pas là de toute façon.
– Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? Cinq ans ?
– Mais non… Ça fait… (Isabelle calcula sur ses doigts.) Ah oui, cinq ans, réalisa-t-elle, surprise.
– Crois-moi, c’est le genre de conversation qu’il vaut mieux avoir maintenant que dans trois ans.
– Mais tu crois vraiment qu’il en veut ? On vient d’acheter un chien…
Alexandre ouvrit un Twix et ne put s’empêcher de rire en voyant la tête ébahie de son amie.
– Mais enfin, Isabelle, tout le monde veut des enfants.
Par la fenêtre, Isabelle observa longuement Quentin et, sans prévenir, comme un rhume au mois d’août, la culpabilité la prit à la gorge.
– Non, pas moi, murmura-t-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
bbpoussybbpoussy   06 avril 2018
- Le Nordland College : c'est là qu'ont été recrutées les nannys du prince George, des enfants du duc et de la duchesse de Cambridge ou encore de Mick Jagger.
Valentina but avec beaucoup de distinction une gorgée de citronnade.
- Mick qui ?
- Mick Jagger, vous savez : les Rolling Stones...Bref. J'ai majoré ma classe en couture, cuisine, maths et taekwondo.
- Mais pourquoi diable vous apprend-on le taekwondo ? demanda la grand-mère, les yeux exorbités.
Excellente question.
Isabelle fronça les sourcils à la recherche d'une explication rationnelle.
- On ne sait jamais... Il faut être capable de défendre les enfants en toutes circonstances, contres les pédophiles, les attaques terroristes et...heu... les OGM !
- Les OGM ? Jésus-Marie-Joseph, mais d'où sortez-vous ?
- Du Nordland College, c'est ce que je vous dis depuis le début.
Isabelle eut un rire nerveux doublé d'un clin d'oeil.
- Vous n'avez pas Alzheimer, au moins ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KateLineKateLine   08 avril 2017
Elle savait ce qu’ils pensaient, elle avait été à leur place : ils attendaient d’être grands, qu’un adulte mette fin à leur supplice, d’avoir le droit de refuser les visites des vieilles églises alors qu’ils pourraient s’adonner à nombre d’activités autrement plus constructives : sauter dans la piscine en hurlant par exemple, ou engloutir des tartines de Nutella à la chaîne. Le chagrin envahit Isabelle parce qu’elle savait que la seule chose plus triste que de ne pas avoir le droit de sauter à l’eau, une tartine de Nutella à la main en braillant qu’on va sauver Willy, c’est le moment où l’on n’en voit même plus l’intérêt. On commence par rentrer dans la piscine par l’échelle et, ensuite, tout fout le camp : on se met à s’inquiéter de l’huile de palme et des calories dans le Nutella plutôt que du sort de ce pauvre Willy. On n’a jamais le bon âge, de toute façon. On passe son enfance à trouver qu’on est trop jeune et le reste de sa vie à penser qu’on est trop vieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
iris29iris29   12 juillet 2017
(...), elle considérait que son argent, comme celui des autres, appartenait à tout le monde : il n'avait de valeur que s'il permettait de passer un moment ensemble.
Commenter  J’apprécie          180
bbpoussybbpoussy   07 avril 2018
- Pour toi, je suis prêt à prendre le risque. Laisse-nous une chance, Isabelle, parce que la vie sans toi, ce n'est pas la vie. C'est rester coincé devant les grilles d'un parc d'attractions : tu sais que ça pourrait être génial, mais tu n'as pas le droit d'y entrer.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Marie Vareille (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Vareille
À l'occasion des 5 ans des éditions Charleston, Karine Bailly de Robien, directrice générale adjointe, vous explique la création cette maison d'édition en 2013 ?
Elle revient également sur la création du Prix du Livre Romantique : vous avez jusqu'au 16 septembre pour participer à l'édition 2019 : http://editionscharleston.fr/prix-livre-romantique/
Karine Bailly de Robien évoque aussi les belles pépites francophones repérées par l'appel à manuscrits et hors le cadre du Prix : Clarisse Sabard, Alia Cardyn, Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Béatrice Courtot, Marie Vareille, Sophie Henrionnet ou encore la Team RomCom.
Et vous, quel est votre roman préféré des éditions Charleston ?
Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Elia, la passeuse d'âmes tome 1

Quel âge a Elia au début de l'histoire ?

16
14
17
18

9 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Elia, la passeuse d'âmes, tome 1 de Marie VareilleCréer un quiz sur ce livre
.. ..