AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253073055
352 pages
Le Livre de Poche (28/02/2018)
4/5   837 notes
Résumé :
Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses ta... >Voir plus
Que lire après Là où tu iras j'iraiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (217) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 837 notes
5
86 avis
4
80 avis
3
23 avis
2
4 avis
1
0 avis
Isabelle, à 32 ans, est une jeune femme épanouie et pleine de vie. Si sa relation amoureuse avec Quentin est au beau fixe depuis 5 ans, sa carrière d'actrice, elle, est au point mort. Son premier grand rôle à 16 ans a été une révélation pour elle et un choix de carrière évident. Pourtant, aujourd'hui, elle doit se contenter de jouer dans des pubs, incarner des rôles très secondaires voire de figurantes. Mais optimiste, elle continue les castings en travaillant à mi-temps au Mc Do. Tout va déraper le jour où Quentin la demande en mariage. Si la suite logique pour lui est de fonder une famille, il n'en est rien pour la jeune femme qui lui fait clairement savoir qu'elle ne veut pas d'enfant. Aussi décide-t-elle que le mieux est de se séparer. Sans argent et dans l'incapacité de pouvoir se reloger sur Paris, sa situation est au plus mal. Aussi décide-t-elle de repenser sérieusement au plan que lui a proposé une jeune fille, Adriana, quelques jours auparavant. Celle-ci veut l'embaucher, pour 10000€, pour séduire son père, le réalisateur Jan Kozlowski, afin qu'il annule son mariage avec Colombe de la Fontardière. Un boulot facile selon Adriana d'autant que Isabelle ressemble beaucoup à sa femme, l'actrice Sofia Valentini, qui s'est suicidée il y a 4 ans. Si cette idée lui est saugrenue et la perspective de s'occuper de 3 enfants, dont un qui ne parle plus depuis la mort de sa mère, l'est tout autant, Isabelle accepte le marché...

Il faut sans doute être un peu folle pour accepter de s'occuper de trois enfants pendant deux semaines, surtout quand on les déteste ! Un peu folle ou fauchée ou un peu perdue... Puisque c'est sans un sou et tout juste séparée de son compagnon qu'Isabelle accepte l'offre d'Adriana de séduire son père pour faire capoter son mariage. Et c'est face à deux soeurs adolescentes qui semblent se détester, l'une star de youtube, l'autre rebelle un brin hackeuse, et un petit garçon mutique, que la jeune femme devra faire front mais aussi à un homme quasi-transparent qui délaisse ses enfants et à une belle-mère coincée et fort peu aimable. Une galerie de personnages haute en couleurs, justement dépeinte et campée par Marie Vareille. Des gaffes, des coups bas, des mensonges... rien n'épargnera Isabelle. À la fois drôle et émouvant, empli de tendresse, d'humanité et d'émotions, ce roman est une véritable bulle d'oxygène tant les situations cocasses ne manquent pas. Pas si naïf que ça, l'auteure questionne sur le deuil, l'amour, la maternité, la résilience, les choix que l'on fait dans la vie... Une lecture fraîche et pimpante auréolée d'une plume enlevée et vive et de dialogues savoureux...
Commenter  J’apprécie          633
Pour me remettre des émotions provoquées par ma lecture précédente et des multiples questions qui en ont découlé : Qui suis-je , où vais-je, où cours-je, dans quel état j'erre ? j'ai décidé de me plonger dans un filgoude.
.
J'ouvre donc un Marie Vareille, certaine de ne pas être déçue, et en effet, il démarre très bien... à la SPA.
.
L'adorable Quentin veut offrir un chiot à Isabelle, notre héroïne, qu'il aime d'amour fou. .
Et vas-y que je te gratouille un bébé labrador, quand soudain coup de foudre, Isabelle craque pour, je cite : "le fruit des amours contrariées d'une gargouille et d'une chauve-souris irradiée".
.
Un chihuahua donc, qu'elle s'empresse d'appeler Woody-Allen. Dans une semaine, elle pourra le ramener dans son nouveau foyer.
.
Entretemps, notre Isabelle, caissière chez MacDo en attendant que sa grande carrière d'actrice décolle, se rend à l'anniversaire du gamin de son meilleur ami, Alexandre.
.
Les gosses étant... des gosses, au bout d'un moment, les deux adultes décident de se planquer dans le garage pour faire une overdose de Twix.
On les comprend, n'est-ce pas.
.
Et c'est là qu'ils tombent sur deux adolescentes, planquées pour faire tout autre chose que s'empiffrer...
Et il se trouve que l'une d'elles pourrait bien offrir le rôle de sa vie à Isabelle...
.
*******
.
C'est un très bon filgoude que nous propose l'autrice et comme vous pouvez le constater, il a été avalé en quelques heures.
.
Les rebondissements se succèdent, l'action est menée tambour battant, on ne peut lâcher le bouquin qu'à la toute fin.
L'humour est très présent, les personnages pittoresques, à la limite de la caricature, au point de me donner envie de les connaître en vrai.
.
Mais ce roman n'est pas que drôle, il est également poignant et les émotions m'ont souvent submergée.
.
Là où tu iras j'irai nous parle d'amour, d'amitié, de traumatismes, de gestion du deuil..
Une histoire décalée et pleine de suspense, où l'on se perd avec délectation.
.
.
Commenter  J’apprécie          5826
Isabelle : 32 ans, actrice , avec un film à son actif , suivi d' une longue dégringolade (de films publicitaires en job chez Mac Do...)
MAIS ... :
Un Chihuahua , nommé Woody Allen et un petit copain adorable depuis, 5 ans .
Quand son copain la demande en mariage , Isabelle panique, elle ne veut pas d'enfants, et pour elle , c'est la suite logique . du coup, séparation et compte en banque à sec .
MAIS...
une rencontre avec une adolescente la propulse nounou ... pour 10000€ , dans une sublime maison en Italie , alors qu'elle déteste les enfants.
Son job: jouer la parfaite Mary Poppins auprès de gamins qui ne se sont pas remis de la mort de la mère et séduire le père .

C'est une comédie légère , qui oscille entre émotion et sourires .
La famille est particulièrement attachante (surtout le petit garçon ).
Les filles sont terriblement bien "saisies" dans toutes les nuances de leur adolescence ;-) , terriblement actuelles, et ma préférée est la plus peste des deux, l'ainée , youtubbeuse .
Mais tous les personnages seraient un vrai bonheur à jouer pour des comédiens... Avis aux producteurs ...
J'ai été étonnée par la fin, qui n'est pas celle que j'aurai choisie . La comédie familiale prend le pas sur la comédie romantique , du coup j'ai (très ,très) légèrement moins aimé ce roman que: "Je peux très bien me passer de toi" .
Mais c'est sûrement un plus, pour toutes les lectrices qui ne sont pas à l'aise avec la chick-lit.
Ce roman comporte 350 pages et arrivée à la fin, on se sent tellement bien, au bord du lac de Côme , avec la famille Kozlowski, qu'on rempilerait bien pour 400 nouvelles feuilles ...
Commenter  J’apprécie          468
J'ai mis quelques pages a bien entrer dans cette lecture ne voyant pas bien au début ou Marie Vareille voulait nous mener. le début parait un peu décousu et puis de fil en aiguille on voit ou l'auteur veut nous mener.

Isabelle jeune trentenaire actrice raté travaillant en Mac Do, en couple avec Quentin depuis 5 ans et un peu paumé dans sa vie, lorsque Quentin la demande en mariage elle décide même de rompre avec lui.

Dès lors Isabelle doit vivre seul dans l'appartement de Quentin et trouver rapidement un autre logement et surtout un travail pour pouvoir payer son chez-soi.

Elle va tomber sur une adolescente qui lui propose un deal aussi incongru que terriblement bien payé que son père tombe amoureuse d'Isabelle, le plan de cette adolescente est très bien penser car il faut une nounou de remplacement à sa famille.

La situation ainsi décrite peut paraitre simple et loufoque mais le récit de Marie Vareille est bien sûr bourré d'humour et de phrases bien senties mais pas uniquement.

Tout les personnages sont bien campés que ce soit de la grand-mère Valentina digne d'une super nanny ultra rigide, Jan le père des enfants qui ne s'en occupe à aucun moment, Nicolas jeune enfant mutique, Zoé jeune adolescente rebelle hackeuse à ces heures perdues, Adriana adolescente star des réseaux sociaux.

Une lecture très addictive ou divers thèmes se mêlent la famille, le deuil, l'enfance alors que de prime abord la lecture peut paraitre légère.
Commenter  J’apprécie          360
Là où tu iras j'irai de Marie Vareille est un roman que j'ai emprunté à la bibliothèque.
Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d'actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l'homme qu'elle aime, sous prétexte qu'elle ne veut pas d'enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque.
Elle est alors forcée d'accepter le seul travail qu'on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
Elle part en Italie... mais rien ne va se passer comme prévu étant donné qu'elle se retrouve dans la peau d'une nanny alors... qu'elle ne supporte pas les enfants !
J'aime beaucoup cette romancière et je suis ravie de ma lecture. Marie Vareille me fait rire, j'apprécie sa plume et son humour.
J'ai aimé l'histoire, simple mais réussie. Isabelle est une éternelle adolescente qui va avoir du mal à grandir. le veut t'elle vraiment ? Sa rencontre avec le petit Nicolas, 8 ans, va la changer. Il ne parle plus depuis le décès de sa maman et il va la toucher, bien malgré elle. Isabelle est parfois agaçante mais surtout attachante, notamment grâce à son comportement vis à vis du petit garçon.
C'est drôle, bien trouvé et même si ce n'est pas un grand roman, j'ai passé un très bon moment de lecture.
Là où tu iras j'irai est un roman sympathique, à qui je mets quatre étoiles :)
Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
Elle savait ce qu'ils pensaient, elle avait été à leur place : ils attendaient d'être grands, qu'un adulte mette fin à leur supplice, d'avoir le droit de refuser les visites des vieilles églises alors qu'ils pourraient s'adonner à nombre d'activités autrement plus constructives : sauter dans la piscine en hurlant par exemple, ou engloutir des tartines de Nutella à la chaîne. Le chagrin envahit Isabelle parce qu'elle savait que la seule chose plus triste que de ne pas avoir le droit de sauter à l'eau, une tartine de Nutella à la main en braillant qu'on va sauver Willy, c'est le moment où l'on n'en voit même plus l'intérêt. On commence par rentrer dans la piscine par l'échelle et, ensuite, tout fout le camp : on se met à s'inquiéter de l'huile de palme et des calories dans le Nutella plutôt que du sort de ce pauvre Willy. On n'a jamais le bon âge, de toute façon. On passe son enfance à trouver qu'on est trop jeune et le reste de sa vie à penser qu'on est trop vieux.
Commenter  J’apprécie          161
Elle savait ce qu’ils pensaient, elle avait été à leur place : ils attendaient d’être grands, qu’un adulte mette fin à leur supplice, d’avoir le droit de refuser les visites des vieilles églises alors qu’ils pourraient s’adonner à nombre d’activités autrement plus constructives : sauter dans la piscine en hurlant par exemple, ou engloutir des tartines de Nutella à la chaîne. Le chagrin envahit Isabelle parce qu’elle savait que la seule chose plus triste que de ne pas avoir le droit de sauter à l’eau, une tartine de Nutella à la main en braillant qu’on va sauver Willy, c’est le moment où l’on n’en voit même plus l’intérêt. On commence par rentrer dans la piscine par l’échelle et, ensuite, tout fout le camp : on se met à s’inquiéter de l’huile de palme et des calories dans le Nutella plutôt que du sort de ce pauvre Willy. On n’a jamais le bon âge, de toute façon. On passe son enfance à trouver qu’on est trop jeune et le reste de sa vie à penser qu’on est trop vieux.
Commenter  J’apprécie          90
Quentin ? Des enfants ? Il avait évoqué le sujet à quelques reprises, mais jamais Isabelle n’avait pensé qu’il était sérieux. Mal à l’aise, elle tira de nouveau sur le joint.
– On n’en est pas là de toute façon.
– Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? Cinq ans ?
– Mais non… Ça fait… (Isabelle calcula sur ses doigts.) Ah oui, cinq ans, réalisa-t-elle, surprise.
– Crois-moi, c’est le genre de conversation qu’il vaut mieux avoir maintenant que dans trois ans.
– Mais tu crois vraiment qu’il en veut ? On vient d’acheter un chien…
Alexandre ouvrit un Twix et ne put s’empêcher de rire en voyant la tête ébahie de son amie.
– Mais enfin, Isabelle, tout le monde veut des enfants.
Par la fenêtre, Isabelle observa longuement Quentin et, sans prévenir, comme un rhume au mois d’août, la culpabilité la prit à la gorge.
– Non, pas moi, murmura-t-elle.
Commenter  J’apprécie          100
- Tu ne m'as jamais dit que tu ne voulais pas d'enfant, d'où ça sort ?
Isabelle eut un geste désemparé de la main. Elle n'en avait jamais ressenti l'envie. Mais comment se faire comprendre ? Même dans la chanson de Goldman, la protagoniste fait un bébé, toute seule, certes, mais un bébé quand même. La vraie question aurait été pourquoi, après le sacrifice de tant de soutiens-gorge brûlés vifs pour la liberté des femmes, supposait-on encore qu'avoir des enfants était indissociable de leur destinée...
Commenter  J’apprécie          170
- Le Nordland College : c'est là qu'ont été recrutées les nannys du prince George, des enfants du duc et de la duchesse de Cambridge ou encore de Mick Jagger.
Valentina but avec beaucoup de distinction une gorgée de citronnade.
- Mick qui ?
- Mick Jagger, vous savez : les Rolling Stones...Bref. J'ai majoré ma classe en couture, cuisine, maths et taekwondo.
- Mais pourquoi diable vous apprend-on le taekwondo ? demanda la grand-mère, les yeux exorbités.
Excellente question.
Isabelle fronça les sourcils à la recherche d'une explication rationnelle.
- On ne sait jamais... Il faut être capable de défendre les enfants en toutes circonstances, contres les pédophiles, les attaques terroristes et...heu... les OGM !
- Les OGM ? Jésus-Marie-Joseph, mais d'où sortez-vous ?
- Du Nordland College, c'est ce que je vous dis depuis le début.
Isabelle eut un rire nerveux doublé d'un clin d'oeil.
- Vous n'avez pas Alzheimer, au moins ?
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Marie Vareille (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Vareille
À l'occasion du Quart d'Heure de Lecture initié par le CNL, nous étions en live avec l'autrice Marie Vareille et Caroline Tillette, l'une des voix du livre audio "La dernière allumette" qui vient de paraître chez Audiolib ! Revivez avec nous ce Quart d'Heure qui est passé à la vitesse de l'éclair !
Commander la version numérique : https://www.audiolib.fr/livre/la-derniere-allumette-9791035416034/
Commander la version CD : https://boutique.audiolib.fr/produit/3629/9791035415396/la-derniere-allumette
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (2389) Voir plus



Quiz Voir plus

Elia, la passeuse d'âmes tome 1

Quel âge a Elia au début de l'histoire ?

16
14
17
18

9 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Elia, la passeuse d'âmes, tome 1 de Marie VareilleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..