AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Albert Bensoussan (Traducteur)
EAN : 9782070425549
83 pages
Éditeur : Gallimard (02/10/2002)

Note moyenne : 3.16/5 (sur 110 notes)
Résumé :
Les chiots, ce sont ces jeunes garçons turbulents de la banlieue de Lima qui tentent de s'affirmer, de devenir adultes. Parmi eux, Cuéllar, cruellement surnommé Petit-Zizi dans un monde où règne le mythe de la virilité. En grandissant, les différences se font plus sensibles, les jeux plus violents et Cuéllar se retrouve en marge. Son innocence est broyée par les rouages implacables de la société péruvienne.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  28 juillet 2015
Petit mais costaud! Ce roman qui se lit en deux heures à peine nous fait entrer dans la jeunesse d'un groupe de garçons dans un collège religieux, à partir de l'arrivée d'un nouveau venu: Cuéllar.
Cuéllar, plus petit et frêle que les autres, devient vite le meilleur de la classe, le plus attendrissant, le plus drôle et et le plus persévérant: pour être admis dans l'équipe de foot de sa bande de copains, il passe l'été à un entraînement intensif, oubliant plages et jeux pour être au top à la rentrée.
C'est ainsi qu'il se rapproche du groupe de garçons mais aussi qu'il se retrouve, dans les vestiaires, agressé par le chien Judas; Des séquelles de cet accident, il gardera le surnom "petit zizi". Si l'handicap dont il souffre n'est jamais nommé, on suit, au moment de la puberté, la lente déchéance agressive et pitoyable de Cuéllar qui ne peut se résoudre à "lever une fille" tout comme ses copains, le tout toujours par le regard de l'un des garçons.
Le récit est à la fois dur et émouvant et la narration très originale, tout en discours indirect libre passant du "ils" au "nous" dans une même phrase, créant un chaos et une urgence qui rythment l'oralité.
Un vrai travail d'écriture à la fois impressionnant et bouleversant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
d1404
  17 avril 2020
C'est l'histoire d'une bande de copains qui débute au collège de Lima. Un petit nouveau fait son apparition dans la classe de Lalo, Fufu, Ouistiti et Marlo : Cuellar. Il est plutôt brillant, mais bon camarade : il permet aux autres de copier sur lui et échange ses sucreries. Il y a le foot aussi : après les cours, ils s'entraînent pour l'équipe de la classe. Cuellar passe toutes ses grandes vacances à s'entraîner seul en vue de l'intégrer. Il est accepté par les gamins de la bande et dans l'équipe. Lors d'une sécance d'entraînement, Cuellar est mordu violemment à l'entrejambe par un chien. C'est à cet instant précis que sa vie va basculer. À la fois tragique et enfantin, dans un effet de syntaxe qui brouille les personnages et le narrateur, l'auteur dépeint l'histoire d'un garçon sans virilité dans un pays où le machiste fait partie de l'identité nationale. J'ai beaucoup aimé le style indirect libre utilisé par le romancier. Il permet de se plonger dans les aventures turbulentes du début puis nous mène à la dramatique descente aux enfers de ce garçon qui avait tout pour réussir. C'est rapide exubérant et rythmé.
Je compte bien poursuivre la lecture de l'oeuvre de Mario Vargas Llosa
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Under_the_Moon
  12 janvier 2020
Dans cette nouvelle d'un peu moins de 100 pages, Mario Vargas Llosa nous fait suivre une bande de copains de leur enfance à l'institut catholique à leur vie d'adulte.
Alors que les années passent leurs intérêts s'élargissent : ne jurant d'abord que par le foot, viennent ensuite les sorties au ciné, les fêtes et surtout les filles.. ou plus précisément : les conquêtes féminines, celles qui attestent de la virilité du collectionneur braillard. Tous passent ces étapes de la vie sans embûches et sans remettre ces modèles en question, sauf Cuéllar, surnommé Petit Zizi après avoir été mordu par un chien en primaire. Ce surnom n'a certes rien de flatteur, surtout pas dans une société où l'image de ce qu'est et doit être un homme est si rigide et limité. Pourtant, il semble bien que ce garçon, déjà plus sensible que les autres dans la cour de récré ne soit pas parvenu à se reconnaître et se conformer aux attentes de cette société.
C'est une nouvelle dont la lecture n'a rien de facile, compte tenu du choix de l'écrivain d'adopter le discours indirect libre sur la quasi-totalité de la narration. Ce choix donne bien sûr un récit polyphonique (comme on peut en trouver chez Faulkner) mais aussi une impression de brouhaha informe où personne ne se distingue. À cette remarque il faut bien sûr faire exception du pauvre Petit Zizi, mis à part du fait de sa dénomination pour commencer, car pour les autres copains de la bande : difficile, pour ne pas dire impossible, de distinguer leur voix. C'est en cela que l'auteur met en scène ce mouton noir qui à cause de sa sensibilité ne trouve pas sa place dans un groupe, en revanche, celle-ci lui est totalement donnée dans l'espace littéraire.
C'est très intellectuel comme procédé et il y a intérêt à être concentrée ! Si bien entendu, je reconnais pleinement les qualités de ce texte d'un point de vue technique, sur le plan pratique, je ne peux pas dire que j'ai réellement pris plaisir à cette lecture.

Challenge Globe-trotteurs saison 2
Challenge Solidaire 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
diablotin0
  06 février 2017
Je n'ai pas du tout accroché à ce petit livre.Le style a prit le dessus sur l'histoire et je n'ai alors pas réussi à m'intéresser à cette bande de jeunes gens. le thème aurait dû me plaire mais il m'a été très difficile de suivre cette histoire.
C'est ma première tentative avec Mario Vargas Llosa, mais je ne veux pas rester sur cette mauvaise impression, je retenterai avec un autre titre.
Commenter  J’apprécie          252
littlecat
  21 août 2015
Les chiots » : une bande de copains turbulents et chahuteurs qui vit à Lima, au Pérou.
Un jour, le plus petit d'entre eux, Cuellar, se fait sérieusement mordre par un chien. A partir de ce moment, surnommé Petit Zizi, on devine pourquoi, Cuellar essaiera en vain de se construire dans une société plutôt virile.
Ecarté de sa passion, le football, timide avec les filles, il va de désillusions en frustrations.
Et, malgré le soutien de ses amis, qui essaient de l'aider, il ne sera jamais « un homme » comme les autres.
Un court roman original et émouvant mais écrit dans un style particulier, uniquement narratif, qui désarçonne parfois.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2012
C’étaient des hommes mûrs maintenant et nous avions tous femme, bagnole et enfants qui étudiaient au Champagnat, à l’Immaculée ou au Santa Maria, et ils se faisaient construire une résidence secondaire à Ancon, Santa Rosa ou sur les plages du Sud, et nous commencions à grossir et à avoir des cheveux blancs, avec de la bedaine, des chairs molles, à porter des lunettes pour lire, à sentir des lourdeurs d’estomac après avoir mangé et bu et sur leur peau apparaissaient déjà quelques taches de rousseur, certaines petites rides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GODINHOGODINHO   27 juillet 2016
" Eux aussi, Cuéllar, au début on faisait gaffe, mec, ça leur échappait, vieux , pas fait exprès, frérot, not' pote, soudain Petit-Zizi et lui, tout rouge, quoi? ou pâle toi aussi, Ouistiti? les yeux écarquillés, excuse-moi mon vieux, voulais pas te blesser, lui aussi, son ami aussi?
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2012
il vomit : petite nature, lui disions-nous, et aussi quel gâchis, rejeter comme ça la bière avec ce que ça coûte, quel gaspillage
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2012
L’amour fait des miracles
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Mario Vargas Llosa (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Vargas Llosa
Interview de Mario Vargas Llosa.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature péruvienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

.. ..